jeudi 21 août 2014

Punir autrement


Il arrive parfois que l'on ne puisse pas jouer à la fessée. Parce que l'on est séparé géographiquement, ou parce que l'on joue avec quelqu'un avec qui on entretient une relation amicale dans laquelle tout élément sexuel serait complètement déplacé.
On peut aussi pimenter un peu les choses, en complément de la fessée : avant, pour faire monter la tension tout en douceur, ou après, pour renforcer la "leçon" apprise.

Il existe tout un tas de punitions possibles : priver de sortie, imposer une heure de coucher, donner des lignes à recopier, imposer texte à rédiger. Toutes celles-là, je ne les ai jamais expérimentées. Mes sorties sont rarement programmées donc difficiles à prévoir. Je me couche comme les poules donc inutile de jouer là-dessus ! On m'a déjà imposé de raconter sur le blog la fessée que je venais de mériter, mais je l'aurais fait de toute manière, alors était-ce vraiment une punition? Quant à des lignes à recopier, je trouve cela complètement débile et fort ennuyeux.


Les plus primates d'entre vous s'offusquent sans doute. Depuis quand une punition doit-elle plaire à la personne qui la subit ? Une punition, c'est fait pour punir, pas pour faire plaisir !

Et bien si !!! 

Nous ne sommes plus au moyen-âge et il y a bien longtemps que l'on a compris que l'obéissance ne s'obtenait pas par la peur de la punition mais bien plus par celle de décevoir la personne qui fait preuve de bienveillance envers nous. Et das ce cadre, une punition qui ne nous rebute pas aura bien plus d'effet qu'une punition que l'on redoute par dessus-tout !


Des cous se tendent... Tiens, Amandine ne voudrait-elle plus de fessée ???

Bien sûr que si, Amandine aime toujours la fessée. Et quand elle est vraiment en faute, elle attend d'avoir vraiment mal. Mais c'est que cette idée ne la rebute pas. Elle en ressent même le besoin, parfois.

Mais revenons-en à notre sujet initial, les autres manières de punir... tout en douceur !

Il y a quelques temps, j'ai commis une petite erreur. Comme d'habitude, j'ai lu un peu trop rapidement mes mails et ai fait ce que je croyais que l'on me demandait... sauf que l'on me demandait exactement le contraire! Bien évidemment, la foudre m'est tombée dessus et j'ai été immédiatement punie... en étant privée de dessert pendant une semaine. Les seuls aliments sucrés que j'étais autorisée à avaler l'étaient au petit déjeuner (parce que celui qui me punissait se souciait avant tout de ma bonne santé :-). Comme celui qui me punissait se trouvait à des milliers de kilomètres, j'aurais très bien pu ne pas lui obéir. Mais en quoi cela aurait-il été amusant? 

Maintenant je le confesse, je ne suis pas du tout une "sugar addict" et cette punition n'en était pas vraiment une. Avant d'être punie, il n'y avait déjà absolument aucun dessert dans mon frigo. Mais à chaque repas, ou à chaque fois que l'on me proposait une friandise dans la journée (ce qui arrive très souvent lors des pauses café car je ne travaille qu'avec des mordus de chocolat), je ne pouvais m'empêcher de penser à lui et de sourire... Et de son côté, ce fût la même chose. Il m'a confié s'être amusé à penser à moi à chacun de ses repas! Comme quoi, une punition peut être accomplie avec grand plaisir... tout en étant réellement efficace car, après cela, j'ai relu deux fois chacun de mes messages pour être sûre de bien avoir compris ce que l'on me demandait. Non pas que je craignais une nouvelle punition,  bien sûr, mais je ne voulais plus le décevoir !

Vous vous demandez sans doute où je veux en venir en vous racontant cette petite anecdote sans importance? Je crains qu'il ne vous faille attendre demain... 

Serais-je punie de dessert? :-)

4 commentaires:

  1. Peter Pan22/8/14

    Bonjour Amandine,

    Je suis bien d'accord avec vous. Très juste réflexion.
    On obéit souvent pour ne pas perdre l'amour de la personne avec laquelle on partage sa vie. Alors il arrive que l'on soit prêt à faire toutes ses volontés. Une sorte de défi que l'on met un point d'honneur à relever . On veut lui montrer que même si il /elle est absent/e , on reste fidèle à ce qui a été imposé d'un commun accord. C'est cette forme de "fidélité" à la fois sérieuse et ludique que l'on veut entretenir. Un peu comme un "contrat " . Le contenu peut en être divers selon les épreuves imposées. Plus les sentiments entre les deux partenaires sont profonds et plus le "contrat-punition" a des chances d'être respecté d'autant jusqu'au final.
    Le sucré/salé ? Merveilleuse opposition des saveurs un peu à l'image de la fessée. Chacun/e appréciera selon ses préférences. Non ?
    Bonne journée. Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Peter Pan,
      En fait, il ne s'agissait pas du tout ici d'une relation d'amour mais de profonde amitié. Si le sexe serait paru complètement déplacé entre nous, nous ressentions malgré tout le besoin de nous protéger l'un l'autre, un peu comme le feraient un frère et une sœur.
      Et même si ma "faute" n'avait réellement rien de bien grave qui ne puisse être facilement rattrapée, même si cette "punition" n'avait rien de bien douloureux, cela a certainement renforcé le lien qui nous unissait... et nous y avons trouvé une certaine forme de plaisir/bonheur, l'un comme l'autre. :-)

      Supprimer
  2. Annonciate22/8/14

    Bonjour Amandine, que dire...je suis tout à fait d' accord avec vous. Absent ou pas, tout en pensant à lui vous avez effectué votre punition avec plaisir même si vous aviez parfaitement envie d' un morceau de chocolat. Je trouve même que ceux-ci renforcent les sentiments de l' un pour l' autre. Quand on vous a proposé cette friandise, en refusant vous avez nécessairement pensé à lui et je suis certaine que vous avez éprouvé un certain bonheur. Que punir d' un autre façon, d' une fessée extrêmement sévère et un peu trop souvent fini par les détacher l' un de l' autre (surtout la personne qui reçoit)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que je voulais faire passer comme message :-)
      Le seul intérêt de la punition ou de la fessée est de créer un lien privilégié et affectif entre deux personnes, qui les lie de manière plus ou moins intime. Et ce lien peut être crée en dehors de toute notion de douleur, il n'a pas besoin de sensations extrêmes pour être efficace ! :-)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.