mercredi 21 mai 2014

Incartades Imaginaires


Il lui arrivait souvent de commettre des incartades, mais cette fois l'imbroglio qu'elle avait créé était inimaginable. Une fois encore, elle avait laissé libre cours à son impétueux caractère et elle ne se faisait guère d'illusions. Son immense faute ne resterait pas impunie... 

Cette blague, elle la trouvait pourtant impayable, au départ. Mais elle n'avait pas prévue que des impondérables surviendraient et que cet espèce d'ignoble imbécile, immoral imposteur tellement imbu de lui-même viendrait tout gâcher!
Elle avait dû faire face à cet imprévu aussi improbable qu'impensable, et n'avait pu rester incognito mais avait  été contrainte d'improviser au tout dernier moment. Elle s'était montrée imprudente et avait été impuissante à rattraper les choses correctement, c'était indéniable. Quel impair!

Par inadvertance, son bien-aimé avait fini par découvrir, incrédule, avec quelle impardonnable inconscience elle s'était conduite et toute son insouciance s'était envolée en un instant. Quelle idiote avait-elle bien pu être! Son forfait ne resterait pas impuni. Elle serait mise à l'index pour cette incartade inacceptable qui ne pouvait, il est vrai, que lui être imputée

Que faire? Implorer in-extremis sa clémence? Cela ne servirait à rien. Il resterait, comme à son habitude, imperturbable, impartial, impénétrable, indéchiffrable, impitoyable et implacable devant ses supplications. Elle n'aurait pas d'immunité et ce ne serait pas injustice.  Jamais elle n'avait voulu se montrer impolie envers lui, qu'elle idolâtrait tant. Son impertinence avait été inappropriée et ses propos incisifs complètement incongrus. Elle était trop impulsive et était parfois incapable de se contrôler, elle le reconnaissait. C'était inadmissible, incompréhensible et tout-à-fait indigne d'elle et de l'amour qu'elle éprouvait pour lui!

Mais si elle se pensait incorrigible, elle avait tort. Personne n'est indomptable, indubitablement. Il était indiscutable que ces incidents à répétition dans lesquels elle s'ingéniait étaient inacceptables! Il était indispensable d'y mettre fin et il serrait inopportun  de chercher à infléchir sa décision. Il saurait se montrer inflexible. Immanquablement, un impact aura lieu sur le derrière, d'une immaculée blancheur, de cette infernale ingénue. Aucune indécision possible! Il fallait qu'il mette fin à son indiscipline en tentant de lui inculquer quelques bonnes manières! Il n'était pas du genre à se laisser influencer, même si ses simagrées étaient souvent inimitables. Son attitude était inqualifiable et elle méritait son infortune, il n'avait aucune interrogation à ce sujet.

Elle avait l'intuition qu'elle allait recevoir ce qu'elle méritait, même si cela restait pour le moment inconnu. Cela ne l'inquiétait pas. Elle avait une indéfectible confiance en lui et savait qu'il ne serait pas injuste, même si son cas était proprement indéfendable. La fessée était inexorable, inéluctable et ne serait certainement pas indolore. L'instant venu, il l'inviterait à prendre place sur ses genoux. Il avait instauré des règles et il était inutile de chercher insidieusement à y échapper en prétendant que les dégâts dont elle était l'instigatrice étaient insignifiants.

Intimidée, elle vint se placer devant lui.  Son instinct lui dictait de se taire et de ne pas insister si elle ne voulait pas augmenter intentionnellement l'intensité de son châtiment. Elle avait plusieurs fois franchi les interdits et il se montrerait intraitable avec son insubordination, elle le savait très bien. Son insolence devait prendre fin et il serait intransigeant. Et puisqu'elle était intrépide, elle aurait droit aux instruments. Inutile de paraître interloquée. Elle regretta soudain la mauvaise insonorisation de cette chambre d'hôtel car sa fessée promettait d'être interminable... 

"Je ne veux pas voir de main s'interposer, tu as bien compris?" 

Elle avait une envie irrépressible de pleurer mais se retint. Son comportement serait désormais irréprochable et elle se promettait de ne plus jamais chercher à l'irriter. Jusqu'à la fin de la fessée, du moins...

20 commentaires:

  1. jacobi21/5/14

    Impressionnant ;-)
    quelle imagination

    je suis sous le charme ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que vous soyez sous le charme... :-D
      En fait, ce n'était pas si difficile à écrire. Il existe une multitude d'adjectifs qui commencent par un i !

      Supprimer
    2. jacobi22/5/14

      quelle drôle d'idée que de vouloir diminuer votre mérite ;-)

      Supprimer
    3. Cette fois-ci, c'est vous qui allez me faire rougir... (un petit retour de bâton?) :-D

      Supprimer
    4. jacobi22/5/14

      vous me le donnez
      il faut bien que je l'utilise
      d'autant que vous n'attendez que ça.. ou presque ;)

      Supprimer
    5. Non, non, pas le bâton, moi je préfère la canne vous le savez bien! :-D

      Supprimer
    6. jacobi22/5/14

      l'expression parle du bâton, pas de la canne
      vous auriez du alors parler d'un petit retour de canne ;-)

      Supprimer
    7. Vous avez raison ! :-)

      Supprimer
  2. Chère Amandine,
    la lettre du jour s'y pretant à merveille, permettez moi cette petite infidélité...

    Douce rêverie senti-Mentée, compliment au Blog d'In Amore e Mente :

    Ingénieuse Instigatrice d'une Insidieuse Inception, Incendiant mes Idéaux d'Images Incroyablement Intenses, l'Inaccessible INNA m'Invite dans son Inavouable Intimité, sans Ingénuité.

    - "Installe toi!" Intime l'Irresistible Italophone, Impudique. A travers ses Inventions Inspirées d'Immoralité, elle m'Incite à Inspecter ses Illusions Italiques, à Inhaler ses Ivresses Infusées d'Illicites, laissant Ici et là des Indices de son Insolente beauté ...

    Aussi, l'Imaginative Idolâtre "IL". Impétueux, Innovant et Intelligent, IL l'Initie aux Interdits dont IL lui Insuffle l'Intérêt. IL a l'Intuition de son Indécence, IL lui Impose ses Intentions. Inutile pour elle d'Intenter une Incartade ou d'Ignorer son Invincible Inertie. Intriqués, Ils Interagissent Irrémédiablement.

    " Merci INNA pour cet Impact,
    Internes et Invisibles maux,
    Inna-More, je n'en sors pas Intact,
    Intoxiqué de l’Immédiat Innamoramento..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certaine que Inna va être très touchée de ce merveilleux hommage !!!
      Vous avez décidément toujours autant de talent, Gabriel ! :-)

      Supprimer
    2. Incontestablement impressionnante cette inclination pour l'inconsolable Inna, mais Gabriel, j'y lis une pointe d'envie d'être un tel "IL", non?

      Supprimer
    3. Inconsolable ? Je ne lui connaissais pas le besoin d'être consolée.

      Et pour répondre à votre question par une question, l'Envie (d’être IL) est un "péché capital", mais quel homme ne risquerait pas les flammes de l'enfer pour toucher du doigt l'inaccessible ?

      Supprimer
    4. Gabriel ,ainsi donc Monsieur vous êtes un lecteur de l'ombre qui m''enrubanne ici de la lumière de ses mots .Votre plume brode pour les miens une étincelle de " compliments " O combien flatteurs. .

      Je dois donc remercier Amandine pour sa lettre du jour !
      Sans le " I " je n'aurai jamais su que vos yeux promenaient sur mon blog ,car dans mon alcôve Monsieur, je ne vous ai jamais vu , ni lu, auquel cas je vous aurai souhaité la bienvenue.
      Je tombe donc des nues

      La lettre du jour et le jeu du " I " a sans doute orienté le chassé croisé de vos mots élogieux dans une description seigneuriale dithyrambique , quoi qu'il en soit ils restent très beaux.
      Merci donc de me livrer ici le clair obscur de votre regard et vos pensées ! ^^
      Cependant, il me fallait corriger Monsieur l' interprétation de vos lectures, je vous dirai donc que je ne suis :
      Ni dans l’illusion
      N dans l’imaginaire
      Ni dans l'écriture d'Invention
      Mais , dans la retranscription d'un passé récent ..d'un passé présent !

      Mes mots sont le clair de mon âme , miroirs de mon vécu .
      Mes lettres courbent le profane et le sacré, mes syllabes sont liées de chairs et de sang.
      Elles couchent parfois mon chagrin ,parfois le beau des souvenirs Leurs accents ont toujours la couleur de la vérité et viennent toujours de mon cœur.
      In Amore e Mente est toujours dans l' innamoramento de l'indicible avouable et respectueusement abordable

      Au plaisir de vous lire dans mon antre , si toutefois vous vous permettez Monsieur quelques infidélités :)

      Supprimer
    5. Merci, chère Inna, pour cette émotion suscitée.

      S'il m'est offert la possibilité de vous répondre,
      je vous assurerai que, malgré l'apparente légèreté avec laquelle ces mots ont été maillés, chacun d'eux est le reflet d'une profonde sincérité.

      Donc, dithyrambiques pour élogieux, très exactement,
      mais entendus pour panégyriques et excessifs, bien au contraire.
      Les limites du jeu ont été celles de l'oraison,
      qui par effet de ricochet, est en deçà de ce qui aurait pu être.

      A votre invitation, je répondrai qu'il m'est bien moins difficile d'entrer dans votre alcôve que (de tenter) d'en sortir, et qu'une fois dehors, je ne suis jamais tout à fait certain d'être encore moi-même.
      Je n’investis ainsi que très rarement votre antre, mais c'est pourtant avec une certitude toute personnelle que je réitère :

      Inventions, sont les gravures qui vous donnent forme
      et les lettres licencieuses qui vous donnent vie, Beauté.

      Illusion, assurément vous l'êtes, Créature,
      ma raison refusant de vous croire bien réelle.

      Imaginaires sont vos aventures et vos maux, Inna,
      lorsque, soumise accomplie, vous êtes l’ôte du mien.

      Enfin, tant que le livre est entrouvert,
      pour m'y être essayé plusieurs fois, sachez que je n'ai jamais réussi à vous laisser trace de mon passage ; surement qu' au regard de la nature de vos mots, les miens me semblent toujours insipides.

      En espérant que ceux d'aujourd'hui ne le furent pas.

      Affectueusement,

      Gabriel

      Supprimer
  3. Peter Pan22/5/14

    Bonjour Amandine !

    Superbe ! On a l'impression de rebondir d'un mot à l'autre.
    Un vrai suspense. Et même à la fin du récit, on voudrait en savoir plus...
    Un texte digne de Raymond Devos (Un autre virtuose du vocabulaire)
    Encore merci. Bonne journé. Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Peter Pan,
      Le suspens n'en est pas vraiment... dans mon petit univers imaginaire, la fin est toujours la même! :-D
      Merci de ces gentils mots et bonne journée à vous.

      Supprimer
  4. Lolie22/5/14

    Et quelle Image Idéale... à laquelle on aimerait s'Identifier ! Merci AmandIne.

    Ici : Endroit magique et hors du temps, seul connu des spankos. On s'y rend les jambes frémissantes ou bien à la force du poignet d'un etre grand, fort et valeureux. Haut lieu d'intensité et d'émotions, il peut se présenter sous différents aspects : genoux le plus souvent mais également chaise, fauteuil, lit ou autre mobilier plus insolite. Sans oublier le coin pour les plus insolent(e)s et enfin les pieds du maitre pour la soumise. Souvent accompagné de maintenant, Ici se décline également avec parfois, souvent ou bien avec toujours, pour les plus chanceux d'entre nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Lolie, pour cette merveilleuse définition d'un Ici que l'on aimerait pas ailleurs ! :10:
      Je m'empresse de rouvrir le dictionnaire ! :-)

      Supprimer
  5. Impossible de vous égaler, Gabriel et toi Amandine. Par contre j'ajouterais que la photo me fait voyager au pays de l'imaginaire à elle toute seule! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. C'est vrai qu'elle est très belle cette photo, rougie juste comme il faut... :-)

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.