samedi 11 mai 2013

Une envie soudaine



Ça m'a pris soudainement, sans que je ne m'y attende. Alors je me suis précipitée sur le téléphone.

- S'il te plait, la prochaine fois, ramène ta cravache. Je ne l'ai jamais reçue et j'en meure d'envie.

Bien sûr qu'il a dit oui, c'est un gentleman !

Sauf qu'une heure après, il me rappelait pour me dire qu'il avait retourné sa maison de fond en comble et pas moyen de remettre la main sur sa cravache (après avoir perdu un martinet, au bureau, et une cravache, à la maison, je commence à me demander s'il n'y aurait pas un(e) amateur(trice) de fessée dans son environnement proche…).

- Si tu veux, en sortant du bureau je passerai à Décath en acheter une?

- Non, ce n'est pas grave, on ira ensemble, samedi.

Et me voilà repartie dans mes rêves. J'étais Kim, et lui Mickey…





Le samedi arriva vite, et avec lui mon bel ami… Après un rapide déjeuner et une moins rapide séance de fessée/câlin, revoilà que cette envie resurgit sournoisement.

- Je veux une cravache! Dépêche de t'habiller, les magasins vont fermer!

Et lui, obligé de renfiler son pantalon en vitesse pour me suivre dans la voiture... Direction Caen, là-bas il y a le plus grand Décath que je connaisse! C’est sûr qu'on va y trouver des cravaches, c'est pas possible autrement, le magasin est IMMENSE…

Sauf qu'à Décath, ils ne vendent pas de cravache. Enfin, pas de cravache digne de ce nom, pas de cravache pour donner la fessée. Et voici mon rêve qui se brise en mille morceaux. On en a pris deux, quand même, histoire de ne pas être venus pour rien… mais on savait bien (enfin surtout lui, moi j'avoue que j'y connaissais rien…) que ça n'allait pas faire l'affaire. L'une d'elle était beaucoup trop large pour être efficace (on pourrait peut-être découper le bout, non?) et pour l'autre, l'embout était beaucoup trop rigide pour ne pas risquer de se faire très mal.

Devant ma mine déconfite, le cœur de mon ami se brisa (je plaisante) et il sortit sa baguette magique (non, non, arrêtez, il y avait plein de monde)... son smartphone !

- Allez viens, on va à Deauville. Là-bas, il y a plein de boutiques d'équitation et on trouvera bien ce qu'il nous faut.

- Non, laisse tomber, le temps d’arriver là-bas, elles seront toutes fermées (il était déjà 19h).

On est rentré à la maison, on a essayé les cravaches… et comme il l'avait prévu l'une ne se sentait absolument pas, tandis que l'autre ne m'a laissé en souvenir qu'un très vilain bleu.

Voilà, maintenant vous savez pourquoi je vis en état de frustration permanente depuis deux semaines. Mais bon, ce n'est pas pour autant que je suis de mauvaise humeur… non, non... quoi que.



27 commentaires:

  1. Sourire Amandine, j'aime ce genre d'envie qui se révèle dans l'urgence alors que des années durant ça ne nous avait pas effleuré ... Y penser, l'imaginer devient à partir de ce moment là, une douce vibration dans le bas ventre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Chilina, ces envies sont délicieuses et nous font sentir tellement plus vivantes...

      Pour la cravache, jamais je n'aurais pensé en avoir envie un jour, très sincèrement. Et puis voila! Je pense que la confiance que j'ai en mon partenaire y est pour beaucoup! :-)

      Supprimer
  2. J'adore la photo qui illustre ton article, elle représente tout ce que j'aime dans le BDSM.
    Sensualité et Soumission dans un cadre domestique. La première que j'ai vu cette photo, j'ai vraiment été touché. Je suis bien resté une dizaine de minute à la regarder comme je peux regarder un Van Gogh ou une photo de Patrick Demarchelier...

    Sinon tu as des envies sympas ;)
    Tu as tout-à-fait raison pour tout ce qui est cane, cravache il faut bien choisir son instrument et avoir toute confiance en son partenaire sinon ça peut faire mal et pas comme on aime lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens c'est drôle, toi aussi tu aimes Van Gogh! Mon peintre préféré, de loin, ses œuvres et surtout leurs couleurs magiques... j'aime à y perdre ma pensée, en les contemplant.
      Pour en revenir à la fessée, la confiance est le point essentiel et j'ai une confiance absolue en mon ami. Je sais très bien que JAMAIS il ne me ferait de mal (peut être parce que lui même est switch et donc comprend parfaitement ce qu'il fait) et du coup il me fait découvrir beaucoup de choses que jamais je n'aurais osé, si je n'étais avec lui.

      Supprimer
  3. Cette scène de "Nine Weeks and Half" est bien une petite merveille suggestive et les vendeurs sont excellents.

    Décathlon, à fond la forme.

    Un magasin d'accessoires d'équitation, oui, évidemment, c'est préférable.

    Quand on habite près de Deauville, ça aide. Et cette histoire vraie est très drôle, quand le rêve ne rejoint pas la réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le réalité rejoint rarement le rêve... mais c'est tant mieux! Les souvenirs dont nous nous souvenons avec tendresse sont rarement ceux qui ont atteint le nirvana, mais simplement ceux où nous avons été tant heureux de partager la même attente.
      Pour Caen, c'était stupide de ma part de vouloir y aller alors que j'habite beaucoup plus près de Deauville. Je crois que je préférais l'anonymat d'un Décathlon plutôt que de risquer d'aller dans une boutique du coin où, connaissant la facétie de mon ami, il n'aurait pas manqué de laisser entendre au vendeur l'usage présagé de l'instrument... alors qu'en vérité cela m'aurait beaucoup amusée!

      Supprimer
  4. Brigit12/5/13

    pas besoin d'aller à deauville, si j'en crois g**gle, il y a tout ce qu'il faut à caen, en tout cas un PADD. personnellement, j'aime bien même si leur choix est limité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour cette adresse, Brigit. Si nous allons y faire un tour et y trouvons notre bonheur, je ferai un petit post, promis!

      Supprimer
  5. Desdémone12/5/13

    Ah ! Amandine, ce genre d'envie me fait rêver, surtout après la drôle de journée que j'ai eue hier...

    Il faudra transformer ce premier essai n'est-ce pas ? Et nous décrire les nouvelles sensations obtenues grâce à cette technique.

    Certainement il vous faudra un peu de mise en scène : l'utilisation d'un tel accessoire nécessite une mise en marche de l'usine à fantasmes non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si nous nous procurons enfin l'objet adéquat (mais mon ami me l'a promis, donc je n'ai aucun doute là-dessus) je ferai certainement un nouveau post... même si je dois avouer que les aventures qui ne se passent pas aussi bien que prévu m'amusent plus, au final, que celles qui se réalisent exactement comme on l'avait envisagé. :-)

      Supprimer
  6. Ah, étonnante adresse et des dizaines de cravaches, oui. D'ailleurs j’apprends à cette occasion que la plupart sont en fibre de verre... Moi qui pensais cuir et bois, je suis un peu déçu...

    RépondreSupprimer
  7. J'avais bien aimé "Nine Weeks and Half", mais un VRAI film sur le SM reste à faire et le restera encore longtemps, je le crains... Adrian Lyne a dit à l'époque qu'il était impossible de faire un film sur le SM sans se faire massacrer.
    J'ai finalement vu récemment "la Secrétaire", film sur lequel il y aurait bien des choses à exprimer par rapport à ce que la rumeur imbécile en a dit, résumant l'oeuvre à une vague scène de claquage de cul...
    Mais je m'égare, sans doute, excusez-moi, Amandine !...

    Oui, les cravaches pas chères chez go...S ou d... lon, sont en fibre de verre. Matériau vulgaire, certes, mais souvent efficace. Si on vise Hermès et le vrai cuir tressé, çà fait de la fessée coûteuse...
    J'y songe, remarquez bien !... Quand on aime...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "9 semaines et demi" a été une sorte de révélation pour moi, durant mon adolescence. J'avais déjà vu des films avec des scènes de fessée, mais elles étaient toujours punitives, violentes et sans consentement, donc elles ne me troublaient pas plus que cela.
      Et puis j'ai vu ce film. Outre que je trouvais les images très belles (on était dans les années 80, maintenant elles feraient un peu kitch, je suppose), les acteurs merveilleusement sexy, il y a une scène qui m'avait littéralement scotchée : Mickey Rourke entre dans l'appartement avec sa ceinture à la main et dit à kim Basinger (Elisabeth dans le film) "Tu as été très vilaine, c'est mal, Elisabeth. Je veux que tu te mettes face au mur, que tu enlèves ta jupe. Je vais te donner une fessée". Cela a été un vrai choc pour moi (même si en réalité, il n'y a pas eu de fessée, Kim l'ayant refusé), la fessée pouvait donc être donnée dans un cadre amoureux, je n'en revenais pas! Je crois que j'ai vu et revu cette scène une bonne centaine de fois, au point que la bande VHS n'était plus que neige à cet endroit là... :-D

      Supprimer
    2. cher Waldo, j'avais supprimé ma petite phrase sur un grand sellier, la jugeant un tantinet snob, je vous que vous l'êtes un peu vous même ;)
      sinon, il suffit de chercher cravache + micocoulier et on trouve des petits choses à se faire expédier... enfin je dis ça, je dis rien...

      Supprimer
    3. Merci pour cette précieuse information, Brigit! Les cravaches en micocoulier sont réputées pour être extrêmement robustes, tout en demeurant incroyablement souples.
      En acheter une, c'est pour la vie... donc l'investissement devrait en valoir la peine!

      Supprimer
    4. scapin17/5/13

      Je suis allé jeter un oeil sur le site. Effectivement c'est une excellente information et on peut se procurer directement à la fabrique un objet de grand luxe pour un prix défiant toute concurrence, évidement plus cher que les cravache en toc de décathlon, mais 8 fois moins chez que lorsqu'elles sont griffées HERMES et vendues dans cette boutique.

      Supprimer
  8. scapin13/5/13

    Le truc pour se procurer un belle et efficace cravache (à l'instar de celle que nous décris l'ami Waldo) c'est de chiner dans les brocantes sauf à avoir les moyens de filer directement chez Hermes ou ses équivalents de luxe. Sacher qu'il y a bien des gens qui ont dans leur grenier un tas d'équipement équestre au rebus. Lorsque les adeptes de l'équitation ont un jour ou l'autre jeté l'éponge. Mis au revus leur équipement et qui souvent datent ... peut-être pas de Mathusalem mais d'un temps pas si éloigné ou TOUTES les cravaches étaient en cuir tressé. Alors parfois, les jours de chine, on trouve de petites merveilles (et même d'autres comme des martinets etc etc).
    Allez Amandine, courage, il faut se lever tôt et aller chiner. Du coté de Deauville ce doit être une mine
    Sinon il faut arpenter les club équestre, si je vous jure il y a des tas de cravaches bien ... culotter (ça se dit ça) dont on peut faire bon usage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des clubs équestres, c'est certain qu'il n'en manque pas ici, mais je n'en suis malheureusement pas membre... donc pas de cravache "culotée" pour moi! D'un autre côté, l'idée de passer après une jument ne m'émoustille pas le moins du monde (et ce n'est pas uniquement parce que je suis allergique au crin, je pense que c'est plus l'association d'idée qui ne me plait pas... je ne suis pas prête de jouer les ponygirls, je vous le dis!).
      Mais bon, tout cela n'est pas bien grave et l'envie de cravache s'évanouira tout aussi rapidement qu'elle est apparue, c'est certain. Et puis un jour, peut-être...


      Supprimer
    2. Desdémone14/5/13

      Si votre Monsieur à bien compris votre envie l'idéal serait qu'il vous attende un soir avec une cravache posée bien en vue quelque part.

      Par exemple, qu'il vous fasse reproche d'une broutille que vous n'auriez pas accomplie, qu'il s'inquiète du fait que la fessée à la main ne vous "redresse" plus convenablement, habituée que vous êtes, et qu'il annonce que la punition aura lieu dans votre chambre. Quand vous vous y rendez, une cravache est posée sur le couvre lit : en cuir, polie et sombre, vous n'en connaissez pas l'origine... Il vous demande de relever votre jupe...

      Supprimer
    3. Cela ne se passera jamais ainsi, mais j'aurais bien aimé, c'est certain. Tout cela restera un rêve... après tout il en faut bien pour continuer à avancer! :-)

      Supprimer
    4. Desdémone15/5/13

      "jamais ainsi" pourquoi ?

      il était bien d'accord pour vous accompagner en acheter une.

      Supprimer
    5. Certes, mais de là à s'en servir dans ce scénario-là, je suis sceptique. Il ne me semble pas que ce soit son univers fantasmatique. Mais moi, j'avoue que cela me plairait bien! :-)

      Supprimer
  9. Mais où est passé votre post sur l'ESAT les Micocouliers ??? De l'artisanat d'excellence, je peux en témoigner...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai retiré car un de mes lecteurs m'a fait remarqué, à juste titre, que cela pourrait porter préjudice au CAT, et cela je ne le veux en aucun cas...
      Mais dites moi, avez-vous déjà commandé chez-eux? Expédient-ils leurs merveilles? Laquelle avez-vous choisie et vous donne-t-elle entière satisfaction? J'ai hâte de vous lire parce que celles de décathlon ne m'ont pas du tout convaincues. :85:

      Supprimer
    2. Ils expédient, et j'ai déjà commandé, oui... Mais pas une cravache : pour moi, cet instrument est très connoté éducation anglaise, et mon cœur et mon cul ne rêvent que de cuir et d'une cravache Swaine Adeney Brigg. Un peu cher, certes, mais après moult déconvenues, je sais qu'un achat de cette nature est au final, à mes yeux et pour ma bourse, un bien meilleur investissement qu'une quantité de pis aller décevants et qui cumulés représentent un budget tout aussi conséquent ! Cependant, j'aime aussi beaucoup l'idée d'aller chiner ces objets et leur tout petit supplément d'âme sur des brocantes et autres vide-greniers de campagnes. On y fait de jolies ballades, et l'on y déniche parfois de véritables trésors.

      Supprimer
    3. Merci beaucoup pour tous ces renseignements Ula. Effectivement, les cravaches Swaine Adeney Brigg sont de bien belle facture et on en trouve parfois sur e-bay dont le prix n'est guère plus élevé que celles des micocouliers.
      Mon ami est comme vous, il adore fréquenter les brocantes et autres antiquaires dans l'espoir d'y dénicher quelques merveilles. Il y a déjà trouvé moult martinets, mais la plupart d'entre eux sont si sévères que nous ne pouvons nous en servir qu'avec grande parcimonie (quand je pense qu'autrefois, ces instruments étaient faits pour châtier des enfants!). Il a trouvé également un très beau manche, que nous avons reconstitué en martinet à l'aide de quelques lanières de cuir commandées sur le net. Plus efficace qu'un martinet de bazar, mais tout de même moins douloureux que les martinets anciens. Et puis, il est un peu comme notre bébé, maintenant (en plus des 7 lapinous, ça commence à se peupler méchamment ici)! :-D

      Supprimer
    4. Si vous saviez ce que les afessionados peuvent trouver sur ebay !... De la culotte fendue de nos grands-mères au martinet de poilu, du tablier de soubrette au véritable tawse écossais, des dessins de Waldo à... Bon, je m'arrête là de cet inventaire à la Prévert, mais il y a de quoi faire... ou de quoi rêver.

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.