mercredi 15 octobre 2014

Révolution de palais

Toute fraîchement auréolée de son prix Nobel d'économie, la France fait désormais figure de pays leader dans la lutte contre la crise internationale. Sous cette impulsion, notre cher président a repris espoir et a décidé d'entreprendre un changement radical de politique que Vincent Flaneur, en direct du palais Bourbon, se propose de nous commenter. Un grand merci à lui pour ce texte drôle et inventif, qui ne manquera de vous ravir, j'en suis certaine ! :-)



Devant l'ampleur de la crise dans laquelle s'enfonce le pays, le président de la République s'est résolu à nommer Premier ministre Rod Spanker, le leader du Parti fessophile (PF), qui a fait une percée inattendue lors des dernières élections. Celui-ci forme rapidement son gouvernement et le présente devant l'Assemblée nationale, en précisant la feuille de route fixée à chaque ministre pour contribuer au redressement de la France.

- Ministre de la Justice : instaurer une nouvelle sanction, la fessée pénale, qui remplacerait la prison ou l'amende pour les petits délits.

- Ministre de l'Intérieur : substituer des paddles aux matraques des CRS.

- Ministre des Affaires étrangères et européennes : le PF étant une organisation membre de la Fessée (Fédération pour l'Expansion d'une Sensuelle Sévérité Erotique en Europe), la diplomatie française profitera des liens ainsi créés pour établir des relations privilégiées avec des pays pratiquant déjà le spanking à grande échelle : la Grande-Bretagne bien sûr, terre natale du nouveau Premier ministre, la Pologne, où les jeunes filles sont fessées à la ceinture le jour de leurs 18 ans, la République tchèque et la Slovaquie, où le lundi de Pâques les postérieurs féminins sont fouettés. Le PF est toutefois divisé sur le cas de la Russie : le knout n'a rien à voir avec la fessée disent les uns, toute correction sur les fesses est une fessée, répondent les autres.

- Ministre de la Défense : le PF étant très imprégné de l'idéologie "la fessée, pas la guerre", il faut reconnaitre que son programme est un peu mince en matière militaire.

- Ministre des Finances : appliquer un principe simple : quand les comptes d'un ministère sont dans le rouge, les fesses du ou de la ministre le sont aussi.

- Ministre des Affaires sociales et de la Santé : reconnaitre la spankothérapie comme une discipline médicale à part entière. Mais là aussi, le PF est divisé : son aile droite refuse le remboursement de la spankothérapie par la Sécurité sociale, arguant que le succès prévisible de cette méthode va creuser le déficit de la Sécu, mais l'aile gauche rétorque que ce sera compensé par tous les médicaments -en particulier anxiolitiques et antidépresseurs- qui seront économisés, et que de toute façon, il n'est pas question d'avoir une fessée à deux vitesses, l'une pour les riches et l'autre pour les pauvres.

- Ministre de l'Agriculture : encourager l'exploitation de la forêt pour obtenir une grande production de verges, cannes et manches, et l'élevage pour développer l'industrie du cuir

- Ministre de l'Industrie : promouvoir un "made in France" des paddles.

- Ministre du Commerce et de l'Artisanat : relancer la production artisanale de martinets, avec l'obligation d'inscrire sur le manche "interdit aux enfants", et leur vente en grande surface. Expérimenter le lancement de "spankshops" ou les fessophiles trouveraient tout le matériel et la littérature à leur disposition. Mais à l'heure d'internet, cette dernière mesure soulève le scepticisme.

- Ministre de la Culture et de la Communication : valoriser et recenser toutes les références à la fessée dans l'art et la littérature ; ouvrir un Musée international de la fessée : augmenter l'aide à la production d'un film de 10% pour chaque scène de fessée entre adultes, et de 20% si elle est cul nu.

- Ministre des Sports : organiser des championnats de France, d'Europe, du Monde de la fessée (endurance, esthétique des positions, originalité des prétextes, diversité des instruments, figures libres) et faire reconnaitre la fessée comme discipline olympique.

- Ministre du Travail : enregister et annoncer chaque mois avec satisfaction la baisse du nombre de chômeurs entrainée par ce programme de relance de l'économie par la fessée

- Ministre de l'Education : lancer un programme de formation permanente pour les adultes fondées sur les méthodes traditionnelles les plus classiques de motivation et de punition.

- Ministre de l'Ecologie : appliquer la méthode popularisée par la video "Spanking can save the planet" en encourageant les couples, les entreprises, les associations, toutes les communautés à fesser vigoureusement en leur sein tous ceux et celles qui ne pratiqueraient pas le tri sélectif ou oublieraient d'éteindre la lumière. Certains trouvent cependant que cela sonne un peu trop comme de "l'écologie punitive". Oui, et alors ? rétorquent les autres.

- Ministre des Droits des femmes: promouvoir l'usage du safeword pour être sûr que toutes les fessées soient librement consenties, et défendre la spécificité des fesseuses et des switchers. Là encore, le PF est divisé sur le cas des fesseuses professionnelles : exploitation mercantile selon les uns, libre service permettant de satisfaire des postérieurs masculins orphelins tout en offrant un complément de revenu à des femmes aimant corriger.

Après avoir présenté ce programme et ce gouvernement, Rod Spanker lança avec panache aux députés : "si dans un an, le chômage n'a pas reculé et les Français n'ont pas retrouvé le moral grâce à cette politique, non seulement mon gouvernement et moi-même démissionnerons, mais nous viendrons recevoir la fessée déculottée, ici-même, à la tribune de l'Assemblée de la main de tous les députés qui voudront sanctionner ainsi notre échec". 
Un tonnerre d'applaudissements accueillit cette déclaration du nouveau Premier ministre qui obtint largement la confiance des représentants du peuple. Mais dans les couloirs, certaines députées évoquaient avec gourmandise la possibilité de rougir dans un an le joli cul du Premier ministre, fort beau garçon, beaucoup de leurs collègues masculins se léchaient les babines à la perspective de dévoiler les rondeurs de plusieurs jeunes et accortes ministres, des parlementaires homos regardaient avec concupiscence le ministre de la Culture, militant de la première heure du mouvement gay Clef (Club d'éducation et de loisirs par la fessée) et, les lesbiennes regardaient du coin de l'oeil la ministre de l'Industrie, dont les photos dans Closer la montrant se faire corriger par sa compagne avait créé un certain émoi.
Du coup, les commentateurs s'inquiétaient : par sa promesse imprudente, le Premier ministre n'allait-il pas inciter les députés, et les ministres, à saboter l'effort de redressement dans l'espoir de cette fessée collective historique ?


Note de la rédaction : les événements relatés ci-dessus sont fictifs, bien que vraisemblables. Mais deux choses sont d'ores et déjà vrais : le Clef existe (ou a existé) bel et bien, et Shadowlane a bien produit une vidéo intitulée "Spanking can save the planet", au demeurant décevante car elle ne va pas jusqu'au bout de l'idée initiale assez amusante.

dimanche 5 octobre 2014

Invitation



J'ai reçu votre invitation et je l'ai acceptée. Curieuse peut-être, intriguée assurément, je me suis avancée. Vous m'avez enivré de vos mots, de vos caresses et de vos exigences. Jusqu'au vertige. Voyez, je tremble un peu.

J'ai reçu votre invitation et je l'ai acceptée. J'ai entendu votre musique, celle qui vous entoure, toujours. Celle qui murmure, qui gronde et qui s'apaise en rythme avec votre désir si puissant qui me courbe les reins. J'entends votre musique et celle de mon corps y répond, en petits frissonnements nerveux. 

J'ai reçu votre invitation et je l'ai acceptée. Vous me guidez sur la route, comme une évidence. Votre main sait taire toutes mes angoisses. Elle sublime mes peurs. Je traverse en confiance ce dédale qui mêle mon envie à ma peur, ma volonté à mon abandon, mon attente à mon impatience. Je me mets à nu devant vous, maladroite. C'est la première fois. 

J'ai reçu votre invitation et je l'ai acceptée. Je vous attendais, vous et nul autre. Mais sous l'effet de ma fierté, mes maladresses se sont enchaînées. Trop souvent, trop graves, elles vous ont fâché. Cette fessée, je l'ai bien méritée. Sévère, vous me l'avez précisé. 

J'ai reçu votre invitation et je l'ai acceptée. Pour nourrir ce désir puissant qui nous tend chaque seconde à la pensée de l'autre. Pour nous enivrer de vie, d'amour et de rêves d'autrement et d'ailleurs.

Monsieur, je suis venue. Pour vous.