jeudi 27 mars 2014

Une fessée érotique, c'est quoi ?


Une fessée peut-être merveilleusement excitante, à condition d'être bien jouée. C'est en vérité le jeu le plus puissamment érotique que je connaisse, mais je ne suis peut-être pas tout-à-fait comme tout le monde… ou tout le monde ne le connait peut-être pas bien ? 

Car en effet, une fessée ne se résume pas à claquer des fesses, loin de là. Elle ne se contente pas non plus d'alterner caresses et claques, comme parfois certains le pensent.

Alors pour ceux qui l'ignoreraient, bienvenue dans les méandres de la psychologie et du fantasme féminin...

Petit préambule d'usage (mais jamais inutile), je n'exprime ici qu'une opinion qui n'engage que moi. Chaque personne est différente et a son propre ressenti. Par ailleurs, étant moi-même de ceux qui reçoivent la fessée, je ne vais parler ici que de la fessée donnée par un homme à une femme. Pardon pour ceux qui ont le fantasme inverse, je ne peux pas parler correctement que de ce que je ne connais guère. Mais vous trouverez, j'en suis certaine, la réponse à toutes vos interrogations sur les blogs plus ou moins dédiés à cette configuration, comme ceux de Constance et Simon, de Mike, de Mlkklm, et de bien d'autres…

En matière d'humains comme en mathématiques, il existe des vérités indémontrables qui se doivent d’être admises. L'axiome de base de la fessée érotique est que la femme est une créature divine émotionnelle!

S'il est vrai que les sensations physiques comptent, les émotions jouent un rôle prépondérant dans la construction du plaisir. Trop d'hommes ne se concentrent que sur la modulation des claques et des caresses en fonction de l'observation des réactions de leurs partenaires. Mais une véritable fessée érotique ne peut se limiter à ce seul jeu. La domination doit être bien davantage mentale que physique, et si vous voulez que votre partenaire se laisse aller entre vos mains, encore faut-il la mettre en condition... bien avant que de la coucher sur vos genoux.

Le jeu peut commencer des minutes, des heures, des jours avant la fessée proprement dite. Semez des graines, autant que vous pourrez. Avant de partir travailler, prenez-là dans vos bras et murmurez-lui qu'elle n'a pas été sage et qu'elle mérite une fessée qu'elle recevra le soir même. Envoyez-lui des SMS tout au long de la journée pour lui rappeler que les vilaines filles finissent toujours déculottées. Le soir venu, enlacez-la et susurrez-lui qu'elle mérite une bonne fessée, d'une voix douce et grave. Peu importe les phrases, vous saisissez l'idée, je pense...
Le plus important est que vous vous montriez tendre et sûr de vous. Elle doit frissonner, tout autant de peur que d'envie. Taquinez-la avec la fessée, embrassez-là, prenez-la par la taille, caressez-la, plaquez-la contre le mur et taquinez-la, encore et encore… et régalez-vous de sa réaction. Etre dominée ainsi est terriblement excitant.

Le moment venu, vous devrez-vous montrer plus sévère. Pas de « viens ma chérie, je vais te la donner » ou de « ça te dirait maintenant ? », sinon le soufflé risque de retomber. Il faut que vous soyez directif, qu'elle sente votre force et votre autorité pour qu'elle se sente protégée. Sévère, sexy et sûr de vous! Pas la moindre hésitation possible! Un «maintenant, viens ici !» ou un «file m'attendre dans la chambre» devraient faire l'affaire.

A présent qu'une multitude de papillons se sont mis à virevolter dans son estomac, que devez-vous faire ? Surtout ne vous précipitez pas. Elle est en train de mouiller sa culotte, laissez-la donc profitez un peu de ce moment de peur et d'envie, où une multitude de sentiments contradictoires s'entrechoquent et lui font perdre la tête. Mais n'attendez pas non plus trop longtemps, quelques minutes tout au plus, sinon la tension va finir par retomber.

Une fois que vous aurez décidé de passer aux choses sérieuses, faites jouer, si vous le pouvez, tous les symboles classiques de la virilité : relevez vos manches, retirer lentement votre ceinture, etc. Vous pouvez aussi lui demander d'aller chercher les instruments de sa punition et les inspectez à son retour pour faire durer le suspens. Vous pouvez prendre une chaise et la placer au centre de la pièce.
Nul besoin de parler à ce moment-là, toute cette mise en scène devrait amplement suffire à augmenter son anxiété et elle se mettra à prier silencieusement pour que vous l'allongiez le plus vite possible sur vos genoux afin que son estomac cesse de se tordre. Vous pouvez cependant lui jetez quelques regards sévères, si vous êtes vraiment cruel…

La manière dont vous allez la fesser alors ne devrait dépendre que de ses goûts à elle. Personnellement, je préfère de (très très) loin être fessée sur les genoux de mon partenaire, assis sur une chaise. J’adore ce contact "corps contre corps". Et puis, quand j'ai la tête en bas, je la perds plus facilement.

Mais cela dépend de chacun, comme pour les instruments. Faut-il en utiliser ou pas ? La fessée à la main est certainement celle qui procure le plus de plaisir physique, "peau contre peau". Mais les instruments ont aussi leurs avantages, parce qu'ils font s'envoler les papillons, parce qu'ils varient les sensations aussi. Je n'ai aucun conseil à donner là-dessus, si ce n'est bien écouter et connaître votre partenaire et lui donner ce qu'elle préfère. 

Dénudez-là lentement. Faites monter la tension progressivement. Ne lui ordonnez pas la nudité trop vite. Le moment où la culotte est baissée doit rester l'apogée, celui où elle commence à abdiquer. Laissez-lui craindre puis savourer ce moment. Et même si vous en avez une très forte envie, ne vous précipitez pas sur l’élastique!

Enfin, n'oubliez pas qu'une fessée érotique n'a d'autre but que le plaisir. Ne dépassez jamais son seuil de tolérance mais ne vous contentez pas non plus de douces caresses. Alternez le rythme et la force des claques. Taquinez-la surtout! Pendant la fessée, la communication préserve l'ambiance du jeu. Donnez de bonnes volées de claques, suivies de caresses, de manière à ce qu'elle ne sache plus vraiment où elle en en est. Elle lâchera prise plus facilement ainsi. 

Faites des pauses. Mettez-la coin si elle aime cela, mais ne l'y abandonnez pas. Venez lui parler à l'oreille, embrassez-la, caressez-la, léchez-la, sermonnez-la, faites-la jouir avec vos doigts ou votre langue. Encore une fois, le but est de lui donner du plaisir en lui faisant perdre tous ses repères... Mais attention à garder le contrôle si vous voulez reprendre la fessée ensuite ! 

La fessée érotique est un jeu sexuel extrêmement puissant, à condition d'être bien joué. Elle demande un peu d’inventivité, un peu de patience, un peu d’habileté et beaucoup de confiance en soi. Mais quel délice !

25 commentaires:

  1. je suis bien d'accord avec vous, chère Amandine. Ce sont des moments intenses, puissants, goûtus aussi parce que tous les sens y participent peu ou prou. Et aussi parce que la communion entre participants y est sans égale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement un merveilleux moment de complicité, cher Hadrien, si tant est bien sûr que les deux partenaires y investissent le même sens. :-)

      Supprimer
  2. Peter Pan28/3/14

    Bonjour Amandine !

    comme tout cela est très dit !! Votre Post résume l'art et la manière de fesser sa partenaire. Et peut être aussi de lui faire plaisir. Qui mieux que vous pouvait en diffuser la "recette". Comme en cuisine, lil faut avoir un bon tour de main inimittable pour réusir un bon petit plat même si l'on a réuni les meilleurs ingrédients.Il faut entretenir la flamme sous le boisseau pour obtenir une douce chaleur. Non ? Et dans ce contexte, l'imagination y joue un grand rôle. Il crée déjà l'ambiance, à l'avance. Et ensuite le spectacle commence....Je ne connait pas grand chose à la psychologie féminine mais je suppose que la gent féminine reste très sensible à tout ce qui a trait à l'émotion... De l'émotion à la fessée érotique , il n'y a qu'un pas... Bonne journée. Peter Pan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit ici d'une recette très personnelle, celle dont je raffole par dessus tout. Mais chaque femme est différente et je ne doute pas que beaucoup y préfèrent d'autres ingrédients. :-)

      Supprimer
  3. C'est si bien expliqué !
    En fait en lisant ce post qui pourtant s'dresse aux femmes fessées et à l'art de les satisfaire divinement par l’application de la fessée préliminaire et attitudes comprises, je m’aperçois qu'il n'en n'est en rien différent pour les hommes fessés, sexe différent certes, mais des émotions et des ressentis bien similaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les hommes seraient-ils des créatures émotionnelles, eux aussi??? :-)

      Supprimer
    2. Il ne faut point en douter

      Supprimer
    3. Peter Pan29/3/14

      Bonjour Amandine !

      Excellente question ! Malheureusement, je ne pourrais y répondre car chaque homme (comme chaque femme) est unique avec sa personnalité particulière. Mais une constante demeure : même si parfois l'émotion nous brouille ou nous fait réagir trop vite face aux situations, on essaie souvent pour certains d'entre nous, de cacher ce sentiment, que la société juge pas très masculin. Les artistes , tout art confondus, seraient-ils des personnes plus "émotionnelles" que leur entourage ?
      Mais c'est bien connus dans le langage populaire, "qu'un homme , ça ne pleure jamais". Qui d'entre nous n'a jamais entendu cette phrase dans la bouche de nos parents ou ami/es... A méditer. Peter Pan

      Supprimer
    4. Je n'ai pas de réponse à cette question, bien sûr. Mais la seule chose que je sache, c'est que les hommes qui font le mieux l'amour sont ceux qui arrivent à complètement à ouvrir leur cœur et à libérer ainsi toutes leurs émotions... :-)

      Supprimer
  4. Marina28/3/14

    Une leçon de "choses" magnifiquement décrite, qu'il semble très aisé de retenir,! Et où tout y est, émotion, communication, pour une séance de jeu aboutie.
    Moi aussi je me sens envahie de papillons à chaque simple évocation, et attends fébrilement la concrétisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'attente, où appréhension et envie s'entrechoquent dans notre tête si le jeu est correctement mené, est certainement le meilleur moment. Quel dommage qu'il soit si souvent minimisé. Mais il est vrai qu'il demande un peu de temps, un peu d'imagination et beaucoup de tendresse, des ingrédients pas toujours faciles à rassembler. :-)

      Supprimer
  5. Brigit28/3/14

    en fait, le plus amusant (et intéressant) est sans doute d'en faire le moins possible au préalable tout en laissant suffisamment d'indices pour que l'autre anticipe et laisse libre cours à son imagination, que l'on espère fertile. et puis de se montrer un peu imprévisible dans l'action, meme si globalement, je suis d'accord avec cette belle description.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il ne faut pas être trop précis, sinon l'émotion s'émousse. Ce qui nous fait le plus peur, mais aussi le plus envie, est bien de ne pas savoir précisément à quelle sauce nous allons être mangées.
      Mais à trop laisser aller notre imagination, nous sommes parfois très déçues. La clé est sans doute, encore une fois, de bien connaître les désirs et les fantasmes de l'autre... :-)

      Supprimer
  6. Lune Rouge29/3/14

    Rien qu'à la lecture de ce texte, ça fonctionne sur moi.
    Fesses d'artichaut... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici, cœur.. euh, non fesses.. d'artichaut! :-D

      Supprimer
  7. Ventoux29/3/14

    Je crois que c'est Sacha Guitry qui disait :
    "Dans une maison close, le meilleur moment,
    c'est quand on monte l'escalier."
    Comme quoi, le premier organe de plaisir chez les hommes, c'est bien le cerveau.
    Vous allez finir par nous faire croire que chez les femmes c'est pareil ?
    Serait-ce une une conséquence du droit de vote ???? lol
    (le plaisir n’empêche pas l'humour)
    Désormais ma.... ira se faire punir au grenier !
    Merci Amandine, vous faîtes bouillonner les sens, les coeurs, et les esprits
    (je ne sais plus très bien dans quel ordre)
    et vous nous donnez un grand plaisir à chaque lecture.
    Ventoux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, ne la punissez pas dans le grenier. Il y a plein de poussière et d'araignées! Vous allez vraiment finir par lui faire peur pour de vrai... :-D
      Je suis vraiment ravie que cette petite description éveille en vous des émotions. Comme quoi, hommes et femmes, nous ne sommes pas si différents! :-)

      Supprimer
    2. Marina31/3/14

      Tous les greniers ne sont pas forcément des endroits rebutants, investis de toutes sortes de petites bêtes !
      Entre une cave aveugle et un grenier aménagé pouvant laissant filtrer des rais de lumière, je choisirais le deuxième sans hésiter, car je préfère encore les araignées à une privation totale de clarté.
      Seriez-vous quelque peu allergique à leur présence ?

      Supprimer
    3. Je suis allergique à la poussière (enfin, aux acariens), et j'ai une peur bleue des araignées, alors le grenier, ce n'est vraiment pas fait pour moi ! Remarquez, la cave non plus...
      Dites, on ne pourrait pas rester dans la chambre??? :-D

      Supprimer
  8. Panique29/3/14

    Je pense que pour ma partenaire le fantasme de la domination est beaucoup moins puissant que l'excitation liée aux sensations physiques. La fessée lui plait par elle même plus que par sa "cosmologie" xD
    En tout cas ton article est instructif, et aussi charmant que d'habitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que cet article t'ai plu, Panique, même si à priori tu n'auras pas à à mettre ce petit jeu-là en pratique, alors...
      Nous sommes tous différents et en fessée, comme en tout ce qui concerne l'amour, il faut toujours prendre le temps de bien se connaitre pour que les choses soient vraiment belles. :-)

      Supprimer
  9. C'est tellement bien écrit que l'angoisse devrait saisir le cœur de tout fesseur après avoir lu ce texte : comment faire aussi bien dans la réalité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, ne vous inquiétez pas, cela n'est pas si compliqué! :-D
      Je ne suis pas dans le rôle de la personne qui donne la fessée mais je pense qu'il est plus facile de donner une fessée érotique de cette manière plutôt qu'une fessée "punitive" où il faut jouer le rôle du "père fouettard". Une fessée érotique, c'est juste une manière un peu originale de faire l'amour à sa compagne. Il suffit de se laisser guider par les émotions et les sentiments que l'on ressent, et tout vient naturellement... à condition que l'on aime ce type de jeu, bien sûr! :-)

      Supprimer
    2. Fessée érotique, fessée punitive... La frontière est floue. La fessée érotique que vous nous décrivez commence avec des prétextes punitifs. Et une fessée purement punitive, sans désir ni sensualité, me ferait froid.... dans le dos !

      Supprimer
    3. Si vous me lisez, vous savez que je ne suis pas contre la fessée "punitive", même si elle restera toujours fortement liée à ma libido.
      Mais il arrive (le plus souvent, heureusement) de ne pas mélanger les deux. Dans la fessée érotique (celle dont je parle dans ce post), il n'est pas question d'y mêler autre chose qu'un pur plaisir sexuel et émotionnel. Aucun besoin de punition, aucune névrose à soigner, aucun stress à diminuer, il n'y est question que de prendre du plaisir. C'est pourquoi elle ne doit pas reposer, à mon sens, sur un motif quelconque. Quand il lui dit qu'elle va être punie ce soir parce qu'elle n'a pas été sage, cela ne veut rien dire et c'est bien pour cela que c'est amusant. Parce que c'est léger, parce qu'il n'y a ni culpabilité, ni rédemption. Quand elle va rentrer le soir, elle va se défendre et essayer de lui prouver combien elle a été très sage au contraire, et le jeu va prendre son envol...
      Encore une fois, il n'y a pas à chercher de sens dans ce type de fessée, mais juste à y perdre les siens. :-)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.