jeudi 9 janvier 2014

Vous savez, maintenant.

Voici le récit d'une première fois, envoyé par une lectrice qui souhaite demeurer anonyme. Il est  vraiment touchant, émouvant, excitant... J'espère qu'il vous plaira autant qu'à moi!




- Répétez-moi pourquoi vous êtes là ?

- Vous le savez bien

- J'attends. Vos mots des mails, je les veux.

Je suis debout. Il est assis sur sa chaise à ma gauche. J'ai les yeux rivés au parquet. Consciencieusement. Je cherche une contenance sans la trouver.

-Dites!

- Je, je viens pour une fessée. C'est ce qu'on avait dit, non ? 

- Pourquoi ? Qu'avez-vous écrit ?

- C'est que je,

-Oui ?

- Je ne sais pas résister à un homme qui me plait ?

- Non, non ce n'est pas ça. Vous êtes incapable de vous maitriser, vous remuez sans contrôle au moindre coup de langue, vous forcez vos partenaires à vous suivre partout. Nous devons remédier à cela. Est-ce juste ?

- M'ouais, y'a de ça.

- Je vous écoute.

-Quoi ?

- Je vous écoute.

-…. Ben, c'est à dire

-………..

- je bouge

- quand

- ben, vous savez bien!

- non

- quand, quand, arrr, ben, quand, pfff…. Un homme me touche, me, me fait du bien..

- Et vous savez combien c'est pénible pour cet homme de devoir vous retenir, ou pire, de se déplacer, lui, pour satisfaire vos plaisirs ?

- … hum, oui…

- Bien. Défaites le bouton de votre pantalon.

Je m'exécute, trop contente qu'il ait enfin fini de me sortir les vers du nez. J'ai horreur de ça. En plus, il me fait la morale, ça m'agace. Mais qu'est-ce que je fous là? Qu’est-ce que j'ai encore essayé de me prouver?

- Vous voyez, aucune volonté! Je vous demande défaire votre bouton. Vous le faites, devant un inconnu, sans savoir ce qui vous attend...

Non mais il me fatigue! Je sais très bien ce que je veux. Je veux essayer la fessée, ok. Bon j'y suis. Mais qu'il arrête de faire la morale!!

- Approchez vous.

- …

- Vous attendez que je vous supplie peut-être? Je vous rappelle que c'est vous qui avez décidé d’être là.

Faut savoir ce qu'il veut. Un coup il me reproche de suivre les ordres. Le coup d'après de rien faire!! M'énerve!! Je m'approche, mes genoux sont collés à ses cuisses. Je suis folle. Qu'est-ce que je fous là? Il pose sa main sur mes fesses. Ce n'est pas désagréable. Il ne bouge plus. Bon, il veut en venir où? Qu'il se dépêche!

- Alors, vous êtes prête?

Je hoche la tête en prenant soin de ne pas le regarder.

- Vous êtes prêtes?

- Oui

- Pardon?

- OUI, quoi! Pourquoi je suis venue, sinon?

- Votre ton me déplait.

Il me pousse en travers de ses genoux et je me sens particulièrement gauche et raide. Il me caresse les fesses par-dessus le pantalon. J'attends une tape, un truc. Rien, il continue. Pas désagréable du tout, mais je ne peux quasi pas en profiter tellement mes muscles sont tendus. Bon! Il commence ou quoi?

Il continue ses caresses. Je ne comprends rien. Ça doit être sa technique d'apprivoisement. Je me détends, la positon en devient un peu plus confortable. S'il continue comme ça, dans deux minutes, je compte les moutons, moi. Je me concentre un peu. Il est vrai que rien que des caresses sur le pantalon peuvent me faire remuer, ce qui serait inappropriée dans cette situation. Quand je vais chez la gynéco, par exemple, et qu'elle commence à m'ausculter, à chaque fois c'est pareil, je l'entends me dire ...

Gloups! Il agrippe le haut du pantalon. La culotte avec. Mon sang ne fait qu'un tour. D'un coup sec, il le descend au plus bas possible. Je sens l'air frais. Mes cuisses et mon périnée se contractent à peine. Pourvu qu'il ne le voit pas. Des ses deux mains, il dégage bien mes hanches, puis fait glisser, pantalon et culotte aux genoux. Je soupire. Mon cœur bat comme un fou. Pourvu qu'il ne l'entende pas. Mais?? Il continue ses caresses! Des caresses fermes, de toute la main. Il malaxe de temps à autre. C'est bon. Mais c'est pour ça que je suis venue!!! J'esquisse un début de son d'aise.

- Chut !

Bon, bon, je me tais. Ses caresses deviennent plus intimes. Je frémis. Je me retiens de bouger. J'attends la tape qui devrait arriver quand je ne m'y attendrais pas. Ou quand il croira que je ne m'y attends pas. Je suis maligne, hein, faut pas croire! Donc je fais semblant de rien attendre et je m'y applique de tout mon cœur. Hummm, c'est bon. Ne rien dire. Ne pas bouger. Il s'attaque au clito. Non mais, là c'est pas prévu du tout! Je me mords  les lèvres pour ne pas bouger! C'est dur, je vous jure! Oups, les doigts à l’intérieur. Mais! Je voudrais protester mais … Hummm. Ne pas bouger. Ne pas bouger. Ça monte, je bouge un peu. Trop tard, mes pensées ont glissé à l'intérieur de mon sexe. Et je profite, je remue et bien en plus encore. Je m'en fou, c'est bon. Je gémis. Encore un peu et je jouis. Aller encore peu, ça y'est presque…

Sa main s'abat sur ma fesse bien détendue et au bord de l'orgasme.

- Vous n'avez pas su tenir dire non. Vous n'avez pas su tenir sans bouger!

Je suis excitée comme une puce, et j'ai les larmes au bord de yeux de mettre fait avoir comme une bleue. La fessée est rythmée, sans faille, sans aucune échappatoire. Ma main esquisse un mouvement et se retrouve maintenue dans le dos. Ça chauffe sec, mais je suis calmée. Ce n'est pas si terrible, finalement! Les pensées reviennent. Pas longtemps, je vous rassure. Peu à peu mon derrière perd tout contrôle, il s'agite à chaque tape, sans pour autant se contracter. Je me mets à geindre bien malgré moi. Je ne suis plus que cette paire de fesses chauffantes. J'oublie que je bouge, où je suis, pourquoi, comment je suis là. J'ai chaud, mal et abandonnée.

- Voilà. Vous savez, maintenant.

Il me relève et me regarde d’un air doux. Je remarque, enfin, ses yeux marron profonds.


20 commentaires:

  1. jacobi9/1/14

    étrange.. ça fait un peu manipulateur non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manipulateur,certes, et de la plus belle des manières... :-)

      Supprimer
    2. jacobi10/1/14

      de la plus belles des manières :-)

      j avoue que je ne partage pas trop ce ressenti , cette façon de déstabiliser , de rendre insecure, de la faire douter au point qu elle se demande ce qu elle fait la ..

      je peux toutefois comprendre le jeu qui en résulte mais cela peut être aussi une première expérience désastreuse ..

      Supprimer
    3. Dans ma (petite) expérience, quand on joue à la fessée avec quelqu'un que l'on rencontre pour la première fois, on invente toujours une raison à la fessée (il en faut bien une!) plus ou moins farfelue. Parce que comme justement on ne se connait pas et que c'est beaucoup plus facile et moins chargé émotionnellement que de choisir une raison "réelle".
      Dans ce cas-là, donc, le couple avait choisi de jouer sur le fait que la dame n'arrive pas à maîtriser les réaction de son corps quand on la caresse. Complètement farfelu mais rigolo. L'homme choisit alors de lui inculquer la leçon en conduisant la dame à reproduire d'abord la faute (il aurait eu tort de les en priver, non?) avant de la châtier. Pourquoi cela aurait-il pu mal tourner? Les deux partenaires étaient parfaitement conscients qu'ils jouaient à un jeu sexuel sinon ils ne se seraient pas mis d'accord sur cette raison-là... il était clair que la dame voulait s'essayer à la fessée érotique et non à la fessée punitive.
      Maintenant c'est vrai qu'elle se demande si elle n'a pas été folle de venir-là, mais honnêtement, quelle femme ne se pose pas cette question? Moi, en tout cas, elle me traverse toujours l'esprit avant chaque fessée. Heureusement, l'envie est toujours beaucoup plus forte que la raison! :-)

      Supprimer
    4. jacobi10/1/14

      Je ne doute pas qu'il ne s'agissait pas d'une fessée punitive, elles sont beaucoup plus difficiles à gérer/canaliser/apprécier...
      la difficulté dans cette situation est justement comme vous le souligner de mettre le recevant en position de personne fautive.
      Et même si c'est par jeu, il n'est pas toujours facile de pouvoir anticiper la réaction d'une personne qui se sentira en faute (surtout si c'est face à une personne qu'elle connait peu) : blocage, peur, prise de conscience. Le recevant peut alors perdre pied et se trouver tétanisé face à une situation inconnue.
      Le donnant, à moins qu'il ne soit très expérimenté, peut avoir alors lui aussi du mal à gérer la réaction de l'autre surtout si elle ne correspond pas à l'effet attendu.
      Dans ce récit, heureusement tout fini bien les réactions des uns correspondent à l'attente des autres (et réciproquement) mais ça n'est hélas pas toujours le cas, même par jeu.. c'est pour cela que je parlais de manipulation risquée car visiblement imprévue.
      Je pense que pour se libérer, profiter. Il faut déjà avoir confiance en l'autre mais aussi savoir reconnaître ses propres ressentis et pouvoir ne pas se laisser déborder.

      PS : J'ai volontairement asexué les participants, non pas pour le style mais juste pour n’oublier personne.. ;-))

      Supprimer
    5. Tout cela est très juste, Jacobi. Il faut faire très attention quand on joue avec les sentiments profonds des gens. C'est pourquoi, en ce qui me concerne, je ne joue jamais avec de "véritables" raisons si je ne connais pas parfaitement bien mon partenaire. Des raisons, j'en invente ou j'en choisis de légères... Mais bien souvent, les choses dérivent lors de la rencontre et finalement je suis fessée pour une raison "plus réelle" qui apparaît au moment du jeu, comme un refus d'obéir (le plus fréquent), une phrase malheureuse, etc... Mais cela reste toujours clairement ludique et je ne me suis jamais sentie coupable "pour de vrai". D'ailleurs, je pense que ce serait très difficile pour le dominant de faire naître ce sentiment chez une partenaire qu'il ne connait qu'à peine... :-)

      Supprimer
    6. A nous d'imaginer ce qu'il y avait dans les mails....
      Peut-être ont-ils suffisamment échangés pour en arriver là ?
      Peut-être le monsieur écrit un blog et, du coup, la demoiselle sait plus ou moins ce qui l'attend ? Ou l'inverse ?
      Ou peut-être qu'ils se connaissent ou même qu'ils ont déjà partagé une quelconque intimité ?

      Tiens ça doit être marrant d'imaginer le début ;)

      Supprimer
    7. jacobi10/1/14

      et voila "de la faute et du rôle de la punition.." vaste débat
      il n est pas très difficile de faire naître un sentiment de faute chez celle qui a envie de s investir et de bien faire "tu es une mauvaise soumise" est une phrase bien trop employée chez des pseudos dominants qui veulent ébranler celle qui essaie de lâcher prise ou qui n arrivent pas a leur fin (mais c est encore un autre débat )
      En tout cas le jeu , je crois bien qu il n y a que cela de véritable. Même si j ai longtemps pense que l esprit valait bien plus que les actes je crois qu il est essentiel de ne pas se prendre au sérieux

      Supprimer
    8. Effectivement, ce serait amusant d'imaginer la teneur des conversations qui ont précédé cette rencontre. A considérer le choix du motif de la punition, il n'est pas à douter que la chaleur qu'il devait s'en dégager n'avait rien à envier à celle qui prévalut par la suite aux fesses de la demoiselle. :-)

      Alors d'après toi, Marie, ce texte mettrait en scène un blogeur (que tu aurais reconnu???)... qui tient un blog (de fessée du coup, je suppose) et a les yeux marron... J'adore l'idée! Alors Stan, il a les yeux bleus, il me semble... Flow, il préférerait la cravache à la main... Mike il reçoit plutôt qu'il ne donne... C'est qu'il y en a plein d'autres... Quelqu'un a une idée (éclairée)??? :-D

      Bon, Marie, si tu veux nous écrire le prologue de cette histoire... :-)

      Supprimer
    9. Oups! Vert... la couleur de l'espoir... mais plus que ce soit toi dans cette histoire, du coup! :-D

      Supprimer
  2. Ce récit est bien tout ce que tu en dit Amandine et, quand on lit un témoignage comme celui ci, on rêve en regrettant qu'il y ait tant d'hommes qui ne savent pas faire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chilina! On aimerait toutes rencontrer un homme aussi sensible, c'est certain. Mais cela doit bien être possible... :-)

      Supprimer
    2. Peut être ... ;)

      Supprimer
    3. Marrons et pas verts ? Mince. C'est pas moi. Voilà pourtant une ambiance que je connais un peu...

      Supprimer
    4. Ah ah, je savais bien que ça pouvait être toi!
      Après tout, ma lectrice est peut-être daltonienne... :-D
      Bon allez, je plaisante, ce n'est pas toi, donc.

      Supprimer
  3. J aime beaucoup ce récit ( excitant tu as raison) . Elle reste très près de la situation dans ces mots et on arrive à se mettre à sa place. je suis toute rêveuse ce matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce récit est très bien écrit, c'est vrai... et on aimerait bien être à sa place! Merci donc à cette adorable lectrice de nous offrir ce petit moment de bonheur. :-)

      Supprimer
  4. Desdémone10/1/14

    a Marie Tro : je trouve l'idée d'écrire le début très mausante. J'aimerais bien vous lire !

    RépondreSupprimer
  5. Non, non je n’écris pas de prologue.
    J'aime bien quand tout n'est pas dit dans une histoire que je lis : c'est la place pour mes fantasmes

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.