jeudi 14 mai 2015

A nos actes manqués



Ce jour-là, j'avais rendez-vous. Enfin non, pas tout à fait… On s'était dit que l'on pourrait se voir. En tout bien tout honneur, juste un café! Et il a proposé de me faire visiter un lieu où, sans lui, je n'aurais jamais mis les pieds. C'était tentant... 

Mais comment faire? Je ne voulais pas le faire en cachette de celui que j'aimais et je ne voyais vraiment pas comment aborder la question avec lui. Il n'était pas jaloux, mais possessif. Du moins, c'est ainsi que je le percevais. Je ne voulais pas le blesser et je savais bien qu'il ne supporterait pas l'idée...

Ce jour-là, donc, je me retrouvais seule avec une terrible envie d'y aller quand même. J'ai téléphoné à cet ami, qu’à ma grande honte, j'avais laissé dans l'incertitude la plus totale.

- Ça vous dirait de prendre un café ?

Il a été surpris, je crois. Il devait penser que j'avais finalement renoncé à cette rencontre. 

- Bien sûr, je vous attends ! 

Sur le quai du métro, il m'attendait en effet. Je ne l'ai pas reconnu, nous ne nous étions jamais échangé de photos, mais j'étais la seule à descendre sur ce quai et il était le seul à attendre... 

- Amandine ? 

Un large sourire s'est affiché sur mon visage. Il souriait lui aussi. Deux gosses, nous étions…

Je lui ai pris le bras et me suis laissée guider à travers des lieux ô combien prestigieux. Il m'expliquait tout, du fonctionnement, de l'histoire, des petites anecdotes... Il était passionné, et passionnant !

Une fois ce long périple terminé, nous nous sommes retrouvés dans son bureau. Aucun de nous ne savait vraiment ce qui allait se passer. Nous nous observions, parfois de près… Il a soulevé ma jupe et s'est exclamé, attristé :

- Vous ne portez pas de bas ?!

Cette remarque m'a fait sourire. Si tous les hommes avaient les mêmes goûts, la vie de femmes serait infiniment plus simple…

Il a caressé mes fesses doucement, mais j'ai tressaillis. J'avais les fesses en compote, vraiment. J’avais reçu une grosse fessée la veille, suivie d'un petit rappel le matin... J’avais mal, réellement mal. Je le lui ai expliqué. Il m'a demandé de lui montrer où, exactement, j'avais mal mais j'ai désigné l'endroit par-dessus ma jupe. Si je lui avais monté la marque, où cela nous aurait-il conduit ?

Nous avons repris le cours de notre discussion, sur nos vies, sur la fessée aussi, bien sûr. Je l'ai taquiné, je ne sais plus vraiment pourquoi, mais je me suis aussitôt retrouvée allongée sur ses genoux. Nous avons ri… mais non, vraiment, je ne pouvais pas être fessée… j'avais vraiment mal...

Nous avons fini par nous quitter, à regret. Sur le chemin du retour, je me suis aperçue que j'avais oublié ma carte d’identité. Je l’avais posée sur son bureau, quand… 

Je lui ai téléphoné. 

- Puis-je revenir ? 

J'étais heureuse de le revoir, même si cela ne faisait qu'à peine une dizaine de minutes que j'étais partie. Allait-il prendre cet oubli pour une provocation? Avais-je envie qu'il le prenne pour une provocation?  Pourquoi avais-je si mal aux fesses …

Le soir venu, lorsque j'ai retrouvé mon amour et que nous nous couchions, ce dernier m'a demandé :

- Est-ce que je peux te donner une fessée ce soir, toute douce, juste pour le plaisir ?

Mais à peine quelques claques données, il s'est arrêté en s'exclamant :

- Oh pardon ! Tu as mal, je le vois bien !

Troisième fessée manquée. Sacrée journée! Il était temps de se coucher…


Pourquoi vous raconter tout cela, puisqu'au final, il ne s'est (presque) rien passé? Parce que l'ami en question, celui avec qui j'avais partagé ce drôle d'après-midi, a été mon plus solide soutien durant la triste période que j'ai traversée récemment. Il a toujours été présent, a respecté chacun de mes silences, ne s'est jamais laissé décourager quand je rejetais tout, la fessée et tout le reste... Et petit-à-petit, grâce à lui, me revoici ici ! 

Voilà, je voulais lui dire merci … et montrer qu'une fessée, même manquée, peut conduire à une très belle amitié.  :-)

30 commentaires:

  1. Madame14/5/15

    Une belle rencontre
    Une belle amitié
    Une belle histoire que j'ai eu du plaisir à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ces mots, Madame... Je suis ravie que ces petits riens, si importants parfois, vous aient plu ! :-)

      Supprimer
  2. Très touchante confession...Comme quoi les histoires de fesses ne se terminent pas toujours à l'horizontale ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, elles ne se passent pas toujours comme on se l'imagine. Heureusement d'ailleurs... :-D

      Supprimer
  3. Très jolies histoires. J'aime ces moments de presque rien. Et l'amitié c'est si bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est des petits riens qui nous sont parfois fondamentaux, surtout quand ils nous offrent une belle amitié. :-)

      Supprimer
  4. Anonyme14/5/15

    très joli
    rafraîchissant
    et touchant témoignage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De tout petits moments qui ont parfois beaucoup d'importance :-)

      Supprimer
  5. Peter Pan15/5/15

    Bonjour Amandine,

    Une belle leçon de courage: simple et juste. Il ne faut jamais se décourager dans la vie et j'en sais quelque chose. Il y a parfois des lumières d'espoir, qui clignotent ... L'amitié est une belle chose et il ne faut pas grand chose pour repartir d'un bon pied. C'est cela la magie des amitiés. L'image qui illustre le récit nous interpelle : avant ou après la fessée ?
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nos amitiés constituent une part fondamentale de notre vie, en effet. :-)
      La photo a été prise en dehors de toute fessée. C'est ainsi, en tout cas, que je ressens cette volonté de couvrir la partie qui, normalement, ne dois plus l'être... :-)

      Supprimer
  6. Peter Pan15/5/15

    Bonjour Amandine,

    Je ne peux m'empêcher de comparer votre émouvant récit avec l'autre récit de Décembre 2013 "le dîner d'exception". Petit parallèle de style.
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon??? Pourtant le récit dont vous faites mention était inventé de toute pièce et mettait en scène la fantasme qui nous occupe ici. Alors que ce récit est réel, et qu'au final, il n'y a pas de fessée ! :-D

      Supprimer
  7. Peter Pan15/5/15

    Bonjour Amandine,


    Je ne comparais les deux récits que d'un point de vue du style , sur la forme et non sur le fond. Loin de moi l'idée d'en critiquer la teneur. C'est un récit très personnel, d'un point de vue émotionnel. Evidemment.
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
  8. WHY NOT17/5/15

    Madame,
    à vous lire, on ressent quelque chose de ces nostalgies que l'on rencontre dans les pays du nord. Permettez-moi de vous en remercier.
    Vous êtes allé, dites-vous, à un concert d'Iddo Bar Shy.
    Etait-ce celui qui nous gratifiait des préludes de Chopin, ces étranges pièces dont la brièveté jette au cœur de hommes la beauté surnaturelle de leurs regrets inconnus ?
    Vos messages semblent écrits en les écoutant.
    Croyez qu'on ne peut que les attendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de ces mots si doux...
      Lors du concert auquel j'ai eu le grand plaisir d'assister, d'Iddo Bar Shaï n'a pas joué de Chopin mais du Couperin, du Bach et du Scarlatti (il a tout particulièrement subjugué toute la salle sur ce dernier...).

      Supprimer
    2. Panique20/5/15

      C'est drôle; j'aime bien les concerts de piano, mais quand je lis tes récits, Amandine, je songe surtout aux piéces d'Eric Satie xDD

      Supprimer
    3. Je ne sais pas comment tu as pu le deviner, mais Erik Satie est effectivement très proche de moi !!! :-D

      Supprimer
    4. Panique20/5/15

      Non, j'ai ríen deviné, mais je pense que mon esprit est aussi proche du tien, puisqu'on s'accorde sur ce détail xD

      Supprimer
    5. WHY NOT21/5/15

      Petite anecdote à propos de Satie.
      A un journaliste, un de ces censeurs imbus qui avait jugé bon de l'éreinter, Satie, le rencontrant au Chat Noir, répondit ces simples mots : "Monsieur vous êtes un cul. Mais un cul sans musique"

      Le censeur, outré - n'avait-il pas l'Opinion derrière lui ? - porta l'affaire devant la justice.
      Satie fut condamné à trois jours de prison !
      Qu'il fit !

      Supprimer
    6. Trois jours de prison pour cela, c'est affreux ! Maudit censeur...



      Supprimer
  9. Bertrand19/5/15

    Récit très touchant et très juste où la fessée est présente et absente à la fois.
    Cet ami connaissait - il votre gout pour la fessée avant cet après - midi où vous lui montriez l'endroit "par-dessus votre jupe". J'aime votre réflexion :"Si je lui avais monté la marque, où cela nous aurait-il conduit ?" Je dois dire que même montré de votre façon, quand une amie vous dit qu'elle vient d'être fessée c'est extrêmement troublant.
    L'amitié est une chose très précieuse. Ces derniers mois j'ai consolé une amie au fond du trou à cause d'un individu fort peu recommandable mais je ne crois pas qu'il la fessait, en tout cas elle ne m'en a rien dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bertrand ! Cet ami connaissait mon goût pour la fessée, en effet, il lit le blog depuis très longtemps... Et sinon, jamais je n'aurais osé lui dire que j'avais mal aux fesses... et jamais, je pense mais qui sait (?), il n'aurait osé me basculer sur ses genoux... :-D
      L'amitié est la chose la plus précieuse qui soit. Elle ne se brise pas en milles morceaux sans qu'on y prenne garde, elle ne cherche pas à profiter de nous, elle ne nous fait que du bien, sans arrière pensée. Une véritable bulle d'oxygène dans cette société où les rapports humains sont de plus en plus compliqués ! :-)

      Supprimer
  10. bonjour amandine
    je sais que je ne laisse pas souvent de trace sur votre blog mais je suis très contente de votre retour j'ai adorer ce post tout comme le reste du blog.

    Lilou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lilou,
      Merci de ces mots qui me font chaud au cœur ! Votre nouveau blog est très beau lui aussi... :-)
      (et j'encourage vivement tout le monde à aller le lire... pour ceux qui ne le connaîtrait pas, le lien est dans la rubrique "blogs français" à droite de cette page!)

      Supprimer
    2. merci amandine pour cette jolie réponse qui me touche sincèrement étant donner que je vous suis depuis bien longtemps avant même d'avoir l’idée de crée mon blog a vrais dire je crois que c'est le tout premier blog que j'ai lus

      lilou

      Supprimer
    3. Je suis très touchée d'apprendre cela, Lilou... un gros bisou à toi... :10:

      PS : on peut se tutoyer si tu le veux bien? :-)

      Supprimer
  11. Bonsoir AMandine.
    Très heureux de vous retrouver ici.
    Pour le plaisir de vous lire, bien sûr.
    Mais aussi - surtout - parce que nous avions bien compris que votre absence signifiait que vous n'alliez pas bien.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alain,
      Je suis très heureuse de vous lire à nouveau moi aussi ! J'espère que vous allez bien ?
      Je vous fais un gros bisou :10:

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.