jeudi 15 novembre 2012

Spleen



Comme tous les troisièmes jeudi de novembre, nous pouvons aujourd'hui célébrer la sortie du nouveau millésime du Beaujolais Nouveau… Oui, je vous voie bien, vous faites déjà la grimace! C'est vrai que ce breuvage est loin d'être fameux et ne mérite guère de porter l'appellation de "vin". Mais, que vous le vouliez ou non, cela fait aussi partie de l’identité culturelle de notre pays (pardon à ceux que je choque en disant cela). Quand je vivais aux Etats-Unis, la sortie du Beaujolais Nouveau était célébrée partout... dans les moindres troquets fleurissaient les petits fanions aux couleurs "bleu, blanc, rouge". Je pense qu'il en est de même dans beaucoup de pays de par le monde. Alors c'est peut-être horripilant, ce n'est surement pas ce que notre pays produit de mieux, c'est assurément un grand coup commercial, certes... mais si on le voyait différemment, comme une occasion de faire la fête, tous ensemble… on se fiche pas mal du support, non ? 


Tout cela me rappelle à quel point Lyon me manque. Je n'y suis pas née, n'y ai aucune famille, mais j'aime énormément cette ville… pourtant si souvent méprisée par ceux qui ne prennent jamais le temps de s'y arrêter, qui se contentent de s'engloutir dans ce satané tunnel pour gagner au plus tôt les plages surpeuplées de la Méditerranée. C’est vrai que c’est une ville assez secrète, difficile à aborder, un peu comme une femme un peu trop belle peut être… mais si vous accordez un peu de temps à cette ville étrange, de grande histoire et de forte identité, vous ne pourrez être déçus : promenez-vous sur les quais du Rhône, visitez le petit marché d’Arts des bords de Saône, déambulez dans les traboules, flânez à la Croix-Rousse, visitez les vestiges gallo-romains de Fourvière, arrêtez-vous dans l'un des nombreux pubs irlandais, appréciez l’effervescence de la presqu’île, dégustez la gastronomie des "vrais" bouchons, faites une petite balade au parc de la tête d'or un dimanche matin, au soleil levant... Mais ce qui me manque le plus de Lyon, ce sont avant tout les gens qui aiment faire la fête, peu importe la raison...  ;-)

Ah, j’allais oublier, si par hasard vous étiez amenés à prendre le métro, place Bellecour…







4 commentaires:

  1. Lyon, Amandine, cette ville m'évoque l'atmosphère d'un film de Chabrol. J'ai depuis longtemps envie de m'y arrêter pour la découvrir, et depuis longtemps je ne fais que la contourner trop rapidement, en l'imaginant derrière un rideau de brouillard. Peut-être pour ne pas casser le charme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Derrière un rideau de brouillard (depuis l’aménagement des Dombes, il faut reconnaître qu'il y en a quand même moins souvent qu'autrefois) ou en plein soleil, cette ville est charmante... mais je ne suis pas employée par l’office du tourisme lyonnais pour autant :) J’y avais beaucoup d’amis, dont certains sont maintenant disparus. Ils me manquent terriblement et hier, en voyant les images de fête (en l’occurrence pour le Beaujolais nouveau, mais les lyonnais adorent faire le fête et les occasions ne manquent pas), j’ai eu comme un petit coup de blues…

      Supprimer
  2. Tant pis s'il n'a pas la cote chez les bobos, et même s'il n'aura pas le pouvoir de vous faire retrouver vos amis autrement qu'en pensée, moi je vous le recommande pour faire virer votre blues au rose : le petit verre de beaujolais nouveau :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vous avez raison, je l'ai même pas goûté du coup! :)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.