mardi 9 avril 2013

Fessée symphonique




Si la fessée était une musique symphonique, laquelle serait-elle? Il y a mille et une manière de jouer, donc mille et une réponse à cette question. Chacun a sa playlist personnelle, bien cachée au fond son univers fantasmatique. Voici une toute petite partie de la mienne...


Une des fessées que j'aime à jouer est sans aucun la Farandole de l'Arlésienne.



(0:00) Tout commence par de sévères réprimandes... 
(0:18) La punie se défend, les reproches sont injustes et elle le fait savoir haut et fort, elle n'est coupable en rien... 
(0:35) Temps d'attente : la présumée coupable est envoyée au coin ou dans la chambre... Elle a le cœur léger, elle pense que ses arguments ont portés, qu'elle ne sera punie que très légèrement.. mais petit à petit, le doute s'installe. Et s'il était réellement fâché!?  S'il n'avait pas cru un mot de ce qu'elle lui avait répondu? Son cœur s'accélère, les papillons commencent à s'envoler dans son estomac... 
(0:58) Il l'appelle et elle revient à lui. Elle essaie encore d'argumenter mais il, demeure inflexible... 
(1:21) Il est temps de prendre place sur ses genoux, son cœur bat à tout rompre... 
(1:32) Les claques commencent à tomber tandis que les réprimandes se font de plus en plus insistantes... (1:45) Elle essaie une dernière fois de ce défendre, timidement, car elle sait très bien qu'elle ne gagnera pas cette fois-ci. Il l'écoute calmement en caressant doucement ses fesses... 
(1:51) Mais comme elle s'y attendait, son discours ne le convainc pas et la fessée reprend... 
(2:03) Les claques cessent et font place aux caresses. Son esprit divague. Elle commence doucement à se relâcher, elle sent monter le désir en elle, de plus en plus fort, jusqu'à perdre pied... 
(2:28) Soudain les claques reprennent, de plus en plus fort. C'est un déluge, elle ne peut plus respirer... jusqu'au bouquet final.



Dans un genre complètement différent, le Boléro est bien agréable lui aussi. A réserver aux longs dimanches après-midis pluvieux où l'on a envie de rien, si ce n'est de faire l'amour. 


Là, pas de réprimande, il ne s'agit que de plaisir à l'état pur. Une fessée qui commence tout doucement, où l'on essaie plusieurs instruments juste pour le plaisir de ressentir des sensations différentes. Le rythme se maintient mais l'intensité monte tout doucement, progressivement, jusqu'à l'orgasme. Un beau programme, quoi! 


Enfin, la Marche Turque de Mozart représente bien la fessée impromptue, celle donnée sur le champs et sans concession, immédiatement forte. Celle que l'on pense ne jamais devoir finir... 

 



PS : Pardon à tous les mélomanes d'avoir ainsi dénaturé l'oeuvre de Bizet!

15 commentaires:

  1. scapin9/4/13

    Ecoutez MOZAMBIC (Album Turbulence) Michel Portal. Sur You Tube.
    Voilà qui irait bien, non? 8 minutes et des poussières, ça le fait non?
    C'est un dialogue vif, entrecoupé de sacrées scènes d'action.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voici le lien direct.
      Pour les amoureux du jazz et du saxo, pour les esprits libres et non linaires, pour les dimanches après-midis pluvieux (ou pas, après tout on s'en fiche du temps), pour laisser, de temps en temps, toute sa place à l'improvisation... un magnifique morceau!
      Merci, Scapin, pour cette belle découverte! :-)



      Supprimer
  2. Quel dommage que personne au quotidien ne soit là pour apprécier avec toi la grande musique ; ce serait soirée concert tous les jours ! et en haute fidélité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Paul! Un concert tous les soirs... je ne suis pas sûre que mes voisins apprécieraient! :-D

      Supprimer
    2. Pour la fête de la musique alors ? mais plus long , plus sonore et plus coloré que le feu d'artifice de la tour Eiffel de l'an 2000 ! et bien sûr le 14 Juillet et le 31 décembre mais dur seulement trois fois par an quand on a le rythme dans la peau non ?

      Supprimer
    3. Trois fois par an pour les grandes symphonies, et tout le reste de l'année pour les petites musiques de chambre... bon, c'est toujours mieux que rien, je suppose! :-)

      Supprimer
  3. Oui le Boléro est exquis pour la fessée!

    Dans le même genre, long est crescendo il y a l'ouverture de Guillaume Tell
    http://www.youtube.com/watch?v=xoBE69wdSkQ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, ce morceau est excellent pour occuper les longs dimanches après-midis d'hiver. Mais je n'ose imaginer le saut que doit faire le coeur de ta demoiselle quand les trompettes retentissent! Whaou...

      Supprimer
    2. C'est ce qu'on appelle un beau final mené à la baguette de main de Maître ;)
      désolé je n'ai pas pu résisté au jeu de mot lol

      Supprimer
    3. Un chef d'orchestre, alors, tu es... ;-)

      Supprimer
  4. Bertrand11/4/13

    Le commentaire de l'Arlésienne est génial avec la petite flûte exprimant les supplications de la dame et les cordes à l'unisson figurant la voix sévère de monsieur: excellent!
    Vous ne défigurez pas Bizet, au contraire vos en expliquez des aspects jusque là inconnu ! (A quand la fessée de Carmen par le toréador?)je n'en dirais pas autant de l'interprétation de l'orchestre ici, très approximative. Quant à la marche turque pour piano et batterie : une horreur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bertrand pour ce gentil commentaire! :-)

      En fait, je n'ai pas pu choisir les vidéos que je voulais. La plupart des vidéos de concert que l'on trouve sur U-Tube sont protégées par les maisons de production et on ne peut pas les visionner directement sur nos propres blogs, même en en copiant les codes (il faut obligatoirement revenir sur U-tube pour pouvoir les visionner, ce qui rendait difficile l'explication de texte...). Je n'ai donc eu qu'un choix extrêmement limité parmi les vidéos non protégées.

      Par contre, la marche turque pour piano et batterie m'a amusée...

      Supprimer
  5. Bertrand13/4/13

    Alors vous êtes pardonnée. et moi peut être un peu trop puriste. En tous cas ça donne des idées pour accompagner en musique le juste châtiment. je ne sais pas ce que je prendrais (en tant que donneur), une marche genre chœur de Verdi avec les enclumes (je crois que c'est dans Le trouvère) : la musique est d'abord assez calme puis on attend le refrain, impatiemment pour le fesseur, anxieusement pour la punie ... et puis zim boum boum, on y va carrément!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le trouvère de Verdi est un EXCELLENT choix, qui me touche d'autant plus que cette musique aurait parfaitement orchestré la dernière fessée que j'ai reçue. Merci de nous l'avoir soufflé, Bertrand! :70:

      PS : et un :10: à mon délicieux chef d'orchestre, bien sûr...

      Supprimer
    2. Bertrand26/4/13

      De rien de rien, tout le plaisir est pour moi, très touché de vous avoir touché!

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.