lundi 26 novembre 2012

Profiteroles



Tout le monde, ou presque, aime la vanille. Son goût standardisé est fait pour plaire au plus grand nombre, à  tel point que des compagnies multinationales en fabriquent une de synthèse, dont le marché est florissant.

Le chocolat noir, au contraire, a un goût plus fort, plus amer, plus complexe. Personne n’a jamais réussi à le synthétiser. Tout le monde ne peut pas l’aimer certes, mais, lorsque c’est le cas, il devient vite addictif.

Alors, doit-on opposer ces deux goûts? L’un serait réservé à une consommation de masse tandis que l'autre à une discrète élite? Bien sûr que non, nous avons tous besoin de la douceur de la vanille. Mais il serait tout aussi faux de croire que nous pourrions renoncer à la dimension spirituelle du chocolat sans se sentir profondément vide, à l’intérieur, du moins lorsque nous en aimons le goût...

Bon, il faut que j’arrête le régime, je sens que ça me tourneboule!


4 commentaires:

  1. En fait, le mariage que je préfère, c'est plus noix de coco- chocolat que vanille- chocolat, pourtant la noix de coco c'est standardisé aussi.
    Mon gâteau fétiche (parce que les profiteroles ça m'amuse pas plus que ça), c'est une génoise au chocolat, coupée en deux dans le sens horizontal, avec au milieu un crémage épais à la noix de coco, et tout le gâteau recouvert d'une chantilly maison au chocolat. On peut décorer avec des copeaux de chocolat.
    J'ai pas souvent la patience de le faire, mais ce truc, c'est mon équivalent à moi de la profiterole.
    (Ce gâteau atteint une dimension cosmique).

    RépondreSupprimer
  2. Cette description me met l'eau à la bouche... ce gâteau doit être divin, je n'en doute pas!
    Les profiteroles sont un peu ma madeleine de Proust. Quand j'étais enfant, nous allions parfois dans un restaurant qui en faisait de merveilleuses. Je n'en ai jamais retrouvées de telles (même pas celles de la Tour d'argent, c'est dire!). Bon, c'était peut-être juste l'émerveillement de l'enfance, je ne sais pas.

    RépondreSupprimer
  3. En fait,, tout comme Oscar Wilde je succombe à la tentation pour mieux y succomber.
    Pour le chocolat noir de préférence et parfois fourré de praline oud e noisettes et autres douceurs.
    Quand on me fait reproche de ma gourmandise, j'ai toujours l'argument imparable que je fais une carence en magnésium, non mais!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, il ne faut jamais résister à la tentation, pour peu qu'on ne fasse de mal à personne... :)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.