dimanche 24 mai 2015

Ne me fais pas mal...


On peut aimer la fessée sans être masochiste. Je pense même que la majorité des filles qui aiment la fessée, et juste la fessée, ne le sont pas du tout.

Si les masochistes aiment la fessée, elles poursuivent, me semble-t-il, leur recherche de douleur et d'adrénaline bien au-delà de cette pratique, dans les chemins escarpés du BDSM.

Mais pour les filles qui s'en tiennent à la fessée, la recherche de la douleur n'est pas la priorité. Elle n'est jamais un but, aussi petit soit-il. 

Mais, allez-vous penser, une fessée doit faire mal, au moins un peu, sinon ce ne serait pas une punition !!!

Oui et non. Lorsque les claques s'abattent sur nos fesses, ça peut faire mal, c'est vrai. Lorsque je reçois ce que l'on s'amuse à nommer une "bonne" fessée, j'ai mal, parfois même mon souffle en est coupé... et je me demande même à chaque fois ce que j'ai bien pu faire pour me retrouver encore une fois dans cette position là !
Mais - et c'est bien là toute la magie de la fessée - dès que les claques cessent, la douleur s'évanouit aussitôt pour laisser place à une profonde chaleur qui se propage de nos fesses et notre clitoris. C'est une sensation absolument délicieuse. Comment ne pas en devenir accro?

Seulement voilà, il arrive parfois que ce magnifique voyage tourne au fiasco le plus complet ! Lorsqu'au lieu d'atterrir sur nos fesses, les coups viennent cingler notre sexe, la douleur est fulgurante et ne s'évanouit pas en une seconde. Oubliée divine excitation qui nous promettait ébats brûlants, le seul sentiment que l'on ressent alors est résumé dans le "Putain, qu'il en finisse vite!" qui nous vient immédiatement à l'esprit. Mais même si la fessée cesse rapidement, ce n'est pas la peine d'espérer voir notre clitoris se gonfler de plaisir sous la divine chaleur que lui transmettra nos fesses meurtries, tout est fichu... Quand on a mal au sexe, aucune excitation n'est possible (pour une non-masochiste, j'entends bien) !

Alors messieurs, par pitié, faites preuve d'un peu de bon sens... et de beaucoup d'attention... lorsque vous nous fouettez dans des positions où nous sommes très exposées : à genoux, en diaper, courbées jambes écartées, etc... Imaginez une minute que l'on vous cingle les couilles, pensez-vous que vous jugeriez la douleur acceptable? Alors ayez un tout petit peu de retenue...

Si vous n'êtes pas convaincus, je vous laisse regarder cette petite vidéo que je trouve intéressante à plus d'un titre. 
Par la (très jolie) position de la jeune femme qui s'agrippe aux jambes de son partenaire...
Par l'instrument utilisé, un collier de chien si je ne me trompe (?). Je n'avais jamais pensé que l'on pouvait détourner cet objet mais cela à l'air tout à fait redoutable.
Mais surtout par la réaction de la jeune fille lorsque le collier cingle son entrejambe. Elle hurle et finit en sanglots. Franchement, je trouve ça nul que son partenaire ait persisté à la fesser ainsi, en lui ordonnant même d'écarter encore un peu plus les jambes... Mais je ne suis pas masochiste... et je déteste les sadiques...


21 commentaires:

  1. Misty25/5/15

    Petite insomnie... du coup je me balade un peu chez toi :-) c'est chouette que tu republies régulièrement, vraiment.
    Je ne sais pas, pour ma part, si je suis réellement masochiste, je n'aime pas la douleur pour la douleur, gratuitement, mais j'aime qu'elle soit présente lors d'une punition... j'aime beaucoup, même si ça ne doit pas être insoutenable non plus, et laisser d'horribles traces sur ma peau (qq petits bleus, des zébrures assez légères, voire une petite douleur persistante les jours qui suivent, ça j'aime, mais pas les traces violettes où le sang affleure... brrr). En revanche, le coup qui s'égare volontairement où non sur les lèvres intimes, ça fait mal, mais ça me plait !! Ca fait partie du jeu, et j'aime le fait de ne pas décider où les claques/coups doivent tomber... De même que les coups sur les pieds, les mollets, les cuisses, le dos m'excitent aussi... mais toujours dans le contexte d'une punition. Les gifles aussi, me troublent énormément... bref... en revanche, la vidéo me laisse définitivement froide... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques petites marques ne me dérangent absolument pas, bien au contraire. J'aime garder ces petites traces éphémères qui me rappellent l'autre et ce que nous avons vécu ensemble.
      Mais je déteste la douleur pour la douleur. Les coups sur les fesses (s'ils ne sont pas hyper violents non plus) apportent plus de plaisir (après et qui dure longtemps...) que de douleur (ressentie sur l'instant, mais qui disparaît aussitôt). Les coups sur le sexe sont extrêmement douloureux et n'apportent aucun plaisir, bien au contraire d'ailleurs puisqu'ils rendent les rapports sexuels douloureux pendant parfois plusieurs jours. Je trouve cela vraiment sans intérêt, pour moi c'est juste une preuve d’immaturité (ou d'inconscience?) de la part de celui qui s'y livre volontairement (souvent, les coups arrivent là sans qu'on l'ai fait exprès). Mais, soyons clair, je ne joue pas du tout dans la catégorie SM.
      Les claques sur les autres parties du corps ne me parlent pas, elles ne me troublent pas, je n'en ressens absolument rien. Les claques dans la figure sont, elles, un interdit absolu pour moi.
      Mais heureusement, chacun a parfaitement le droit d'avoir ses propres goûts, l'essentiel étant de trouver le partenaire qui nous corresponde exactement dans son fantasme et avec qui personne n'impose le sien à l'autre. :-)

      Supprimer
  2. Vincent flaneur25/5/15

    Même un fesseur sévère comme moi, pour qui une fessée doit faire mal - sinon ce n'est pas une vraie fessée - le sait : c'est votre croupe, Mesdames, qui doit être endolorie, non votre sexe, à qui on réserve d'autres attentions, tout aussi ardentes mais beaucoup plus tendres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela va sans dire, mais il est quand même très rassurant de vous lire ! :-D

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup l'analogie avec nos chers testicules.... ;-)
    Etant entendu que la douleur doit exclusivement rester à destination de votre fessier !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fut un temps où il m'arrivait de donner la fessée à mon partenaire switch avec un martinet. Quand ces fichues lanières atterrissaient (accidentellement!) entre ses jambes, ses réactions étaient, me semble-t-il, très proches des miennes dans la même situation... :-D

      La fessée pour tous, oui, mais que sur les fesses !!! :-)))

      Supprimer
  4. Panique28/5/15

    Je suis contre les experiments autour du seuil de la douleur. Cuisant et douloureux, ça fait deux; la fessée devient un plaisir parce qu'elle est cuisante et que ça entraine des sensations á plusieurs níveaux.
    Les fesses Sony évidenment le terrain privilégié, mais j'aime explorer d'autres parties.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelles autres parties aimes-tu explorer ?
      Ok, ça ne me regarde pas, mais la curiosité est un vilain défaut presque toujours puni... :-)

      Supprimer
    2. Panique29/5/15

      Dans la tradition des proverbes espagnols, la curiosité n'est pas traitée de "vilain défaut", par contre elle est considerée comme un danger: "la curiosidad mató al gato" xDD

      Supprimer
    3. La curiosité a tué le chat ? Oups, je préfère encore le vilain défaut qu'il faut corriger !!! :-D

      Supprimer
    4. Bertrand2/6/15

      Le proverbe existe aussi en anglais : Curiosity killed the cat. C'était aussi le nom d'un groupe des années 80

      Supprimer
  5. Il faut revenir à définition et à l'étymologie : la fessée est une série de coups appliqués sur les fesses. Si les coups atterrissent ailleurs, ce n'est plus une fessée, mais une cuissée, une mollettée, une sexée? Apparemment, d'après mon correcteur orthographique, ces mots n'existent pas... et n'ont donc aucun pouvoir évocateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Professeur de mettre toute votre étymologie au service de la noble cause que je défends si âprement dans ce post ! :-D

      Supprimer
  6. WHY NOT29/5/15

    Vidéo insoutenable pour moi.
    Ce maimaître à bésicles a quelque chose d'abject.

    Mais je retiens votre conclusion : "chacun a le droit d'avoir ses propres goûts. l'essentiel étant de trouver le partenaire qui vous corresponde dans son fantasme.
    Et avec qui personne n'impose le sien à l'autre".
    Il faudrait dorer à la feuille ces paroles.
    Un grand merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est fondamental, crucial, de ne pas se tromper de partenaire. Mais comment être sûr de connaître l'autre quand tous les propos échangés sont voilés par le désir si prégnant de réaliser son propre fantasme? J'avoue ne pas encore avoir trouvé la solution... :-)

      Supprimer
    2. WHY NOT29/5/15

      Ma chère Amandine, la comédie des rapports est le centre du théâtre et du roman depuis trois ou quatre mille ans, et il est à penser qu'elle occupait la scène depuis quelques autres milliers d'années...
      Quant à la "solution", j'ai peur d'être docte, ou de n'avoir que mon bout de lorgnette, mais, pour moi, celui dont l'obsession est d'emblée décelable parce qu'il est incapable d'aborder - et même ne serait-ce qu'effleurer - un autre sujet est à fuir comme la peste.
      Le maimaître aux bésicles, sur la vidéo, m'a tout l'air d'être de cet acabit !

      Supprimer
  7. Bertrand31/5/15

    Les pleurs de cette jeune femme sont bouleversantes. Quelle brute ce type! Non moi quand je fessais cela pouvais déborder plus bas (cuisses) ou plus haut (dos) mais jamais sur le sexe, j'aurais eu bien trop peur de l'abîmer. Il m'est arrivé de flageller (doucement) les seins avec les lanières du martinet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est rassurant de vous lire, Bertrand, et de se rendre compte que l'on peut aimer donner la fessée sans tomber dans les travers sadiques que l'on voit trop souvent dans les vidéos et qui font fuir, j'en suis certaine, nombre de gens qui ont ce fantasme en eux mais ne se reconnaissent pas dans ce monde de pleurs et de douleur. :-)

      Supprimer
    2. Bertrand2/6/15

      Pour moi le fesseur n'est pas un sadique. La fessée n'est pas un acte violent même si cela peut sembler paradoxale. Le fesseur peut être autoritaire, s'afficher comme un maître que ce soit une pure mise en scène fantasmatique ou une relation de discipline vécue sérieusement et de façon continue. Mais il cherche avant tout le bien de sa (son) partenaire et non à la (le) faire souffrir.

      Supprimer
  8. Pecan nutjob2/6/15

    J'aime beaucoup votre photo de la jeune femme culotte baissée, jupe relevée et "abricot" bien apparent. ;-)

    Quand nous étions encore inexpérimentés, nous avons parfois donné des coups mal visés. Comme Amandine le fait remarquer, le martinet est particulièrement risqué, de ce point de vue: une lanière peut s'égarer entre les cuisses et frapper le périnée, les bourses, le sexe... Donc le martinet, c'est cuisses fermées et bourses etc. en avant des cuisses.

    Nous dosons la douleur. Nos fessées vont de la série de petites claques totalement "jouées" (vraiment pas fort et juste pour le geste de fessée) à la "vraie fessée" qui fait certes un peu mal aux fesses. Nous évitons tout ce qui produit des douleurs, traces, bleus persistants; après une "bonne fessée" l'idéal est un cul rouge assez uniformément.

    Même s'il m'arrive, ainsi qu'à mon épouse, d'avoir mal sur le moment lorsque le martinet cingle ou la brosse claque, cela, comme vous dites, cesse à la fin de la fessée et est remplacé par une chaleur dans le ventre. La sensation du postérieur échaudé devient alors curieusement excitante. (D'où d'ailleurs la position avec le puni ou la punie en dessous, histoire que chaque mouvement du coït lui agite les fesses sur le lit et lui rappelle la fessée...)

    En ce qui concerne les coups sur le sexe, nous ne pratiquons que des petite tapes "jouet" du plat de la main sur la vulve. Ce n'est vraiment pas douloureux et c'est accompagnée de moqueries gentilles sur la vilaine fille.

    RépondreSupprimer
  9. La vidéo fonctionne à nouveau...

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.