samedi 31 mai 2014

Offense Orgasmique

L'Orfèvre de ce blog Offre ici un fabuleux Ornement. Encore un merveilleux texte et une véritable prouesse littéraire de Gabriel, dont le talent mérite toutes les Ovations ! 


Oisive et Optimiste, Ophéline Omettait Objectivement d'être Obéissante, Occultait ses Obligations pour d'Obsolètes Occupations et Outrepassait ce que son Officiel lui Octroyait. Ce jour d'Octobre, Owen Ordonna à l'Oiselle une punition Originale et Osée pour l'Occasion, mais l'Odieuse Objecta et Occasionna par son Outrecuidance que l'Omniscient s'Offusque. 

L'Ombrageuse Obéit finalement aux Ordres et Obtempéra à l'Obligatoire Obole d'une fessée. 

Omnipotent, Owen Ôta Orageusement la culotte Opaque de l'Obstinée, Obstacle à son Office, Oubliant les Objections Ordurières d'Ophéline Opiniâtrement Opposée à l'Opération. 
L'Œil de l'Oratrice s'Obscurcit alors plus que d'Ordinaire dans son Orbite.

L'Officier s'Offrit une Œillade Oblique sur les Opulentes Ogives Opalines Obligeamment Offertes de l'Ogresse, Outrageusement Ouvertes jusqu'à son Orifice Originel. Ce dernier était Ostensiblement Obstrué par un Obélisque Oblong et Ouvragé, surmonté d'un Oeuf d'Or Ovale Ondulant sur la petite Olive du mont Olympe de l’Orgueilleuse.

- "Oh! Alors, On Opte pour l'Orgasme Onaniste Occasionnel, petite Obsédée ?" Opina l'Opportun moqueur, Observant l'Objet et comprenant l'Opposition Obtuse au déculottage d'Ophéline. Les Organes Oppressés par l'Ombre de la Honte Orchestrée par l'Ours, L'Opprimée n'Osa plus l'Ouvrir. 

L'Offensé se mit alors à l'Ouvrage : tel un Orfèvre, il Orienta le cul de son Otage et Oublia sur l'Oasis aux Odeurs Océanes de l'Outragée l'Ornement Ostentatoire, trop Occupé à Œuvrer avec Organisation. Il Occit alors à Outrance et jusqu'à l'Ocre tantôt l'Orient tantôt l'Occident.

Fleur d'O., Ophéline Ondoyait Onctueusement, jusqu'à l'Obtention d'un point d'Orgue : l'Ouragan de l'Officiant mêlé aux Oscillations Orgiaques de l'Outil Obscène Occasionnèrent l'explosion d'un Onirique Orgasme Opiacé.

20 commentaires:

  1. Peter Pan31/5/14

    Bonjour Gabriel !

    Vos proses sont comme les millésimes: ils se bonifient avec le temps ! Bravo ! L'enchainement de mots donnent un certain rebondissement verbal .
    Qui me rappelle un passage étudié des "Caractères" de LaBruyère avec un noble provincial pris dans les embarras de la Capitale au temps du Roi-Soleil.
    Magnifique !!! Et encore bravo. Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Peter pour vos compliments.

      J'ai eu l'occasion de lire à plusieurs reprises "l'imprégnation sexuelle" que pouvais provoquer le sentiment de honte chez les spankees / soumises. J'ai donc chercher à évoquer ce sujet léger qui est bien sûr sans comparaison avec l'humiliation, qui elle est dégradante.

      Et quoi de plus délicieusement honteux et excitant que la mise au jour involontaire de ce que l'on a de plus secret, doublée d'une moquerie appuyée de celui qui en est le témoin?

      Bonne journée

      Supprimer
  2. Oh là là! L'orgasme onaniste occasionnel... quel délice...que ce texte
    La contrainte vous va bien, semble-t-il! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Honey,

      mais ici, aucune limite finalement : des contraintes qui s'appliquent à tous ne sont plus des contraintes, n'est-ce pas ?
      Finalement, se jouer des contraintes sans jamais s'en affranchir, n'est-ce pas cela que nous appelons "dominer son sujet" ? ^_^

      Tout est une question de point de vue, et je fais mienne cette belle citation de Jeanne Moreau,

      La liberté, c'est de pouvoir choisir celui dont on est l'esclave.

      Bonne journée,

      Supprimer
  3. Magnifique ! Sa me donne des idées ! :) Et des papillons :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci jeune demoiselle.

      Des idées, vraiment ?
      Assurément une belle surprise et un bon moyen de faire lever le nez de Monsieur de son ordinateur... ^_^

      bonne continuation (que nous attendons avec impatience)...

      Supprimer
  4. Annonciate1/6/14

    Je ne peux dire qu' une chose pour ce texte : BRAVO. C' est franchement une merveille à lire et surtout à apprécier. Je ne peux dire qu 'une chose, j' attends avec impatience le prochain récit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Nonce,

      toutes les lettres n'ont pas le même "impact" que le O cependant.

      Pour la suite, disons que même s'il n'est pas possible de faire aussi bien, j'essaie toujours de faire de mon mieux...

      Supprimer
  5. In Amore e Mente in ItalianO :) le O pour fleurir la fin des mots

    Gabriele MaestrO d 'un bellissimO cantO del O, in un cOncertO a sOttO vOce stupendissimO , allegrissimO come un fuOcO espressivO affetuOsO e appassionatO

    Bravissimo ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grazie tante BellaDonna...

      Supprimer
    2. Peter Pan1/6/14

      Bonjour Gabriel !


      La "BellaDona" évoque la beauté venimeuse, comme son nom l'indique, en partie. A juste titre puisqu'elle désigne une plante sauvage appelée "Troppa Bella Donna" . Au Moyen-Age elle était utilisée comme un poison, en alchimie. Mais vous le saviez déjà, j'imagine . Fermons la parenthèse. Je sens que notre maitresse de ces lieux va venir nous tirer les oreilles. On s'écarte de notre sujet favori. Rires. Bonne après-midi. Peter Pan

      Supprimer
    3. Gabriel !
      Un esprit fin qui joue avec les mots ! ;)
      Me voilà associée à la cerise du diable ou la magique belladone.
      A la renaissance les italiennes l'utilisaient pour dilater leurs pupilles signe d’excitation sexuelle et attirer les regards .
      Je suis certes italienne mais je suis très sage !!!


      Supprimer
    4. @ Peter : Atropa Bella Donna (Atropine). Terrible cette plante qui s'attaque au cœur et au cerveau, je ne voudrais pas qu'une de ses petites graines vienne m'Intoxiquer suite à une Insidieuse Inception...

      @ Inna : ;-)

      Supprimer
  6. Peter Pan1/6/14

    Buon'Giorno, In Amore e Mente !

    Qu'en termes galants, ces compliments sont bien dits !
    "... Comme un feu expressif, affectueux et passionné ! "
    Ah la langue de Puccini ! Quel merveilleux langage chantant !
    Grazie Mille !

    RépondreSupprimer
  7. Ciao Peter Pan

    Ma Lei parla italiano ? ..:)

    RépondreSupprimer
  8. Peter Pan1/6/14

    Grazie Mille, In Amore e Mente !

    Ma tutti piccolo, piccolo !
    La langue italienne évoque toujours pour moi mes grands parents maternels, en particulier mon grand-père maternel qui était né à Naples (Napoli).Il était passionné d'opéras, en particulier ceux écrits par Giuseppe Verdi et il me parlait souvent du héros Garibaldi. J'étais très jeune à l'époque... Souvenirs, souvenirs... Peter Pan

    RépondreSupprimer
  9. Sorriso ..

    Le théâtre San Carlo de Naples est un écrin pou l'Opera .Je suis une grande fan d'Opera également . Je ne suis pas Napoletana mais Fiorentina.
    Garibaldi est associé au compositeur Verdi , les italiens utilisaient les lettres de son nom pour soutenir l'unification italienne "Evviva Vittorio Emanuelle Rè D' Italia ". Nabucco " le choeur des esclaves " est dans le coeur de tous les italiens..

    Ouh la ..Inna est en mode bavarde !! ..:)

    RépondreSupprimer
  10. Peter Pan1/6/14

    Et j'évoquerais aussi cette chanson souvent fredonnée par mon grand-père et reprise par cette immense artiste qu'est Nana Mouskouri: "Quant je chante, je chante avec toi, Liberté... "etc, etc. .. Devenu presque un hymne de l'indépendance italienne (récompensée de notre côté par la Savoie et Nice comme prix de la "neutralité" française de Napoléon III ). Bon, je cesse mon bavardage.
    Bonne après-midi à vous, Inna. Peter Pan
    (PS : excusez pour cette digression inattendue, Dame Amandine.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, Nana Mouskouri n'est plus de la première jeunesse, mais elle n'est pas assez âgée pour avoir connu l'indépendance italienne et Napoléon III!
      (En plus elle est grecque, à mon humble avis, si elle chantait la liberté, elle pensait plus à la Grèce qu'à l'Italie) (mais en tout cas pas à Napoléon III).

      Constance

      Supprimer
  11. Peter Pan2/6/14

    Bonjour Constance !

    Quelle évidence ! Ce qui compte surtout, c'est l'émotion suscitée par quelque chose, une voix, un lieu, une chanson, en l'occurence, Et c'est ce qui importe surtout ,même si cela prend aussi le pas sur l'éventuel "recadrage" ou décalage historique. Les gens passent, leurs oeuvres traversent le temps.C'est cela aussi "la magie de la culture". Peter Pan.

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.