vendredi 2 novembre 2012

Gagnant-gagnant




Elle venait juste de s’asseoir à son bureau lorsque Mike frappa à la porte. 

« Hello, Miss. J’organise une fête pour Halloween, demain. Une soirée déguisée, bien sûr...Tiens, voilà l'invitation. J’espère que tu pourras venir! » 

Mike était un collègue américain, fraîchement expatrié en France. Elle l’aimait bien. Il était toujours enthousiaste, comme la plupart de ses compatriotes. Il lui rappelait sa vie, là-bas. Elle n’était pas restée très longtemps dans ce pays mais avait adoré y vivre. Elle y avait justement connu ses premières fêtes d’Halloween, alors que cette fête était encore totalement inconnue en France. Elle se souvenait de l’excitation qui régnait partout ce jour-là, aussi bien chez les enfants que chez les adultes. Elle avait adoré faire rire les petits en faisant semblant d’être terrifiée lorsqu'elle les croisait... et elle s’était vraiment amusée aux soirées déguisées organisées par ses amis. En France, elle n’avait jamais connu une telle chose. En somme, elle avait adoré y retrouver son âme d’enfant… et l’idée de participer à nouveau à une soirée déguisée la ravissait. 

Mais comment convaincre son compagnon de l'accompagner? Elle n’avait pas envie d'y aller seule, nulle part d’ailleurs. Mais elle était certaine que jamais il n'accepterait de venir. Premièrement, il avait horreur des soirées avec ses collègues de travail. Il prétendait que les gens n'y faisaient que parler boulot et qu'il ne pouvait guère trouver place dans leur conversation. Ce n'était pas vrai. Certes, ils avaient un peu tendance à parler des gens qu'ils côtoyaient au travail. Il y avait toujours quelques moqueries qui fusaient, ici ou là… mais c'était normal, non? Par ailleurs, l'idée même de se déguiser le révulsait. Il y avait quelque chose de trop sérieux en lui pour s'y résoudre. Alors, comment allait-elle s'y prendre pour le convaincre? Elle n'en avait pas la moindre idée, pas le bout du commencement d'une solution... Tant pis, elle allait l'attaquer de front. Elle lui dirait qu'elle voulait absolument qu'ils y aillent et qu'il n’y aurait aucune échappatoire possible pour lui! Bon, en y réfléchissant bien, elle risquait de recevoir une bonne fessée si elle faisait ça. Ce serait quand même très étonnant qu'il cède aussi facilement... Une bonne fessée, rien qu'à cette idée elle sentait monter son excitation. Oui, finalement c'était une bonne solution. Quoi qu'il arrive ce serait, pour elle, gagnant-gagnant, soit une soirée festive, soit une soirée érotique... Cette idée la fit sourire.

Le soir venu, quand elle regagna enfin l’appartement, ses belles certitudes s'étaient quelques peu émoussées... la peur d'être punie sans doute. Si à priori l’idée l’excitait beaucoup, la peur reprenait toujours le dessus le moment venu. Alors, que devait-elle faire? Toujours pas la moindre idée d’une quelconque solution. Tant pis, elle allait le lui demander, simplement, et elle verrait bien sa réaction. Il n'était toujours pas rentré du travail et au fur et à mesure que le temps passait, sa nervosité augmentait. Lorsqu'elle entendit la porte d’entrée s'ouvrir, son cœur se mit à battre plus vite. Allez, il était temps de se lancer, un peu de courage, voyons! 

« Bonsoir chéri, ta journée s’est bien passée? » 

« Très bien, merci, et la tienne? » 

« Super, justement j’ai une bonne nouvelle. Mike nous invite pour une soirée Halloween demain, chez lui. Ça te dit? » 

« Une soirée déguisée? Ah non, ça surement pas! » 

« Allez, soit sympa, on va bien s'amuser… » 

« Certainement pas. Premièrement, tu sais très bien que je trouve ça ridicule de se déguiser. Et en plus, avec tes collègues, je peux t'assurer que je ne vais vraiment pas m’amuser! ». 

« Allez, si tu m'aimes tu peux bien faire un effort, non? » 

« Ne commence pas, Miss, tu sais ce que je pense de ce genre de chantage... ». 

« Mais pour une fois… ». 

« Ça suffit! Je t’ai dit non, c'est non! »

Elle était furieuse, elle se sentait frustrée. Décidément, jamais il ne ferait le moindre effort! 

« En fait, t'es juste un vieux con, voilà tout! » lui hurla-t-elle à la figure. 

Oh, non, non, elle n’avait pas voulu dire ça! Elle se mordit les lèvres. Qu'est-ce qui lui avait pris de dire une chose pareille, elle n’en pensait pas un mot. Elle lui jeta un regard inquiet. Il avait blêmit. Sa lèvre inférieure tremblait légèrement. Ça n’augurait rien de bon! 

Il la fixait avec attention. Elle avait largement dépassé les bornes et elle allait être punie pour cela. Mais il sentait bien que, pour le moment, il n’avait pas le sang-froid nécessaire...  Il fallait qu'il se calme d’abord, et elle aussi d'ailleurs. Puisqu'elle voulait jouer à la petite fille capricieuse, elle allait être servie! 

Il se dirigea vers le bureau, sorti un bloc de papier et le déposa sur le meuble. 

« Viens ici ! » lui ordonna-t-il. 

Penaude, elle le suivi sans résistance. 

« Assieds-toi! Puisque que tu te comportes comme une petite morveuse, tu vas être traité comme telle! Pour commencer, tu vas copier 100 fois "Je ne dois pas me comporter comme une sale gamine et je dois m'efforcer de garder mon sang-froid en toutes circonstances" » 

« Tu plaisantes? » 

« Non, je ne plaisante pas, et crois-moi, tu ferais mieux de te dépêcher si tu ne veux pas aggraver ton cas!» 

Elle était dubitative. Jamais il ne lui avait demandé de faire une chose pareille. Mais vu les circonstances, elle préféra ne pas discuter et commença à écrire. Rapidement, son poignet commença à lui faire mal. Elle avait perdu l'habitude d’écrire à la main depuis qu'elle n'utilisait plus guère que le clavier d'un ordinateur. Elle tenta cependant de résister du mieux possible à la douleur qui grandissait et commençait à se propager dans son bras. Il la regardait du coin de l’œil. Malgré son courroux, il ne pouvait s’empêcher de sourire en voyant les grimaces qui se dessinaient sur son visage. Au bout d’une vingtaine de minutes, elle n’en pouvait plus. 

« Ecoute, ça suffit comme ça, je ne suis plus une gamine. C'est stupide de faire ça! » 

« Ah oui, tu n'es plus une gamine? Tu estimes que tu mérites une punition d’adulte? Très bien, puisque tu insistes, tu vas l’avoir… » 

Il quitta la pièce et revint quelques instants plus tard avec quelque chose dans la main qu'elle ne pouvait voir. 

« Lève-toi, fais le tour du bureau et penche-toi au-dessus! » 

Elle sentit que les choses sérieuses allaient commencer et, bien que des dizaines de papillons commençaient à virevolter dans son ventre, elle était vraiment soulagée d’arrêter là son écriture... 

«Pose tes coudes sur le bureau! » 

Il releva sa jupe et descendit sa culotte d’un geste brusque. Elle sentit alors quelque chose de froid et de dur chatouiller l’entrée de son anus. Elle se contracta et essaya de se relever. 

« Reste en position! » 

Elle avait eu le temps d’apercevoir l’objet qui s’apprêtait à la martyriser. C’était un rosebud de taille moyenne qu'il avait commandé sur internet quelques jours auparavant. Elle ne savait pas qu'il était déjà arrivé et aurait préféré que le colis ait, pour une fois, un peu de retard. Mais elle devait bien se l’avouer, cet objet l’intriguait. Quand elle sentit à nouveau le contact du métal froid contre ses fesses, elle essaya de toutes ses forces de se concentrer, de se décontracter un maximum… mais l’insertion du bijou lui coupa néanmoins le souffle. Elle essaya de  respirer lentement. Elle pouvait sentir le poids de l’objet en elle, tandis que, petit à petit, la douleur du passage s'évanouissait. 

« Viens » lui dit-il en lui prenant le bras et en se dirigeant vers le bord du lit. Il s’assit et la coucha sur ses genoux. Elle se sentait mal à l’aise avec le bijou fiché au milieu de ses fesses. Elle avait encore plus honte que d’habitude. Elle avait l’impression que ses fesses étaient écartelées et dévoilaient impudiquement toute son intimité. 

« Je regrette ce que je t’ai dit. Je ne le pensais pas, tu sais… » lui murmura-t-elle. 

« Je sais, mais tu dois apprendre à te contrôler, ne crois-tu pas? A ton âge… ». Il avait du mal à garder son sérieux mais ne voulait surtout pas le lui montrer. Il avait envie qu'elle se soumette à lui, il voulait la posséder, pleinement, juste un instant... 

Il commença à la fesser. A chaque claque, le rosebud marquait un mouvement à l'intérieur de son fondement, ce qui lui arrachait un petit gémissement.  Au bout de quelques minutes elle commençait déjà à haleter. Elle voulait serrer les fesses mais le cristal bleu l'en empêchait. Elle essaya de glisser une main entre ses fesses pour tenter de retirer l’intrus, mais il l'en empêcha. La fessée continuait et elle était au bord des larmes. Quand il s'en aperçut, il décida qu'il était temps d’arrêter là son châtiment et la prit dans ses bras, longuement… 

« Joyeux Halloween, ma chérie » 

Elle le regarda en souriant timidement. 

« A toi aussi, mon chéri » 

« Viens » lui dit-il en l’allongeant sur le lit. 

Elle fit mine de retirer enfin l’objet qui pesait entre ses fesses. 

« Non, laisse-le. Tu es une adulte maintenant, n'est-ce pas? » lui dit-il d'un sourire espiègle...




2 commentaires:

  1. Pecan nutjob8/11/12

    Je constate que nous ne sommes pas les seuls adeptes du plug pendant la fessée et ensuite! ("double effet")

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'effet est délicieux, pendant la fessée comme après... aussi bien pour Lui (il semblerait) que pour Elle (je confirme). Pour ceux qui n'ont pas encore essayé, je le conseille vivement!

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.