dimanche 12 janvier 2014

Quand les mots manquent...



La plupart des gens qui aiment la fessée ont ce goût depuis l’enfance. Certains (dont je fais partie) pensent être nés avec, d'autres peuvent citer un élément précis de leur enfance qui aurait déclenché ce goût en eux. Presque tous avouent avoir toujours ressenti une fascination particulière pour les scènes de fessées qu'ils pouvaient trouver, que ce soit dans la littérature, le dessin, le cinéma...

Mais chacun a pu aussi expérimenter le sentiment d'être "différent" et en ressentir une certaine forme de honte. Dans notre société, le désir de fessée ou de punition est souvent confondu avec les effets d'un traumatisme subit pendant l'enfance, avec de la violence domestique ou pire avec une forme de pathologie psychiatrique. Même si ces raisons semblent grotesques, il n'en demeure pas moins quasiment impossible de vivre cette fantaisie sexuelle au grand jour et donc de réaliser que des milliers de personnes partagent la même fantaisie que nous. Cet isolement entretenant la culpabilisation de ne pas être "dans la norme".

Mais heureusement, de nos jours, ce problème est quasiment résolu. La communauté fessophile à naturellement trouvée sa place sur le net, seul lieu permettant l'accès à un espace public tout en préservant le nécessaire anonymat. Rencontrer, même virtuellement, d'autres personnes partageant le même fantasme permet d'estomper le sentiment "d'anormalité". Mais il n'en demeure pas moins une difficulté à se définir. 

La culture BDSM est très structurée. Elle possède ses propres pratiques, codes, valeurs, règles, normes et langage. Elle possède une identité publique forte de par les soirées qu'elle organise, ses donjons, ses ateliers et ses boutiques spécialisées. Mais si les adeptes de la fessée aiment…la fessée… cela ne fait pas pour autant d'eux des membres de la communauté BDSM. Beaucoup ne se reconnaissent en rien dans les codes, les règles, les valeurs , le langage et les coutumes que cette communauté adopte. 

Tout comme la communauté BDSM, La Discipline Domestique est une communauté structurée ayant ses propres pratiques, valeurs, règles, normes et vocabulaire. Elle ne dispose pas d'une image publique aussi forte que celle du BDSM, elle n'a notamment ni lieux publiques où les membres peuvent se réunir, ni boutiques spécialisées. Mais la culture DD n'en demeure pas moins forte, avec pléiade de guides et de sites didactiques dédiés. 

Où se situe l'univers des amateurs de simple fessée? Certainement pas dans la culture BDSM. Certainement pas non plus dans la culture DD. Nous ne nous reconnaissons pas dans les pratiques, normes, règles et valeurs structurant ces deux cultures, même si elles partagent avec nous un point commun : l'usage de la fessée. Les adeptes de la fessée ludique, consensuelle, conjugale, domestique (je ne sais même pas quelle dénomination employer!) n'appartiendraient-ils à une communauté particulière ayant sa propre culture? 

Si l'on regarde le formidable travail de recensement des blogs traitant de la fessée, effectué par Ronnie sur My bottom smarts, Les errances d'Amandine est référencé dans la catégorie "fessée en général", par oppositions aux catégories "Ds-BDSM" ou "Discipline Domestique". Cela montre bien que l'univers de ce blog n'appartient ni à un monde, ni à l'autre, mais souffre visiblement, si ce n'est d'un manque de culture auquel le rattacher, au moins d'un manque de vocabulaire.

Cet univers ne dispose pas de mot pour le définir. Personnellement, j'utiliserais bien "Discipline Amoureuse". Cela rappellerait la notion de fessée, de punition et de (légère) soumission, dans un contexte purement amoureux et ludique. Qu'en pensez-vous? Ce n'est qu'un nom, je vous l'accorde. Mais poser un nom sur une chose est important à la définir.

Maintenant, comment appeler les membres de cet univers? Là, ça se complique un peu. Les mots généralement utilisés sont empruntés à l'univers BDSM. Même si on évite généralement les appellations "Maitre", "Esclaves" ou "Chienne", trop fortement connotés, il est courant d'utiliser "Soumise" et "Dominant". Mais ces mots ont une définition bien précise dans l'univers BDSM. Le "dominant" y est défini comme "celui qui assume le contrôle mental, physique et émotionnel dans une situation d'échange de pouvoir". La "soumise" est celle qui "accepte le rôle de receveur docile, obéissant et passif face à un dominant". Ces deux dénominations me paraissent beaucoup trop fortes pour le jeu dont il est question sur ce blog. Si une certaine forme d'obéissance est requise de la part de celle (ou de celui) qui est punie, si une privation d'un certain degré de liberté du corps peut être utilisé (mains attachées, …), le jeu n'est jamais conduit jusqu'à une prise de contrôle mental, physique et émotionnel.  Les gens qui pratiquent la "discipline amoureuse" (ça y est, je me lance… ) ne peuvent réellement se reconnaître en tant que "soumise" ou "dominant", mais il n'existe aucun mot dans la langue française pour y palier. On pourrait utiliser "Fesseur" (ce que je fais souvent sur ce blog d'ailleurs) mais "Fessée" pour parler de celle qui reçoit peut être source de confusion. Le plus simple me semblerait d'utiliser les mots anglais de "Spanker" et "Spankee" puisqu'aucun mot de notre langue ne semble adapté.

Voilà, il existe encore certainement pas mal de mots qui manquent à définir notre univers, mais lui trouver un nom et en définir un pour ses membres aide déjà à lui construire une identité propre. Cette recherche identitaire peut paraître bien futile mais elle contribue au sentiment d'appartenance que nous recherchons tous (ou, du moins, qui peut nous rassurer).


28 commentaires:

  1. jacobi12/1/14

    j'aime beaucoup ce post.
    il est bien difficile de classer, catégorier ce qu'on vit, ce qu'on ressent et je pense qu'on perd aussi beaucoup de temps parfois à essayer de le faire.
    d'autant qu'en plus les ressentis évoluent au fil des expériences et alors parfois les artifices de ces univers s'évanouissent..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le propre de l'être humain que d'essayer de comprendre qui il est, même si cela change, évolue, constamment... :-)

      Supprimer
    2. Peter Pan12/1/14

      Bonsoir Amandine !


      Votre Post va certainement susciter de riches commentaires. Vous avez posé une problématique intéressante.
      "Fessophiles" me semble une expression qui rassemble toutes les personnes qui apprécient la fessée qu'elle soit conjugale, ludique ou autre. La Fessée renvoie à une période ou à un moment particulier de sa propre existence, que ce soit dans un contexte familial, éducatif. Dans un moment , dirais-je, d'intimité entre deux personnes. Moment que l'on cherche souvent, adulte, à revire tant l'émotion éprouvée en est restée vive.Cela n'a visiblement aucun rapport avec le monde du BDSM que je qualifierait de plus rude, plus froid, Au final, impersonnel. Perso, l'ambiance "soirée chaines et fouets" n'est pas vraiment mon truc. Mais chacun/e ses gôuts. Alors, respect.
      Les médias , TV ou mags, présentent le monde des "Fessophiles" comme "inclus dans le BDSM , alors que celui-ci ne se limite pas à une séance de fessées. De plus on apparente les adeptes de la fessée à une bande de personnages atteints de perversions et autre tares mentales !!!!
      Difficile de changer cette image. Et votre tribune, chère Amandine, en est un exemple, non ? Peter Pan.

      Supprimer
    3. Bonsoir Peter Pan! A ce que j'en connais, le monde du BDSM est régi par des codes et des règles strictes, parce que justement on n'y joue pas qu'à la fessée et donc que les choses doivent être bien encadrées pour en limiter au maximum les risques. Dire que l'on fait du BDSM en jouant à la fessée est aussi absurde que dire que l'on joue à un jeu alors que l'on en utilise pas les règles.
      Je ne sais pas si ce blog participe à changer l'opinion publique sur la fessée, mais si au moins il permet de revendiquer l'existence de la fessée en soi, et dehors de la culture BDSM, cela ne sera déjà pas si mal... :-)

      Supprimer
    4. jacobi12/1/14

      oui le propre de l'homme..
      mais parfois je crois qu'il ne faut pas chercher à intellectualiser les choses surtout quand cela pousse à rentrer dans des cases ou rechercher des communautés.
      Toutefois lire les expériences des autres permet parfois de comprendre les siennes et d'éviter de se tromper.

      Supprimer
    5. Je pense au contraire qu'il est important de profiter de cet espace publique pour expliquer qui l'on est. Bien sûr, je pourrais me contenter d'amuser mes lecteurs, ce que je fais la plupart du temps. Mais cela changerait-il la perception que les autres peuvent avoir de nous? Cela combattrait-il les idées reçues et le rejet dû à l'ignorance? Ma contribution est minime, bien sûr, puisqu'à priori les gens qui viennent me lire me comprenne déjà. Mais je pense qu'i lest important de montrer qu'il existe une culture callirhodopygophile (sourire), en dehors du BDSM et de la DD. Et que même si cette culture n'a pas de nom propre, qu'il lui manque encore des mots pour se définir, elle n'en demeure pas moins une entité existante.
      Mais bien sûr, vous avez parfaitement le droit de ne pas adhérer à cette démarche. :-)

      Supprimer
    6. jacobi13/1/14

      sourire, je ne parlais pas de vous qui vous racontez, livrez vos ressentis...
      je pensais surtout à tous ceux qui vont chercher à rentrer dans une case pour appartenir à une communauté ou qui vont se perdre pour ressembler à..

      Supprimer
  2. Ventoux12/1/14

    Encore une fois merci Amandine,
    Jour après jour vous m'épatez !
    Je finis par me demander si la fessée ne serait pas aussi un stimulateur de neurones ?
    Je n'aime pas trop le terme de fessophiles,
    alors pour ne pas être en reste, je vais simplement proposer une piste
    aux hellénistes avertis.
    Ne pourrait-on pas construire quelque chose de joli à partir de callipyge ?
    A la fois rappelant la déesse Aphrodite et cette notion de jolies fesses,
    car, je ne sais pas si quelqu'un d'autre l'a remarqué,
    mais je trouve que les fessées embellissent les fesses,
    probablement une conséquence de l'accélération de la circulation du sang, non ?
    En tous cas, si nous devons élire un porte drapeau, ma candidate est toute choisie.
    Bonne soirée et...; surtout ne changez pas
    Ventoux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment de ces mots qui me sont très encourageants! :10:
      Je suis d'accord avec vous, je n'aime pas trop le mot fessophile. Pour être exact, il faudrait dire callirhodopygophile - celui qui aime les jolies fesses rondes et rougissantes - mais c'est peut-être un peu compliqué à prononcer (et à écrire...). :-D

      Supprimer
    2. Peter Pan13/1/14

      Bonjour Amandine !!

      C'est une belle colle que vous nous avez posé là. Je suis en partie d'accord avec Jacobi pour la diifculté à classer une préférence particulière dans un vocabulaire compréhensible.par tous. Il faudrait trouver un terme facile à retenir et à prononcer et fidèle à l'image qu'on veut donner. Humm... les trois hypothèses à la fois ! Difficile. Tous les avis sont les bienvenus, je pense... Peter Pan.

      Supprimer
  3. "Discipline Amoureuse" ... Tiens tiens ... ça va plaire à quelqu'un que je connais bien, ça :)
    Très bel article. Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien si ça plait déjà à une personne! En fait, dans ce terme, j'aime bien jouer sur la double signification du mot discipline... mais j'ai bien peur que ça que ça ne parle qu'à moi! :-D

      Supprimer
  4. C'est marrant ça, y'a des fois où je n'ai vraiment pas envie de me masturber l'esprit. Pourtant le post pose inintéressantes questions, mais non, j'ai le ciboulot en carafe. Ce matin ce qui m'amuse c'est de regarder la terre tourner et de voir que je suis connecté, j'adore ce gadget mais je ne l'ai pas trouvé pour mon blog.
    Bref... Que dire.... ça ne vient pas !
    Ha si, une chose, qu'avant tout la fessée ça s’écrit à la main, je vais donc virer mon clavier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu trouves ces questions complètement inintéressantes? Bon, il est peut-être grand temps que j'arrête ce blog, en vérité.
      Tu trouveras le gadget terre à cette adresse : http://www.revolvermaps.com/

      Supprimer
    2. "Se masturber l'esprit avec des questions inintéressantes"... Je ne comprends vraiment pas la rudesse de ce genre de propos.
      Quand un truc ne m'intéresse pas sur un blog, je ne commente pas, c'est tout. Et si je ne suis pas d'accord, je le dis en argumentant. Mais dire juste ça...

      Supprimer
    3. Heuuu faut que t'excuse Mike je ne sais pas quelle heure il était par rapport a son premier Irish de la journée mais là, mes fesses à couper qu'il a dérapé sur son clavier - Il faut lire " d'intéressantes " :) Et si un jour j'écris un truc bizarre comme ça te prends pas le chou, hips ! ;)

      Supprimer
  5. Amandine. Votre post résume tellement bien notre dilemme que je propose de baptiser amandinienne notre communauté fessophile. Bravo pour votre blog en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment Vincent, vous me redonnez le sourire et un peu de courage...:10:
      Mais non, donner mon nom à la communauté, je ne pense pas que ce serait une bonne idée... mais c'est néanmoins une charmante attention! :-D

      Supprimer
  6. EllaJenesaisquoi14/1/14

    bonjour Amandine !
    c'est tout à votre honneur de vouloir créer une nouvelle AOC pour la fessée, il n'en reste pas moins que de même qu'un nouveau vin reste une boisson alcolisée, la fessée fait partie de l'univers bdsm selon moi.

    Car tout le monde ne se reconnaitra pas dans votre vision un peu cliché de l'univers bdsm (donjon, ateliers ?, boutiques spécialisées ...). Pire, si l'on suit votre logique, des gens comme moi ne se reconnaitront ni dans la "fessée amoureuse" ni dans le bdsm que vous décrivez.

    D'ailleurs, je n'arrive pas à comprendre pourquoi vous voulez "changer l'opinion publique sur la fessée" ? !? Souhaitez vous qu'elle se démocratise ou simplement pouvoir en parler sans honte lors d'un diner ?

    nb : si ce n'est déjà fait, je vous suggère de jeter un oeil sur certains forums bdsm; vous pourrez constater qu'on y parle très ouvertement et sans restriction de toutes les pratiques, la fessée y compris, sans ostracisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ella!
      Je ne souhaite pas créer une nouvelle AOC, juste placer une identité sur ce que je suis, et bien entendu que je beaucoup de gens ne peuvent pas s'identifier à moi.
      Le BDSM est une pratique très encadrée, avec des pratiques très codifiées et des lieux "publiques" très encadrés, pour fondamentalement garantir la sécurité de la soumise. Même la tenue "cuir" et lingerie, qui nous semble ridicule vue de l'extérieur, a été mise en place dans ce sens là, pour que chacun n'oublie jamais que c'est un jeu et que le dominant ne s'aliène en aucun cas la soumise "pour de vrai". Bien sûr, les règles peuvent légèrement varier d'un communauté à un autre, mais globabement les principes restent les mêmes.
      Vous pouvez avoir une activité sado-masochiste, mais si vous ne respectez pas les règles du BDSM, je en pense pas que vous seriez reconnu par cette communauté, qui, encore une fois, ne plaisante pas avec la sécurité de la soumise et exige de ses membres l'application principes et règles imposés, qui sont, dans leur grande majorité, là pour ça.
      Enfin, ne soyez pas ridicule, je ne parle pas sexualité dans mes dîners en ville. Mon vœux le plus cher serait que nous puissions librement parler de notre envie de fessée dans notre vie intime sans que nous n'ayons peur de passer pour des fous, malades ou autre, aux yeux de nos partenaires. C'est cela que j’appelle "changer l'opinion publique".

      Supprimer
  7. Alors là je suis extrêmement confus, je viens de relire et m’apercevoir de ma connerie. heureusement qu'Ellie me connait bien et qu'elle a traduit. Oui c'est bien intéressantes questions dont-il s’agit.
    Pourquoi , je viens de m'en rendre compte en cliquant sur le mot que j'ai encore mal orthographié, et bien par habitude que le premier orthographe proposé soit le bon, j'ai cliqué sans lire par bête habitude et ce premier choix c'est inintéressant. Les cons ! Chère Amandine veuillez m'excuser de cette bévue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben ouf parce que mes fesses j'y tiens un peu quand même ;) :-*

      Supprimer
    2. Merci de cette petite correction, Ellie et Mike. Cela me rassure un peu. :-D

      Supprimer
    3. Je préférerai que ça te rassure complètement. je m'en veux de ne pas m'être relu. J'ai trop de respect pour le travail des personnes qui tiennent un bon blog pour en trois lignes le saboter et si d'aventure un sujet ne m'interpelle pas, je n'y réponds pas ce qui ne veut bien sûr pas dire que le sujet est mauvais.
      Croyez-le Amandine, si votre blog est si suivit, c'est qu'il est attrayant.

      Supprimer
  8. Il me paraît qu'il y a une erreur dans la base: à quoi bon se soucier à laquelle société appartenir? Un individu est précieux de soi-même, c'est-à-dire, sans quelque définition. Il (ou elle)cherche un ami (ou une amie) avec la même passion, enfin il la trouve. C'est l'amour, mais pas une appartenance à certaines sectes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rechercher une identité à son fantasme ne fait en rien appartenir à une secte! Considérez-vous que le BDSM ou la DD soient une secte?
      Quand à la recherche d'un compagnon, bien sûr qu'elle doit être dictée par l'amour. Par contre, si vous voulez vraiment être heureux, je pense que le mieux est de partager le même fantasme sexuel sinon nécessairement vous aurez une certaine forme de frustration. Cela nécessite de bien se connaitre et dans ce sens, arriver à poser des mots sur ce que l'on ressent n'est pas inutile.

      Supprimer
  9. Main de fer15/1/14

    Chère Amandine,

    Il semble que ce vous dites de l'attrait pour la fessée - donnée ou reçue - est un peu vrai de toutes les préférences sexuelles. On n'en parle pas en public. Ce qui, pour moi, est typique du goût pour la fessée c'est qu'on n'en parle pas en privé non plus. Je veux dire qu'avouer à la personne qui partage notre intimité qu'on a envie de donner ou de recevoir une fessée nous expose au risque d'une réaction négative et d'un jugement définitif. Quant à ce que vous dites de l'acceptation sociale de la fessée, je pense qu'on en est loin. Les préjugés ont la vie dure et même quand on les croit disparus, ils peuvent revenir d'un coup quand l'occasion se présente. Reste la question de coller une étiquette aux gens qui, comme nous, ne se reconnaissent ni dans le BDSM ni dans la DD. Pourquoi pas les amateurs de fessée érotique, tout simplement? Je dis cela parce que je suppose que, pour chacun d'entre nous, une fessée qui ne déboucherait pas sur un acte érotique n'aurait guère d'intérêt. Me trompé-je?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des amateurs, des amoureux de le fessée érotique, nous sommes ici un grand nombre à l'être, c'est certain! :-)
      Une fessée qui ne déboucherait pas sur aucun acte érotique me déstabiliserait profondément, je crois. Mais je ne l'ai jamais vraiment vécu autrement. Il y a des gens qui découplent complètement fessée et sexualité parce qu'ils sont avant tout en recherche de punition (enfin, d'après ce que j'en comprends). Ma recherche serait davantage orientée vers une sécurité affective, mais elle s'associe toujours à une profonde excitation sexuelle contre laquelle je ne pourrais ni ne voudrait lutter.

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.