samedi 6 juillet 2013

De l’usage de la fessée dans les conflits



Dans une relation amoureuse, les conflits sont inévitables. Parce que nous sommes tous différents, parce que notre histoire, notre vécu, notre éducation, notre manière de ressentir les choses nous sont propres et singuliers, nous ne pouvons vivre avec l’autre sans pierre d’achoppement. Certains disant que les hommes naissent dans les choux et les femmes dans les roses, d’autres pensent que les hommes viennent de mars et les femmes de Vénus… tout cela pour dire que nous sommes tous différents. Hommes et femme, femmes et femmes, hommes et hommes, il n’y a pas deux êtres humains qui ne soient identiques. Alors laissons à Platon sa quête vaine de l’âme sœur et tentons de faire cohabiter deux âmes qui ne s’emboîtent pas parfaitement mais qui s'aiment suffisamment pour tenter de s’associer. Et ne nous abusons pas, quel ennui serait de vivre avec son double en miroir! Comment pourrions-nous continuer à évoluer, à nous enrichir, à progresser si nous devions vivre avec notre parfait jumeau ? Vivre avec l’autre doit demeurer une source inépuisable d’enrichissement… et de conflits aussi, puisque nous ne sommes pas parfaitement identiques ! 

L’harmonie d’un couple ne née par de son uniformité mais de son unité. Et cela nécessite parfois quelques réajustements pour que les pièces du puzzle s’emboîtent correctement…

Si les conflits dans le couple sont inévitables, vouloir les éviter serait une grave erreur. Cela interdirait toute possibilité de dialogue, de changement et de progrès pour les deux partenaires. Un fossé se creuserait, petit-à-petit, jusqu'à devenir forcément, un jour ou l’autre, infranchissable. 

Mais un conflit n’est pas une bataille où l’on cherche à imposer à l’autre sa raison. Un conflit est la confrontation de deux différences, qui n’a pour seul et unique but que de trouver ensemble une solution. 

Faire des reproches, c’est tenter d’harmoniser des différences qui peuvent gêner, heurter la sensibilité de l’un ou de l’autre. Le reproche ne doit viser qu’à rapprocher, jamais à affronter… même si sa forme peut paraître, parfois, un peu rude (mais la force de l’amour n’est-elle justement de faire taire sa susceptibilité afin de ne pas s’en formaliser?). Une dispute doit toujours être profitable. Et dès lors qu’elle se situe dans la confrontation, et non dans l’affrontement, les deux partenaires en sortiront toujours gagnants.

Mais si les conflits sont bénéfiques aux relations amoureuses, peut-on les associer à la fessée? Cette dernière est par définition une punition et se situe donc dans un contexte conflictuel. Mais utiliser la fessée dans un conflit réel ne risque-t-il de transformer la confrontation, comme nous l'avons vu oh combien nécessaire, en un terrible affrontement si dangereux pour le couple? Je pense que le risque est certain, et c’est pour cela que la plupart d’entre nous se contentent de pratiquer la fessée dans un contexte purement ludique. S’interdire la fessée dans un conflit réel, c’est garantir de ne jamais verser dans l’affrontement...

Pourtant la fessée peut apporter beaucoup dans la résolution des conflits réels. Ne serait-ce que parce qu’elle détend l’atmosphère, parce qu’elle décharge les tensions, parce qu’elle nous fait du bien, tout simplement. Se priver de l’utiliser est forcément dommage.

Mais comment peut-on l’utiliser sans verser dans l’affrontement? Tout simplement en l’utilisant après le conflit, pour sceller le consensus trouvé ensemble et replacer son couple dans une perspective d’amour. On ne donne pas une fessée parce que l’on veut résoudre un conflit. On donne une fessée parce que l’on a résolu le problème et que l’on veut, après cela, se replacer dans un contexte de don d’amour et de don de soi. La fessée ne se donne jamais sans dialogue et sans consensus préalable. Elle permet de réouvrir la porte vers le bonheur à deux… et dans ce contexte, ce serait sincèrement dommage de s’en priver. Du moins est-ce ma perception !


16 commentaires:

  1. Pecan nutjob7/7/13

    Dans notre couple, le mauvais comportement est si possible traité par la fessée. On peut dire que c'est un mode d'évacuation de la culpabilité...

    RépondreSupprimer
  2. Absolument d'accord avec vous Amandine, cela peut être très salvateur, encore merci ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette vision très positive de la différence et du conflit dans un couple. À méditer

    RépondreSupprimer
  4. Je suis persuadée, pour avoir essayé, que la fessée au sommet d'un conflit fort, non résolu, n'est guère bénéfique. Par contre, une fois que tout à été mis à plat, on entre alors dans la phase " un pas vers l'autre" et dans ce cas là, la fessée peut avoir une place très positive.

    Parce qu'il s'agit bien de cela. La fessée, pour moi, doit être positive, ou ne pas être... Un petit rosé pour la Dame !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pecan nutjob14/7/13

      Effectivement, la fessée en cas de crise "à chaud" ne semble pas une bonne idée. C'est ensuite, quand on se sent vraiment coupable, que l'on apprécie d'expier le mauvais comportement par le derrière...

      Supprimer
  5. Ton post rejoint la sagesse éducative à l'ancienne, Amandine. Selon un vieux manuel allemand d'éducation, il faut éviter toute fessée quand on est dans un état d'énervement ce qui fort probable dans une situation de conflit. Dans ce cas on ne parle plus de punition, mais de tannée que le manuel déconseille, car non bénéfique. Une punition par contre doit être annoncée et appliquée à une heure convenue. Ce qui permet de calmer les tempéraments et gagner du recul. Je pense un peu comme Ellie que la fessée ou dans un sens plus large la discipline doit considérée comme positive. Il y a un autre argument à méditer dans mon petit manuel : une fessée pour apporter du positif doit être considérée comme justifiée par la personne qui la reçoit.

    RépondreSupprimer
  6. Voilà un post de bon sens et de sagesses!
    Cela semble simple une fois que c'est écrit, et pourtant...

    J'ai l'impression que le cheminement que tu avais entrepris en ouvrant ce blog porte ses fruits, chère Amandine! ;)

    Merci d'en faire profiter tout un chacun!

    RépondreSupprimer
  7. Toxxland9/7/13

    Post plein de sagesse...

    La fessée à chaud c'est pas top... par contre la réconciliation par la fessée puis éventuellement sur l'oreiller ;)

    RépondreSupprimer
  8. Point de vue intéressant en effet. Mais je garderai le fait de fessée quelqu'un dans un contexte de confrontation. Car même si la fessée est une forme de dialogue, je ne suis pas sur qu'elle puisse réellement résoudre une situation compliquée. Finalement, tout dépend du sujet de la discorde. Merci pour cet article Amandine.

    RépondreSupprimer
  9. Farore25/8/13

    Autant je suis d'accord avec le fait qu'il faille un minimum de recul avant d'administrer/ recevoir une fessée, autant je pense pas qu'on soit dans l'obligation de résoudre le conflit avant.
    Je m'explique, lors d'un conflit, quand la pression monte, il peut arriver que tout partent dans tous les sens, qu'aucun arguments, reproches , plaintes ne fuissent être recevable, car la personne en face est entrée dans une phase de blocage. Ici, l'annonce d'une fessée peut stopper net cette montée.
    Souvent dans un conflit qui a déjà bien monté dans les tours, il y a une espèce de concurrence à celui qui aura raison peut être même celui qui criera le plus fort, parfois fera le plus mal à l'autre... Le conflit là n'a plus rien de constructif dans tous les cas, alors une fessée peut aplanir les choses ( tout en se donnant un temps pour se calmer, évidemment), et ensuite entraîner une discussion apaisée et constructive.
    Là ici, il n'est plus réellement question de punition ( qui apporte forcément une idée de " faute " , car comme tous conflits les deux ont une part de responsabilité bien souvent ), mais bien de faire redescendre le tout, ouvrir une nouvelle page.

    Mais bon après ce n'est que ma vision des choses , elle n'est pas applicable à tous .

    Très bon Blog au passage.

    Farore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Farore, je suis vraiment ravie que le blog vous plaise!
      Vous avez probablement raison, une fessée immédiate peut permettre d'éviter que la dispute prenne trop d'ampleur. Mais, pour cela, je pense qu'il faut avoir une totale confiance en son partenaire, ce qui n'est pas toujours le cas lorsque l'on se dispute...
      Mon dernier compagnon voulait toujours m'en coller une lorsque je commençais à pleurer ou à lui reprocher quelque chose mais je n'ai jamais voulu le laisser faire. Peut-être était-ce une erreur. Nous ne nous serions peut-être pas quitté si je l'avais laissé faire... je ne sais pas!

      Supprimer
    2. Farore27/8/13

      La confiance c'est certain qu'elle est nécessaire.

      Pour votre dernier compagnon, il ne faut peut être pas se dire que " si j'avais ...", j'ose croire que s'il y a rupture c'est que le problème était certainement bien ancré. Et la fessée n'aurait pas changé grand chose.

      De plus si vous ne vous laissiez pas faire c'est certainement que vous n'étiez pas en accord avec ce principe, donc vous avez de toute évidence eu raison de refuser. Si c'est pour mal le vivre cela n'a aucun sens.

      Après chez nous, la fessée évite les moments en puissance dans un conflit. Elle ne le résout pas cependant, après à nous quand le calme est revenu, de trouver un terrain d'entente. La fessée n'a rien de magique,elle est un élément qui permet de renouer un dialogue sain. Et généralement après une fessée, toujours pour ma part, je vais être de meilleure consistance et plus apte à entendre le point de vue de mon homme, même si celui çi me dérange.
      Une fessée ne voudra pas forcément dire qu'après je lui donnerais raison, il n'est pas question que je dise " amen " à tout . Elle corrige peut être la forme, la façon de parvenir à ses fins.

      Ici, ça fonctionne plutôt bien, ça ne veut pas dire qu'on a trouvé le recette du couple parfait, mais tout au plus une tambouille qui nous réussit pas trop mal.

      J'aurais plaisir à lire vos prochains articles.

      Farore

      Supprimer
    3. En fait, j'ai toujours refusé d'être fessée par quelqu'un en colère. Dans cette situation, la frontière entre jeu/DD et violence conjugale me semble trop floue. Mais je fais sans doute là preuve d'excès de prudence! :-D
      Merci de venir errer ici, Farore, et surtout d'y laisser de si intéressants et charmants commentaires! :10:

      Supprimer
    4. Farore27/8/13

      Je comprends tout à fait !
      Mon époux prend tout de même un temps pour se raisonner, faire redescendre la pression avant de m'administrer quoi que ce soit, sinon je pense que je pourrais prendre peur. Il serait hors de question qu'il se défoule sur moi, ceci dit il a un tempérament assez calme, c'est plutôt moi qui suis impulsive et volcanique.

      Ceci dit vous avez raison de faire une excès de prudence, si vous ne le sentez pas il ne faut pas vous forcer.

      Je commente assez peu les blogs, mais j'en lis plusieurs régulièrement ( dont le votre ) , mais cet article m'a parlé, j'avais envie d'y poser mon petit point de vue.

      Au plaisir d'échanger de nouveau sur un autre de vos articles à l'occasion .

      Farore

      Supprimer
    5. Anonyme27/6/14

      Après la dispute, il faut laisser le temps. Que la pression retombe, j'allais souvent faire un petit tour dehors, puis je revenais, je prenais ma copine par la main, l'entraînais dans une pièce, m'asseyais sur une chaise ou le divan, je la couchais (sans la forcer) sur mes genoux, lui retroussais la jupe et descendais sa culotte, et c'était parti pour une bonne fessée. Tout celà sans précipitation ni violence, mais en rougissant bien ses fesses. Après 3 ou 4 colères, j'ai acheté un martinet, et depuis, plus besoin de dispute pour que ma copine reçoive une bonne fessée !

      Supprimer
    6. Votre copine a assurément beaucoup de chance ! :-D

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.