dimanche 19 janvier 2014

Comment lui dire vouloir une fessée?



Quand on vit avec une personne qui ne partage pas notre fantasme de fessée, comment lui avouer notre envie d'en recevoir une? Je suis certaine que nous sommes très nombreuses à nous être déjà posées cette question!

Je ne vais pas vous mentir, si votre compagnon n'a pas ce fantasme en lui, il y a peu de chance qu'il devienne un jour un véritable dominant. Mais cela n'est pas la fin du monde. Aimer quelqu'un n'est pas aimer assouvir un fantasme sexuel. Vous l'aimez pour de bonnes raisons, et ces raisons subsisteront toujours, avec ou sans fessée. Mais pour atteindre un bonheur (presque) parfait, vous aimeriez qu'il vous donne la fessée de temps en temps... Alors comme s'y prendre?

Premier conseil : ne faites pas comme j'ai pu faire moi-même! Quand j'étais plus jeune, ma technique de prédilection était de profiter d'une petite dispute. Une dispute pas bien grave. Si la dispute porte sur un problème véritablement important, y mêler ses fantasmes sexuels risque de perturber complètement l'équilibre de votre couple... Une petite dispute, donc, mais suffisamment énervante pour que l'idée de vous coller une fessée amuse votre partenaire. Une fois le calme revenu et que vous vous trouvez dans la pénombre rassurante de votre chambre à coucher, dites-lui que vous êtes désolée et demandez-lui timidement de vous donner une fessée... en général ça marche! Et quand il s'aperçoit de votre émoi, il est souvent tenté d'y revenir pour vous mettre en merveilleuse disposition...Cette technique marche, j'ai pu souvent le vérifier. Mais elle n'est pas à recommander pour autant. 

Pourquoi? Parce qu'elle ne repose sur aucune communication. Votre partenaire vous fesse parce qu'il veut reproduire l'état d'excitation sexuelle dans laquelle vous place la fessée, mais il ne vous comprend pas pour autant. Et nul doute qu'à la première dispute, il vous reprochera votre "anormalité" et de l'avoir poussé à cet acte "monstrueux".

Alors comment s'y prendre? Autant vous dire que ce n'est pas gagné d'avance, mais on trouve quelques conseils de bon sens sur le net.

La clé de le réussite réside toujours dans la communication, mais ce n'est pas toujours facile d'aborder le sujet. Beaucoup d'hommes n'aiment pas parler de leur sexualité. Certains se sentent immédiatement attaqués ou en danger dès que l'on aborde le sujet. Autant dire, Mesdames, que vous marchez sur de œufs... Alors, pour ne pas faire d'omelettes, choisissez d'abord le bon moment. Un moment romantique, intime, où vous êtes tous les deux calmes et détendus. Evitez de commencer la discussion par des "J'aimerais que tu...", mais expliquez lui ce que vous appréciez tout particulièrement dans vos ébats. "J'aime quand tu me maintiens les bras... J'aime quand tu tires sur mes cheveux.... etc.". Expliquez-lui à quel point cela vous trouble de vous sentir vulnérable entre ses mains. Cela devrait éveiller sa curiosité tout en préservant sa confiance à vous satisfaire. Et si cette conversation ne le braque pas, vous pourrez alors lui faire part de votre envie d'essayer quelques claques sur les fesses.

Encore une fois, il ne s'agit pas d'une recette miracle. Vous n'allez pas balayer, en quelques minutes, des années de conditionnement social. Vous avez semé une petite graine dans son cerveau. Ne le harcelez pas ensuite. Laissez-lui le temps de réfléchir. Cette graine germera peut-être, ou peut-être pas, mais cela doit toujours rester sa propre décision. Pour que le jeu soit bon et sain, il est impératif que le désir en soit partagé.

Enfin, s'il franchit le pas et accepte de vous donner la fessée dont vous rêviez, n'oubliez pas d'en discuter avec lui par la suite. Exprimez-lui toute votre reconnaissance mais laissez-le parler également. Demandez-lui ce qu'il a ressenti, ce qu'il a aimé ou moins aimé, car seule la communication pourra l'aider à s'affranchir des barrières qui limitent encore sa sexualité. S'il en partage la volonté, bien sûr. 

19 commentaires:

  1. Pecan nutjob19/1/14

    Je crois que c'est encore plus dur pour un homme... j'ai eu des expériences négatives dans ma jeunesse. Soit ça fait vraiment fantasme sorti de nulle part (même si on peut ressortir Rousseau), soit la demoiselle a entendu/lu au sujet du sadomasochisme (style Vénus à la Fourrure) et elle s'imagine qu'on va bientôt lui demander de s'habiller en cuir noir et donner le fouet. Alors qu'on veut juste une fessée cul nu à la main.

    Heureusement que j'ai trouvé une dame avec des penchants "sub" mais qui a vite découvert qu'elle était "switch".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, cela doit être encore plus difficile pour un homme désirant être fessé que pour une femme, parce que cela sort encore plus de notre "norme" culturelle. Mais vous avez eu la chance de tomber sur "une perle rare"! :-)

      Supprimer
  2. Pecan nutjob19/1/14

    "Votre partenaire vous fesse parce qu'il veut reproduire l'état d'excitation sexuelle dans laquelle vous place la fessée, mais il ne vous comprend pas pour autant."

    Pourquoi ne pas profiter d'un moment calme, après coup, pour lui expliquer la situation?

    C'est valable aussi pour les rapports sexuels les plus "classiques", rien n'interdit d'en parler au calme ("je préfère quand tu fais comme ça..."); c'est plus facile que pendant l'action.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, je parle ici de fessée parce que c'est le thème du blog. Mais cela reste valable pour tout ce qui concerne notre vie intime.

      Supprimer
  3. Il n'y a pas une recette, mais des recettes et prenons les exemples d'Amandine comme possible.

    Moi ? je flippe de trop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma "petite" expérience de la vie, plus longtemps on vit avec une personne, moins il est facile de lui parler de ses fantasmes. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être parce que l'on a tant à perdre que l'on préfère se taire.
      Mais en discutant sur les forums ou en lisant des blogs, j'ai pu voir qu'il y avait des couples qui, après des années et des années de mariage, osaient se parler et même donner une nouvelle dynamique à leur couple en se décidant à vivre leur fantasme. Un coup de poker, peut-être, mais qui leur a plutôt bien réussi! :-)

      Supprimer
  4. Aranam19/1/14

    Je reste très partisan de dire les choses le plus simplement du monde, avec délicatesse, mais en appelant un chat un chat... Dire :"j'ai une fantasme" où "j'ai un nouveau fantasme, et j'aimerais te le raconter." Que ce soit une femme qui en parle à une homme ou le contraire. Normalement, lorsqu'on confie cela à l'autre, il/elle est animé(e) d'une saine curiosité et pose des questions.

    Il y a quelques temps je flirtais avec une femme de mon âge. Après quelques restos et un concert elle avait accepté de "prendre un dernier verre" chez moi. C'est elle qui a pris les devant avant qu'on ne passe sous la couette en me disant : "coucher avec moi, c'est la choses facile, mais accepter mes fantasmes sexuels, c'est autre chose !" Forcément elle avait piqué ma curiosité et j'ai posé des questions, elle a pris le temps de m'expliquer qu'elle aimait autant les hommes que les femmes et plus encore la sexualité de groupe, et voulait savoir si je pourrais la suivre dans cette voie... Comme on en était aux confidences, je lui ai fait part de mes propres fantasmes, elle a été très rassurée par mon ouverture d'esprit et de constater que j'avais moi aussi une sexualité hors-normes. Donc on s'est offert une partie de jambes en l'air assez grandiose, chacun excité par les confidences de l'autre...
    Comme quoi la communication, c'est la base de tout ! Et qu'Amandine à raison sur un point essentiel : on ne transforme pas en fesseur/fessée quelqu'un qui n'a pas ça en lui (m'est déjà arrivé, mais ça reste du domaine de l'exception).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dire les choses directement, ça marche au tout début, tant qu'il n'y a pas vraiment d'enjeu. Mais quand les sentiment s'en mêlent, ce n'est pas aussi facile qu'il n'y parait. Peur d'être mal jugée, peur surtout de perdre sa considération. Les rares fois où j'ai osé afficher la couleur tout de suite, c'était avec des hommes pour lesquels je ne ressentais rien... et pour tout dire, cela a été plutôt un bide! :-)

      Supprimer
    2. Aranam19/1/14

      Quoi ! Tu fait des galipettes avec des hommes pour qui tu ne ressens rien ! Y'a des fessées qui se perdent ma bonne dame :-)

      Ceci dit tu as raison : soit on le dit dès le départ, soit c'est trop tard...

      Mais je n'ai jamais été dans la situation de demander la réalisation d'un fantasme quand la relation dure depuis un bout de temps... Ah si, je me souviens quand j'avais 20 ans avoir confessé mon envie de fessée à ma petite amie et je me suis fait traiter de malade. Je devais vraiment m'y prendre comme un nul à l'époque... :-)

      Mais tout ce bla-bla qui remplit les forums fessées depuis 10 ans dans d'interminables interrogations : comment le dire à l'autre ?
      Il serait temps d'être honnête et de dire que ça ne sert strictement à rien. Soit vous oubliez ce fantasme et tant pis pour vous, soit vous vous offrez la liberté de le vivre avec qq d'autre. Et tout le reste c'est de la masturbation intellectuelle...

      Supprimer
    3. On peut être intéressé par quelqu'un sans pour autant être amoureux. L'amour, ça prend un peu de temps à se construire. :-)
      Sur les forums, la plupart des gens ne vivent pas leur fantasme avec leur partenaire, mais ont-ils osés leur en parler? Je crois que les femmes parlent plus facilement que les hommes (comme toujours...). Mais il y a des couples qui se sont découverts cette passion sur le tard et pour qui ça marche, malgré tout.

      Supprimer
    4. Pecan nutjob27/1/14

      Chère Amandine,

      Un homme qui dirait vouloir fesser passerait très très vite pour un brutal, un violent, un homme qui "bat sa femme".

      Un homme qui dit vouloir être fessé, c'est qu'il admet une soumission à une femme, c'est un peu difficile dans une société tout de même machiste.

      Un homme qui, par exemple, veut être pénétré analement par sa copine ou sa femme, risque d'être soupçonné par elle de "penchants homosexuels".

      Supprimer
    5. D'où l'intérêt de profiter de l'espace publique que nous offre le net pour essayer d'expliquer les choses et de montrer combien ces préjugés sont faux... :-)

      Supprimer
  5. Panique19/1/14

    À mon avis les hommes en géneral deviennent facilement gourmands des fesses de la femme qu'ils aiment. Donc il ne doit pas être compliqué, pour une femme, d'attirer sur son derrière l'attention de son copain, et ensuite d'acheminer sa sexualité dans cette voie: on commence avec des caresses et les claques arrivent sans tarder xD
    Quant à moi, j'eprouve même un sentiment très fort de possession envers les fesses de ma copine; dans notre milieu et surtout en famille il est couramment accepté qu'on affiche cette possession par des caresses et tapes en public, mais il y a plus: je dirais que je ne peux pas souffrir qu'elle "me dérobe ses fesses" et que quand elle le fait c'est le seul moment où j'ai envie de la fesser pour la punir vraiment (ce que je ne fais pas, bien sûr).
    Bref, à mon avis, initier dans le goût pour la fessée à n'importe quel homme ne devrait poser un gros problème. Mais, attention, parce que la question que nous pose Amandine est autre; is ne s'agit pas de se faire fesser par son homme, mais de se faire fesser quand elle décide que le moment est bon xDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, Panique, ma question est bien de comment amener un homme à nous fesser, quelque soit le moment. En France, les hommes sont beaucoup moins enclins à jouer avec les fesses de leur femme que dans votre beau pays, j'ai l'impression. On ne voit jamais un homme ne serait-ce que poser ses mains sur les fesses de sa femme en public. Alors de là à les claquer gentiment... :-)

      Supprimer
  6. Orienter son partenaire pendant l'acte me semble être la bonne voie... Personnellement je m'exprime beaucoup pendant l'amour !!! Et je trouve très excitant de "poser" mes mains sur les fesses de ma partenaire...
    Sinon, le dialogue reste la meilleur solution pour connaitre la position de ton partenaire.... et l’amener gentiment vers ton joli fessier !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici, Casualito! Vous avez raison, il faudrait toujours dialoguer librement dans un couple au sujet de sa sexualité... mais c'est incroyable le nombre de couples qui ne dialoguent jamais à ce sujet, justement! :-)

      Supprimer
  7. jacobi21/1/14

    Difficile en effet de partager des "passions" plus personnelles, de faire naitre les envies, et de trouver aussi cette petite étincelle dans les yeux de l'autre.
    La communication,qui permet de dédiaboliser, dédramatiser et parfois de séduire.. mais hélas cela n'est pas toujours le cas..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison Jacobi, la communication souvent ne suffit pas. Parce que souvent l'un ne cherche pas vraiment à comprendre l'autre, et parce que, de toute manière, un fantasme ne peut se commander. :-)

      Supprimer
  8. Pecan nutjob22/1/14

    C'est vrai qu'une fois qu'une relation est entamée, on hésite à risquer de la gâcher en avouant des penchants inavouables. Quand j'étais étudiant, j'avais fini par avoir une "petite amie" un peu stable, en ayant avec elle une sexualité très "vanille" (je ne suis même pas sûr qu'elle m'ait prodigué un câlin buccal); ça a duré environ une année scolaire et à la fin je n'avais toujours pas osé avouer mes désirs et surtout je ne voyais pas comment le faire. Le problème a été réglé par une séparation géographique qui nous vite fait comprendre que nous ne tenions pas tant que cela l'un à l'autre.

    Ce doit être bien pire pour ceux qui ont vécu 2, 5, 10, 20 ans avec la même personne.

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.