jeudi 29 novembre 2012

Mise au coin




Comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, la fessée est un jeu de sensations davantage psychologiques que physiques (bien que ces dernières ne manquent pas, c’est indéniable). 

Une des actions visant à créer des sensations mentales particulières est la mise au coin. Elle peut survenir avant, pendant ou après la fessée. Pour ma part, je n'ai jamais expérimenté la mise au coin après la fessée, probablement parce qu'en ce qui me concerne ce jeu a une finalité de plaisir et, qu'après une fessée, j’ai juste besoin d’attention et de réconfort. 

La mise au coin avant la fessée fait partie des préliminaires qui permettent aux partenaires de se mettre dans l’ambiance. Elle survient généralement après la provocation mais avant la phase de réprimandes proprement dite, lorsque la fessée ne peut pas être donnée immédiatement ou simplement par la volonté du dominant. Je vais essayer ici de vous expliquer ce que j’ai pu ressentir dans ces moment-là (bien que, je l'avoue, cela fait bien longtemps que je ne l'ai expérimenté…).   

Si la mise au coin a lieu avant la fessée, le premier sentiment que j'éprouve est l’incrédulité. Si lors d'une fessée, j'aime le sentiment d'être traitée comme une enfant, là c’est peut-être un peu trop, quand même… Il faut vraiment que je prenne sur moi pour obtempérer (en vérité, il faut toujours que je prenne sur moi pour obéir, l’obéissance n’étant pas dans ma nature profonde... mais j’aime beaucoup le sentiment que cela me procure quand j’y arrive!). Je vis alors une première phase d’énervement où j'essaie de trouver tous les contre-arguments à ce qui pourrait m'être reproché. Mais ce n’est pas si facile de réfléchir quand on est énervée et surtout quand on ne voit rien… on perd tout contact avec l’autre et c'est un sentiment vraiment très désagréable. Le soufflé retombe donc assez vite, comme je n’arrive pas à me concentrer (je pense que je me sens trop en insécurité pour cela). La nervosité monte peu à peu, je me mets à l’écoute du moindre bruit qui pourrait me permettre de me reconnecter avec mon partenaire et l’attente devient vraiment pénible… quel soulagement lorsque les réprimandes commencent enfin! Donc m’envoyer au coin pour réfléchir à mes fautes ne marcherait absolument pas... Au mieux, ça me calme, c’est tout… 

Parfois la mise au coin a lieu pendant la fessée, lorsqu'on est obligée de l’interrompre pour aller chercher un instrument par exemple (bien que cela soit nettement plus drôle si la punie est envoyée le chercher… mais c’est drôle au second degré, donc ça me fait rire après, pas sur le coup!) ou pour répondre au téléphone, au facteur, au livreur de pizza (je plaisante, ce serait tout de même embarrassant). Pour peu que cette interruption ne dure pas trop longtemps, je dois avouer que cette mise au coin ne me dérange pas. Cela me permet de récupérer un peu et se sentir observée, sans que l’on ne puisse s’en assurer vraiment, procure une sensation assez étrange, assez excitante. 

Je n’ai jamais connue la mise au coin après la fessée. Cela ne rentre pas dans ma conception du jeu mais cette pratique est très utilisée en Discipline Domestique. J’avais ainsi trouvé un témoignage très intéressant ici, sur le blog de The Disciplined Feminist, où Vivian explique que dans sa relation avec son partenaire, la mise au coin suivait obligatoirement la fessée. Sa durée dépendait de la gravité du délit mais était d’au moins 20 minutes, parfois une heure, et parfois même plus! Cette mise au coin était une des choses qu'elle préférait dans la DD car cela lui apportait une paix intérieure et un niveau de spiritualité qu'aucune autre méthode de relaxation traditionnelle n’aurait pu lui procurer. Etonnant, n’est-ce pas? Je préfère trouver cette paix dans les bras de mon partenaire, mais il est vrai que ne suis pas impliquée dans une relation de DD... 

Enfin, je ne sais pas exactement quelles sont  les sensations que la mise au coin procurent au dominant mais je suppose que cela doit être assez excitant puisque cela matérialise bien son autorité. 




35 commentaires:

  1. Pecan nutjob29/11/12

    Nous ne pratiquons pas la "mise au coin" longue (peu d'intérêt de passer ou de faire passer 1/2h ou 1h à ne rien faire... et en plus pas le temps de nos jours). En revanche, nous le faisons (pas systématiquement) avant (par exemple, s'il reste quelque chose à ranger ou à préparer avant la fessée) et après (un peu de méditation cul nu ne fait pas de mal).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. e suis tout à fait d'accord avec vous sur la durée de la mise au coin, la faire durer si longtemps n'a pas aucun sens. Par contre, je ne suis pas convaincue de l'utilité du coin après la fessée, je pense que cette dernière, si elle est bien menée, est suffisante à "remettre les idées en place". Il me faut de la douceur et du réconfort à ce moment là...

      Supprimer
    2. Pecan nutjob29/11/12

      Cela dépend de notre humeur et d'autres facteurs... Le plus souvent, la fessée du soir est immédiatement suivie d'un gros câlin!

      Supprimer
  2. Qui est étonné que je me fende du premier commentaire ici ???

    ;-)

    "Il faut vraiment que je prenne sur moi pour obtempérer (en vérité, il faut toujours que je prenne sur moi pour obéir, l’obéissance n’étant pas dans ma nature profonde... mais j’aime beaucoup le sentiment que cela me procure quand j’y arrive!"
    Magnifique... On dirait que tu as écrit cette phrase pour moi...

    Une autre me reflète aussi assez bien : " Cette mise au coin (...) lui apportait une paix intérieure et un niveau de spiritualité qu'aucune autre méthode de relaxation traditionnelle n’aurait pu lui procurer"
    C'est exactement ça... Aussi dur, long et ennuyeux que soit cette maudite punition, qu'est-ce que je suis serein après... Je dors bien, je suis apaisé...

    C'est grave, Docteur ?

    (Bon, pour ce qui est du moment opportun, avant/après la fessée, tu sais que je suis un peu à part et pas vraiment concerné... J'suis pas un homme libéré, désolé :-( )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais sûre que ce sujet te plairait :-D
      Bon, alors tu fais partie de ces privilégiés qui atteignent le somment de la spiritualité au coin... je t'envie, moi, la spiritualité, je ne l'ai jamais trouvée nulle part :( mais c'est parce que je ne suis pas très libérée (des attaches terrestres bien sûr) comme femme! :-D

      Supprimer
    2. Lol

      J'ai en effet parfois non seulement le temps de trouver la spiritualité, mais aussi de dormir debout...

      Supprimer
  3. Pecan nutjob29/11/12

    En préliminaire ou en conclusion de la fessée nous pratiquons également parfois la toilette des fesses et de l'intimité. Rien de tel que devoir tendre les fesses au savonnage en sachant qu'une fois propres elle seront rougies....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas le rapport avec le sujet...

      :-P

      Supprimer
  4. Quel beau sujet, Amandine. Pour ma part j'ai appris à apprécier le coin pour vivre avec recueillement l'alchimie de la fessée. Cette transition que je ressens et qui part de la belle brûlure à des notions de plaisir physique. Ceci dit on se refait pas. C'est au coin que je conçois pas mal de sujets !

    En ce qui concerne dame Vivan, je la trouve pour ma part parfois trop spirituelle, notamment quand elle se perds dans la mythologie indienne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous concevez pas mal de vos sujets au coin, alors n'arrêtez jamais cette pratique, Isabelle, votre blog est trop passionnant!

      Supprimer
    2. Anonyme3/12/12

      bonjour moi aussi j'ai déjà etais au coin simplement même sans avoir reçu une fessée avant ...... ( mick59300 )
      ( md191@aliceadsl.fr )

      Supprimer
    3. Et alors, Michael, y as-tu trouvé la zen attitude?

      Supprimer
    4. Isabelle vient de révéler un des secrets des "bloggers punis réunis" : moi aussi je compose et écris dans ma tête un bon nombre de posts quand je suis au coin...
      (Certains ne voient d'ailleurs jamais le jour par la suite...)

      Supprimer
    5. Et bien, quand je vois la qualité de vos blogs, je me dis que le coin a bien du bon... finalement!

      Supprimer
    6. Ben ça, c'est gentil...
      (Et puis, ça donnera peut-être des idées au Superviseur... Même s'il n'en a probablement pas besoin :-D )

      Supprimer
  5. La vue de la femme au coin me fascine, j'en ai fait maintes dessins.
    Mais je n'ai pas l'impression que, si c'est un ordre venant de ma part, cela matérialise mon autorité. Je préfère que ça matérialise sa condition de fautive qui est punie.

    Ensuite, je n'ai pas beaucoup d'expériences car les quelques partenaires avec qui j'ai eu la chance de goûter au plaisir du jeu de la fessée jusqu'à présent, n'aimaient en général pas l'idée d'aller au coin.
    Si cela ne fait pas partie de leurs fantasmagories, de leurs désirs, cela n'a alors aucun attrait pour moi non plus. (cela doit vite être ennuyeux de la sentir s'ennuyer, même si elle offre un joli spectacle).

    Donc voici "ma théorie sur la pratique du coin" avec une personne aimant cela:
    Avant, oui c'est bien, cela met en condition, aide a sortir de la vie quotidienne pour entrer dans le jeu, mais il ne faut pas que cela s'éternise. Que cela lui rappelle la petite attente, le coeur battant un peu plus fort, devant le bureau du directeur quand elle était au lycée.

    Le coin pendant la fessée, oui c'est très bien. Cela peut marquer des petites pauses, entre le déshabillage progressif de la punie, mais aussi des changements de positions... (voir d'instruments pour ceux qui aiment).

    Le coin après la fessée, oui c'est très bien ... Quand c'est suivi d'une seconde fessée!! ;)
    Pour être certain que la leçon a été bien retenue!
    Ensuite vient le réconfort et la tendresse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sophie1/12/12

      Avant, pendant, après ... que des petits coins de paradis...

      Supprimer
    2. Décidément JPC, j'adore votre vision, vous avez parfaitement résumé la chose ! :)
      Concernant le fait de respecter les fantasmes de ses partenaires, il faut parfois savoir les dépasser un tout petit peu (tout en vérifiant que tout va bien pour sa partenaire pendant qu'on le fait, bien évidemment). Il y des positions par exemple que je n'aurais jamais voulu essayer, à priori, et puis en le faisant j'ai beaucoup aimé et surtout j'ai été très fière de m'être, en quelques sorte, un peu "surpassée". Bon, le mot est un peu fort, je le reconnais. Tant que le bon sens est là, il n'y a pas de raison de ne pas essayer les choses, au moins une fois. Parfois on a de bonnes surprises, et quoi qu'il arrive c'est toujours intéressant de se connaître un peu mieux...

      Sophie, vous avez raison, au Paradis nous y sommes... mais pas que dans les coins, hein! ;)

      Supprimer
    3. Je suis assez d'accord avec vous, JPC. Le coin après la fessée, comme le coin pendant longtemps, ferait assez logiquement partie le la fessée "punition", si on visait l'inconfort; si on se concentre sur la sensation physique, on peut se passez du coin. En revanche si on vise l'infantilisation et le trouble, c'est le moment d'y être envoyé qui compte le plus - quitte à l'agrémenter des raffinements: menace du déculottage, petite tape au moment d'y planter le ou la puni(e), écriteau dans le dos, position à genoux... Mlk pourrait poursuivre l'énumération.
      Et rien ne vaut des petits passages au coin dans une journée où on sent venir la fessée du soir...

      Supprimer
    4. A genoux ou avec un écriteau dans le dos, là, j'avoue que ce serait vraiment trop pour moi! Je pense que ma tolérance à l’humiliation est assez limitée en fait...

      Supprimer
    5. On pouvait s'en douter rien qu'en regardant la photo... qui est très esthétique et agréable à regarder... Mais le modèle qui pose là n'est absolument pas "au coin", malgré son petit air boudeur...

      Supprimer
    6. Quoi? Elle est pas au coin-coin ma poulette???

      Supprimer
    7. Bof... Y a ni honte, ni contrition, ni même rébellion dans son regard... D'ailleurs, si elle est au coin, comment ça se fait qu'on voit ses yeux ???

      Ça, ça en mérite une bonne et retour au mur pour apprendre la discipline, non mais !

      :-P

      Supprimer
    8. Je suis assez d'accord avec le fait de pouvoir dépasser les limites de ce qui avait été fantasmé au départ par la personne qui rêve a ce type de punitions.
      Cela est déjà arrivé dans mes quelques expériences et c'est très troublant pour les deux.
      Je crois que si il y a une réelle complicité dans le jeu qui s'installe, il y aura aussi beaucoup de consensualité dans les actes et dés lors beaucoup de choses sont possibles, si la punie se sent en harmonie et en sécurité avec celui qui la fesse.
      Et puis, il faut toujours un peu surprendre la partenaire dans ce jeu, par des gestes ou autres auxquelles elle ne s'attendait pas, cela personnalise la fessée, la rend un peu différente de celle d'avant et de celles qui, on l'espère, viendront après... ;)

      Le coin a genoux, même si graphiquement parlant ça a son charme symbolique, je n'aime pas dans la pratique.
      Ne fut-ce que pour une raison (mais il y en a d'autres): Le postérieur de la fautive
      est moins facilement accessible, que ce soit au regard ou a la main de celui qui puni. Hors cela vraiment fait partie du charme de la mise au coin je trouve.
      J'aime qu'il soit "in display" comme disent les anglais.

      Mais je comprend tout a fait ceux qui aiment être a genoux, avec écriteaux et tout ce qui s'en suit! ;)

      Supprimer
    9. J'aime beaucoup votre façon de voir les choses! Quand ça se passe comme ça, on vit vraiment un moment merveilleux... :)

      Supprimer
  6. Pecan nutjob3/12/12

    Amandine... mieux, à genoux, sur le lit, le torse sur les coussins, mais les fesses en l'air, bien rouges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, non, non, non! Après la fessée, c'est recroquevillée dans les bras de mon partenaire, sinon J'EN VEUX PAS, non mais!

      Supprimer
  7. Latis4/12/12

    Waouw! Quel enthousiasme pour le coin. J'avoue que je suis pas très demandeuse d'aller dans les coins, moi. Des bras, des bras, des bras. Je suis plus tactile que spirituelle sans doute.

    RépondreSupprimer
  8. Bizarrement, contrairement à certaines choses, le coin, ça n'a pas besoin d'être long pour être bon.
    On m'a déjà suggéré d'envoyer Simon au coin, au moins une demi heure ou une heure, après la fessée. Mais ça veut dire une heure sans câlin! Alors que, après la fessée, c'est ce qui est le plus important! (et qu'au quotidien, avec ou sans fessée, on est souvent collés l'un à l'autre comme un doryphore sur une patate) (j'ai un sens aigu de la métaphore) (et bien sûr, je suis la patate).
    Un autre petit rituel que j'aime bien, juste après la fessée: envoyer Simon regarder ses fesses dans le miroir pour voir la jolie couleur qu'elles ont pris, lui demander de revenir s'allonger en travers de mes genoux, "même si la fessée est finie", pour passer de la pommade sur ses fesses. Cela ne sert à rien parce que je ne lui fais jamais de bleu, mais j'aime bien. Et il a l'air d'apprécié ce traitement aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais tout dépend de l'effet recherché... Si c'était pour des punitions d'amour avec moult câlins derrière, je préfèrerais aussi que le coin ne s'éternise pas ou qu'il précède la fessée...

      Dans le cadre d'une punition, en dessous de 20 minutes, c'est comme si je n'y étais pas allé...

      Supprimer
    2. @ Constance : la pommade sur les fesses pour éviter les bleus, ça ne sert pas à grand chose, mais c'est tellement agréable...

      @ Mlkklm : d'un autre côté, moins de 20 min pour concevoir un sujet, c'est un peu juste!

      Supprimer
    3. Ha ha... Mais il y a des sujets courts... Avec juste une photo...

      Supprimer
    4. Ah oui, comme celui que tu as préparé pour demain? Parce que moi, j'ai attendu toute la journée dans la chambre, du coup, et j'ai rien préparé! Ah la la, si je vous chope toi et JPC...

      Supprimer
    5. Pour demain ? Ah la la... Je me mords les doigts d'avoir choisi le jeudi, parce que le mercredi c'est familial et je ne prépare rien...
      (Quoique, aujourd'hui, j'aurais pu, vu le nombre de posts que j'ai écrits/édités.)

      Dis donc, si tu ne postes pas demain, je te mets au coin, moi... Histoire de donner du corps à ce post !

      :-P

      Supprimer
    6. Ben quoi, il est pas joli le corps de mon post d'aujourd'hui? J'en trouverai pas tous les jours des comme ça, tu sais... :)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.