jeudi 22 novembre 2012

Un difficile équilibre




Comme je l’ai déjà dit, le jeu de la fessée est complexe et fait de nombreuses contradictions. Aujourd'hui je vais vous parler de l’une d’entre elles, qui m’interpelle tout particulièrement. Elle concerne l’attitude du dominant durant le jeu. 

Pour que la soumise se donne à lui, il faut obligatoirement qu'il se montre ferme, implacable, sans jamais montrer aucune faille. Un moment de faiblesse et la soumise s'engouffrera immanquablement dans la brèche pour essayer de se soustraire à sa punition (même si, en réalité, elle a terriblement envie de recevoir cette fessée, encore une contradiction!). La fermeté et la force permettent d’entretenir le climat de tension nécessaire au jeu. Mais pour que la livraison soit complète, il faut que aussi que la punie se sente en sécurité, et cela demande de la douceur. Tout l’art du fesseur consiste donc à manier subtilement fermeté et douceur pour amener la soumise à se livrer complètement. 


Je me souviens d’une fessée assez appuyée où mon partenaire me regardait dans les yeux de temps en temps, pour s’assurer que tout allait bien. Son regard était d’une telle douceur qu'il me faisait littéralement fondre tandis que les mots qu'il utilisait pour me « remettre à ma place » faisaient voler des milliers de papillons dans mon ventre. Ce fût, de ce fait certainement, l’une des meilleures fessées qu'il ne m’ait jamais été donné de recevoir… Trouver le juste équilibre entre fermeté et douceur est certainement l'une des choses les plus difficiles du jeu, mais au combien gratifiant lorsqu'on y réussit !




2 commentaires:

  1. Pecan nutjob23/11/12

    En tant que "spankee", j'aime que mon épouse se montre aimante, douce, mais en même temps ferme: aucune méchanceté, pas de paroles excessives ou de gestes malheureux, mais la fessée doit claquer et si c'est la "bonne fessée", elle doit faire mal aux fesses (mais sans excès).

    Nous sommes donc très loin d'un univers SM comme on le voit dans certains films. Ce serait plutôt, toutes proportions gardées, comme une situation maman/enfant ou gouvernante/enfant de jadis, où l'on donne la fessée tout en aimant. La différence est que le but est ici sensuel en plus de la punition (qui peut relever entièrement de la comédie, ou en partie d'un vrai désir de punition suite à une grosse bêtise... c'est compliqué dans ma tête!).

    C'est pour cela qu'il faut y aller prudemment avec les ustensiles. Bien entendu, si mon épouse s'installe sur mes genoux pour un "paddling" à la planchette à découper, elle s'attend à un derrière endolori, pas à quelques tapes ridicules!

    RépondreSupprimer
  2. Les très rares fessées que j'ai reçues en tant qu'adulte consentant ont toujours été empreintes de tendresse et de douceur.
    Même quand elles ont été bien claquantes et délicieusement brûlantes.
    C'est tout à l'honneur des ms 3 fesseuses occasionnelles

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.