mercredi 18 juin 2014

Trémolos et Tremblements



Elle tressaillit. Tenue au téléphone par un technocrate tenace qui la tarabustait pour obtenir un tête-à-tête et lui exposer ses théories technologiques terriblement ennuyeuses, elle n'avait pas réalisé qu'il était si tard. Cette fois, son beau ténébreux risquait de ne pas transiger ! Allait-elle tâter du tape-tapis comme il l'en avait taquinée tantôt ? Ou tambourinerait-il son derrière de taloches jusqu'à ce que s'y inscrive les traces de son inconséquence? Il ne fallait plus qu'elle traîne !

Dans le tramway, elle commença à se tranquilliser. Quoi qu'il se tramait, ce ne serait pas une tragédie. Son tendre tortionnaire ne risquait pas de la torturer, inutile de se tracasser durant tout le trajet. Ce n'était tout-de-même pas un tort de trop trimer au travail. Quel toupet aurait-il d'être aussi peu tolérant ! Son tempérament tumultueux de tigresse termina de terrasser ses dernières craintes. Elle avait tellement travaillé ce trimestre qu'elle avait dû tacitement transgresser les règles du couvre-feu, certes, mais il devait certainement le comprendre. 

Il faisait grand nuit quand elle arriva à la maison. Tandis qu'elle trifouillait dans son sac pour trouver les clés puis cherchait à tâtons la serrure, il surgit derrière elle, tel un loup sorti de sa tanière et tapi dans l'obscurité pour mieux traquer sa proie. Terrifiée, elle trébucha et manqua de tomber dans les thuyas.

- Tes tares doivent être taxées ! Tu va tanguer sur le traversin, ma belle ! tonna-t-il tout de go. Qu'est-ce que tu trafiquais ?

Elle le savais tatillon et têtu. Mais pourquoi la terrorisait-il ainsi avec cette mise en scène théâtrale? La testait-il ? Elle sentit une tiédeur envahir son visage, elle devait être rouge comme une tomate. Elle voulait le temporiser, torpiller ce tollé, mais, troublée, continuait à se taire. Elle n'était normalement ni timide, ni timorée, mais la trouille faisait tournoyer sa tête et elle ne trouvait rien à rétorquer. Elle tritura, impuissante, le pan de son T-shirt

- Suis-moi dans la chambre ! ajouta-t-il en la toisant d'un terrible regard.

Tremblotante, elle trottina derrière lui en se demandant quels tourments allaient lui être imposés. Une tractation serait-elle encore possible ? Elle toussota pour attirer son attention et qu'il se tourne vers elle.

- Je ne t'ai pas trahi et n'ai pas triché, dit-elle en se tortillant, mal-à-l'aise. Tout-à-l'heure, j'étais vraiment au travail et il m'était totalement impossible de terminer plus tôt sans avoir tout traité

- Pourquoi ne m'as-tu pas téléphoné ? Je t'ai déjà fais un topo sur les risques de prendre le tram aussi tard. Tu t'en souviens ? Sais-tu à quel point je me suis inquiété pour toi ?

Touchée, elle ne sut quoi rétorquer. La tristesse transparaissait à travers les trémolos de sa voix alors qu'elle signait sa reddition :

- Je suis vraiment désolée !

Triomphant, un immense sourire transfigura aussitôt ses traits et il lui tendit une enveloppe turquoise.

- Arrêtes de te turlupiner ! Tiens !

Interloquée, elle ouvrit l'enveloppe et y découvrit deux billets de train.

- Notre TGV part dans deux heures, tâche de te dépêcher de te préparer, le taxi de ne va tarder. J'ai déjà fait nos valises. 

Un tsunami d'émotions la submergea et un torrent de larmes se déversa sur ses joues. Elle avait le tourni. Le sol tanguait dangereusement. Il la rattrapa et la serra fort, tout contre son thorax

- Allons, mon trésor, tu croyais vraiment que j'allais te tanner le cul en te mettant une trempe? Mais ça ne va pas, non ! Tu as vraiment besoin de repos !!! Nous allons passer le wek-end au soleil, rien que toi et moi, comme deux tourtereaux. Tu en as tellement besoin, tu es épuisée... et un tantinet trop émotive, ajouta-t-il en lui tapotant tendrement les fesses.


4 commentaires:

  1. I love it <3 ! Texte parfait ! Voilà ce dont j'aurai bien besoin ce soir pour me remonter le moral !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que l'on est toutes crevées en ce moment. Il faut absolument que les princes charmants, si possible fesseurs, nous emmènent d'urgence au soleil !!!
      Un petit bisou pour te consoler et te redonner un peu de moral, belle Lee :10:

      Supprimer
  2. Annonciate19/6/14

    En effet Lee et Amandine un petit soleil aux Antilles par exemple, un petit déjeuner avec les sucriers qui viennent boire le jus de fruit, les colibris, les fleurs, les fruits tout cela pour nous détendre.
    Par contre j' ai beaucoup aimé ce récit,très bien dirigé d' ailleurs. Pas de fessée certes, mais quelqu' un qui prend soin de sa compagne et de son amour pour elle. Je suppose que la réciproque est vrai aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous me donnez envie de vacances, Annonciate ! Elles arriveront heureusement assez vite, maintenant. :-)
      Une relation où règne la fessée est avant tout une relation où règne l'amour (du moins dans ma conception de cet univers), donc où chacun prend toujours le plus grand soin de l'autre. :-)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.