mercredi 25 juin 2014

Les Vicissitudes de la Vie


Ils passaient des vacances verdoyantes au milieu des vignes, loin du vacarme et de la violence de la ville. La villa était entourée d'un vaste verger et bordée de champs de vigne. L'océan n'était qu'à quelques minutes en voiture et quand leur prenait l'enVie, il allaient se vautrer sur le sable, vireVolter dans les vagues ou faire un tour de voilier. Une villégiature de rêve, en somme. Parfois ils descendaient à vélo au village pour faire le plein de victuailles mais plus souvent ils verrouillaient la porte pour se liVrer à une valse donc aucune virginité n'aurait pu sortir victorieuse. Voici qu'avec voracité il déVorait sa vulve et avec la même virilité assaillait son vagin d'un vigoureux va-et-vient jusqu'à ce que voluptueusement elle vacille

Mais ce vendredi, leur vaudeville avait tourné au vinaigre. Le voyou était vaillant mais vaniteux. Sa vahiné était valeureuse mais versatile. Il adorait se vanter, elle détestait son verbiage. Sa voix de velours se fit venimeuse et la vaisselle vola. Vindicatif, il voulait vengeance. Virulente, elle ne voulait laisser victoire à ce vaurien et l'incendia vertement

Sans vergogne, il vociféra son verdict. Elle serait fessée avec vigueur jusqu'à ce que véritablement son versant se voile de vermillon. Vexée, elle chercha vainement à y mettre son veto mais il jugeait sa vilenie ni vétille, ni vénielle.

Elle vint donc se placer sur ses genoux et il releva le vichy vaporeux qui recouvrait son verso. Les volées tombèrent à verse. Vlan, vlan, vlan. Elle avait beau vocaliser vivement, il ne voulait rien entendre. 

En vérité, le veinard jouait son va-tout et se délectait de voir la lave sortir du volcan de sa victime. Il avait beau vitupérer contre les variations de son humeur, il adorait boire à la vasque de sa fontaine et son imagination vagua vite vers une variante plus voluptueuse

Mais la vilaine n'était pas encore vaincue et son vandalisme verbal valait bien plus que cela. S'il ne voulait pas que leurs vacances partent à vau-l'eau, il ne devait pas opérer à la va-vite. Avec vigilance, il veilla à ce qu'elle enlèVe tous ses vêtements et la verrouilla dans la véranda où il comptait la laisser végéter un moment. Son visage était en feu mais, vaseuse, vannée, les fesses vermoulues, elle n'eut aucune velléité de s'y opposer. Il se volatilisa mais, à travers les vitres, elle ne tarda pas à le voir vaquer dans la végétation et y couper des verges. Sa vessie se contracta dangereusement et elle eut vaguement enVie de vomir. Ce vicieux ne voyait-il plus en elle sa vestale

Elle se sentait déjà vaincue lorsqu'il vint la rejoindre. 

« Vingt coups !», annonça-t-il vénéneusement.

Vaillamment, elle tendit son versant, toute vanité éVaporée. Le virtuose abattit les verges violemment et à toute vitesse, imprimant des lignes violacées bien visibles. Au vingtième coup, la vahiné vacilla, victime d'un vertige qu'elle ne sut vaincre

« Voilà, c'est fini », murmura-t-il en enlaçant sa valentine à présent si vulnérable

Elle pleura un instant dans ses bras, mais lorsqu'elle vit le flacon de vaseline posé sur la table, son esprit vagabonda vite vers de vils horizons véritablement plus veloutés et toute sa vitalité revint. Viva la vida !

9 commentaires:

  1. Annonciate25/6/14

    Vive la vie en effet, rien n' est plus beau et qu' est-ce-qu' une fessée lorsqu' elle est mise avec douceur, en fait non plutôt vitalité mais le reste, après.......ne nous appartient plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive la vie, surtout quand les vacances pointent le bout de leurs nez !!! :-D

      Supprimer
  2. Le Vivre au Ventre , aux Vallons de son corps le Vent Viril Valsa Vainqueur
    A l'en-vie, à la Vie , à la vague vagabonde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment de ce joli poème que tu nous offres ici, belle Inna :10:

      Supprimer
  3. Bertrand29/6/14

    Variations verdoyantes sans vice ni violence ni vulgarité.
    Quelle virtuosité! Un flacon de vaseline et les "vils horizons" nous laissent à notre imagination rêveuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous voilà pris au jeu, Bertrand :-D
      Merci pour ce charmant commentaire ! :10:

      Supprimer
  4. cuir flamboyant4/7/14

    Sublime de fantaisie et légèreté. Je suis conquis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de vous revoir ici, Cuir Flamboyant, et merci beaucoup pour ces si gentils mots qui me touchent tout particulièrement en ce moment où je doute d'avoir le courage de continuer à écrire. :-)

      Supprimer
  5. Lunapower15/7/14

    Frais, léger, le rayon de soleil de ma journée.
    Ca faisait un bout de temps que je n'étais pas passé sur votre blog ayant eu d'autres préoccupation, il est toujours aussi bien!!

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.