dimanche 30 décembre 2012

Pleurer en secret

Latis et Stan viennent d'en parler cette semaine, du coup cela tourne dans ma tête... Alors pardon à tous ceux qui pensent, à raison, que je manque d'originalité mais l'un des (trop) rares moments où j'ai pleuré, malheureusement pas au moment voulu, m'est revenu en tête. Le voici...


J’écoutais battre son cœur, la tête posée là sur sa poitrine. J’écoutais son rythme calme, sa respiration tout aussi tranquille. Il dormait déjà, détendu, apaisé. 

J’avais encore son goût en moi. Je ressentais encore ces petites vagues furtives de plaisir, qui s’estompaient tout doucement. 

Je venais d’éteindre la lumière et n’osais plus bouger, de peur perdre la magie de ce corps enlacé au mien qui venait de m’offrir tant d’émotions. 

Et soudain je sentis couler ces larmes qu'il aurait tant aimé voir rouler sur mes joues lors de la fessée. Pourquoi venaient-elles maintenant, alors que cela n'avait plus aucune importance? Plus je pensais à cette absurdité, et plus mes sanglots redoublaient. Ils mouillaient sa poitrine, creusant des petits sillons à travers ses poils. 

Je me sentais terriblement malheureuse de ne pas être à la hauteur de ses désirs. 

Il aurait tellement aimé me voir pleurer. Il ne l’aura jamais vu. 

2 commentaires:

  1. Comme on a tous l'air de le dire au fil des anecdotes, ÇA ne se maîtrise pas. On m'a demandé une fois de poursuivre jusqu'aux larmes et même en la fessant de bon cœur, pouvez m'en croire, ça n'a pas fonctionné, l'attente était trop intense, peut-être, je ne sais pas.

    Donc je n'en ferai plus un "but" en soi, mais si ça arrive, tant mieux, même si c'est parfois surprenant et un rien décontenançant de voir craquer sa partenaire ainsi secouée de ces fameux sanglots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien que vous n'en fassiez pas un enjeu car l'absence de larme vient souvent tout gâcher! La plupart des spankers mettent leur virilité, ou tout du moins leur habilité, en jeu là dedans, or plus l'enjeu est important et moins les larmes viennent... du coup, on ne se sent vraiment pas à la hauteur et plus personne n'ose en parler.
      Or si on se réfère aux témoignages que l'on trouve sur le net, la plupart des spankees n'arrivent pas à pleurer. J'ai lu quelque part qu'il fallait écouter une chanson triste juste avant la fessée afin de faciliter la montée des larmes... et que si l'on a pleuré une fois, on pleure plus facilement ensuite. A essayer, donc.

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.