mardi 3 juin 2014

Presque le Paradis

Peter Pan nous Parle avec Poésie d'un Par-delà Paradisiaque...


                            Près d'un petit Pavillon, Perché,
                            proche d'une Petite Plage
                            à l'orée d'une forêt de Palmiers
                            derrière une longue Palissade
                            de Paresseux Pélicans se Prélassaient
                            occupés à lisser leurs Précieux Plumages
                            la Panse saturée de Poissons fraîchement Pêchés.

                            Plus haut dans les Palétuviers
                            bavardent Perruches et Perroquets
                            loin au large Plongent des Pluviers
                            aux Parages des Plateformes Pétrolières.
                            Quelle Pollution ! Pensent ils. Ils empestent l'air !

                            Dans les Profondeurs s'agitent des Poissons colorés
                            parmi eux rôdent des Piranhas affamés
                            des Poulpes visqueux dorment au fond des grottes
                            entre deux eaux évoluent d'élégantes Pastenagues
                            parties en quête de leur Pitance quotidienne
                            Sur le fond de craintifs Pagures courent sur le sable
                            espérant échapper à leurs Prédateurs implacables.

                            Deux Partenaires amoureux et Passionnés
                            la belle Patricia et le ténébreux Pablo
                            partagent un Paso-Doble endiablé
                            sur l'éclatant Parquet du Patio
                            au son des rythmes chaloupés
                            sur un vieux Pick-up surgi du Passé.
                            Ah quel beau Tango !
                            mêlant leurs Pas en mouvements chavirés.

                            Au Potager poussent d'odorantes Plantes
                            Persil, Poires, Pommes, Poivre vert
                            Potiron et Pastèque et Piment.
                            L'air du matin embaume le Patchouli
                            Ne serait ce pas cela au fond le secret d'une belle vie ?

3 commentaires:

  1. Sensuelle elle balance le prélude du capiteux
    Un ballet.. pas de deux sous ses yeux langoureux....


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici une danse très poétique qui donnerait bien envie d'entamer un petit pas!
      Merci Inna pour ces jolis vers qui nous emportent dans les rêves.
      Bisous ma belle ♥

      Supprimer
    2. Peter Pan3/6/14

      Bonsoir Amandine , bonsoir Inna ,

      Je vois que mon petit couplet couleur Tango vous fait chavirer !
      J'en suis fort aise ! eh bien, dansez maintenant !
      Pas mécontent d'avoir composer ce poème !
      L'illustration est parfaite et donne une invitation au voyage sous d'autres latitudes ! Ah les rythmes de Carlos Gardel...
      Merci pour ce compliment indirect !
      Bonne soirée ! Peter Pan

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.