vendredi 7 mars 2014

Candeur

Voici l'extrait d'un film dont j'ignore malheureusement tout. Peut-être certains d'entre-vous pourront-ils éclairer ma lanterne?

Une jeune dame, dont j'admire la candeur, demande à être corrigée par l'homme qu'elle aime, afin qu'il puisse la pardonner. Elle reçoit 10 coups de cravache très sévères (mais rassurez-vous, ce n'est que du cinéma) avant qu'il ne l'enlace et l'embrasse tendrement sur la joue. 



Je ne sais pas ce que vous ressentez, mais moi je fonds.

Il semblerait qu'ensuite il jette la cravache dans le feu et la demande en mariage. Un conte de fées revisité, en quelques sortes... :-)


Voici quelques compléments grâce à l'aide précieuse de Vincent Flâneur (merci Vincent!) : 

Cet vidéo est donc un extrait du film de Gérard Kikoïne, "Lady Libertine" (1983).


Charles de Beaumont, un richissime aristocrate londonien, recueille dans son château un fragile orphelin du nom de Frank. Portant aussitôt un intérêt certain à ce nouveau pensionnaire, il met un point d'honneur à prendre son éducation en main. Il lui dispense divers cours, lui donne notamment ses premières leçons d'anglais. L'élève est studieux et l'aristocrate se prend au jeu de l'enseignement. Au fur et à mesure que le temps passe, les liens se resserrent et les deux colocataires prennent goût à leur cohabitation. Mais Frank est parfois désobéissant et mérite bientôt une fessée... Stupéfaction totale pour Charles quand il découvre que Frank (ou plutôt Frances) n'est pas exactement le garçon qu'il croyait, mais une une ravissante jeune femme. Cette découverte bouleverse leurs relations et ouvre de nouveaux horizons au maître des lieux.

Il semblerait qu'il y ait plusieurs scènes de fessées, dont celle-ci trouvée chez Fence : 



A noter la présence de Sophie Favier dans le casting.

Le film est sorti en DVD, mais il ne semble plus disponible dans les grandes enseignes. Ouvrez les yeux dans les brocantes, peut-être aurez vous un peu de chance. En, voici la jaquette :


Sinon, il semblerait que l'on puisse le télécharger gratuitement ici . Mais attention, je n'ai pas testé le lien, je ne sais pas s'il est sécurisé.

27 commentaires:

  1. je fonds aussi chère Amandine, en me mettant à la place du cravacheur. quelle belle demande il reçoit...et comme il traite bien sa dulcinée

    RépondreSupprimer
  2. N'est-ce pas qu'ils sont craquants tous les deux... :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voui, enfin elle surtout, ce me semble

      Supprimer
  3. Peter Pan7/3/14

    Bonsoir Amandine !

    Quel romantisme, non ? Quel poigne et quelle autorité ! Mais qui est le maître ? Les femmes savent mener les hommes... par le bout de la cravache car sous son air autoritaire, c'est finalement cette jeune femme " qui mène la barque" !! Rusées, les représentantes du Beau Sexe, non ? Souples et rusées comme les félins !
    Perso, ce film m'est inconnu. De profil, l'acteur ressemble à Alain Delon, à l'époque du film intitulé "La piscine" (1968 ?) avec l'inoubliable Romy Schneider et Maurice Ronet.Et la jeune comdienne à Maria Schell (Gervaise - 1956 - avec Suzy Delair).Mis à part cette remarque, je ne sait rien sur ce film. Bon WE à vous. Peter Pan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison Peter Pan, ce sont en vérité toujours les femmes qui mènent la danse, dans ce jeu comme dans beaucoup d'autres domaines!

      (sauf peut-être dans la danse, justement, tant qu'elle reste de salon)

      Supprimer
    2. Peter Pan8/3/14

      Bonjour Amandine !


      Merci de confirmer mes suppositions. Nous sommes sur la même longueur d'onde. Rires. Et nous, les hommes, nous l'acceptons car au fond, on vous aime bien, toutes, dans votre immense majorité. On veut bien se laisser convaincre et... ça marche. Ah la magie des sentiments... Peter Pan

      Supprimer
  4. C'est une scène de Lady Libertine, un film érotique (soft) des années 80, qui comporte quelques autres fessées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Vincent de nous éclairer ainsi :10: Je pensais bien avoir quelques lecteurs cinéphiles... :-)

      Supprimer
    2. Peter Pan8/3/14

      Bonjour Amandine !

      Je pensais également en rédigeant ma réponse d'hier soir à deux autres films dans le même genre comme "Histoire d'Ô" et "Lady Chatterley" mais dans ce domaine je suis moins spécialisé. N'ya t-il pas un film similaire avec Sophie Favier dans lie rôle de la jeune ingénue et datant de la même époque ? A confirmer .
      Bonne journée. Peter Pan

      Supprimer
    3. Je pense que le film de Sophie Favier que vous avez en tête est justement celui-ci. J'adorerai voir la version originale... Sophie Favier parlant anglais avec un accent français (?) et un cheveux sur la langue, ça doit être charmant! :-D

      Supprimer
    4. nabuccho7817/3/14

      bonjour Amandine,
      en parlant de cheveu sur la langue, j'en reviens à la candeur. La rencontre mercredi a bien eu lieu dans un bel hôtel non loin de l'A13.
      L'amie était absolument parfaite, elle brillait sous le soleil de mars dans l'insolence de sa quarantaine qui s'achève.
      Tout était parfait jusqu'au bout, j'ai adoré ses escarpins italiens, j'ai caressé le satin de sa culotte blanche, de plus elle portant un collant d'été avec un fil brun qui remontait tout au long de la jambe mais jusqu'où? vous savez comme lorsque nos grands-mères durant la guerre se dessinaient un trait sur l'arrière de la jambe pour donner l'impression d'avoir des bas de grandes marques.
      J'avais apporté dans ma bible et entre deux pages j'avais rangé deux feuilles d'ortie entre 2 lingettes humides. J'ai admiré ce sourire lorsqu'elle les a glissées sans sourciller dans son soutien-gorge juste au dessus de chaque téton. L'enveloppe dorée cachait le chiffre 20 et la ceinture de cuir ornée de strass qu'elle portait sur sa robe cocktail bleu-roi en orgenza faisait office d'instrument de correction.
      j'ai pris grand soin de tout et le bisou d'au-revoir plein de candeur sur ma joue sur le parking en se quittant avait un parfum très singulier.
      Sur le chemin du retour, je repensais à ces deux feuilles d'ortie qu'elle avait conservé "au chaud"..
      C'était un beau jour pour être vivant.

      Supprimer
  5. Ah j'aime beaucoup aussi, et j'aime comme il la console à la fin. Juste dommage qu'il jette la cravache dans le feu, sa aurait pu lui être utile à nouveau dans le futur avec sa demoiselle :) ! Si quelqu'un sait où on peut trouver ce film Lady Libertine, je prend ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peter Pan12/3/14

      Bonjour Paille Lee !


      Je vous communique une autre adresse pour vous procurer le film "Lady Libertine". La voici : wwww.mariannemelodie.fr. Un bon site qui réédite des polars et autres perles du ciné des années 1950 à 1980. Bonn chance. Peter Pan.

      Supprimer
    2. Merci de cette bonne adresse, Peter Pan! :-)

      Supprimer
  6. Peter Pan8/3/14

    Bonjour Paille Lee !

    Pour retrouver ce film , vous devriez consulter le site de Zaza (assez complet: DVD, BD, matériel fétichiste...) sur : www.laboutiquedezaza.fr. Peut-être le trouverez-vous. Bonn'journée. Peter Pan

    RépondreSupprimer
  7. Ah flûte j'en avais vu une scène (ma préférée) celle justement ou lors de la première fessée, Il s’aperçoit que "il" est une "elle" ! Incrédible isn't it ? Bref je vais fouiller dans mon ordi si je la retrouve, je vous la glisse.

    RépondreSupprimer
  8. Cet extrait est fort jubilatoire ^^ .La cravache est un instrument certes pour les Grands , mais O combien chaleureux :).
    Si elle corrige , dresse ,punie , sa langue de cuir peut être divinement affolante et caressante et glissante :)
    Ce " punie moi" ici peut être interprété tacitement comme "fais moi du bien"
    Il faut arrêter de croire que tous les "cravacheurs" sont des décérébrés dépourvus de sentiments et fort heureusement cela n'est pas que du cinéma :-D
    A travers la cravache , on aime surtout et avant tout la main qui la tient et l'homme qui s'en sert .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cravache et la ceinture sont les deux instruments les plus troublants à mon sens. La ceinture a ce petit plus de virilité et la cravache ce petit plus de distinction... Mais je ne saurais les comparer en terme de sensations puisque je n'ai malheureusement jamais eu l'occasion de ressentir la brûlure d'une véritable cravache (celles que j'ai essayé étaient de bien piètre facture!) :-)

      Supprimer
    2. Je suis certaine que parmi tes lecteurs assidus Amandine , l'un d'entre eux se dévouera pour remédier à cet inconnu :-)
      Inna en mode humour :-D

      Supprimer
    3. Fasse que l'on t'entende, drôle d'Inna ! :-D

      Supprimer
  9. Anonyme9/3/14

    quel beau extrait...je l'avais vu en allemand et il m'avait tout aussi bien plu.....extra, cette demande...avec laquelle elle demande un soulagement...

    Frank de Munich

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que ce petit extrait te plaise à toi aussi Frank et merci pour ce petit message! :-)

      Supprimer
  10. Bleuenn11/3/14

    J'aime la cravache, pour son élégance, sa sensualité mais c'est également, à mon goût un instrument très dur, qui procure un plaisir très cérébral. La violence des coups, ici, n'est pas très crédible (il en faut peu pour procurer beaucoup d'effet) même si le scénario est très mignon : cela me fait penser au "punish me" troublant de Keira Knightley dans "A dangerous method" (adaptation très romancée très de la liaison entre Carl Jung et Sabina Spielrein, dans le film de Cronenberg, 2011). Quelques fessées (trop peu) dans ce film, qui est également une "petite" étude sur le lien qui peut unir dominant/dominée et effectivement ce n'est pas toujours celui qu'on croit qui mène la relation... mais vous en avez peut-être déjà parlé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En efeft, j'avais déjà présenté le film de David Cronenberg ici. A noter qu'il s'agissait-là d'un "vrai" film, c'est à dire avec un vrai scénario et de vrais acteurs de talent. Le petit film érotique présenté aujourd'hui n'est pas à proprement parlé, ni un film d'auteur, ni un film avec de véritables acteurs. :-D

      Supprimer
    2. C'est le souci... Il vaut probablement mieux se contenter de regarder les scènes qui nous intéressent et que tu as gentiment mis en ligne ou en lien que de se taper les 90 minutes de navet qui les entourent !!
      (Avis a priori et non motivé par un visionnage... Corrigez-moi si je me trompe... (mais pas trop fort))

      ;-)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.