vendredi 9 novembre 2012

Les petits conseils littéraires de Constance...


Constance est une lettrée et vous connaissez tous le merveilleux site qu'elle tient avec Simon, où les deux compères nous content de bien belles histoires de disciplines...

Pour nous consoler de la pitoyable médiocrité du roman phare de l'automne, "Cinquante nuances de Grey", Constance nous conseille la lecture de :


"Willard et ses trophées de Bowling" de Richard Brautigan




Bien sûr, je ne l'ai pas encore lu, mais voilà ce que l'on en dit sur le net...

« On souffle… ouf… une semaine difficile ? des problèmes ? un temps trop caniculaire ?
Allons allons, un petit coup de Brautigan, et ça repart !

Dès le premier chapitre, on est en terrain connu – enfin : les amateurs de Brautigan sont en terrain connu. Un couple s’amuse à un délire SM tragicomique et pas pornographique pour deux sous, car Bob a attaché Constance n’importe comment, il n’a même pas réussi à la bâillonner correctement. Trop nul ce Bob. A sa décharge, il faut préciser que depuis quelques temps, nous dit-on, il n’arrive plus à faire quoi que ce soit correctement. Ce qui se confirme, puisque la scène torride annoncée n’arrive pas : sa femme est nue et attachée devant lui… et il commence à lui lire des fragments d’une anthologie d’odes et épopées grecques (ce qui par ailleurs peut totalement être considéré comme un sévice).
Le ton est donné ! La perversion annoncée dans le titre (en anglais, ce roman est sous-titré : "A perverse mystery") n’apparaîtra jamais, mais par contre, on va bien rigoler et on ne va pas s’en plaindre.

Un roman de Brautigan n’étant jamais complètement un roman, celui-ci est plus un genre de série, plein de petites chroniques successives narrant les (més)aventures de toute une galerie de personnages aussi ordinaires que tordants. Il y a donc Bob et Constance, mais aussi un autre couple, John et Patricia. Ces derniers aiment beaucoup leur ami Willard, dont la seule raison de vivre c’est ses trophées de bowling. Parfois même il leur parle. John et Patricia se demandent si Greta Garbo et Willard pourraient devenir amis. Pourquoi ? Aucune idée… ah, et puis il y a aussi les redoutables Logan Brothers (plus une brève apparitions des Sisters) qui ont un trophée de bowling à la place du cerveau et n’ont qu'un seul but avouer : s’emparer des trophées de Willard. Ils ne savent pas pourquoi, mais ils ont bien l’intention de parvenir à leurs fins !

Autant être clair : si vous n’avez pas d’humour, passez votre chemin. Ici, pas de grandes prétentions artistiques, pas d’étude de mœurs nichées au creux d’une intrigue en apparence simplette… non, rien de toute cela : Brautigan veut s’amuser, et entraîner les lecteurs dans son univers délirant. Pour bien se figurer ce à quoi ressemble ce livre, il faudrait essayer d’imaginer le livre le plus pompeux de Hemingway (pastiché ouvertement et méchamment) adapté à l’écran par les frères Coen.
Le résultat, c’est un bouquin siphonné et jubilatoire, des personnages à moitié barges lorsqu'ils ne sont pas juste totalement cons (comme les Logan Brothers), des scènes de cul qui qui se métamorphosent en morceaux de bravoures comiques et un découpage structurel permettant d’en picorer quelques morceaux pour se revigorer avant de replonger des activités plus sérieuses. Et après y revenir - Brautigan, ça fait du bien !»

Avouez que ce livre à l'air bien tentant !  
Alors un grand merci à Constance pour ses précieux conseils... et le premier qui l'a lu le commente... entendu ?



16 commentaires:

  1. Et bien sûr, que l'héroïne s'appelle Constance n'a absolument aucun rapport avec mon choix de prénom pour mon pseudo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que, sur le coup, je me suis posée la question! :-D

      Supprimer
  2. Je n'ai lu qu'un seul Brautigan, il y a des années, et je n'avais pas aimé du tout... Je n'y ai donc plus jamais prêté attention...

    Celui-ci étant vendu avec un autocollant "Constance's Choice", je vais peut-être me laisser tenter...

    RépondreSupprimer
  3. Bon, ben ça y est, je l'ai lu... Et disons la chose élégamment : c'est de la merde.

    Brautigan n'est pas un écrivain, c'est un escroc.

    Son roman n'est qu'une ébauche d'intrigue, ses personnages des caricatures. Je ne dirai rien de son écriture, car je n'ai pas l'original sous les yeux. La traduction, elle, est horripilante. Ah ça, c'est écrit avec un "style", un style basé sur des phrases tronquées, des subordonnées sans principales, des compléments inversés et des expressions archaïques (justifié par le public intellectuel auquel on destine le roman ? Je ne sais pas, mais à la quatrième occurrence d'adoncque, je ne peux retenir un rictus de mépris).

    Si on supporte de lire un roman écrit par Yoda (oui le maître Jedi), on y trouve des personnages tristes au delà de toute expression, dépressifs et déprimants... J'aurais bien aimé le lire le roman "siphonné et jubilatoire", mais c'est plutôt le dégoût que je ressens.
    Bob et Constance sont malheureux et attristants. Le "délire SM tragicomique et pas pornographique pour deux sous", c'est une femme qui ne consent à l'activité que par amour pour un type en pleine déchéance dont c'est le seul moyen de prendre pitoyablement encore un peu de plaisir. Tu parles que c'est jubilatoire. Le pauvre Brautigan est tellement emmerdé avec ces personnages lourds comme du plomb qu'il bâcle la fin du bouquin, faut voir comment...
    Heureusement que c'est torché en moins de deux heures, sinon j'aurais été mauvais d'avoir perdu mon temps à le lire...
    Entre ce couple en fin de vie, le couple de voisins un peu taré et les "Logan Brothers", sortes de bandits bas du bulbes tout droits sortis d'un film des frères Cohen, qui auraient pu tirer le roman vers un peu de légèreté humoristique, sont juste parfaitement caricaturaux...

    Il faudra trouver autre chose que ce bouquin pour "me consoler de la pitoyable médiocrité du roman phare de l'automne, "Cinquante nuances de Grey"". D'abord parce qu'il n'y a absolument aucun rapport entre les deux, ni dans l'intention, ni dans l'écriture... Ensuite, parce qu'à choisir, ce n'est pas le Brautigan que je garderai en mémoire... Entre une pâtisserie industrielle pas trop mauvaise et qui câle ma faim et un petit four maison par un pâtissier réputé, mais au goût rance et qui ne nourrit pas son homme, je choisis l'industriel.

    RépondreSupprimer
  4. Uff, tu es violent!
    Que ça ne corresponde pas à la quatrième de couverture, c'est vrai, on dirait que celui qui l'a écrit s'efforçait de trouver tous les moyens de dire que c'était léger. Mais je n'ai pas besoin que ce soit léger. Pour ce qui est de le trouver triste, je suppose que c'est une question de goût (encore que, les deux, je les toruve attachants! Et oui, les Logan Brothers me font marrer) mais de là à descendre le style?
    à moins que ce soit mon côté intello... mais j'assume.

    RépondreSupprimer
  5. Bon, alors les avis divergent sur ce livre, comme sur n'importe quel livre je suppose. Nous avons chacun nos goûts et c'est tant mieux, c'est ce qui fait toute la richesse de nos rencontres. En tout cas un grand merci à vous deux pour nous faire partager votre avis et un grand bravo à Mlkklm pour l'avoir lu si rapidement. Chapeau, je suis impressionnée !

    RépondreSupprimer
  6. Bah, c'est un tout petit bouquin et le fait de le lire aujourd'hui m'a tenu éloigné de mon écran pendant un moment (ça compte, C et S, arrêtez de ricaner)

    Sinon, oui, c'est vrai, j'ai été violent, c'est une descente en flammes, désolé Simon. J'ai pas aimé l'ambiance et encore moins le "style"... Je trouve ça terriblement prétentieux et irritant... Par effet d'accumulation, ajouterai-je... Ce qui fait que j'aurais sans doute été moins violent si j'avais donné mon sentiment à la moitié du livre qu'à la fin...

    RépondreSupprimer
  7. Eh bien pour moi il reste un livre génial qui m'a bouleversée quand je l'ai lu. J'ai trouvé le personnage de Constance touchant et continuer d'aimer quelqu'un comme elle le fait je trouve ça beau. Je me suis aussi pas mal identifiée à Bob (pour des raisons personnelles de latiniste dépressive) et pour finir, comme je suis assez partisane du "style autonome" et que depuis Flaubert ils sont pas nombreux à essayer de le faire, Brautigan m'a comblée de ce point de vue là, et ça s'est confirmé avec tous les autres Brautigan que j'ai lu (c'est à dire, tous les autres Brautigan). J'aime bien les gens qui font un effort pour faire un peu autre chose que raconter bêtement des histoires, et j'aime aussi pas mal les trucs pas trop grand public, mais je fais pas exprès, c'est juste une constatation, c'est comme ça, et je m'y fais. ça ne m'empêche pas de lire des trucs estampillés "top des ventes" pour voir, et des fois il y a des trucs bien, mais il y a des auteurs moins reconnus qui sont mes auteurs chéris, mais c'est pas un parti pris.
    Populaire pas populaire, Brautigan me fait me sentir bien et je le garde, il se vendrait à des millions d'exemplaires je dirais la même chose.
    Je persiste à conseiller ce livre, je sais pas de quoi ça dépend et je ne sais pas pourquoi on l'aime ou pas. Mais pour moi, Brautigan n'est pas un escroc, mais un génie. J'ai été émue par cette histoire, époustouflée par le style, tant pis si ça fait de moi quelqu'un de prétentieux du même coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh, j'me sens pas bien tout d'un coup...

      Je rappelle que je n'ai donné que mon sentiment à chaud sur un livre, donc je n'y suis pas allé avec le dos de la cuillère. (C'est comme quand on s'assoit sur des orties, on trépigne en gémissant et le lendemain on peut en parler calmement avec le sourire).

      Donc, je ne l'ai pas aimé, ça c'est sûr... Il m'a énervé, ça c'est sûr aussi. Mais is j'avais attendu aujourd'hui pour en parler, je n'aurais peut-être pas été si véhément. Parce que conseil ou pas, s'il m'avait été insupportable, je l'aurais fermé avant la page 30...

      C'est vrai, j'ai écrit "Brautigan est un escroc", c'est pas bien, tu peux sortir le martinet, j'aurais dû écrire "je me sens floué à la lecture de ce roman qui n'est pas assez développé (euh, si je dis bâclé, j'en reprends une ?)

      J'ai trouvé le style prétentieux et répétitif. Ça ne fait pas des lecteurs qui l'ont aimé des gens prétentieux et répétitifs ! C'est mon avis sur le roman, rien de plus... Du style ampoulé aux compléments inversés je me lasse. Adoncques m'emporte dans mes commentaires. Qui deviennent agressifs. Ce que de m'emporter me laisse et le lendemain regrette.

      Si tu vois ce que je veux dire...

      (Et je n'ai pas le texte de Brautigan, c'est peut-être de la soupe de Pépin, le traducteur, on a déjà vu pire !)

      Il est vrai que le personnage de Constance est le plus beau et le plus courageux. Et que je peux aussi lire des bouquins pessimistes et intellos (et je ne m'en prive pas.)

      Peut-être aussi que fallait pas me le présenter comme plus haut... Je m'attendais à ce que le chroniqueur avait annoncé (et je pensais que c'était toi, Constance, j'avais zappé la phrase "voici ce qu'on en dit sur le net"). Sérieusement, celui qui a écrit ce texte N'a PAS lu le roman (sa phrase sur les Logan Brothers le prouve. Du coup, il a faussé ma lecture. Quand je pense que je ne lis même pas les 4e de couv et que j'ai lu ça...

      Honnêtement, ça n'aurait pas vraiment changé mon avis global (style, fin bulldozer), mais je me serais peut-être senti moins trompé et donc moins rageur...

      ;-)

      Supprimer
    2. Ah mais tu donnes ton avis, je n'y vois aucun problème. je l'ai dit, je ne sais pas expliquer pourquoi on aime Brautigan ou pas. Après, c'est vrai qu'autant de violence me surprend mais il m'arrive aussi de m'énerver pour des trucs donc ça doit être le même mécanisme.
      Je n'aurais pas présenté Willard comme on le fait sur le net ou même sur la 4° de couverture de mon exemplaire, mais c'est un peu compliqué à expliquer comme intrigue, parce que justement, c'est pas ça qui compte. Si tu trouves que le style de phrase t'évoque Yoda, je n'y peux rien, mais je ne suis pas d'accord, et même si ce n'est que mon avis, à moi aussi, j'avais envie de le souligner, c'est tout.

      Supprimer
  8. Merci Constance de ce commentaire qui me donne envie de le lire au plus tôt, ce satané bouquin, histoire de me faire ma propre opinion... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je le lirais volontiers. Constance, vous me le prêterez le jour où je passe chercher la photo de chat que j'ai gagnée?

      Supprimer
    2. D'autant que je l'ai toujours en deux exemplaires... Et je vous ferais même un gâteau!

      Supprimer
  9. A propos de littérature je me permet de signaler ma boutique Priceminister : Lanvernazal1 intitulée "Mon sévère vide-grenier" vous pouvez y trouver pas mal d'ouvrages de plus ou moins bon bon goût et même un martinet artisanal !

    RépondreSupprimer
  10. Ah j'oubliais ! un livre de poche qui n'est pas encore dans ma boutique : "Perverse Amandine" de Valdorge collection Esparbec ; sûrement un chef d'oeuvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tiens à préciser que je ne suis pas l'héroïne de ce livre et que mon pseudo n'en ai pas tiré !!! :-D

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.