mardi 25 juin 2013

Un week-end en rouge et gris




Il lui avait dit qu'elle serait punie. Il le lui répéta tous les soirs de la semaine. Elle n'y croyait pas vraiment. Une punition, c'est facile à promettre quand on se trouve à des centaines de kilomètres l’un de l’autre. Mais face à face, c'est une toute autre histoire...

Pourquoi devait-elle être punie? Il lui avait demandé de l'écrire sur son blog. Cela faisait partie de la punition. Elle n’en avait aucune envie, mais elle s'exécuta sans peine. Cela l'amusait, au fond. Il semblait qu’elle ait manqué de confiance en elle, de confiance en lui, de confiance en eux surtout. « Une petite fille capricieuse », voici la manière dont il avait perçu les choses... Cela l’avait surprise quand il le lui avait expliqué. Jamais elle n’avait eu l’intention d’être capricieuse. Jamais elle n’aurait voulu l’être, en tout cas. Il fallait qu'elle fasse attention. Même si elle aimait être fessée, elle ne voulait pas pour autant en devenir pénible. Et puis c'était vrai qu'il manquait d'attention envers elle! Si elle ne l'avait pas toujours contacté cette semaine, pas une seule fois ils ne se seraient parlés...

Plus la date de leur retrouvaille approchait, plus elle sentait monter ce mélange de joie et d’excitation qui la faisait tant vibrer. La peur, cette fois-ci, c’était également invitée à la fête. Elle avait beau adorer être fessée, il ne l’avait encore jamais punie pour "de vrai". Elle ne croyait pas vraiment qu’il allait le faire, pour autant, toute notion de punition lui étant, à lui, étrangère. 

Sur le chemin de la gare, elle ne savait que redouter le plus. Etre punie ou ne pas l’être? Ne pas l’être, bien sûr! La laisser seule avec ses doutes, ses remords, la honte de s’être mal conduite, la peur qu’il pense du mal d'elle, qu'il ne lui pardonne pas… 

Ils se sont retrouvés, ils étaient heureux de se revoir et il ne fut plus question de punition. Tout se passa bien. Le bonheur peut être très simple, parfois. 

Mais dire qu’elle ne fût pas déçue serait mentir. Ils ne s'étaient jamais compris sur ce point. Qu’il la punisse aurait signifié qu’il tenait à elle, qu’il tenait à leur relation, qu’il ne voulait pas que s’installe entre eux ni rancune, ni incompréhension, ni aucune de ces petites choses qui peu à peu s’accumulent et éteignent la flamme. 

Lui n’était pas d’accord avec ce point de vue. La fessée était un plaisir et devait le rester, sous peine de verser dans la violence domestique. La fesser pour lui faire l’amour était une merveille. La fesser pour lui faire mal n’avait aucun sens.

Ils firent donc l’amour et non la guerre, cette nuit-là...

Le lendemain ils devaient se rendre à un festival et elle en était ravie. Ses premiers pas sur un tapis rouge… Cela le fit sourire, lui, l'habitué blasé de tout ce décorum. Mais pour elle, c’était un moment réellement marquant. Ils devaient aussi y retrouver des amis à lui, très sympas. Elle aurait pu passer un moment  délicieux s’il ne s’était mis, devant eux, à la vouvoyer. Pourquoi faire semblant de ne pas la connaître? Avait-il honte d’être avec elle? Elle ne dit rien mais ne le laissa pas faire. S’il voulait jouer ce jeu-là, ce serait sans elle… et elle ne se priva pas de le tutoyer en retour! Mais même si elle n’en laissa rien paraître, elle était profondément blessée. 

De retour à la maison, elle monta directement se coucher. Lorsqu'il la rejoignit, elle pleurait, doucement. Il ne comprenait pas pourquoi. Elle lui expliqua qu'elle n'était pas habituée à autant de froideur dans une relation de couple. Il lui répondit qu'elle se trompait, qu'il n'était ni froid, ni distant. Mais qu'il n'aimait pas les démonstrations, sous aucune forme. Il trouvait horripilant, par exemple, qu’elle lui tienne la main quand ils se promenaient, qu’ils avaient nullement besoin de ce genre de geste pour se prouver leur attachement. Qu'ils n'avaient pas non plus besoin de se parler tous les jours quand ils étaient séparés (ce qui avait fait l'objet de leur première dispute)...

Le matin venu, il tenta une approche en lui caressant tendrement les fesses, ce qui la fit prestement sortir du lit. Sa décision était prise, puisqu'il voulait de la distance, qu'il en soit ainsi!

Lorsqu'ils eurent déjeuné, ils allèrent visiter le musée d'art moderne de la ville. Ils parcoururent les salles, à distance respectable l'un de l'autre, et n'échangèrent pas plus d'une dizaine de mots pendant toute la visite. Il était embêté, du moins elle en eut l'impression. Mais elle était toujours amère.

De retour à la maison, elle s’installa sur le canapé pour consulter ses mails sur son ordinateur portable. Il s’assit à côté d’elle sans dire un mot et attendit patiemment qu’elle termine son travail. Au bout de quelques instants, il lui prit l’ordinateur des mains et le posa sur la table basse. Il la tira à lui, l’allongea sur ses genoux, souleva sa robe et commença à claquer doucement ses fesses. Comme elle ne réagissait pas, il s’enhardit à baisser sa culotte et à la fesser un peu plus fort...

Petit-à-petit, il la sentit se détendre. Toutes les tensions accumulées ces derniers jours commençaient doucement à  s’évanouir. 

- Gronde-moi, s’il te plait. J’en ai besoin.

- Tu mérites une grosse fessée et c’est précisément ce que tu vas recevoir! Ton attitude a été inacceptable cette semaine… et ce week-end, c'est encore pire!

Les claques s’abattaient et résonnaient dans la pièce. 

Mais il ne se sentait pas à l’aise. Même si personne ne s’attardait dans la rue par ce temps pluvieux, une personne osant braver les intempéries aurait pu les voir. 

- Viens dans la chambre.

- Non, je veux rester ici.

- Dépêche-toi !

Elle se leva à contrecœur et le suivit. Il s’assit sur le lit et la fessée reprit. C’était une véritable punition. Celle qu’elle avait espérée et craint toute la semaine. Celle dont elle ne voulait plus quand elle était en colère. Celle qui avait le pouvoir magique de répandre, en elle, calme et sérénité... 

Elle était allongée sur le lit à présent. Les lanières du martinet lui zébraient les fesses. Celui-là -même qu’elle ne supportait pas habituellement. Aujourd’hui elle le sentait à peine. Elle avait envie d’avoir mal mais n’y parvenait pas. Elle était anesthésiée, le travail des endorphines, sans doute...

Il prit la ceinture et lâcha ses coups, sans retenue. Mais elle n’en percevait toujours guère la force. Elle aurait voulu que cette fessée ne prenne jamais fin mais des marques commençaient à se former sur ses fesses et il décida qu’il était temps d’arrêter. Elle le regretta. Elle aurait voulu pleurer, se libérer complètement. Mais en aurait-elle été capable? 

Il la prit dans ses bras et l’embrassa. Elle se sentit comme une petite poupée, incapable de formuler la moindre pensée. Elle planait, elle rêvait. Elle adorait ce sentiment. Etait-ce cela que les gens recherchent en prenant de la drogue? Qu'ils essaient la fessée, c'est serait beaucoup moins dangereux pour leur santé!

Ils firent l’amour, tendrement, jusqu'à ce qu'il soit l'heure de  repartir à la gare. Il leur faudrait attendre le week-end prochain, maintenant.

Sur le chemin du retour, elle repensa à tous les événements de la semaine et du week-end. Tout ce qui l’avait heurtée lui semblait bien dérisoire, à présent. Pourquoi attacher tant d'importance à des gestes ou des paroles insignifiants  alors que ses actes montraient tout l’attachement qu’il avait pour elle? 

Elle se promit de ne plus jamais se conduire en « petite fille capricieuse », comme il se plaisait à la qualifier. Elle allait réellement essayer, en tout cas! Et ne plus lui donner la main. Dommage, elle aimait bien, elle...



samedi 8 juin 2013

Avez-vous de l'expérience ?




Il y a quelques mois, Todd et Suzy de l'American Spanking Society on élaboré un test permettant de quantifier son niveau d'expérience dans le domaine de la fessée. Vous pensez-bien que je me suis empressée de le faire. Mon cher ami me nomme souvent sa petite reine de la fessée, alors pensez comme j'y suis allée pleinement confiante! J'allais exploser le score, c'était certain.

Et bien, je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé, mais je n'ai obtenu que 54%... à peine la moyenne. Je suis mortifiée! Bon, surtout ne le dites à personne. Si cela se savait, plus personne ne viendrait lire mon blog, c'est sûr!


Voici donc le test, accompagné de mes réponses qui justifient ce pitoyable score. Si le cœur vous en dit, vous pourrez, vous aussi, vous amuser à évaluer votre propre niveau d'expérience... 



Questions d'ordre général... 

1. Avez-vous déjà posté un article, un avis ou un commentaire sur un site consacré à la fessée ? Oui, c'est l'objet même de ce blog!

2. Avez-vous déjà acheté ou téléchargé des images concernant la fessée? Oui,  pour illustrer les billets de ce blog

3. Avez-vous déjà acheté ou téléchargé des magazines ou des livres traitant de la fessée? Oui, j'ai déjà acheté des livres.

4. Avez-vous déjà discuté dans une “chat room”? Non, les "chat room" sont souvent squattés par des habitués, il est très difficile de s'insérer dans leurs discussions.

5. Avez-vous déjà acheté un livre concernant la fessée dans une vraie librairie? Oui, la fnac est suffisamment anonyme pour que j'y ai déjà osé faire de tels achats...

6. Avez-vous déjà écrit une histoire sur le thème de la fessée? Oui, si les récits écrits sur ce blog peuvent être considérés comme des histoires.

7. Avez-vous déjà regardé la définition du mot “fessée” dans un dictionnaire? Oui, cela m'est arrivé lorsque j'étais enfant.

8. Avez-vous déjà acheté ou regardé une vidéo de fessée ? Oui, regardé des vidéos gratuites (j'en ai jamais acheté).

9. avez-vous déjà donné ou reçu la fessée en communiquant avec votre partenaire à distance à travers une webcam? Oui, cela m'est arrivé deux ou trois fois.

10. Avez-vous déjà assisté à la fessée d’une autre personne dans la vie réelle? Non, cela ne m'intéresse pas du tout.

11. Avez-vous déjà été dans une boutique spécialisée ? Non (mais si l'occasion se présentait, je ne dirais pas non si mon partenaire m'accompagnait... seule, ce ne serait vraiment pas amusant)

12. Avez-vous déjà acheté des instruments spécifiques à la fessée? Oui (martinet et paddle en cuir)

13. Avez-vous déjà fabriqué vous-même un instrument spécifique à la fessée? Oui (un martinet et bientôt une badine/canne)

14. Avez-vous déjà acheté un instrument qui coûtait plus de 100$ ? Non (je pense que c'est un peu exagéré, je ne mettrais pas autant d'argent dans un seul instrument!)

15. Possédez-vous au moins 10 instruments? Oui, si j'additionne mes instruments à ceux de mon partenaire, nous avons 3 martinets, un paddle en bois (tout petit), un paddle en cuir, 3 brosses (dont nous ne nous servons jamais ou presque), une règle en plastique (pareil, on ne s'en sert pratiquement jamais), et 2 cravaches (mais elles sont nulles). A cela il faudrait rajouter aussi les ceintures de monsieur (au moins celle du jour).

16. Avez-vous déjà pensé à la fessée lorsque vous vous masturbez? Oui, presque toujours.

17. Avez-vous déjà fantasmé sur une fessée que vous auriez vue ou lue? Oui, sinon quel intérêt de les voir ou de les lire?

18. Fantasmez-vous sur la fessée lorsque vous avez des rapports sexuels? Oui, très (trop?) souvent.

19. Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée alors que la personne se masturbait? Non, je ne me touche pas quand je reçois une fessée, seul mon partenaire est autorisé à me toucher de manière intime.

20. Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée pendant un rapport sexuel ? Oui, cela arrive assez souvent! :-)

21. Avez-vous déjà donné ou eu un orgasme pendant la fessée ? Non, je n'ai jamais eu d'orgasme à proprement dit pendant la fessée. J'en ai déjà été très proche mais mon partenaire s'est arrêté juste avant (une mauvaise interprétation de mes réactions ou la peur d'aller trop loin, je ne sais pas trop).

22. Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée sans qu’il n’y ait la moindre notion sexuelle dans cet acte ? Non. 

23. Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée déculottée ? Il en a toujours été ainsi, je crois.

24. Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée pendant plus de 10 minutes? Oui, la plupart du temps.

25. Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée pendant plus d’une heure ? Oui, plus c'est long, plus c'est bon... mais il faut en modérer la force, dans ce cas.

26. Vous êtes vous déjà trouvé dans une situation qui tournait mal et dans laquelle le seul moyen de s’en sortir était d’utiliser le "safeword" (mot de sécurité)? Non, Dieu merci! Je n'ai d'ailleurs jamais instauré de mot de sécurité avant d'être fessée. Mais jamais je n'accepterais d'être fessée par une personne en qui je n'ai toute confiance, donc je n'ai jamais eu le sentiment d'avoir besoin d'un mot de sécurité.

27. Avez-vous déjà utilisé votre safeword ou poussé votre partenaire à utiliser son safeword? Non.

28. Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée dans laquelle aucun safeword n’avait été défini? Oui, toujours.


Parlons instruments! Avez-vous déjà donné ou reçu une fessée avec :

29. la main? Oui, bien sûr


30. le paddle? Oui, paddle en bois et paddle en cuir (le préféré de tous mes instruments)

31. la brosse? Oui 


32. la règle? Oui 


33.la cuillère? Oui (mais je n'aime pas) 

34. la canne? Non (mais ce sera peut-être pour bientôt si j'arrive à en construire une)

35. les verges? Non (mais je ne désespère pas que mon partenaire s'arrête un jour à l'improviste dans un bois...) 

36. la cravache? Oui (mais celles que nous avons ne sont pas bien, il nous faut nous en procurer une mieux) 

37. la ceinture ? Oui (j'adore la ceinture!)

38. le fouet ? Non (ça je ne veux pas!)

39. un instrument comportant des trous sur sa surface ? Non, mais il parait que ça fait plus mal que sans trou... 

40. un objet ordinaire non spécifique à la fessée, comme une pantoufle, une télécommande…? Oui, une petite planche à découper par exemple, ou une spatule.



Une expérience plus ou moins agréable. Avez-vous déjà... 


41. cassé un instrument sur le derrière de quelqu’un pendant que vous le fessiez ? Non, contrairement à ce qu'un récit d'ami aurait pu laisser entendre, je n'ai JAMAIS cassé de boucle de ceinture sur le derrière de quelqu'un!

42. switché? Oui (mais depuis peu, alors je ne suis pas vraiment une pro pour ce qui est de donner la fessée...)

43. donné ou reçu une fessée sur le derrière des cuisses ? Oui, mon partenaire s'amuse à cela parfois, quand je ne suis pas assez docile à son goût. 

44. donné ou reçu une fessée sur le devant ou l’intérieur des cuisses? Non. 

45. donné ou reçu une fessée sur la poitrine ou les organes génitaux? Oui, sur le sexe parfois, mais de très légères tapes qui ne font pas vraiment mal. 

46. humidifié votre derrière ou celui de votre partenaire pour que la fessée soit plus piquante? Non, mais il faut que nous pensions à l'essayer. 

47. donné ou reçu une fessée à l'extérieur ? Oui (et j'adore ça!) 

48. donné ou reçu une fessée dans un hôtel ? Oui 

49. donné ou reçu une fessée dans une voiture? Non 

50. donné ou reçu une fessée dans une baignoire, une douche ou un Jacuzzi ? Non, mais ça doit être possible en réalisant le 46. 

51. forcé ou été forcé à faire quelque chose que vous ou votre partenaire ne voulait pas ? Oui, j'ai déjà été obligée de baisser ma culotte moi-même ou aller chercher un instrument pour me punir (c'est drôle, mais je n'ai jamais envie quand c'est à moi de le faire...) 

52. puni ou été puni, lors d’une mise en scène, pour n’avoir pas fait quelque chose correctement ou pour avoir refusé de faire quelque chose ? Oui, il faut bien trouver des "fautes" pour que la fessée soit plus amusante! 

53. puni ou été puni pour une raison réelle ? Oui, il y a bien longtemps... Mais il semblerait que je sois sous la menace qu'une telle expérience ne se reproduise sous peu... (?) 

54. utilisé des phrases typiques du jeu de la fessée comme "tu as été très vilain/vilaine", "je ne le referai plus", ... ? Oui, bien sûr, c'est plus amusant si on les utilise! 

55. pratiqué un jeu de rôle relative à la fessée (écolière/ professeur, etc…) ? Non, cela ne m'attire pas. La seule fessée qui me fait fantasmer est celle donnée par l'homme que j'aime dans un contexte de relations amoureuses... voire une DD soft.

56. pratiqué un jeu de rôle régressif (“ageplay”)? Non, cela ne m'attire pas non plus.

57. demandé ou avez-vous exigé que l’on vous demande une fessée? Oui, je l'ai très souvent demandée, ma fessée!

58. compté ou fait compter les coups lors d’une fessée? Non, je n'aimerai pas trop cela je pense.

59. envoyé ou été envoyé au coin? Oui (j'adore!)

60. envoyé ou été envoyé au coin pendant plus de 5 minutes? Oui, probablement, mais guère plus. 

61. provoqué votre partenaire (ou été provoqué par votre partenaire) afin d’obtenir une fessée? Oui, trèèèèèèèès souvent! 

62. Désobéi délibérément (ou subi la désobéissance) afin d’obtenir une fessée ? Non, je suis toujours trèèèèèèèès obéissante!

63. Utilisé un carnet de punition ? Non (mais ça doit sans doute être amusant). 

64. Vous êtes-vous déjà fessé vous-même ? Oui (et je l'ai même raconté sur ce blog) 

65. été forcé à vous fesser vous même sur les instruction de votre partenaire (ou avez vous force votre partenaire à se fesser lui/elle-même) ? Oui (dans les mêmes circonstances que dans la question précédente) 

66. demandé que l’on vous appelle Maitre/Maitresse, Monsieur/Madame, Papa/Maman, ou autres pendant le jeu (ou demandé à votre partenaire que l’on vous appelle ainsi) ? Non, impossible, cela ne fait pas du tout partie de mon fantasme. 

67. rencontré quelqu'un spécifiquement pour jouer à la fessée ? Oui, cela m'est arrivé une fois. 

68. voyagé plus de 200 km pour donner ou recevoir une fessée ? Oui. 

69. émis ou répondu à une petite annonce concernant la fessée ? Non.

70. été dans une soirée ou un club dédiés? Non (ce n'est pas du tout mon truc) 

71. joué avec quelqu'un dans une soirée ou un club dédiés? Non. 

72. reçu ou donné une fessée par quelqu'un dont vous ne saviez même pas le nom ? Non, et ça ne risque pas de m'arriver... 

73. payé pour donner ou recevoir une fessée ? Non.

74. joué à la fessée avec plusieurs personnes à la fois ? Non (ce n'est pas du tout mon truc non plus) 

75. reçu ou donné une fessée à la fois par un homme et par une femme (mais pas nécessairement au même moment) ? Non (je n'ai jamais été fessée par une femme et cela ne me tente pas du tout) 

76. reçu ou donné une fessée sur un banc à fessée ou tout autre meuble spécialement conçu pour cela ? Non, ça ne me dit pas grand chose... 

77. fait une video de vos fessées ? Non.

78. pris des photos de vous où de votre partenaire après une fessée ? Oui. 

79. admiré vos fesses ou celles de votre partenaire après une fessée ? Toujours, cela fait partie du plaisir de la fessée. 

80. reçu une fessée en étant entièrement nu ou administré une à votre partenaire de la sorte? Oui, bien sûr. 

81. acheté des sous-vêtements spécifiquement pour la fessée? Oui. 

82. porté des habits fétichistes (écolière, cuir, etc.) ? Non (ce n'est pas du tout mon truc) 

83. porté des habits fétichistes en publique ? Non, encore moins! 

84. Reçu ou donné une fessée telle que l’on n’ait des problèmes pour s’asseoir juste après ? Non! 

85. Reçu ou donné une fessée telle que l’on n’ait des problèmes pour s’asseoir le lendemain ? Non, encore moins! 

86. Reçu ou donné une fessée telle que l’on n’ait des marques ou des bleus juste après? Oui, cela m'arrive quelques fois d'avoir des petits bleus (et parfois, c'est même moi qui demande à en avoir, pour garder le souvenir un peu plus longtemps... quoi, vous avez dit "fêlée", mais non, voyons!) 

87. Reçu ou donné une fessée telle que l’on n’ait des marques ou des bleus visibles le lendemain? Oui, les bleus sont visibles pendant quelques jours en général. 

88. eu à expliquer vos marques à une personne “vanilla” ? Non.



Et si on élargissait un peu le débat? Avez-vous déjà utilisé ou subi...


89. des dispositifs d’immobilisation ou de suspension ? Non (ce n'est pas du tout mon truc)

90. les mains ou jambes liées avec des cordes, des menottes, des foulards ou autre dispositif de bondage ? Oui, les mains liées avec un foulard ou une ceinture.

91. yeux bandés ? Oui.

92. Bâillons ? Non, je n'aimerais pas. Je pense que j'aurais peur d'étouffer...

93. pinces à seins ? Non, pas encore.

94. crèmes chauffantes ou à effet glacé? Non.

95. racines de gingembre ? Oui (rien de bien intéressant là-dedans, ceci dit!)

96. Plug, godemiché ou vibromasseur? Oui, bien sûr.

97. savon dans la bouche? Non, beurk!

98. lavement ? Non, beurk, beurk et rebeurk!

99. Prise de température ? Non, ça ne fait pas partie de mes fantasmes.

100. Reçu ou donné une fessée jusqu'à pleurer? Non, je n'ai jamais pleuré sous les coups de la fessée. Mais si je suis sévèrement réprimandée, alors là oui, je peux pleurer...



jeudi 6 juin 2013

La main de Morphée



Tombés. Ils sont tombés.
Dans les bras l'un de l'autre.
Dans les bras de Morphée, ensuite.

Elle dort paisiblement depuis des heures.
Lui s'est réveillé et la contemple.
Elle dort.
Il pose une main, tout doucement, sur ses fesses.
Elle dort.
Il commence à la caresser, délicatement.
Elle dort.
Il commence à la tapoter, légèrement.
Ne pas bouger, ne pas ouvrir les yeux. Elle s'accroche à la douce et tiède torpeur qui l’enveloppe.
Il retire sa main mais ses fesses suivent le mouvement. Tel un aimant. Telle une marionnette entre ses doigts. Elle ne veut pas perdre le contact.
La main revient à elle.
Elle s'allonge sur le ventre.
Ne pas bouger, ne pas ouvrir les yeux, rêver.
Les claques se font plus insistantes.
Elle laisse échapper un soupir.
Ne pas bouger. N'être que sensation. Rêver et jouir.
Il l'agrippe par la taille. La relève et la fait plier sous son bras.
Ne pas ouvrir les yeux. Se laisser aller. Ressentir.
Son cœur s'accélère. La pression de la main sur sa taille se fait plus forte.
Les calques pleuvent. Il ne les retient plus.
Le tourbillon l'enveloppe et l’aspire. Le plaisir. Elle veut jouir...

Soudain, le calme revient. Elle est allongée sur le lit.
Ne pas ouvrir les yeux.
Il balaie les cheveux collés sur son visage.
Ne pas ouvrir les yeux.
Ses lèvres se collent aux siennes.
Ne pas ouvrir les yeux.
Il pénètre en elle.
Ne pas ouvrir les yeux.
Le tourbillon revient, la reprend, l’emporte à nouveau…

Ce matin-là, elle reste silencieuse devant sa tasse de café.
Elle tourne et retourne sa cuillère, songeuse.
Etait-ce un rêve ou était-ce réel ?
Il l'observe en souriant.
-  Tu as aimé, cette nuit ?
Elle le regarde et lui rend son sourire.
-  J'ai adoré.


mardi 4 juin 2013

Joyeux anniversaire Monsieur Papillons !



La saison des festivals a commencé. Le festival de Cannes vient de se terminer, celui de Cabourg va bientôt commencer... et tous les festivals d'été vont s'en suivre.

Si nous organisions un festival des meilleurs blogs traitant de ce sujet hautement brûlant qu'est la fessée, il n'y a aucun doute que Stan remporterait le martinet d'or du meilleur blog francophone! J'adore le contenu de son blog, la manière dont il écrit, la fragilité et l'humanité qui s'en dégage... Stan est la référence française, et cela,  personne ne pourrait le mettre en doute (si ce n'est lui, car je sais qu'il est très modeste).

Dans la catégorie des sites internet (hors blog) je voterais sans nul doute pour le tout récent site de Ula Oups, aussi beau par la forme que par le fond. Bravo Madame, je suis réellement admirative !

Et dans la catégorie « International », je n'ai également aucune hésitation : j'attribuerais la Main d'or du meilleur blog fessée international à Mariposas de Chocolate - Papillons de chocolat (quel délicieux nom, n’est-ce pas ?). Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s'agit d'un blog espagnol absolument fabuleux, tant par la forme (ses illustrations sont magnifiques) que, et surtout, par le fond. Monsieur Papillons nous fait part de ses sentiments, ses états d’âme, son vécu et ses opinions en tant que spanker… et tout cela nous rassure (nous, spankees) et nous fait rêver!

Mais pourquoi vous parler de Monsieur Papillons aujourd'hui ? Parce que précisément en ce jour il fête ses 40 ans, alors… 

Joyeux Anniversaire Monsieur Papillons ! 


Et merci mille fois pour cet admirable blog que vous construisez, jour après jour, pour le plus grand plaisir de tous vos lecteurs !


lundi 3 juin 2013

On s'amuse comme on veut !

Quand on dit que les grands esprits se rencontrent, il faut croire que c'est vrai! Est-ce l'effet de ce printemps pluvieux et froid, tout le monde (francophone de la fessée) semble en quête de jeu. Ula Oups vient de traduire en version française le fameux Spankopoly de Todd et Suzy et Latis vient d'en faire la promotion sur son blog. 

Nous avons nous même cherché à élaborer un jeu de société autour de la fessée ce week-end... et notre choix s'était précisément arrêté sur le Monopoly. Mais pas le Monopoly tel que conçu par l'American Spanking Society et présenté par mes consœurs, celui-là nous semblait beaucoup trop compliqué, sévère, trop long et nous n'étions ni l'un ni l'autre fan de lavements et autres punitions à la canne. Par ailleurs, il n'est pas question pour nous de jouer avec d'autres couples, nous préférons de très loin les jeux à deux...

Comme nous ne voulions pas que la partie s'éternise et que les règles devaient rester simples, nous sommes partis du plateau du Monopoly version Junior... 


que nous avons modifié de la sorte (vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus)...



Et voici les règles que nous avions imaginées...

Le perdant est celui qui se retrouve le premier entièrement dénudé...  :-)
Bien sûr, il se verra gratifié d'une grosse fessée, pour atteinte à la pudeur de son(sa)  merveilleux(se) partenaire...

Pour atteindre ce louable objectif, toutes les gares du jeu original ont été remplacées par des cases d'effeuillage ou l'on perd une pièce de vêtement. 

Mais avant d'atteindre les délices de la fessée finale, chacun des joueurs devra survivre à un parcours d'échauffement afin de préparer au mieux ses jolies fesses. 

Ainsi, chaque joueur qui arrive sur une case de couleur (cases correspondant aux "rues" du Monopoly original) pourra, soit acquérir la case si celle-ci est encore libre, soit se la couler douce si cette case lui appartient déjà, soit subir un petit châtiment si la case appartient à son partenaire.

Le châtiment en question est tiré au hasard en lançant deux dés, la somme des deux dés représentant le nombre de coups qui sera donné. La fessée sera appliquée dans la tenue dans laquelle se trouve le joueur (donc pas forcément sur les fesses nues). Le partenaire de jeu sera libre de choisir l'instrument à utiliser : soit sa main, soit n'importe quel instrument qu'il aura en sa possession à ce moment là. Pour ce faire, il recevra un instrument de son choix à chaque fois qu'il passera par la case départ . Mais attention, il pourra aussi en perdre ou en gagner de nouveaux s'il passe sur les autres cases qui forment les coins du plateau.

Et quelques petits grain de sel, pour que ce soit un peu plus amusant : 

- si la fessée est appliquée avec un instrument autre que la main, cet instrument sera remis à l'autre joueur une fois le châtiment donné  (ça, c'est pour y réfléchir à deux fois lorsque l'on choisit un instrument particulièrement sévère...), la main étant le seul "instrument" à ne pouvoir être cédé.

- les  cases "Mains attachées" interdisent d'avancer et de donner de fessée, l'autre partenaire jouera donc deux fois en toute impunité ;

- bien sûr, il existe des cases et des cartes "Chance" dans lesquelles on peut soit avoir à donner ou à recevoir une fessée en bonus, soit récupérer une ou deux pièces de vêtement, soit recevoir un massage de la partie du corps de son choix, soit recevoir des baisers, ou tout autre douceur selon les goûts de chacun...



Et bien évidemment, nous nous sommes empressés de tester ce nouveau jeu!

Monsieur s'est retrouvé presque aussitôt en petite tenue tandis que je continuais, tour après tour, à garder l'intégralité de mes vêtements. Cela l'énerva fort, vous vous en doutez (les hommes n'aiment pas perdre, c'est bien connu!), même si au final je recevais plus souvent les petits châtiments (mais par dessus mes vêtements je ne sentais pratiquement rien...).

Et puis la partie à commencé à s'éterniser. Nous ne tombions plus, ni l'un ni l'autre, sur les cases d'effeuillage et nous avions crée trop de cartes "Chance" avec lesquelles nous pouvions récupérer nos vêtements. Les petits châtiments nous avaient un peu excités au départ, mais rapidement cette excitation s'était muée en frustration dans la mesure où un maximum de 12 coups, avec des instruments à la sévérité modérée (tels que le martinet, la ceinture, la règle ou la brosse), n'apportent guère de sensation sur des fesses protégées. 

A un moment, le jeu est donc parti en vrille. Nous ne respections plus vraiment les règles imposées. Il était grand temps d'arrêter et de passer à des choses plus... sérieuses?



En conclusion de tout cela, élaborer un jeu basé sur une succession de petites fessées devient vite frustrant, aussi bien pour celui qui les donne que pour celui qui les reçoit (en l'occurrence pour les deux partenaire puisque dans ce jeu les joueurs doivent switcher). Mais on ne peut pas non plus recevoir plusieurs grosses fessées à la suite... 
Nous devons donc refondre entièrement les règles. Nous avons déjà pas mal d'idées que je vous exposerai une prochaine fois, car il est déjà très tard. 

Mais si vous avez des idées de règles ou de jeu, je serais vraiment ravie que vous les partagiez avec nous...