dimanche 23 novembre 2014

Les clichés de l'amour... ou de la fessée ?


Plus besoin de présenter "50 nuances de Grey", le livre qui a donné envie à la terre entière de s'essayer à la fessée. Je l'ai lu, je n'en comprends pas l'intérêt suscité... mais heureusement pour toute la communauté spankophile de la planète, mes goûts n'ont absolument rien d'universel !

Autre livre sujet à polémique de cette rentrée littéraire en France, celui de Valérie Trierweiler. Celui-là, je ne l'ai pas lu (et je ne suis pas prête à le faire). 

Mais saviez-vous qu'il y beaucoup de similitudes, et disons-le de bien mauvais clichés, entre ces deux livres ? 

Pour vous en convaincre (et éventuellement vous payer une bonne tranche de rigolade), allez sur le site de BuzzFeed et testez si vous seriez capables d'attribuer correctement 23 phrases extraites de l'un ou de l'autre de ces deux livres. C'est assez déroutant... Moi qui en ai lu quand même un sur les deux, je n'ai obtenu que 13 sur 23. Feriez-vous mieux ? 

Mais en dehors d'obtenir cette note qui révélera au monde entier toute l'étendue de votre potentiel romantique, vous y apprendrez également que notre président serait (peut-être?) un fervent adepte de nos jeux où se mêlent douleur et volupté ?

Vous ne le pensez pas ? 

"... le lendemain, je découvre partout des hématomes : souvenirs des bousculades et des vives embrassades", c'est Valérie qui l'a écrit, si, si...



Je viens de vous donner une réponse... pour les autres, il faudra vous débrouiller tout seuls !


10 commentaires:

  1. Peter Pan24/11/14

    Bonjour Amandine,


    Le titre de votre récit me fait penser à la comédie écrite par Pierre de Marivaux et intitulée : "le Jeu de l'Amour et du Hasard". Décidément, la vie privée de nos dirigeants fait couler beaucoup d'encre. Rire. Perso, ça ne m'intéresse pas vraiment. L'étaler au grand jour nous ridiculise aux yeux du monde entier. Déjà que nous ne sommes plus aussi "prestigieux" dans bien des domaines...
    Mais pour l'égo d'un homme, c'est très flatteur de se sentir désiré par deux femmes en même temps. Je sais, çà fait un peu macho mais bon...
    Bonne journée. Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Peter Pan,

      Je suis comme vous, je ne suis pas prête à lire ce livre qui sent par trop la vengeance. Mais à en lire les extraits proposés dans ce quizz, je ne suis pas sûre que ce livre ridiculise notre président. Il y paraît plutôt un amant exceptionnel, capable d’envoûter une femme jusqu'à lui en faire perdre la tête... :-D
      Je ne comprenais pas pourquoi ce livre avait eu tant de succès en librairie mais s'il a été écrit dans le style de 50 nuances de Grey, alors je suppose que ceci explique cela... :-)

      Pour ce qui est de ridiculiser notre pays au plan international, je pense que tout cela n'est qu'une peccadille par rapport à l'affaire Strauss-Kahn. Cette affaire-là nous a fait réellement beaucoup de mal, je pense. Qu'un président ait une maîtresse, cela n'a, me semble-t-il, absolument rien "d'anormal" puisque cela a été le cas de bon nombre de nos anciens présidents (comme, si j'en crois les sondages, 50% des hommes mariés, toutes classes sociales confondues). Mais le pouvoir offre un prestige auquel il est sans doute très difficile de résister... :-)

      Supprimer
  2. 15 sur 23 en n'ayant lu ni l'un ni l'autre. Et encore, ce sont des clichés parfaitement interchangeables. J'ai plus d'indulgence pour 50 nuances qu se prétend un roman que pour l'autre qui se croit un témoignage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 15 sur 23 ! Vous êtes très fort, Hadrien !!! :-D
      Quand on voit les similitudes d'écriture entre les deux livres, il y a effectivement fort à parier que le livre de Trierweiler n'est qu'un roman dans l'air du temps, écrit dans l'unique intention de lui rapporter le plus d'argent possible... mission amplement réussie, semble-t-il !

      Supprimer
  3. Oui. Et cela discrédite un peu plus ceux qui sont censés gouverner et du coup ceux qui les envoient gouverner. C'est--à-dire nous-mêmes. La situation n'est pas plus brillante en Belgique, juste un peu moins personnalisée du fait que nous n'avons pas de Président.

    RépondreSupprimer
  4. Bertrand1/12/14

    11 sur 23 alors que j’ai lu 50 nuances et même la suite 50 nuances plus sombres. J’ai finalement craqué et n’ai pu lire les 50 nuances plus claires. Agréable au début, la lecture fut de plus en plus ennuyeuse. C’est de la littérature faite selon les règles enseigné dans les université américaines pour accrocher le lecteur, mais tout cela est fade, répétitif, et l’héroïne est tellement nunuche, une caricature de presse féminine, la femme qui recherche son beau chevalier, beau chevalier assez antipathique par ailleurs.
    Je n’ai pas lu livre de notre ex première dame, les citations sont assez amusantes mais non, il y a des limites au ridicule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage entièrement votre avis sur ces deux livres, Bertrand.
      Je ne savais pas que l'on enseignait ainsi la littérature dans les universités américaines. Je trouve cela assez affligeant, mais il faut reconnaître que c'est très efficace d'un point de vue Marketing. La demande est là, visiblement, aux Etats-Unis comme en France...

      Supprimer
  5. Bertrand7/12/14

    Oui et cela marche comme pour les scénarios des séries ou les films : à tel moment le personnage principal doit être dans l'impasse etc, c'est d'ailleurs copié en France et un peu partout. Je ne dis pas qu'il ne peut pas y avoir de grands livres avec de tels procédés mais s'il n'y a que cela, au secours! Faisons confiance à l'esprit humain et à sa capacité de renouvellement pour nous donner le grand livre sur la fessée.
    Ce qui m'a déçu dans 50 nuances c'est que je m'attendais vraiment à quelque chose d'original, un peu sulfureux. Un équivalent littéraire de La secrétaire, film pas parfait mais vraiment unique en son genre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas en vouloir aux auteurs d'écrire ce que désire la majorité des lecteurs. Après tout, écrivain est un métier comme un autre, le but est de gagner sa vie le plus confortablement possible.
      Ici, je me suis amusée à citer les résultats du sondage, mais j'ai le sentiment profond (en rien fondé, ceci dit) que l'immense majorité des gens qui disent fantasmer sur la fessée ne fantasment en réalité que sur quelques claques données pendant la levrette. Combien sont réellement bouleversé(e)s à l'idée d'abandonner leur orgueil, leur fierté et de se laisser prendre en main et corriger comme un(e) enfant, je pense réellement que cela ne doit pas dépasser quelques pourcents de la population. Pour avoir un bon livre, il faudrait donc que l'auteur fasse partie de ce petit pourcentage, ce qui n'est pas évident. Et par ailleurs, quels éditeurs seraient prêts à publier un livre qui ne pourrait parler qu'à un si petit pourcentage de clients? Je crains qu'un tel livre ne trouve plus sa place dans notre société moderne qui ne vise qu'à faire de l'argent.

      Supprimer
    2. Bertrand9/12/14

      vous avez raison, hélas!

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.