jeudi 10 janvier 2013

Une relation parfaite?




Tout ce qui concerne la Discipline Domestique me fascine. Elle implique un tel degré de confiance entre les deux partenaires que l'autorité est donnée et acceptée en permanence, dans n'importe quelle situation de la vie quotidienne, sans que l'on ait à interpréter un rôle ou à créer une situation artificielle. Je suppose que l'on n'atteint pas un tel degré de complicité facilement, cela nécessite certainement beaucoup de compréhension mutuelle et donc énormément d'amour… une relation parfaite, en quelque sorte! 

Je pense aussi qu'une grande part de ma fascination pour ce monde vient de ce que, dans ma propre vie, j'ai eu beaucoup plus souvent à essayer de convaincre mes partenaires de me fesser plutôt que de partager cette envie commune qui rend l'instant si magique. 

Cependant il y a une chose de la Discipline Domestique qui me dérange profondément et qui fait que je n'entrerai sûrement jamais dans ce mode de relation, c'est le fait d'avoir réellement mérité d’être punie. Bien sûr, pour éprouver du plaisir au jeu, il faut avoir le sentiment de "mériter" sa punition, c'est incontestable. Mais on sait très bien, au fond de nous, que « c'est pour de faux », que c'est juste un jeu. Arriverais-je à aimer quelqu'un qui pense réellement qu'il a le droit et le devoir de me corriger à tout instant parce que je suis imparfaite? J'avoue que cette idée me déplaît fortement, même si cela me permettrait sans doute de devenir une bien meilleure personne. Mais je ne suis pas assez sûre de moi pour arriver à assumer la vision permanente de mes imperfections dans les yeux de l'autre.

La Discipline Domestique n'est donc pas pour moi. Dommage, pour une fois que je n'aurais pas eu besoin de demander… 


6 commentaires:

  1. Ce serait bien d'avoir l'avis d'Isabelle sur ce sujet, mais je ne pense pas qu'une relation de Discipline Domestique basée sur des punitions réellement méritées soit viable pour un couple qui s'aime.
    Je dirais presque que c'est un piège de tomber là dedans.
    La complicité doit toujours être de mise entre les deux partenaires.

    Il faut absolument distinguer ce qui est du jeu érotique et ce qui est une tension, un différent dans le couple.
    Car celui qui fesse n'est pas forcément celui qui a raison et qui doit avoir le dernier mot.

    Mon regard là dessus est un peu différent du vôtre Amandine mais pour en arriver a la même conclusion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pensé au couple d'Isabelle en écrivant ce post, mais bien plutôt aux couples de DD traditionnelle (+ ou - chrétienne)tel que l'on peut le voir dans les très nombreux sites de DD anglo-saxons. Chez eux la fessée est clairement un outil punitif et le mari se doit de corriger sa femme pour chaque manquement aux règles d'usage dans le foyer, par une fessée tout ce qu'il y a de plus appuyée (elle ne doit pas être source de plaisir)... Personnellement, ça me semble surréaliste mais les couples qui tiennent ces blogs ont l'air très heureux et épanouis là-dedans.
      Le cas d'Isabelle me semble un peu différent, et à vrai dire plus proche du jeu/fantasme que d'une méthode éducative stricte, mais j'avoue que ce n'est pas très clair dans mon esprit. Donc si Isabelle passe le nez ici et a envie de nous en parler, nous en serons tous très heureux :)

      Supprimer
  2. Mais oui je passe régulièrement chez vous. Je m’intéresse particulièrement à la réflexion féminine sur notre fantasmes et à la sexualité dans son sens large. Alors je me sens à la bonne adresse ici.


    Pour ma part je ne pourrais pas vivre avec un homme qui pense réellement qu'il a le droit et le devoir de me corriger à tout instant. (Je me sens moins concernée par l'association de l'imperfection).Voila pourquoi la DD anglophone, notamment de teinture religieuse, telle qu'elle apparaît sur certains blogs me laisse à priori dubitative. Sans vouloir juger, j'y vois pour ma part une construction fantasmatique qui aimerait attribuer au monsieur une sorte de toute-puissance qui devrait combler certains désirs de la dame. Difficile de voir loin, nous ne sommes pas dans le couple. Mais n'oublions pas que c'est le plus souvent la dame qui demande une telle structure. Il doit donc se trouver quelque part la réalisation d'un désir qui échappe à la personne d’extérieure.

    Voila, c'est à partir de la réalisation d'un désir de la dame que je conçois la DD. Dans le sens que la DD lui apporte quelque chose quelle ressent comme positif pour sa vie, comme un surplus : du plaisir, d'épanouissement, de la concentration dans son travail (si, si) etc... Une DD phallocrate ou patriarcale n'a rien pour me séduire. Idem un monsieur qui envisage cette pratique uniquement par sa vision personnelle.

    La question si la punition se basant sur un motif réel ou fictif me semble très complexe. A chacune sa cuisine. Disons que j'aime bien une DD basée sur des punitions ressenties comme réellement méritées...fantasmatiquement. C'est à dire je suis le choix de mon irrationalité dans la réalité..dans des limites bien entendu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de venir ici et d'éclairer un peu notre lanterne, Isabelle! Vous avez parfaitement raison, il ne faut pas perdre de vue que la DD est appliquée entre adultes consentants et généralement à la demande de la personne soumise (ce mode de vie ne peut absolument pas être imposée à celle/celui qui reçoit la fessée). Il relève donc forcément d’un fantasme, ou du moins d’un besoin profond, et dans ce domaine chacun est libre de vouloir ce qu'il veut. Mais pour que la DD fonctionne, il faut que la fessée reste une véritable punition, sans plaisir associé, sinon il n’y a plus de notion de discipline… et c’est bien là que je réalise que ce n’est pas du tout mon monde. Mais même si la fessée ne procure pas de plaisir aux tenants de la DD, elle leur procure visiblement une grande sérénité et un grand bonheur, du moins c’est ce qui transparaît de tous les blogs qui y sont dédiés!
      Pour ce qui est de la "réalité" des fautes pour lesquelles les punitions doivent être données, j’avais déjà expliqué cela dans un précédent message mais personnellement j’aime bien être punie pour la transgression de règles toutes simples (et qui ne laissent donc pas beaucoup de doute sur le fait que j’ai choisi volontairement de les transgresser) mais jouer avec mes défauts réels me ferait un peu peur je crois, sans doute parce que j’ai vu trop de couples, qui ne s’aimaient plus, se "bouffer le nez" et se faire sans cesse des reproches…

      Supprimer
  3. Latis12/1/13

    J'ai déjà pensé à cela... Pour me dire la même chose: est-ce que le type de relation DD me conviendrait? Je n'en suis pas sûre non plus. Je suis je crois trop indépendante en couple pour réellement pouvoir accepter une vraie autorité, même érotique.
    Lorsque je suis fâché sur mon compagnon, il me parait impossible pour moi de me soumettre à des jeu de fessées.
    Une engueulade légère se règle par une bonne fessée, ok. Mais des disputes réelles, sur base de réels désaccords? Pas en ce qui me concerne. C'est justement le moment ou mon besoin de fessée disparait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, une crise grave ne peut absolument pas se régler par une fessée (même dans les couples pratiquant la DD traditionnelle, ce n'est pas le cas, je crois). Par contre, donner la fessée lors d'une petite tension peut parfois éviter qu'elle dégénère en plus grosse crise, ça j'en suis persuadée... mais encore faut-il se "sentir" de le faire à ce moment là!

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.