dimanche 19 mai 2013

Parce qu’on s’en fiche des lapins !




« Où est votre chambre ? » 

Il se décidait enfin à passer à l’action... 

Il avait fait plusieurs fois allusion à la punition qu'elle méritait de recevoir, mais elle n'avait jamais vraiment pu savoir s'il était sérieux ou s'il la taquinait. D'un côté, il lisait le blog, assidûment même, il savait donc qu'elle adorait recevoir la fessée. Mais d'un autre côté, ils n'avaient jamais parlé de jouer ensemble, jamais flirté même… et puis, ils se vouvoyaient encore. Ils se connaissaient à peine quand elle y réfléchissait bien. Cela semblait si étrange! 

Il lui prit doucement la main pour l'amener à se lever. 

« A l'étage » répondit-elle dans un murmure. A cet instant, elle n'osait pas le regarder. 

Elle ne put s'empêcher de jeter un regard à travers les grandes baies vitrées du salon, comme si ses voisins pouvaient les voir et comprendre, par cette seule main donnée, la scène qui allait bientôt se jouer. 

« Vous ne voulez tout de même pas la recevoir ici ? » lui demanda-t-il. 

« Non, voyons, on pourrait être vu ! » 

Elle serra sa main un peu plus fort et l'entraîna vers l'escalier. 

Tout cela paraissait si irréel.  Ils s'écrivaient depuis plusieurs semaines maintenant, mais n'avaient jamais parlé de jouer ensemble. Ils n'avaient même jamais flirté. Ils s'étaient juste contentés de se raconter leur vie, de parler de leurs peines ou de leurs joies. Elle savait son cœur ailleurs, alors de là à imaginer qu'il pourrait se passer quelque chose entre eux... Même si elle l'avait espéré, elle n'y croyait pas vraiment. 

Arrivés sur le palier de l'étage, il hésita. Il y avait quatre chambres. Laquelle choisir? Il se dirigea naturellement vers la plus grande. 

« Ce n'est pas la mienne » lui dit-elle. « Mais nous pouvons officier là, si vous le souhaitez, c'est la chambre d'amis ». 

« Non, dites-moi où est la vôtre » 

Elle le conduisit donc dans sa petite chambre mansardée, celle où elle se sentait bien. Il l'embrassa et s'assit sur le lit en l'attirant à elle. Elle prit place sur ses genoux. Elle sentait son cœur battre de plus en plus vite. Les dés étaient jetés maintenant, à lui d'écrire la suite de l’histoire. 

Il lui caressait doucement les fesses à travers le tissu de sa jupe. Il prenait mesure de sa propriété.  Quelques tapes amicales... peut-être voulait-il en mesurer la fermeté, le coefficient de réfléchissement? Il souleva un peu sa jupe et elle sentit tout le sang quitter son visage. 

Merde, il va être déçu… 

Elle n'avait pas mis les bas qu'il affectionnait tant. Ceux-là étaient si peu confortables! Elle leur préférait, de loin, les collants trompe l'œil, ceux qui font croire que l'on porte des bas, qui sont tout autant sexy mais tellement plus confortables… sauf qu'ils ne pouvaient faire illusion face à un homme venu vous fesser! 

Elle se leva précipitamment. 

« Puis-je enlever mes collants ? » 

« Oui, bien sûr » répondit-il, un peu surprit tout de même. 

Elle le fit et, rassérénée, se rallongea sur ses genoux. Cette fois, tout était parfait et elle pouvait se laisser aller à sa main experte. 

Il commença à la fesser. Doucement, au départ, puis de plus en plus fort. Elle ne disait rien, seuls quelques soupirs s'échappaient de ses lèvres. Mais ses fesses ne marquaient pas. Elles rosissaient à peine. Il décida d'augmenter la force des claques. Elle tint bon un moment, mais ses jambes commençaient à remuer dans tous les sens, jusqu'à esquisser de véritables ruades. Il décida d'en arrêter là. Pour une première fessée, il estima que ce n’était déjà pas si mal, après tout.

Il la prit dans ses bras et ils s'embrassèrent. 

« Prends-moi, s'il te plait» 

C'était la première fois qu'elle le tutoyait. Cela le fit sourire. Il lui fit tendrement l'amour. Sa douceur contrastait avec la brûlure de ses gestes passés! Ils firent l’amour doucement, sans hâte, sans précipitation. Ils avaient besoin de connaître et d'apprivoiser leurs corps. Il lui donna plusieurs jouissance, mais de son côté, retenait la sienne… à force cela l'énerva. Elle voulait qu'il prenne du plaisir, lui aussi, pas question pour elle de jouer les reines d'un jour! Alors qu'il se trouvait au-dessus d'elle, elle lui donna impulsivement une claque sur les fesses. Ses fesses étaient d’une incroyable douceur… cela la surprit, vraiment. Elle ne put s'empêcher  de lui en donner une autre, puis un autre encore... Elle tapait trop fort. C'est ce qu'il lui dit, en tout cas. Les fesses des hommes sont plus sensibles que celles des femmes, visiblement. S'en est-elle arrêtée là ou est-elle allée plus loin, elle ne s'en souvient plus bien. Elle est allée beaucoup plus loin par la suite. De cela, au moins, elle en est certaine...  

C'était leur première fois ensemble. Il y en eu beaucoup d'autres par la suite, durant cet étrange week-end, et après. Mais tout cela est une autre histoire!


24 commentaires:

  1. Ah non non non ! On ne s'en fiche pas des lapins ! Sans les lapins pas d'histoire et cela eu été trop dommage ! Je vais tout relire pour la peine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Latis19/5/13

      Elle était pas inspirante, MA chambre?? ;-)

      Supprimer
    2. @ Ellie : Non, non, Ellie, n'encourageons pas ces messieurs à utiliser de si piètre vrai faux ou faux vrai prétexte. Quand on voit les terribles conséquences que cela peut avoir. Non, le "tiens, c'est drôle, samedi je passe dans ta ville, on pourrait se voir!" est très bien, je trouve... avec un lapin en peluche ou un petit bouquet de fleurs! :-)

      @ Latis : ben oui ma louloute, on allait quand même pas se livrer à une pareille débauche dans TA chambre. On a beau aimer la fessée, il y a des choses qui se respectent, quand même!

      Supprimer
  2. Superbe histoire, Amandine.

    Mais pourquoi enlever vos collants, c'est parfois tout aussi sexy pour la fessée !

    La jeune femme sur la photo est magnifique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pascal! :10:
      Et c'est vrai, mes collants sont super sexy! Mais le problème, c'est que pour la fessée, ils restent des collants, donc ne sont pas faciles à faire glisser vers le bas pour le déculottage. Mais l'avantage, c'est que Monsieur m'a offert des bas, la fois suivante... c'était vraiment très touchant (même si je ne les ai pas mis plus de 5 minutes parce que franchement j'ai l'impression d'être déculottée avant le déculottage avec ce genre d'accessoire...)! :-)

      Supprimer
    2. J'aime donner la fessée lorsqu'elle porte des bas. C'est très agréable, et il y a toujours la culotte à baisser, dans ce cas, je laisse la jupe relevée pour la fessée.
      Mais j'adore aussi les collants, avec ou sans culotte en dessous. Si après avoir relevé la jupe, je m'aperçois qu'elle porte des collants, alors je la relève et lui enlève complètement sa jupe ou sa robe et je profite un long moment de la vue qui m'est offerte avant de la déculotter complètement...

      Supprimer
    3. C'est vrai que porter des collants oblige souvent le fesseur à relever la punie pour pouvoir la déculloter. Cela est beaucoup plus honteux pour la fille (enfin, c'est ce que je ressens) mais c'est une forme de honte que j'adore... Du coup, Pascal, vous m'avez convaincue, je continue à mettre des collants! (et de toute façon, je trouve les bas un tantinet trop provocants pour me sentir vraiment à l'aise en les portant) :-)

      Supprimer
    4. Alors, si je vous ai convaincu, c'est le principal... Mais n'oubliez pas les bas, c'est parfois très plaisant aussi !
      Comme vous, c'est tout à fait ce qui me plait avec les collants, j'enlève dans un premier temps jupe, comme je vous l'ai dit, puis je peux aisément fesser par dessus les collants. Et quand vient le moment du "déculottage", je relève la punie et la met face à moi pour descendre son collant puis sa culotte. Sensations de honte garanties pour la punie, qui ne pense jamais être déculottée ainsi. Et cela me permet de découvrir ses fesses pour la fin de la fessée...

      Supprimer
    5. Messieurs les fesseurs, par pitié, prenez exemple sur Pascal.... sa façon de faire est réellement délicieuse! Moi, je veux la même chose, tout le temps!

      Supprimer
    6. ça c'est très gentil ! Je prends ça pour un compliment.
      La même chose tout le temps, ce serait surement ennuyeux, mais je déborde d'idées, alors...

      Supprimer
    7. Mais c'était un compliment!
      Sincèrement, j'aime bien cette façon de faire... :-)

      Supprimer
    8. Je n'en doute pas...

      En ce moment après un "déculottage" comme celui-ci, et après quelques claques la culotte aux chevilles, je la fait relever une dernière fois, pour achever de la déshabiller. Et c'est complètement nue, que je termine la fessée.

      Supprimer
    9. Je suis assez d'accord avec Mr Pascfz, il ne faut surtout pas faire la même chose tout le temps ... Il faut savoir surprendre en restant dans les limites de ce qu'elle va aimer ... Ou aimer découvrir.

      Par contre, pour ce qui est ensuite d'ôter totalement collants et culottes, qu'elle se retrouve littéralement tout a fait déculottée, la position OTK est très pratique pour le fesseur et elle rend impossible a la punie la possibilité d'éviter cette nouvelle "mesure disciplinaire". Elle ne peut que subir cette embarrassante confiscation sans savoir jusque quand elle va finir...






      Supprimer
    10. J'aime beaucoup votre manière de vivre les choses JPC. Vous avez tout-à-fait raison, il n'y a rien de plus délicieux que d'être surprise (dans le bon sens du terme, bien évidemment). Après, collants ou bas, baissés aux genoux ou complètement enlevés, toutes les manières sont bonnes, du moment qu'une douce chaleur irradie notre postérieur à la fin... :-)

      Supprimer
  3. Toxxland20/5/13

    Vraiment un très beau récit Amandine, Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Toxxland! :10: Ça me fait plaisir de te savoir ici, j'espère que tout va bien pour toi!

      Supprimer
    2. Toxxland22/5/13

      Mais tout le plaisir est pour moi :)

      Supprimer
  4. scapin21/5/13

    Personnellement je trouve que les collants c'est la face opposée au string. L'un et l'autre sont peu érotiques. Peut-être que les filles trouvent les bas inconfortables à porter. Mais aujourd'hui les bas se fixent sans accessoire. Que dire alors des bas d'autrefois, portés avec un serre taille ou un porte jarretelle. Accessoire qui ont fait et vont encore rêver bien des garçons. On ne vous demande pas Mesdames de mettre un porte jarretelle tous les jours (encore que), mais si de temps à autre on en découvre un à l'occasion de votre fessée favorite, sachez que vous mettrez en joie quelque uns des garçons qui passent par ici. Evidement la culotte se met par dessus tout cet attirail, et quand on la fait glisser, reste que le beau tableau qui se découvre est parfaitement mis en valeur par un bel encadrement. Et toc! Quoi vieux cochon ... Qui a dit ça?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M. Scapin, on voit que vous n'avez jamais vu mes magnifiques collants en trompe l’œil qui sont TRES sexy! Si, si! Alors de là à les traiter de "face opposée au string", me voilà vexée comme... une (vieille? vous exagérez carrément là!) cochonne.

      Alors justement, puisque vous parlez des bas autocollants, autoserrants et automerdouillants, je ne les aime pas du tout parce que je ne me sens pas tenue là-dedans. J'ai toujours peur qu'il y en ait un qui dégringole... en pleine rue, tant qu'à faire! Par contre, j'ai eu l'occasion un jour d'essayer un serre taille PJ, et là j'ai vraiment adoré la sensation! Cela met délicieusement la taille en valeur et nous tient tout chaud au ventre... un délice! Mais voilà, face au prix absolument indécent qui était affiché, j'ai pensé à la famine dans le monde, au choléra, à la peste et à la galle... et j'ai reposé prestement l'objet de mes désirs!

      Donc des bas, oui, mais uniquement avec un ravissant serre-taille (et pas avec un simple PJ qui franchement n'est que vulgarité à mes yeux). Mais pour ça, il faudra attendre la fin de la récession... ou les soldes!

      Supprimer
  5. scapin21/5/13

    Voilà qui est plaisant Amandine. Vous êtes une vraie esthète. Il n'y a pas mieux que les bas classiques. Vivement la fin la fin de la récession et de la famine ... allez non, juste les soldes, ça suffira. On va pouvoir fantasmer à mort en vous lisant dès le mois prochain!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne fantasmez pas à mort, croyez-moi, cela ne vaut vraiment pas la peine de mettre sa santé en danger pour si peu... (ou alors vous être un véritable fétichiste des bas et PJ!) :-D

      Supprimer
    2. Coucou Amandine, je suis toujours la même Sofia et votre histoire est belle et très bien écrite, il ne me reste qu'à espérer qu'elle est la votre... ;-D

      Supprimer
    3. Alors comme ça vous êtes devenue princesse, Sofia! Je me demande si Sam n'y est pas pour quelque chose? :-)
      Oui, il s'agit bien d'une petite scène de ma vie et je suis certaine qu'il y en aura encore beaucoup d'autres, toutes aussi jolies...

      Supprimer
  6. Il est vrai que ces mots m'ont aidé a libérer la princesse déjà en moi ;-) Je me réjouis sincèrement pour vous et j'ai hâte de vous lire ;-D

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.