mardi 26 février 2013

Ce que ressentent les hommes



Que ressent mon partenaire lorsqu'il me donne une fessée? Nous nous sommes toutes posées la question.  J'en avais déjà un peu parlé ici, où tous s'accordaient sur le plaisir de recevoir la responsabilité et la confiance de la dame qui se livrait à eux. Cette responsabilité était considérée comme très valorisante et et le plaisir qu'elle procurait très profond.

Aujourd'hui je viens de trouver au autre témoignage sur le blog "Art of Authority", qui apporte un éclairage un peu différent. Bien évidemment chacun est différent et ressent donc les choses de manière particulière. Alors voici ce que nous livre ce bloggeur. 

Tout d'abord, il précise bien qu'il n'a pas un caractère autoritaire ou dominant dans la vraie vie. 
Mais lorsqu'il s'apprête à donner une fessée, il se produit un changement en lui, qui se traduit en premier lieu par une plus grande fermeté dans sa volonté... et dans le ton de sa voix! 
Plus il voit sa partenaire progresser sur le chemin de la soumission,  plus il sent croître ce sentiment de puissance et de volonté.  Il pense que cela peut, peut-être, avoir un lien hormonal, une montée de testostérone ou d'adrénaline...
Petit à petit, en voyant sa partenaire prendre du plaisir et ses fesses rebondir sous ses mains, il à l'impression de glisser vers un état de "masculinité absolue". Mais attention, ce n'est pas un état instinctivement "animal", où il se déchaînerait. C'est tout au contraire un état calme, presque méditatif, où il ressent très clairement le but à atteindre avec une clarté et une volonté qu'il ne ressent généralement  pas dans la vie réelle.
Il précise d'ailleurs que cet état d'esprit pourrait le conduire à donner une fessée trop forte. C'est alors que toute son expérience de spanker qui entre en jeu, pour ne jamais dépasser les limites de sa partenaire. 

Voilà, j'ai trouvé ce témoignage très intéressant parce qu'il n'est pas "langue de bois", ce que je trouve plutôt rassurant. Et puis j'aime bien l'idée que mon partenaire se sente envahi de "masculinité absolue" lors du jeu, puisque j'y ressens moi-même un sentiment de "féminité absolue"... 
Mais rappelons bien que tout cela n'a lieu que l'espace d'un instant, hors du temps, qu'en aucun cas ses notions "absolues" n'auraient de sens dans la vie réelle, bien évidemment!



38 commentaires:

  1. Bien sûr, même si je donne la fessée, je ne suis pas un homme, et je pense que j'aurais du mal à dire exactement ce que j'en pense, mais je trouve effectivement que c'est très intéressant d'avoir des avis et des témoignages différents. Je me demande s'il est possible de parler de "masculinité absolue" ou de "féminité absolue", dans un couple switch comme Simon et moi. Pour moi, cela se joue davantage sur le plan de l'abandon. Quand Simon est sur mes genoux, déculotté, je sens toute la confiance qu'il me fait, à quel point il se laisse aller. Et là, c'est à moi de jouer...
    Sans savoir exactement ce que je ressens, je sais au moins que c'est très troublant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment très difficile d'analyser les sentiments que l'on ressent, de part et d'autre, lors d'une fessée. Ils sont certainement beaucoup plus complexes que simplement se sentir « homme » ou se sentir « femme ». Pour ma part, je pense qu'une part importante de ma féminité s'exprime à travers ce jeu. Mais si je devais évoquer les sentiments les plus forts qui m'envahissent au moment où je suis fessée, je crois que ce serait la sécurité et la sérénité, assez paradoxalement en fait!

      Supprimer
    2. Je ne sais pas si c'est si paradoxal que ça ... Qui dit fessée dit faute qui sera pardonnée.
      Ce qui est rarement le cas avec les erreurs que l'on peut commettre dans notre vie d'adulte, ou l'on doit ensuite les assumer seul en subissant les conséquences.

      Alors même si ce n'est qu'un jeu, je peux comprendre le sentiment de sécurité et de réconfort qu'éprouve celle qui reçoit la fessée... Ce sentiment rassurant de ne pas être délaissée même quand on n'a fait d'énooormes bêtises!

      Supprimer
    3. C'est vrai que la notion de pardon joue pour beaucoup dans le sentiment de sécurité et de réconfort que l'on ressent lorsque l'on est fessée… même si le pardon recherché n'est pas forcément celui de la faute commise (surtout si la dite faute n'a été commise que pour conduire au jeu) mais bien plus souvent celui de ne pas être parfaite, à ses propres yeux.

      Supprimer
  2. scapin26/2/13

    Dans une relation de couple nous ne sommes pas deux mais deux fois deux, QUATRE: la part masculine et la part féminine de chacun. Lorsque je DONNE la fessée à ma partenaire, d'un coté je ressens cette "masculinité absolue" qu'évoque le témoignage cité par Amandine. Ma main se prend pour un sexe qui donne du plaisir. Ma main administre, fouille et "pénètre" les chairs de ma partenaire et lui arrache des cris de jouissance. Il se peut qu'un doigt traîne et esquisse une caresse. De l'autre coté je m'IDENTIFIE à la personne fessée. Lorsqu'elle tend ses fesses vers ma main, c'est moi au féminin qui suis avide et envieux de RECEVOIR ce que je lui donne. Je lui fais un "cadeau" que j'ai choisi comme s'il était pour moi. IL y a cette dualité qui me rend Switch. J'aime donner. J'aime aussi recevoir. Pour être comblés mes cotés masculin et féminin ont droit aux mêmes égards. Alors OUI en situation de fesseur comme de fessé le sentiment de sécurité et sérénité est pleinement ressenti!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ce merveilleux témoignage qui prouve bien, à qui aurait encore un doute, que la fessée n'est rien d'autre qu'un magnifique acte d'amour!

      Supprimer
    2. Latis28/2/13

      Un magnifique acte d'amour???

      C'est mignon... Mais je pense surtout que c'est juste un fantasme sexuel.
      Après cela, tant mieux et heureusement qu'il y en a qui s'aiment!

      Supprimer
    3. La fessée est un fantasme, c’est certain, donc chacun s’en fait sa propre représentation.

      Il y a des gens (principalement des hommes, je pense) qui la vivent simplement comme un acte de relaxation. Peu importe, donc, la personne qui les fessera.

      Pour d’autres, leur fantasme est surtout axé sur une forme de relation parent/enfant ou professeur/élève. Ils n’ont donc aucunement besoin de sentiment amoureux pour le vivre, bien au contraire.

      Pour moi, ce fantasme se vit uniquement dans le cadre d'une relation amoureuse. Je ne pourrais jamais concevoir de me faire fesser par une personne pour laquelle je n'éprouve aucun sentiment, je n'en aurais vraiment aucune envie, aucun besoin.

      Alors à chacun de bien choisir son partenaire, pour être sûr de partager le même fantasme et d’être parfaitement sur la même longueur d’onde. Il ne suffit pas juste d’aimer la fessée pour jouer ensemble.
      Et ce n’est pas toujours simple, les personnes que l’on rencontre n’étant pas forcément franches (certains veulent tellement goûter à la fessée qu'ils sont prêts à dire n'importe quoi).
      Il faut donc rester très prudent et ne jamais se laisser berner par le doux chant des sirènes.

      Supprimer
    4. Sophie28/2/13

      "Un fantasme surtout axé sur une forme de relation parent/enfant ou professeur/élève". Pas seulement, Amandine. Je pense qu'il peut s'agir également d'un vrai désir de domination de la part d'un fesseur et donc d'un besoin implicite de soumission de l'autre. Le temps du jeu peut être, mais ça peut devenir bien plus SM que les rapports que vous évoquez.

      Supprimer
    5. Tout-à-fait Sophie, mais en fait j'excluais de mon propos les relations SM qui, pour moi, ne sont pas de même nature que le jeu de la fessée, parce que l'esprit et le degré de soumission sont différents. C'est justement le thème abordé dans mon billet d'aujourd'hui...

      Supprimer
    6. Sophie28/2/13

      Quant à se laisser berner par "le doux chant des sirènes", pour avoir clairement affiché mes tendances "aime la fessée" sur certains sites de rencontre "généralistes", on identifie vite les messieurs qui en parlent, mais ne pratiquent pas vraiment, sauf à vouloir vous faire un petit panpan culcul pour passer à autre chose. Non, le danger potentiel, ce sont ceux qui en parlent bien, ceux qui vous promettent de "transformer la douleur en plaisir, comme on transforme le plomb en or" (sic) car on est très tenté de les croire.

      Supprimer
    7. Il m'est arrivé de me laisser berner une fois de la sorte... et de découvrir, au moment du passage à l'acte, que tout cela n'était que du vent et qu'il n'avait jamais donné de fessée! C'était dommage, le manque d'expérience ne gêne en rien, je trouve même cela assez charmant. Mais encore faut-il être au courant pour pouvoir guider un peu et faire en sorte que la fessée soit belle... et qu'elle ne ressemble pas à l'une des innombrables vidéos qu'il avait du regarder et essayait de reproduire, sans aucune âme, donc...

      Supprimer
    8. Sophie28/2/13

      Vous avez surement raison, les bons menteurs doivent exister et personne n'est à l'abri de se laisser berner.

      Supprimer
    9. scapin2/3/13

      Un fantasme sexuel, la fessée? Non un fantasme reste une rêverie hors de tout passage à l'acte. Or pour nous tous qui visitons ce blog il y a longtemps que nous sommes passé à l'acte. Le fantasme de fessée n'existe que pour ceux qui n'y ont pas gouté mais rêve de le faire sans encore oser. Mais pendant que nous fessons ou que nous sommes fessés c'est quoi le fantasme? Qu'imaginons nous pendant la fessée. Quelles sont les représentations mentales qui nourrissent notre plaisir. Manifestement c'est chacun son fantasme. Il me semble cependant à lire les commentaires des uns et des autres que la fessée aurait à voir avec la sodomie. En serait-elle un prélude pour beaucoup? Mais là encore cela ne peut que renvoyer vers d'autres fantasmes, à d'autres imaginaires. Bref c'est un jeu sans fin. Finalement l'élément fédérateur reste que la fessée nous donne à jouir. Et pourquoi? Mystère.

      Supprimer
    10. Non, non, je ne pense pas que nous pensions à la sodomie pendant la fessée (en tout cas pas moi, mais il m'est arrivé d'avoir un partenaire qui n'aimait pas la fessée mais qui adorait la sodomie, du coup il me donnait la fessée juste pour avoir accès à la sodomie).
      Disons que moi (et juste moi), je n'arrive pas à m'ouvrir à la sodomie si je ne suis pas fessée avant. Est-ce une question de détente musculaire ou d'état d'esprit, je ne sais pas trop. Mais quand je suis fessée, je ne pense pas à ça, je me laisse emporter par les sensations de mon derrière, je suis infiniment reconnaissante envers mon partenaire et parfois je me demande si il sait, lui, à quel point je l'aime? Voilà! Mais jamais je ne pense à l'après...

      Supprimer
    11. J'aime beaucoup votre blog, à la fois charmant, troublant, qui évite l'excès, et ne recherche que l'échange de bonne compagnie sur un sujet... brûlant. Je suis un adepte de la fessée pour l'esthétique des gestes, la découverte progressive de la beauté intime lors du déculottage de la belle, et l'alternance de tendresse et de violence contrôlée, introuvable dans la vie courante. A mon sens, l'envie de sodomie vient à la femme fessée si l'on s'y prend bien, en alternant caresses et fessée d'une part, et en centrant la fessée sur le tiers inférieur des fesses, ce qui provoque une vibration des centres très riches en fibres nerveuses proches du sexe - les mêmes qui procurent à certaines - pas à toutes hélas, - un plaisir intense à cette pénétration. Je reviendrai sur la notion de punition, importante à mon sens, associée au principe du pardon, et tout à fait délicieuse si bien préparée psychologiquement - me disent mes partenaires. Je dirai mes méthodes, peut-être pas très originales, mais sur lesquelles j'aimerais échanger des idées.

      Supprimer
    12. Merci beaucoup Erik pour ces gentils mots. Vous avez une très belle conception de la Fessée et je suis impatiente que vous nous en disiez un peu plus sur votre manière de la vivre… elle semble délicieuse!

      Supprimer
  3. monsieur H27/2/13

    je relierais mon ressenti à celui que j'éprouve en pratiquant la sodomie. Un sentiment de toute puissance, de contrôle absolu de ma partenaire, de possession, bien plus fort que lors d'une pénétration vaginale. Il en va de même quand je fesse ou que je cravache

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi aussi sodomie et fessée dégagent des émotions très semblables... au point que j'aime vraiment allier les deux! Par contre, je ne suis pas trop attirée par la cravache, qui me semble trop proche du BDSM, mais je ne l'ai jamais essayée donc cet avis ne vaut guère!

      Supprimer
    2. Monsieur H28/2/13

      A votre service si vous voulez tenter l'expérience ;-)

      Supprimer
    3. Tenter l'expérience de la cravache? Non, non, cet instrument ne m'inspire vraiment pas... il ne parle pas à mon imaginaire, je crois!

      Supprimer
  4. Oui, une expérience propre à chacun...
    au passage, j'en profite pour saluer cette image qui rend divinement bien hommage à l'expression: "le joufflu" qui qualifie parfois cette paire de fesses qui nous occupent tant l'esprit... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, même si cette image n'est pas de très bonne qualité, les fesses de la dame demeurent néanmoins très «appétissantes»... et j'aime bien l'atmosphère qu'il se dégage de cette photographie, elle me parle :)

      Supprimer
    2. Je salue le coup d'oeil du camarade Flow (et lui par la même occasion) ;)

      A défaut d'être explicite sur ce ressent un homme qui fesse, la photo en dit pas mal sur son désir a vouloir fesser.

      Alors bien sûr qu'une femme ce n'est pas qu'un joufflu pour nous les hommes (pauvréés diabléés :o) mais le désir de pouvoir "abuser a notre guise" de cette partie si appétissante et intime de votre anatomie est loin d'être un détail dans notre envie de devenir fesseur.

      Supprimer
  5. Je suis tout à fait d'accord sur la sérénité pendant la fessee et la sodomie et le fait que cette photo soir très bien faite, assez touchante et qui éveille les envies!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis heureuse que cette photo vous plaise! C'est vrai qu'elle éveille les envies (pour les hommes comme pour les femmes, pour celui qui donne comme pour celui qui reçoit...).

    RépondreSupprimer
  7. Exactement merci beaucoup. Sinon pour la référence aux fantasmes il faudrait bien plus qu'un message nous avons tous de plusieurs sortes et particulières à chacun!

    RépondreSupprimer
  8. En ce qui concerne la cravache, j'ai essayé il y pas mal d'années mais dans des contextes différents ! J'ai aimé me servir de la cravache ou accordé et/demander que mon ami s'en serve avec moi. En fait je fais de l'équitation mais

    RépondreSupprimer
  9. Jamais aucune des 2 cravaches que j'ai encore au bas de mon lit et jamais aucune n'a approché de près ou de loin un cheval

    RépondreSupprimer
  10. j'ai eu ce genre de rapport dans des relations sulfureuses mais aussi en couple stable de plusieurs années et le fairt d'avoir quelques sentiments est plus fort mais l'érotisme aussi est très important .
    Le mieux c'est avec quelqu'un en qui tu as confiance, de la tendresse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense qu'il faut vraiment ressentir quelque chose de profond pour celui qui nous fesse, que ce soit de l'amour ou une profonde amitié/tendresse. Sinon, sincèrement, je ne vois pas l'intérêt de se faire fesser. Si ce n'est que pour les sensations physiques, autant se fesser soi-même!(et en plus, on prend moins de risques...):)

      Supprimer
    2. Vous avez tout à fait raison et je me retrouve a nouveau beaucoup dans vos propos. C'est vrai que cela serait moins risqué si c'est juste pour cela " Mieux vaut être seul(e) que mal accompagné", non, ;). En ce qui concerne la sodomie c'est pareil pour j'ai aussi eu un ami qui ne me fessait que pour cela mais n'était pas fan au départ. Je ne pense pas forcément à la sodomie dans mes relations mais c'est nettement plus excitant , plus agréable de pouvoir s'offrir ainsi après une " bonne fessee "!

      Supprimer
  11. Pour ma part, la fessée n'a rien à voir avec la virilité. Il faut dire que je n'ai de toute façon aucun goût pour la "domination". Non, la fessée érotique est tout simplement un régal des sens. Lorsque je donne une fessée, je ressens et j'espère faire ressentir un plaisir purement sensuel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fessée érotique est toujours un régal des sens, mais j'aime bien penser qu'il y a en jeu une petite touche de virilité... je trouve cela rassurant, et du coup j'en éprouve d'autant plus de plaisir! :)

      Supprimer
  12. Je suis assez d'accord avec vous la dessus .

    RépondreSupprimer
  13. Je ressens la même chose cette notion de vérilité, d'exitation et d'émotions !

    RépondreSupprimer
  14. recevoir une fessée c'est surtout ressentir un riche bouquet de sensations. Quelque soit la personne qui l'a donne.. une fessée reste une fessée.
    Evidemment, dans le cadre de jeux amoureux,la fessée revêt un aspect plus ludique et intime qui n'enlève rien à ce qu'est une vraie fessée.. ce moyen qui sert à corriger.
    Je ne serai pas catégorique à affirmer qu'une fessée érotique soit meilleure qu'une simple fessée... on peut éprouver l'orgasme que ce soit avec l'une ou avec l'autre.. qu'en pensez vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec vous,Arnaud, tous les types de fessée procurent des sensations fortes, quelles soient punitives ou érotiques. Je pense que l'intensité des sensations que l'on peut ressentir dépend avant tout de notre état d'esprit du moment. Parfois nous avons envie d'être punis et une fessée érotique peut nous laisser en frustration. Parfois nous sommes plus légers et nous n'aspirons à rien d'autres qu'une fessée érotique. C'est pourquoi, à mon sens, il ne faut jamais se laisser enfermer dans un seul genre!

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.