samedi 23 novembre 2013

Pas facile d'être un Saint-Bernard


Toute première rencontre comporte un risque, et peut-être tout particulièrement dans le domaine de la fessée ou du BDSM. Pour cette raison, il est couramment conseillé de faire appel au service d'un Saint-Bernard. Pas le brave chien qui bave partout, bien sûr (quoique, ça pourrait être amusant…). Là, il s'agit d’une personne de confiance que l'on préviendrait de la rencontre et qui serait amène à donner l'alerte en cas de problème. 

Suivre cette recommandation n'est pas si facile. Avoir un/une ami(e) au courant de nos pratiques n'est pas si courant dans le monde réel. La plupart des "amis" avec lesquels nous pouvons partager ce type de fantasmes sont ceux que nous avons rencontrés sur les forums et avec qui nous avons sympathisé. Mais force est de reconnaître qu'il y en a bien peu avec qui nous soyons devenus suffisamment intimes pour leur avoir donné notre véritable nom et nos coordonnées… 

Par ailleurs, endosser le rôle de Saint-Bernard n'est pas forcément un cadeau. Il y a quelques mois, j'avais contacté une amie pour lui dire que j'allais rencontrer quelqu'un le lendemain. Je ne lui avais pas demandé d'être mon Saint-Bernard car je n'avais aucune inquiétude sur la sécurité de cette rencontre. Mais il semble que nous nous soyons mal comprises et elle s'était sentie investi de ce rôle. La rencontre a bien eu lieu comme prévu, mais au lieu de durer quelques heures comme je le présageais, elle dura tout le week-end. Bien sûr, j’avais coupé mon téléphone pour ne pas être dérangée au moment fatidique où le monsieur se serait décidé à me déculotter… et puis après cela m'est complètement sorti de la tête et je n'ai pas pensé à le rallumer avant le dimanche soir. J'ai alors découvert stupéfiée les nombreux messages de mon amie, de plus en plus affolée. Bien malgré moi, je lui avais fait passer le plus horrible des week-ends alors que je me vautrais dans les délices de la fessée... La pauvre! J'avais vraiment honte.

Il existe assez peu de témoignages sur le rôle de Saint-Bernard sur le net. Du coup, je me demande si c'est une pratique couramment employée. Mais Secret Spanko en a parlé ici. Il explique que le jour où il a dû jouer ce rôle pour l'une de ses amies, il a ressenti un mélange d'émotions qu'il n'avait encore jamais éprouvées : de la sympathie, de l'envie, de l'inquiétude, de la fierté, de la nervosité et une pincée de jalousie… Ce qui confirme bien que ce rôle n'est pas forcément un cadeau pour celui qui en est imparti!

Et vous, avez-vous déjà été ou fait appel à un Saint-Bernard?


25 commentaires:

  1. Moi je dis : pas facile d'être un sein, Bernard !

    RépondreSupprimer
  2. Pas facile, pas facile... on a toujours un jumeau pour nous tenir compagnie, ça compte ça , quand même... :-D

    RépondreSupprimer
  3. Si un problème vient d'arriver et même si le danger vient d'un maniaque, néanmoins encore cela ne signifie que tout soit perdu si l'ennemi n'est pas stupid. Vous pouvez inventer toujours qui il y ait des gens qui sont en courant avec qui vous vous êtes allée et ils savent soi-disant certains détails de lui. Alors à risquer serait une grande bêtise de son côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi que l'utilisation d'un Saint-Bernard n'a guère d'utilité, tant en prévention qu'en protection. Si quelque chose de mal doit arriver, elle arrivera, Saint-Bernard ou pas... Mais heureusement, ces choses-là sont extrêmement rare, du moins je l'espère. Je n'en ai jamais entendu de témoignage, en tout cas.

      Supprimer
  4. Aranam24/11/13

    J'ai déjà fait le Saintt Bernard pour une copine. Je ne pense pas qu'elle craignait vraiment pour sa sécurité, mais ça crée une forme de complicité, une façon pour elle de me faire vivre ses émotions, de se rendre à son RDV en m'ayant déjà raconté ce qui l'attendait. Une manière de capter mon attention? De provoquer mon excitation? En tous cas c'est délicieux !

    Il y a un rôle de Saint Bernard que je n'ai pas encore rempli et qui me fait envie. Elle va à son RDV fessée et quelques heures plus tard elle sonne à ma porte, les fesses encore brûlantes de la sévère punition qu'elle a reçue, son maquillage abîmé par les larmes, et je la prends dans mes bras, la réconforte, la trousse pour admirer ses fesses, la déshabille et l'installe à plat ventre sur le lit. Avec de la crème j'entreprends de masser ses fesses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux la cerise sur le gâteau, en somme! :-D

      Mais moi, je ne sais pas si j'irais ainsi chez toi sans en vouloir secrètement une seconde dose... :-)

      Supprimer
    2. Aranam24/11/13

      Une seconde dose, ou un calin coquin? Ou une seconde dose et un calin coquin... Car je pourrais aussi décider que la dose n'était pas assez forte, et pour être certain qu'elle comprenne la leçon, décider de doubler la dose, ce n'est pas absent de mon rêve de St Bernard... Bien entendu dans mon rôle de St Bernard, je me vois aussi la prendre après lui avoir massé les fesses, et sentir ses fesses rouges et chaudes contre mon bas-ventre...

      Supprimer
    3. Je crois que je vais changer le titre de mon billet, parce que finalement, vu comme ça, c'est quand même super chouette d'être un Saint-Bernard! :101:

      Supprimer
  5. Non effectivement j'y avais bien pensé quelque part puisque c'était un des conseils que j'avais pu lire mais vraiment je ne vois pas à qui j'aurai pu demander... A part à mon partenaire ! Je plaisante. Bien que... Dans le genre pervers ça peut sacrement réveiller des ardeurs ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si demander à un homme d'être notre Saint-Bernard éveille en lui quelque jalousie (ce qui semble bien être le cas) alors pourquoi pas détourner en détourner l'usage?
      Cette pensée serait-elle perverse?
      En conclusion, sachez décrypter les choses, Messieurs, si l'on vous demande d'être notre sauveur potentiel... :-)

      Supprimer
  6. Bon j'ai un petit problème... Jouer le saint Bernard pourquoi pas, après tout s'il faut mordre un malotru, ça peut être sympa si la viande est tendre. Mais voilà, j'ai bien peur que si je me colle un tonnelet de rhum au cou, je ne soit plus en état d'assurer le rôle.
    Remarquez, si jamais j'arrive à mordre, au moins la blessure sera désinfectée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Mike, si tu bois le rhum, comment vas-tu réussir à consoler la belle qui aura réussi à échapper au malotru? Bon, c'est vrai qu'il y a quand même peu de chance que les choses se passent mal, alors... :-)

      Supprimer
    2. J'avais bien pensé à Mike, mais y a pas de tonnelet coffre fort sur Amazone ! ;)

      Supprimer
  7. Doumik25/11/13

    Je ne connaissais pas la technique du Saint-Bernard mais c'est pas forcément si inutile que ça, si ce n'est pour les calculateur psychopathe en tout cas pour les gros lourdingues. Il y a quelqu'un à l'extérieur qui peut agir. Quant à trouver des Saint-Bernard, on peut s'entraider entre gens d'une même région non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si on est de la même région, on ne se connait pas forcément... Il faudrait peut-être créer un club des Saint-Bernard sur les forums dédiés? :-)

      Supprimer
  8. athos 9525/11/13

    A vrai dire les belles occasions de fesser un jolie dame m'ont été servies par leur Saint Bernard de mari.
    On appelle cela en langage technique des femmes présentées .
    J'en ai connu deux comme cela et nos rencontres se sont espacées sur plusieurs années .
    A la fin la présence du mari n'était plus indispensable .
    Mais au début ce dernier par sa présence rassurait sa femme et fournissait également le motif de la punition .
    N'étant pas très violent , ils n'avaient pas à les protéger de moi .
    Mais parfois , il leur arrivait de gronder leur épouse récalcitrante en leur montrant combien la punition que j'infligeais était juste .
    Elle récoltait ainsi un "bonus" à la fin avec le martinet .
    A vous de voir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre témoignage m’interpelle tout particulièrement, Athos. J'avais entendu parler des femmes présentées mais j'avoue que je n'en avais pas trop compris l'intérêt pour le mari. Je peux concevoir que la femme fantasme sur se faire fesser par un autre homme, mais pourquoi le mari provoque-t-il lui même cette situation? Ne ressent-il aucune jalousie lorsque l'autre claque le postérieur de sa bien aimée? S'il l'amène et encourage la fessée, c'est que cette activité ne le choque pas, bien au contraire. Alors pourquoi la sous-traiter? Est-ce juste pour humilier davantage sa compagne ou bien cela est-il du même ressort que l'échangisme (autrement dit, ressent-il une forte excitation à voir sa femme entre les mains d'un autre)? N'étant pas portée moi-même sur l'échangisme, j'avoue que tout cela me laisse perplexe.

      Supprimer
    2. Aranam26/11/13

      J'ai déjà été fesseur d'une femme présentée. En général les couples qui font appel à un fesseur externe le font pour pimenter leurs jeux. C'est plus humiliant pour elle d'être fessée par un inconnu sous les yeux de son mari.
      C'est un rôle que je n'apprécie que moyennement car c'est frustrant, surtout si ma victime est à mon gout et que je me passerais bien du mari pour poursuivre la fessée par d'autres jeux :-)

      Supprimer
    3. Mon pauvre, pour tes bonnes œuvres ils auraient au moins pu t'inviter aux jeux d'après! :-D

      Moi, je n'ai jamais eu de partenaire dont l'idée de me faire fesser par un autre homme le fasse fantasmer. Par une autre femme, oui, ça c'est très courant. Mais un autre homme, non. Dommage, moi je préférerais. Une femme, ça ne me branche pas du tout... :-(

      Supprimer
  9. bonjour! merci!
    mais, Je prefere etre un grande Pyrenees! :-)
    http://imasecretspanko.blogspot.com/2013/11/beavers-and-ducks-and-dogs-and-bears.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Secret Spanko! I'm so happy to see you here. And You're even speaking french perfectly! You're right, grande Pyrenees are wonderfull dogs, faithful, loving, but also very stubborn (we had one when I was a child).
      I really enjoy reading you're blog. Many thanks for this wonderfull work!

      Supprimer
  10. Asterias29/11/13

    Jamais eu recours à un Saint Bernard, probablement un peu inconsciente :)
    Peut-être aussi parce que je ne vois pas bien à qui je pourrais demander à part à mon ex-mari. Non et puis ça ne servirait probablement pas à grand chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement, je ne pense pas que faire appel à un Saint-Bernard serve à grand chose, si ce n'est avoir le plaisir de partager le moment, avant comme après... Mais attention à ne pas éveiller sa jalousie! :-)

      Supprimer
  11. J'ai eu l'occasion de demander à un de mes amis de veiller au grain, dans mes années d'errances, vers 22 23 ans. J'avais rv avec un homme bien plus âgé que moi, mais je voulais être sûr de ne pas tomber dans un traquenard. Quoique j'aurais probablement apprécié qu'il soit en compagnie d'une femme sévère, aussi. Mais deux grands blacks, pas sûr...

    Bref, ça m'a permis de vivre un truc sans être dans l'angoisse, et je n'ai pas oublié de prévenir mon copain ensuite que tout s'était bien passé. Il voulait tous les détails par contre...

    De retour à la maison, un bon bain, décontractant, les yeux clos, jouir. Et le soir avec ma petite amie du moment, éviter de lui montrer mes fesses, levrette assurée pour elle durant les trois jours suivants. (pas à la suite...rire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre que votre ami aurait pu faire grand chose si vous étiez tombé sur deux ou trois grands blacks! :-D
      Le seul intérêt du Saint-Bernard ne serait-il pas d'avoir quelqu'un à qui l'on peut raconter, en toute liberté et sans jugement, ces moments troubles?

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.