dimanche 6 avril 2014

Lavage et petite culotte

- Amandine, viens ici que je te passe un savon ! Je vais t'apprendre à être plus douce !
- Oui, Maître. Vous avez raison, Maître. 

 


Bien sûr, ce type de dialogue n'est que fiction.  Jamais un Maître Menteur, tout étalon qu'il soit, ne mettra les doigts sur moi.
Parce qu'une femme n'est ni une chienne, ni une esclave, mais juste un être humain, comme lui, sa propre mère, sa  propre fille. Et qui ne respecte pas autrui ne sera jamais digne d'être respecté.
Comment peut-on prétendre aimer une personne alors qu'on la traite en animal ? Ces hommes-là auraient-ils une névrose zoophile ? Se prendraient-ils pour des chiens ?
Allez zou, à la niche, Médor !


29 commentaires:

  1. Quelle horreur .Je suis profondément choquée par tes mots!!
    Tu as une idée si tronquée et si fortement sectaire de l'univers BDSM .Un Maître un vrai digne de ce nom, est toujours respectueux et attentionné .Les relations DS sont souvent très intenses, pleines de respect, de confiance et d’amour. Un Maître a à cœur d'aimer et de protéger, sa soumise car elle lui a fait don de son corps et de son âme .Il y a vois tu une éthique dans cet univers. Comment peux-tu affirmer de tels propos en étant étrangère à ce monde ?
    Il y a bien sur des maitraillons comme des fesseurs de basse cour, pourquoi généraliser ! Le net véhicule tant d'images erronées et caricaturales. Cet univers est bien trop vaste et riche pour que tu le résumes, le réduises ainsi et que tu en juges les personnes comme des animaux en tombant dans des clichés et des raccourcis.
    Se soumettre c'est s'offrir dans son indécence et son amour dans des plaisirs partagés et consentis !! chacun se nourrissant de l'autre.
    Vois tu , il y a une réalité qui t’as sans doute échappée, mais amour et soumission sont intrinsèquement liés, c'est " la douceur de l'évidence , la douceur de l’appartenance dans des plaisirs que parfois tu sais aussi savourer
    Le BDSM n'a pas le monopole des menteurs que je sache .Les menteurs, les profiteurs, les usurpateurs les décérébrés, les petits esprits sont légions dans notre société.
    Un Maitre est doté de raison, d’humanité, de valeurs morales ce n'est pas ni un tortionnaire, ni un zoophile. Quand à l'utilisation des termes "chienne ", "esclave «, isolés ainsi ces mots peuvent êtres perçus comme très réducteurs et dévalorisants ! Or un maitre est toujours fier de celle qu’il tient dans ses bras sous son regard et dans sa main ! On peut être femme et une douce petite chienne, s’avancer à quatre pattes en sensualité vers un homme que l'on a choisi d'appeler Maître tout en gardant une profonde cérébralité.
    Tu évoques souvent la fessée la cravache la ceinture dans ces moments là de partages, tu te plies pourtant aux désirs d'un homme qui t'impose son rythme et son modus opérandi , sans pour autant penser que son cerveau sonne creux et qu’il est démunie de sensibilité !
    Je suis soumise et j'aime ce terme de petite chienne, je ne suis pas pour autant un animal sans tête .Ce mot revêt à mes yeux à mon cœur une connotation affective ! , Chacun accorde aux mots sa propre valeur. J’écris sur mon blog je n’ai jamais eu le sentiment que mon Maître me rabaisser au rand d’animal , ni qu’il en était lui-même un .
    Vois tu, moi je trouve d’un ridicule et d’un niais, celles qui se font affubler de mon bonbon, mon bébé, ma petite fleur, et j'en passe.
    Allons Amandine il faut aller au delà des "clichés" tu as assez d'intelligence pour comprendre cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh là, réaction épidermique s'il en est !
      Le sujet de ce post n'est pas de remettre en cause le BDSM. Le BDSM, le vrai selon moi, consiste à s'offrir pleinement (corps et âme, si tu veux) à un guide qui nous aide à nous élever à un niveau que seules nous ne saurions atteindre. C'est un véritable acte d'amour (et une véritable prouesse) que d'aider quelqu'un à évoluer ainsi. Mais point besoin de «Maître », et encore moins de « chienne » dans ce processus, l'amour est le seul média.
      Si l'on veut se nommer « petite chienne » ou « petit chien » dans nos moment intimes, chacun est libre de faire ce qu'il veut selon ses goûts. Cela ne regarde personne d'autres.
      Ce que je dénonce dans ce post, ce sont ceux qui s'intitulent «Maître» comme un fait établi et sociétal. Je me souviens d'un fois où je discutais avec d'autres sur le chat d'un forum et où un mec est arrivé en disant (je le cite) : « Je recherche ma chienne ». Comment peut-on dire en arriver à dire une chose pareille ???
      N'en déplaise à ces "chiens", la femme sera toujours l'égale de l'homme, toujours un être humain et jamais un animal!
      Et cela n'a rien avoir avec le BDSM, c'est juste une question de respect et de considération. Le véritable BDSM est une histoire d'amour et non d'aliénation, et il suffit de lire les blogs d'Adrien des ombres ou d'Aurora pour s'en convaincre (ce n'est pas parce que je n'appartiens pas au monde BDSM que je ne m'y intéresse pas). Celles qui s'imaginent que l'amour passe nécessairement par la dégradation se trompent complètement, à mon avis...Mais bien sûr, il ne s'agit que de mon avis et jamais je n'ai prétendu qu'il s'agissait de la vérité absolue. Mais le propre d'un blog n'est-il pas de pouvoir y donner son avis, justement? :-)

      Supprimer
    2. Lolie6/4/14

      Ben moi je suis d'accord avec vous deux ! Donc pas de quoi "fouetter un chat" ou une "petite chienne"... J'ai intégré vos deux points de vue (pas si différents) à mes pratiques.
      Mon Maître est l'homme le plus respectueux que j'ai jamais rencontré. Aucune aliénation, juste une très belle histoire entre deux personnes intelligentes qui vibrent à l'unisson sur les mêmes envies et émotions. Pas de collier ni de"chienne" en ce qui me concerne, "soumise" est le mot qui convient selon lui. Sauf exception car je me qualifie de moi-même de "petite chienne abandonnée", sur le ton de l'humour, quand il s'absente longtemps, pour dédramatiser :). Et j'adore me mouvoir jusqu'à ses pieds mais je ne pense pas que ce soit l'exclusivité des soumises...
      Je suis très respectueuse de l'univers BDSM mais on y trouve, c'est très vrai, de gros débiles qui ont une image dégradante de la femme, cherchent juste à assouvir leur besoin de rabaissement à peu de frais, assimilant le terme de "soumise à "salope". Ceux-là effectivement, ne me toucheront ni de leurs doigts ni même de leurs yeux.
      Pour mon cas (qui n'engage que moi), les termes Maître/soumise servent juste à cadre la relation et n'excluent aucunement énorme complicité et confiance bienveillante.

      Supprimer
    3. Merci de ce magnifique témoignage qui représente exactement ce que, je pense, devrait toujours être une relation BDSM, une relation d'amour avant toute chose... et donc de respect, forcément. :-)

      Supprimer
    4. Dans ton post Amandine tu donnais l'impression par "Maitre menteurs"de faire une généralité ..bref
      Sans doute ne m'as tu jamais lu car dans mes textes il n'est question que d'Amour et de Soumission . D'ailleurs je l'ai écrit il sont "
      intrinsèquement liés "
      Il y a des bons et des mauvais cordonniers , comme des vrais et des pseudos maitres ..
      Oui le véritable BDSM se vit avec AMOUR.

      Supprimer
    5. Pardonne-moi, mais je n'ai nullement écrit ce post en référence à tes écrits. faire le don de soi est la plus belle chose qu'une femme puisse donner par amour, mais beaucoup de pseudo-maîtres, ceux que je nomme "Maîtres-Menteurs", ne s'en montrent pas dignes, loin de là. Je pense qu'il ne faut pas le passer sous silence, ne serait-ce que pour mettre en garde les (de plus en plus) jeunes filles qui entrent dans cet univers. Tout n'est pas acceptable et le respect n'est pas chose négociable. :-)

      Supprimer
    6. Oui tu as raison les pseudo maitres pullulent , il y en a même qui viennent poser des mots chez toi :-) ^^

      Supprimer
    7. Lolie6/4/14

      In Amore e Mente, quand j'ai lu votre premier commentaire, j'ai souri car j'ai reconnu en moi cette première réaction effectivement epidermique genre "touche pas à mon Maitre" de la soumise que je suis ^^
      N'importe quel mot, prononcé par le Maître aimé est le plus beau de tous, surtout quand il est précédé de "Ma" : )

      Supprimer
    8. Oui Lolie ..ce seul mot "Ma" ce petit adjectif possessif est si symbolique du lien ..sourire .Merci de tes mots

      Supprimer
  2. Interrogation ; pourquoi l'homme est le plus souvent cité d'avoir cet intolérable défaut d'être ou de se croire supérieur à la femme ? Pourtant il existe des femmes tout autant imprégnées de cette tare. je pense qu'elles sont moins nombreuses ou alors plus subtiles.

    L'homme vit et grandit dans une histoire édifiée et entretenue à son image.... Une histoire d'homme pour les hommes relayant la femme à la matrice qui assure la descendance. Considérant la femme comme une propriété qu'on montre aux autres et dont on se sert pour assouvir ses plaisirs. Evidemment, le temps passant, la femme a effrité les fondations et obtenu un certain nombre de droit égaux, mais le compte n'y est pas. Des siècles d'habitudes ne se corrigeront pas facilement. Toutefois, même si ce n'est pas aussi rapide que certaines et certains le souhaiteraient, on peut se réjouir d'une progression dans le bon sens.
    Quand on parle de relations entre hommes et femmes dans le BDSM ou plus largement des jeux de soumission et domination, ils ne peuvent qu'être imprégnés de ce que nous avons appris et hérité. Cela ne veut pas dire que nous devons bêtement répéter la connerie à l'infini, nous avons quand même le pouvoir intellectuel de réfléchir et d'ajuster nos comportements vers l'équité ; il suffit de le vouloir.
    Doit-on pour cela culpabiliser ou être jugé en masse ? Bien sûr que non parce qu'il y a un certain nombre d'homme qui prônent l'égalité et qui font l'effort à travers leur relations d'en faire une règle. In Amore e Mente est censé quand il écrit "Le BDSM n'a pas le monopole des menteurs que je sache .Les menteurs, les profiteurs, les usurpateurs les décérébrés, les petits esprits sont légions dans notre société."

    L'homme coupable est celui qui s'accroche ou se bat pour conserver par intérêt ou conviction les injustes privilèges.
    Maintenant qu'en sera-t-il demain ? Voilà une question qui mérite qu'on y réfléchisse car comme l'homme, la femme est un être humain et réagit en tant que tel. Si son combat pour l'égalité est juste et que les hommes doivent le comprendre, aider et évoluer dans ce sens ,je crains, en me gardant d'en faire une généralité, que le pesant héritage d'une longue histoire de frustration, d’avilissement et d'asservissement engendre la vengeance. Tous autant que nous sommes nous pouvons écouter certains propos qui invoquent non une évolution vers l'égalité, mais plutôt une mise en infériorité de l'homme. Je vous avouerais que pour quelque-uns, j'applaudirais qu'ils soient condamnés à vivre ce qu'il ont fait subir, mais cette solution raviverait forcement des tensions et des conflits qui n'ont que trop affecté les relations entre femmes et hommes.
    Pour ce qui est de la fessée et tous ce qui s'y rapporte, comme tout ce qui touche à l'amour et au sexe, la relation entre femme et homme est encore plus délicate puisque plus intime, donc les pulsions et les propos bien plus chauds et exacerbés. Il faut être mille fois plus vigilant car la relation n'a pas la même intensité que de rencontrer sa voisine ou son voisin sur le palier en descendant les poubelles. De part le secret et la particularité des fantasmes et des jeux dans une rencontre qu'elle soit éphémère ou durable, les risques de tomber sur des salopards sont multipliés. Un gros con macho dans un grand magasin est un client comme un autre, mais dans le confiné d'un logis ou d'une chambre, il devient une dangereuse menace dont il est parfois difficile de se séparer ou simplement mettre en échec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas de femme dominante, si ce n'est Constance. Or il n'y a pas plus gentil, respectueuse et empathique qu'elle. Alors les femmes ont-elles le travers de rabaisser les hommes, jusqu'au rang d'animal qui plus est? Je ne crois pas, du moins pas dans mon expérience de vie.

      Maintenant, je ne pense pas non plus que nous devions rejeter la faute sur la société et l'éducation. J'ai quarante ans et j'ai toujours connu plus ou moins l'égalité homme/femme, que ce soit durant mes études ou plus tard dans ma vie professionnelle. Ma mère était une femme libérée. Bref, aucun schéma de femme opprimée.

      Comme l'a très bien dit In Amore et Mente, les soumises font don de leur corps et de leur âme à leur Maître. C'est un don magnifique (même si je le trouve un peu utopique, du moins un peu trop lourd à porter pour un seul homme qui n'est, après tout, qu'humain!). Que certains s'en servent pour les rabaisser au rang d'animal me pousse à les qualifier d'un grand C majuscule. :-)

      Supprimer
    2. J'ai suffisamment rencontré de gens, des biens, des mauvais, des entre les deux pour affirmer que les femmes dominantes qui se comportent aussi mal que les hommes dominants qui rabaissent leur partenaires au rang d'animal existent. Il est évident qu'il ne faut pas généraliser, ce sont des mauvais exemples, mais en aucun cas des références, heureusement.
      Pour ce qui est de rejeter la faute sur l'éducation et le système, ce n'est pas exactement mon propos. je dis simplement que nous sommes hérités malgré nous de siècles d'asservissement de la femme parce que ce sont les hommes, à quelques exceptions près qui ont façonnés et dominés l'histoire. Donc, qu'on le veuille ou non, nous en sommes imprégné. Cela ne veut en aucun cas dire que c'est irrémédiable et l'évolution des relations le prouve. Nous progressons petit à petit vers une vraie égalité.

      Quand j'étais gosse, les femmes au foyer étaient en grand nombre et je me souviens avoir entendu souvent des maris jurer que leur femme ne travaillerait jamais.J'ai vu des hommes ne pas monter dans les premiers bus conduits par des femmes et attendre le suivant. Il ne faut pas oublier que les jeux Olympiques remis au jour par De Coubertin étaient interdit aux femmes, ce n'est pas si vieux que ça et je pourrais multiplier les exemples qui donnaient à l'homme une place plus élevé que la femme dans la société. Aujourd'hui une femme qui travaille, qui pilote un bus, un TGV ou bien d'autre activités qui jadis lui était proscrite n'est plus une curiosité, c'est devenu banal et c'est tant mieux.
      Ceci fait, qu'il y a encore des gros machos qui regardent toujours la femme comme inférieure et dans n'importe quelle relation la traite comme telle, d'ailleurs, si ce n'était pas le cas, vous Amandine n'auriez jamais publié ce post.

      Supprimer
    3. Je suis consternée (mais pas vraiment surprise) d'apprendre que des femmes peuvent se conduire tout aussi mal que des hommes en cette matière... :-(

      Supprimer
  3. Zuip6/4/14

    Je cherche le rapport entre "lavage et petites culottes" et une femme considérée comme une chienne ou une esclave...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, ça relève de ma débilité profonde (oui, je le suis, sans rire, et bien pire encore). Je suis désolée. :-)

      Supprimer
  4. jacobi6/4/14

    maitre et soumise ce n est qu un jeu
    et je sais que vous n êtes pas dupe
    ça fait partie d un décor comme les préliminaires d une fessée érotique
    je trouverai ça très excitant dans votre bouche surtout sachant ce que vous pensez :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jacobi chéri chéri,
      vous pouvez toujours rêver,
      jamais Maître je ne vous appellerai !
      :-D

      Supprimer
    2. jacobi7/4/14

      sourire :-)
      alors continuez de m appelez chéri .. ça me va très bien et ça peut être "presque" un synonyme :-))

      Supprimer
    3. Bien, alors je continuerai à vous appeler ainsi, Maître. :-D

      Supprimer
  5. Pecan nutjob6/4/14

    Vous mettez le doigt sur une des choses qui me rebutent dans le BDSM, l'autre étant l'intensité de certaines pratiques.

    Pour reprendre une expression d'Isabelle, la punition doit pour moi être "bon enfant". Il n'y a pas de "maître" ou d'"esclave", juste un homme qui a bien besoin de se faire rougir le popotin par son épouse... ou une femme par son mari, avec amour mais fermeté et sans oublier un peu d'humour.

    Cela ne nous viendrait donc pas à l'idée d'employer des mots comme "chienne" ou "salope".

    Tenez, quand je n'avais lu que votre titre je n'imaginais pas le contenu de l'article et j'ai pensé à quelque chose de bien plus "bon enfant": le fait que quand on baisse la petite culotte (avez-vous remarqué qu'on est plus ridicule en pénitence avec la culotte sur les genoux ou les chevilles que sans culotte du tout?), parfois on s'aperçoit qu'elle n'est pas limpide, et alors une peine complémentaire peut être de laver la dame comme si elle était une gamine. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que pour comprendre le titre du post, il faut avoir l'esprit aussi tortueux que le mien, ce qui très heureusement n'est pas très répandu! :-D
      Je suis comme vous, je préfère de très loin l'aspect "bon enfant" d'une fessée, ou tout simplement son aspect érotique, puisque pour bien faire l'amour, encore faut-il savoir aimer avec sincérité. :-)

      Supprimer
  6. Gabriel6/4/14

    Amandine ou l'art de provoquer la discussion !! Lorsque j'ai lu votre post, je me suis dit "là, ça va réagir fort !!". Et effectivement, réaction à fleur de peau (rires intérieurs).
    En tout cas merci de provoquer le débat, car dans toute discussion réside la possibilité de s'enrichir de l'intelligence de l'autre.

    Merci également à Lolie et a IAeM pour leurs mots derrière lesquels je me reconnais (désolé de cette petite "infidélité" Amandine). Il est certain que, dans tous ces jeux, qu'il s'agisse de la fessée érotique, du D/s ou du BDSM, le monde tourne autour de la femme et des limites que cette dernière impose (Cf. votre post "c'est ki ki commande ?"). Nul ne cherchera a dépasser ces limites sous peine de voir le jeux prendre fin, la CONFIANCE en l'autre étant rompue. Pour le reste, les mots crus, la fessée, le fouet, les chaines ne sont que l'habillage de ce jeux de rôle dont les règles ont été fixées à l'avance.
    Contrairement à vous, mon épouse adore être "traitée" de chienne, et dans nos ébats c'est peut-être le plus beau compliment que je puisse lui faire. Pour autant, il est des points commun entre vous deux et il m'arrive de lui faire lire certains de vos articles. Finalement, d'une femme à l'autre les mécanismes diffèrent, mais c'est bien ici la même volonté de mise a nue (le lâcher-prise) qui est recherchée.

    Sur ces mots, permettez moi de vous fausser compagnie, je dois encore aller fouetter le cul de la chienne entravée dans la cave... ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites, vous n'êtes pas switch, Gabriel? Parce que sinon, Mike a quelques copines à vous présenter... :-D

      Merci en tout cas d'avoir aussi bien recentrer le débat! Vous avez parfaitement raison, de A à Z. Enfin non, pas pour le Z dans la cave (en plus il y a plein d'araignées là-dedans, beurk). :-)

      Supprimer
    2. Gabriel7/4/14

      Chère Amandine,

      merci de votre proposition (humoristique) mais certaines choses sont inaccessibles. Même si la possibilité d'être switch m’intéresse, je ne me vois pas l'être avec ma belle épouse, compte tenu de la relation "verticale" que NOUS avons mise en place. Par ailleurs, Il me semble que dans une relation D/s, l'Amour et l'admiration que nous portons à notre moitié est bien plus intense, sûrement compte tenu du degré de Confiance en l'autre qui est nécessaire (: quelque soit le traitement infligé à ma beauté, ne doutez pas qu'elle demeure le centre de mon univers). Je ne me vois donc pas non plus me pencher sur les genoux d'une autre femme, malgré l'excitation (le plaisir ?) que je pourrai en retirer. Notre relation D/s est profonde, intime et exclusive.

      Concernant ma cave, sachez, petite ingénue (je ne pensais pas vous dire un jour que vous l'étiez ^_^), que ces lieux ne sont pas toujours sombre et poussiéreux. Quelques aménagements peuvent en faire un lieux chaud et confortable, propice à l'intimité du couple et apte à nous couper pour un instant du monde extérieur.

      Enfin, pour ce qui est du post "lavage et petite culotte", moi j'avais trouvé ça drôle, l'humour résidant (selon moi) dans le titre + le dialogue + l'image. Du coup, ça m'inquiète d’être le seul à avoir compris...

      Supprimer
    3. Cher Gabriel,
      Vous me faites chaud au cœur !
      Vous êtes effectivement le premier (et peut-être bien le seul) à comprendre l'humour qu'il y avait dans le titre de mon post (mais parfois je me demande si je n'ai pas juste l'esprit un peu trop tordu :)).
      Mais surtout j'aime vos valeurs, votre amour inconditionnel et exclusif pour votre compagne. Il est tellement rare de voir quelqu'un tenir publiquement de tels propos, comme si aimer sincèrement son épouse et ne pas vouloir la trahir était une sorte de maladie honteuse. Votre conception du couple est celle d'un prince, soyez-en certain!
      Enfin, je vois que nous sommes du même avis pour ce qui concerne la difficulté d'échanger les rôles avec le même partenaire... :-)
      Alors continuez à vous aimer de la plus belle manière qu'il vous convienne, même si vous devez pour cela appeler "chienne" votre épouse (et là, vous mesurez ce qu'il me coûte de dire cela, n'est-ce pas?)! :-D

      PS : vous avez vraiment une cave aménagée???

      Supprimer
    4. Gabriel7/4/14

      Chère Amandine,

      pour clore cette délicieuse discussion,
      - votre esprit n'est pas tordu, il a son cheminement propre et tout les humours ne sont pas à la portée de tout le monde. Pour ce qui est de la blague qui laisse l'auditoire sans voix et le regard hagard, je suis dans ce domaine un expert (un maître ! lol).
      - notre couple a connu de grosses tempêtes et la dernière fût quasi-fatale. Nous avons donc pris le temps de tout nous dire et avons rétabli le dialogue. La domination s'est finalement installée sans que nous le cherchions vraiment, mais plus comme une façon de dire "tu vois, je m'occupe de toi ma chérie". Ma beauté bénéficiait donc d'un mari qui lui consacrait du temps et d'un dominant (léger) qui lui consacrait de l'attention. Nous avons poursuivi dans cette direction jusqu’à maintenant, parfois coupé dans notre élan par la vie "normale", les grossesses, les séparations (je voyage beaucoup), les enfants... Notre amour s'est approfondi en même temps que cette relation D/s (mais pas BDSM) avec des moments vrais et intenses comme la première fessée, le serment, la remise du collier (que je pourrais vous conter volontiers mais pas ici ni maintenant).
      - ce n'est pas que je "doive" traité ma chérie de chienne, c'est que ces mots ont un effet magique sur elle (parlerai-je de papillons ??), et je prends plaisir dans son plaisir à les lui dire. En revanche, il ne me viendrait pas à l'esprit de les prononcer à son encontre en public. Ce serait dégradant pour le coup.
      - pour ce qui est de la cave, elle n'est pas aménagée dans le sens "donjon". Mais quelques draps sombres pour cacher le mobilier, des bougies parfumées, une bouteille de vin rouge et deux verres démesurés, quelques anneaux discrètement fixés au gré des poutres sont des aménagements à la porté de tous. Ajoutez-y une boite de Pandore et beaucoup d'imagination...

      Bonne soirée.

      Supprimer
    5. Votre couple prouve une fois de plus à quel point ce fantasme, lorsqu'il est partagé avec sa moitié, peut souder un couple. On trouve souvent, principalement dans les pays anglo-saxons, des témoignages qui insistent sur le fait que la mise en place de la DD ou de la D/s a réussi à sauver leur mariage. Cela peut donner espoir à beaucoup, je pense. :-)

      Supprimer
  7. Bah, je suis plutôt dominant et j'en joue depuis des années, mais de là à ce qu'on m'appelle "maître", il y a de la marge.

    J'ai croisé des maitres et des soumises, mais n'y ai pas vu grand chose d'autres que des gens dans une posture et une panoplie de mirliton. Après chacun est libre de faire comme il l'entend, mais certains types qui s'intitulent maitres sont de vrais frustrés qui se vengent de leur vie merdique en prenant le pouvoir sur de braves s filles qui ne font pas toujours le distinguo.

    Pas la peine de hurler, j'ai croisé quelques jolis spécimens de cons, sans toutefois faire des généralités, et oui, je sais bien que vous qui me lisez êtes exemplaires et faites tout bien comme il faut... Et qu'on a aussi des gens sincères qui le vivent avec passion.

    Mais la vulgarisation dans la presse et la société du SM a libéré le genre et tout le monde même pas vraiment désireux tente le coup pour voir, puisque dans les magazines féminins et dans les émissions tard le soir on prétend sérieusement qu'il ne faut pas mourir idiot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout-à-fait d'accord avec toi sur ce point. Ma (toute petite) expérience des forums m'a amené à côtoyer pas mal d'imbéciles qui prennent le SM, la D/s ou la DD comme un moyen de laisser libre cours à leur besoin de violence en pensant qu'elle y trouve là un lieu d'impunité. C'est réellement effrayant et il faut faire très très attention, même s'il existe par ailleurs des gens très bien qui comprennent et partagent réellement l'âme de ces choses-là. :-)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.