mercredi 17 juin 2015

Chamboulement


Le temps des grands bouleversements est revenu. Une nouvelle orientation professionnelle, un nouveau lieu, un nouveau mode de vie... et un déménagement à préparer ! Je n'ai plus guère de temps pour la fessée, ni pour la pratiquer, ni même, et à mon grand regret, pour y penser.

Mais mes amis sont toujours présents, si importants pour moi. Ils me grondent parfois. Pourquoi tu laisses tomber le blog? 

Je ne le laisse pas tomber, mais je manque de temps pour écrire.  Et d'envie, un peu aussi, c'est vrai. La fessée c'est comme le sexe, moins on la pratique, moins on en ressent le besoin.

Une sévère correction, je mériterais? Je sais... :-)

J'ai envie d'écrire un nouveau blog. Pas sur la fessée. Pas uniquement sur la fessée. Il y aura peut-être une peu de fessée. Il y aura sûrement de la fessée, mais pas que de cela. J'ai envie de vie et de bonheur... et de fessée, peut-être un peu.

Mais nous n'en sommes pas encore là !

Lors d'une de mes dernières discussions, il m'est revenu en mémoire un souvenir que je ne crois pas avoir partagé ici.

Quelqu'un me demandait pourquoi la fessée était si importante à mon bonheur. En dehors d'un plaisir sexuel, s'entend. Alors, revenons quelques années en arrière...

Ce jour-là, nous venions d'atterrir sur une île paradisiaque. Nous avions traversé la moitié du globe, douze heures de vol dans des conditions épouvantables.
Nous arrivions dans un hôtel de grand luxe, une chambre somptueuse s'ouvrant sur une magnifique plage de sable fin.
Il était tard mais nous disposions d'encore d'une heure ou deux avant le coucher du soleil. Après toutes ces heures passées assise dans l'avion, j'avais une envie folle d'aller sur la plage, d'explorer ce petit coin de paradis, de sentir la caresse des alizés, de marcher dans le sable et de profiter des derniers rayons du soleil. Mais mon compagnon préféra allumer la télévision pour regarder l'étape du jour du Tour de France. Cela m'a surprise autant qu'énervée. Il l'avait même fait alors que j'étais en train de lui raconter je ne sais plus quoi. Vous rendez-vous compte !

A ce moment-là, j'avais dû penser  "Mais qu'est-ce que c'est que ce plouc? ", et peut-être même le lui avais-je dit...

Je ne me souviens plus très bien de ce que j'avais dit exactement, mais il avait dû comprendre le message parce qu'il m'avait aussitôt prise par le bras, relevé la jupe et baissé la culotte, et administré quelques claques bien senties avant de me mettre au coin devant la baie vitrée et de retourner visionner sa maudite émission.
Je me tortillais dans tous les sens pour m'enrouler dans les double-rideaux et que personne ne puisse me voir de l'extérieur.
Cela avait dû l'amuser, parce qu'il était vite venu me retrouver et reprendre cette fessée, d'une manière la plus délicieuse qui soit.
Ce fût un très bon moment, certainement l'un de mes plus beaux souvenir de ces vacances.

Le lendemain, nous avons passé la journée à explorer l'île et de retour à l'hôtel, en fin d'après-midi, il décida à nouveau d'allumer  la télévision pour suivre la grande boucle.

- Ah, non, tu ne vas pas remettre ça ! m'étais-je exclamé en riant.

- Tu veux une fessée? avait-il répondu, du tac au tac.

J'avais peut-être rajouté un petit "tu m'énerves", histoire d'avoir le dernier mot, mais je m'étais assise à côté de lui et avais posé la tête sur son épaule. En vérité, je ne ressentais absolument plus aucun énervement à le voir regarder cette émission. Nous partagions-là un petit moment de repos, de calme et de câlins.

Voilà pour moi l'un des nombreux bienfaits de la fessée : permettre de relativiser les choses et transformer une source de tension en petits moments de complicité et de bonheur.



46 commentaires:

  1. Vincentflaneur17/6/15

    Même quand vous dites ne plus avoir envie de parler de fessée, vous nous racontez avec votre sensibilité coutumière une bien jolie histoire de fessée, toute simple mais authentique. Un nouveau blog ? Vous nous mettez l'eau à la bouche....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un nouveau blog pour parler de tout ce que je suis, en plus d'une paire de fesses... :10:

      Supprimer
  2. WHY NOT18/6/15

    Tout passe ici bas, mais on espérera de vous relire au plus vite.
    Votre lucidité face à ce jeu manquera.
    Avec le recul qui sourd à chacun de vos mots.
    Qu'ils reviennent au galop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos mots me touchent beaucoup, merci... :-)
      Je ne compte pas abandonner ces errances, elles occupent une place trop spéciale pour moi. Mais je n'aurai probablement pas le temps d'écrire beaucoup cet été, étant tout le temps en transit. Mais dès septembre les choses devraient se stabiliser et j'espère que mon inspiration sera au rendez-vous... et peut-être de nouveaux rêves aussi. :-)

      Supprimer
    2. WHY NOT18/6/15

      Merci

      Supprimer
  3. Peter Pan18/6/15

    Bonjour Amandine,

    J'espère que vous allez bien... Une nouvelle vie vous attend donc avec ses surprises en tous genre même quant on planifie tout à l'avance. Mais c'est aussi le sel de la vie. Prenez du temps pour vous même et votre famille. Très important !!!
    Votre coucher de soleil animé avec cette silhouette féminine m'a fait penser à la célèbre statue en métal posée à l'entrée du port de Copenhague et baptisée :
    "la petite sirène" en hommage au conte d'Andersen. Une ambiance tourmentée, des éléments déchaînés: une ambiance très romantique 19è. ! En tout cas, elle est courageuse la demoiselle...
    Tiens, ça me rappelle les tempêtes hivernales de ma région natale : la Loire-Atlantique. Quant les navires de plaisance atterrissaient en travers de la route longeant le front de mer !! Le vent d'Autan du sud, à côté de ça, c'est une petite brise
    matinale. Rires.
    Merci pour cette petite carte postale des îles. On s'y croirait. Vraiment.
    Sans me mêler de votre vie privée, je pense que votre ami a joué les "machos" (?) juste pour provoquer votre désir de fessée qu'il avait peut-être deviné par un mot, une attitude. Un peu comme le non-dit qu'Isabelle évoque dans le besoin de fessée dans un couple. Je me trompe peut-être. Dans ce cas mon hypothèse est nulle et non avenue. Of course !
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Peter Pan,
      Vous avez tout à fait raison, le vent en bord de mer est terrible et m'a d'ailleurs conduit à un petit accident il y a quelques jours (sans gravité, seuls des dégâts matériels à déplorer).
      Pour mes compagnons, ce n'est pas difficile de deviner mes envies de fessée vu qu'elles sont, avouons-le, permanentes !
      J'aime bien quand un homme réagit comme cela avec moi. Cela me fait rire et m'émeut à la fois... Mais il faut que ses yeux pétillent, à lui aussi ! :-)

      Supprimer
  4. Bonjour Amandine, j'ai lu ton blog depuis ses débuts et j'ai toujours eu un faible pour la qualité de tes écrits et la lucidité de tes analyses. C'est une façon de bloguer qui demande réflexion et surtout du temps. Parfois aussi on peut avoir besoin de recul pour pour faire le point dans sa tête. Et parfois comme cela semble ton cas, ce sont les circonstances de notre vie qui demandent un arrêt plus ou moins long. J'ai dû m'arrêter pendant une année. J'ai fermé mes blogs de l'époque sans le moindre regret et quand j'avais à nouveau le temps je suis revenue avec un nouveau blog et surtout plein de nouvelles inspirations. Alors prend bien soin de toi et reviens nous en pleine forme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment Isabelle. Tu as toujours été là pour me soutenir dans l'écriture de ce blog, depuis le tout début. On ne se connait pas dans la "vraie vie" mais tu es une amie précieuse, pour moi comme pour toutes celles qui se sont lancées dans cette drôle d'aventure qu'est l'écriture d'un blog à thématique fessée. Je vais devoir faire une petite pause (d'au moins deux mois !). Peut-être trouverai-je quelques moments pour publier un petit quelque chose, mais ce n'est pas certain. Je reviendrai, ça c'est sûr, ici et/ou peut-être ailleurs... En attendant, je te fais un gros bisou et te souhaite de très bonnes vacances d'été. :10:

      Supprimer
  5. Desdémone20/6/15

    C'est une excellent idée ! Je vous suivrai avec beaucoup d'intérêt.

    N'avais-je pas raison ? Un peu de cuisine, quelques ouvrages de dames et tout rentrera dans l'ordre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serai vraiment très heureuse et émue de vous compter parmi les lectrices de ce nouveau blog si je parviens à le créer. :-)

      Mais il y a fort peu chance qu'il parle de cuisine ou d'ouvrages de dames, je ne suis pas trop douée dans ces domaines là. :-D

      Mais il y a peu de chance qu'il ne parle de cuisine ou d'ouvrages pour dames, je ne suis pas très douée dans ces arts-là. :-D
      Je le vois plus comme une plongée dans les tréfonds d'une ville sinistrée où l'alcool fait des ravages, où le vent est froid et le temps humide, où les goélands gâchent vraiment la vie des habitants... ou bien comme la découverte d'une région verdoyante et pleine de charme, où la plage et les falaises qui l'entourent offrent l'un des plus beaux paysages qu'il m'ait été donné de voir, où les rues sont piétonnes et pleines de charme, où l'on fait des orgies de coquilles saint jacques et de poissons frétillants, où le samedi il y a tellement de monde que l'on ne peut se garer, où je n'ai rencontré que des gens accueillants et doux, où le bonheur sera, j'en suis certaine! :-)

      Supprimer
  6. Desdémone20/6/15

    Je reviens sur cet amant qui vous délaissait pour regarder la télé.

    Vous avez bien pensé : en effet,il n'était rien qu'un plouc ! Et franchement son attitude est plus que limite. Il n'avait pas à lever la main sur vous.

    Tout porte à croire qu'il a assouvi une violence qu'il avait en lui, au prétexte que cela pouvait vous convenir. Mais il trichait... N'est-ce pas qu'il trichait ? Car il n'a pas été au service de votre plaisir mais bien de son égoïsme.

    Je reviens régulièrement sur ce sujet, pas tant pour vous Amandine, mais à l'intention de jeunes filles qui nous lisent et pourraient être abusées par certaines descriptions d'extases à prendre des coups, que l'on peux lire ici ou là sur les blogs que nous fréquentons (pas chez vous Amandine).

    Personne, je dis bien personne, n'a de légitimité à taper sur quelqu'un d'autre.

    De manière générale personne n'a le droit d'abuser du bon vouloir de sa partenaire. Mesdames testez votre amant : s'il est à votre écoute il doit pouvoir s'arrêter en plein acte sexuel dès le moment où vous le demandez, quelque soit l'acte en question.

    Je lancerai bien un sondage : vous êtes en train faire quelque chose qui lui plait vraiment (missionnaire, fellation, sodomie, fessée... qu'importe). Vous demandez à arrêter sans aucune raison.

    Il s'arrête ? Ou pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, j'ai très mal transcrit cet épisode-là, j'en ai bien peur! Cet ami n'avait rien de violent. Il était au contraire très drôle et les fessées qu'il me donnait étaient presque toujours partagées dans le rire et la joie. Ce fût bien le cas, dans cet épisode-là, en tout cas. :-)

      Quand je parlais de "plouc", c'est que je ne comprenais pas comment on pouvait traverser la moitié du globe, se trouver dans une île magnifique, un hôtel de grand luxe, une chambre tout aussi luxueuse avec jacuzzi et tout le toutim, une femme de vingt ans plus jeune que soi... et vouloir regarder le Tour de France à la télé !!! :-D

      Mais je partage entièrement votre avis sur le fait que le monde des fesseurs/fessées peut être dangereux, notamment pour les jeunes femmes qui découvrent la vie en même temps que leur sexualité. Dans mon expérience (mais je ne prétends pas détenir la vérité absolue, il ne s'agit que de ma propre expérience de vie), la majorité des fesseurs ne voient dans les femmes qui aiment la fessée qu'une simple paire de fesses sur laquelle ils peuvent aisément mettre main et ils se contrefichent de ce qu'elles sont, au fond, ou de ce qu'elles ressentent, pourvues qu'elles satisfassent à leurs fantasmes. Et pour cela, ils sont prêts à leur vendre n'importe quelle salade. Comme "en te soumettant à moi, tu atteindras un tel niveau de plénitude que toute ta puissance créatrice sera révélée (si, si, celle-là, on me l'a vraiment vendu !). Autant dire que, pour moi, ça n'a pas marché du tout... Je me suis soumise... et je me suis retrouvée la tête dans le caniveau ! :-D

      Supprimer
    2. Putain , j'espère BIEN qu'il s'arrête !

      Supprimer
    3. Mes partenaires de fessée se sont toujours arrêté dès que je leur demandais.
      Mais attention, il y a des mecs qui refusent à leur partenaire le droit d'arrêter la fessée sous prétexte qu'elles ne pourraient jamais atteindre le Saint Graal du lâcher prise... pour moi, ces gens-là sont dangereux, à fuir absolument.
      D'une manière générale, ceux qui demandent de leur laisser carte blanche en promettant cette fameuse chimère du "lâcher prise" sont, pour moi, de dangereux charlatans.

      Pour ce qui concerne les autres activités sexuelles, j'avoue ne jamais avoir essayé d'arrêter les choses en pleine action. :-D

      Supprimer
  7. Des descriptions d'extases a prendre des coups ? des coups dans un contexte de quotidien, genreb - tu as trop fait cuire les coquilles st jacques ? ou un contexte de jeux, d'osmose du soir ? Sans blague je veux savoir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas tout saisi... cette question s'adresse à moi ou à Desdémone?

      Supprimer
  8. Desdémone20/6/15

    Je pense que c'est à moi, dixit mon commentaire ci-dessus.

    J'ai bien écrit "prendre des coups" de manière réfléchie. Je m'explique : je connais et partage d'ailleurs l'argumentaire "la fessée érotique est un "jeu" entre "adultes consentants".

    Je mets simplement en garde contre une dérive qui consisterait pour un homme que je qualifie de tricheur, de se servir du désir d'être dominée de sa (ou son après tout) partenaire sexuel afin d'assouvir des penchants violents.

    Je pointe donc, à l'intention de jeunes lectrices qui à ma grande surprise sont légion sur les blogs que nous fréquentons, le danger à confondre jeu sexuel et violence conjugale, et de manière générale à confondre fantasme et réalité du vécu.

    RépondreSupprimer
  9. Desdémone20/6/15

    Pour en revenir à l'amant accro de télé (rire)... Ce qui me choque dans le récit (réel ou fictif, peu m'importe) c'est que le gars se comporte comme un pauv' mec parce que en effet, si c'est pour çà il pouvait rester dans ses charentaises.

    Il se permet de "punir" son amoureuse qui lui fait remarquer à juste titre sa médiocrité. Pour ce faire il utilise son fantasme sexuel à elle, et après, c'est elle, qui se sent coupable et estime avoir mérité cette fessée.

    Dans ce récit précis j'estime lire un cas d'abus de position dominante et de manipulation des sentiments de l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce récit est tout ce qu'il y a de plus réel, dans ces petites choses de la vie qui n'ont absolument rien d'extraordinaires mais qui ne nous marquent pas moins pour autant.
      Je ne pense pas que cet ami ait abusé de sa position dominante dans cet épisode-là. Il voulait juste me faire plaisir, je le crois d'autant plus sincèrement qu'il était switch, et, à mon avis, bien plus soumis que dominant. La plupart du temps, il me donnait la fessée uniquement dans l'espoir que je lui en donne une en retour, en tout cas c'est le sentiment qu'il m'a toujours donné. Donc quand il me donnait une fessée sans que l'on switche, c'était réellement un belle attention. :-)
      Je ne me suis pas sentie "coupable" d'avoir pensé qu'il était "plouc" à regarder le Tour de France alors que nous aurions pu partager/expérimenter/vivre tellement plus dans ce lieu merveilleux. Je pense toujours que cela était, disons, pas vraiment ce que j'attends de "l'homme idéal". Mais la fessée m'a permis de ne pas en prendre ombrage, de relativiser tout cela et de faire contre mauvaise fortune bon cœur. S'il voulait regarder la télé, tant pis, je m'occupais seule. Et même si j'aurais largement préféré que nous passions ce temps ensemble, en complicité, ce n'était pas bien grave, au fond. :-)

      Supprimer
    2. Desdémone20/6/15

      Je comprends la réponse, mais je ne partage pas le point de vue.

      Pour moi la fessée, même appuyée, même sérieuse reste un stimulus érotique. Elle est de l'ordre de l'imaginaire, elle ne sanctionne pas un comportement réel.
      Je n'aime pas ce terme de discipline domestique qui renvoie à une règle de vie. Je ne trouve pas sain qu'un comportement répréhensible (parler de travers à son conjoint par ex) soit sanctionné par une fessée, même "pour de rire" car la faute est réelle. En fait un conjoint n'a pas a punir sa partenaire dans la vraie vie, il doit expliquer ses besoins et partager sa vision du monde mais pas redresser l'autre.

      Ainsi admettre que la fessée aide à être meilleure est à mon avis, un mauvais chemin vers le bonheur et l'équilibre autonome.

      Supprimer
    3. Cela me rappelle la discussion que j'ai eu avec Jacqueline dans le post précédent... :-)

      Je partage entièrement votre conception : aucun être humain, qu'il soit adulte ou enfant, ne mérite jamais un châtiment corporel. Ceux qui prétendent le contraire sont dans la violence malsaine.
      Mais la discipline domestique, ce n'est pas du tout cela. Ce n'est pas un mari qui donne une correction à sa femme à chaque fois qu'il estime qu'elle en mérite une, ni une femme qui souffre du syndrome de la femme battue et qui veut en recevoir une à chaque fois qu'elle se sent mal. Ce type de relation existe et pour moi nécessite une prise en charge sociale, psychologique et éventuellement judiciaire. Il y a beaucoup d'hommes violents relevant de cette psychologie-là qui gravitent dans le milieu de la fessée en espérant pouvoir donner libre cours à leurs pulsions violentes en toute impunité. C'est très dangereux, notamment pour les plus jeunes d'entre nous dont la sexualité n'est pas forcément bien établie et qui ne font pas bien la différence entre ce qui relève du fantasme et ce qui relève de la violence.

      Pour en revenir à la Discipline Domestique, contrairement à vous j'aime bien quand la fessée est donnée pour un motif réel. Mais cela ne veut absolument pas dire que je la mérite, c'est toujours, et restera toujours, un jeu érotique. Mais ce jeu est d'autant plus troublant, intense, qu'il s’appuie sur des choses réelles. Encore une fois, cela n'a aucun rapport avec le fait de mériter ou pas la punition, on sait très bien que personne ne le mérite et si j'avais le moindre sentiment que mon partenaire pense le contraire, je fuirais à toutes jambes.

      La fessée ne nous change pas, ne change pas notre caractère, c'est certain. Ceux qui pensent le contraire seraient vite déçus. Par contre, je pense très sincèrement qu'elle peut être très utile à l'harmonie d'un couple. Elle l'est pour moi, en tout cas. Dans notre relation à l'autre, il y a forcément des tensions qui naissent parfois, même si on s'aime très fort. Quand cela se produit, je ne dis généralement rien mais garde pour moi le problème, qui tourne et prend de l'ampleur dans ma tête, jusqu'à ce que je me mette à pleurer, généralement à un moment complètement incongru. J'aime à ce moment-là que mon partenaire me donne une fessée. Pas parce que je suis une vilaine petite fille qui en mérite une, mais parce que cette tension me gâche la vie et que la fessée me permet non seulement de l'oublier, mais de la transformer en plaisir érotique, en complicité et en tendresse. Après la fessée, on s'aime comme avant... et ça c'est très important. Alors bien sûr, on pourrait discuter du problème et essayer de le résoudre par des mots plutôt que de se livrer à la fessée, mais jamais nous n'atteindrons un tel degré de complicité et de tendresse que celui que nous procure la fessée. Alors pourquoi s'en priver? Encore une fois, il n'y a pas de notion de "qui mérite quoi" là dedans, d'ailleurs ce processus s'applique quelque soit la personne "en tort" dans la dispute (j'aime recevoir la fessée, mais si je suis persuadée que mon partenaire était en tort dans la dispute, cela n'a vraiment aucune importance). La fessée est un moyen ludique et érotique de régler les petites tension du quotidien, ces petites riens qui nous empoisonnent parfois la vie, mais bien sûr cela ne résoudra jamais les gros problèmes ! :-)

      Supprimer
    4. WHY NOT21/6/15

      En ce soir de fête du bruit où le Marais se surpasse dans son imitation de la Rome d'Odoacre, je lis votre débat.
      J'ai envie de dire, simplement : chapeau, Mesdames les artistes !
      Pour avoir quelque peu navigué dans ce petit monde, de par mon métier, et en parcourant le net, le nombre de mâles abrutis que j'ai pu rencontrer est phénoménal !!!
      A faire peur !
      Mâles par ailleurs hypocrites au delà de ce qu'on imagine...
      Sous couvert d'être larges d'esprit, on arrive à l'exact contraire dans des situations qui voient des "soumises" tout accepter de la part de bourrins patentés.
      Oui, ces types sont dangereux.
      Oui, leur langage est infect.
      Je ne connaissais pas l'expression du "lâcher prise". J'imagine à peu près de quoi il s'agit.
      Quelle prétention il faut pour seulement l'envisager !...
      Quelle prétention pour penser que l'on SAIT ce qui est bon pour sa partenaire !...

      Supprimer
    5. Vincent flaneur22/6/15

      Oui, il y a des salopards, et des très jeunes femmes qu'il faut mettre en garde. Mais il y a aussi des adultes consentants, respectueux et responsables, et cette discussion me semble impliquer des personnes de la deuxième catégorie... Je me retrouve assez dans ce que dit Amandine (qui a dit : bouh le fayot ?) sauf sur un point : les pleurs. Je déteste voir une femme pleurer, et face à cette situation, soit je tente de la consoler, soit je lui en veux, mais en aucun cas je n'ai envie de la fesser. Car pour moi, une fessée doit être joyeuse. Et elle peut l'être d'autant plus que l'on trouve de bons prétextes, en toute mauvaise foi de la part du fesseur de préférence. C'est ce que j'aime bien dans le petit récit d'Amandine. L'essentiel est que si elle avait dit "non"

      Supprimer
    6. Vincent flaneur22/6/15

      Je poursuis... Si elle avait dit "non" ou " pouce", je suis convaincu que son compagnon, plouc ou pas plouc, n'aurait pas claqué son popoltin, aussi désirable qu'il puisse être. De même que dans "l'occasion manquée" qu'elle nous a racontée il y a quelque temps, la main de son ami est restée en l'air dès qu'elle a dit qu'elle ne pouvait pas recevoir de fessée ce jour là.

      Supprimer
    7. Oups, j'ai un petit peu honte ! Ce n'est absolument pas mon ami que je voulais traiter de "plouc" dans mon billet (il ne mérite vraiment pas cela !!!) mais juste le fait qu'il se mette à regarder le Tour de France à la télé alors qu'il y aurait eu beaucoup mieux à faire, me semble-t-il, dans ce petit bout de paradis. Mais lui-même n'avait rien de "plouc" et était très gentleman dans les fessées qu'il me donnait. Bien sûr qu'il aurait arrêté tout de suite si je le lui avais demandé, et la fessée que je relate ici était un véritable moment de jeu,de joie et de rires. J'ai très mal retranscrit les choses, j'en suis vraiment désolée.

      Il y a des gens vraiment formidables dans le milieu de la fessée, des gens d'une grande sensibilité, d'un grand humanisme, d'une grande culture... La fessée m'a permis de rencontrer des gens extraordinaires que je n'aurai probablement jamais croisés autrement et cela sincèrement m'émerveille ! :-)

      Mais je n'en demeure pas moins effrayée par certains qui tiennent des propos malsains et dangereux. A 18 ans, aurais-je été en mesure de faire le tri entre les "malades" et les gens biens? Certainement pas ! Quand je vois les très jeunes femmes qui se lancent, pleines de fougue, sur les forums, je ne peux m'empêcher d'être très inquiète pour elles. Le milieu de la fessée peut-être l'occasion de très belles rencontres, mais encore faut-il être en mesure de faire le tri et de décoder les discours. Tous les gens qui aiment la fessée ne sont pas malsains, très très loin de là, mais on y trouve malgré tout son lot d'hommes violents qui ne cherchent là que des femmes à tabasser ou à manipuler pour leur seule satisfaction.

      Supprimer
    8. WHY NOT22/6/15

      L'immense majorité des femmes que j'ai rencontrées dans le milieu de la fessée m'ont enchanté tant par leur très grande sensibilité que leur généreuse curiosité.
      La curiosité n'est-elle pas la première qualité de l'homme sans laquelle l'humanité ne progresserait pas beaucoup ?...
      Des femmes qui auraient pu faire carrière d'artistes...
      D'autres qui l'étaient... et qui le sont...
      Des hommes passionnants également. Plus tourmentés que les femmes, me semble-t-il. Mais ce n'est qu'une impression. Surtout pas un dogme.
      Et cette impression, bien sûr, n'engage que moi.

      Je redécouvre ce monde sur le net.
      Très différent de la vraie vie... mais je n'en ai pas moins, grâce à lui, tissé quelques amitiés remarquables.
      En essayant d'avoir constamment à l'esprit que l'amitié, comme l'amour, est d'être à l'écoute de son partenaire... et surtout pas de lui imposer ce qui est bon pour lui !

      Enfin je puis affirmer que toutes les femmes que j'ai fouettées, c'est à leur demande... et seulement à leur demande !

      Supprimer
    9. Moi aussi j'ai fait le même constat que souvent les hommes de ce milieu semblaient plus tourmentés que les femmes ! :-)
      Peut-être est-ce plus difficile d'assumer une envie de fesser ou d'être fessé quand on est un homme que quand on est une femme. Beaucoup n'aiment pas l'image de violence ou de soumission que cela renvoie d'eux. Je crois que, d'une manière générale, les hommes sont beaucoup plus affectés que les femmes par l'image qu'ils donnent d'eux-même aux yeux de la société. Les femmes sont plus simples et plus sincères dans leur approche de la sexualité. Du moins, il me semble. :-)

      Supprimer
    10. WHY NOT23/6/15

      Oh combien je suis d'accord !!!
      Les femmes vont à l'essentiel dans la vie de tous les jours... et par là même dans beaucoup de domaines...

      Supprimer
  10. florent le pirate23/6/15

    Heureux de voir que notre Amandine est de retour ! La qualité de ses écrits et ses analyses nous manquaient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ces gentils mots, Florent ! :-)
      A défaut de vrai retour, disons en stand-bye jusqu'à la rentrée, mais avec quelques clins d'oeil, par-ci, par-là...

      Supprimer
  11. Bertrand24/6/15

    Amandine je vous souhaite bonne route vers vos nouveaux projets, tout en espérant continuer à vous lire, y compris sur la fessée. D'ailleurs vous avez déjà commencé avec cet touchante histoire du monsieur qui préfère le tour de France à la vision d'un paysage paradisiaque que je découvre avec mon retard habituel.
    pour en revenir au lâcher prise c'est une notion utilisée par beaucoup de gourous, psys fumeux, profs de théâtre ou de chant qui profite de leur aura sur des personnalités naïves ou fragiles. Je ne savais pas que l'expression était utilisé également par des fesseurs-manipulateurs qui ne veulent pas s'arrêter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos mots me touchent, Bertrand... merci ... :10:
      Je ne compte pas abandonner ces errances, elles me sont trop précieuses. Mais je ne sais pas si j'aurais encore beaucoup de petit bois pour alimenter son feu. On verra bien... :-)
      Le "lâcher prise" est souvent utilisé par les dominants pour faire faire à leur soumise ce qu'ils désirent d'elles, et en leur promettant d'atteindre ainsi un tel niveau de bien-être qu'elles en seront transformées. Tout cela peut prêter à sourire mais n'oublions pas que dans un rapport de domination/soumission, la capacité de réflexion et de jugement de la soumise est souvent altérée par le poids que fait peser sur elle les attentes du dominant et qui la place dans un état de culpabilité permanent. Je n'avais jamais fait le lien avec les techniques des gourous, mais je trouve ce parallèle très juste ! :-)

      Supprimer
    2. WHY NOT25/6/15

      Merci, Bertrand, pour cette explication.
      Je n'avais pas beaucoup d'appétit pour les psypsys, les gourous et les maimaîtres.
      Vous me fournissez une raison de plus de les placer sous mes semelles.

      Supprimer
    3. Lolie15/8/15

      Ohla pas d'"amalgalme" (mot à la mode !). Certes il existe sans doute plus de manipulateurs dans le BDSM, terrain privilégié pour ces individus, que dans le monde vanille mais heureusement ils ne le sont pas tous !
      Pourquoi comparer psys, gourous et maîtres de façon méprisante ? Je ne vois que les gourous à jeter à priori. Les autres restent à connaître, il y a du bon et du moins bon dans tous les milieux et toutes les professions.

      Ne voyez dans le lâcher-prise qu'un sentiment de bien-être entre deux adultes qui se respectent. Un moment d'abandon dans l'ici et maintenant, avec juste le sentiment d'être soi-même, en laissant de côté le contrôle et la carapace que nous avons tous dans le reste de notre vie sociale ou quotidienne. Et c'est tout.

      Supprimer
  12. C'est très intéressant ce que tu expliques Amandine. Personnellement je ne me sens pas attirée par la soumission (enfin je n'ai pas d'association voluptueuse à l'évocation de ce mot), mais je serais curieuse de comprendre où se trouve le piège pour certaines dames. Mais bon, je n'ose pas poser des questions parce que je trouve cela indécent et je ne souhaite pas passer pour une curieuse malsaine. En fait, je ne cherche pas à savoir des détails et pratiques de ce qui se passe, mais le piège psychologique. Où de mieux comprendre mieux certaines expressions comme la puissance créatrice que tu évoques ailleurs.

    Quant au lâcher prise, j'ai cru comprendre qu'il s'agit d'une sorte d’inhibition qui s’effondre sous l’effet d'une douleur prolongée et intense qui libère des endorphines. Je crois également qu'elle puisse s'effondre sous l'influence d'un stress intense. De toute façon la réaction à l'effondrement d'une inhibition (peut importe comment cela se fait ; ce phénomène existe également en séance de psychanalyse) est un sentiment de bien-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où se situe le danger de la soumission, en dehors des pratiques ? A vrai dire, il y aurait long à dire sur ce sujet ! Peut-être en ferai-je un post, si j'arrive à me libérer un peu de temps.
      Mais pour résumer, disons qu'il est toujours dangereux, psychologiquement parlant, de laisser tout pouvoir sur soi à un autre. Normalement, le dominant ne devrait se servir de ce pouvoir que dans l'unique intention de conduire sa soumise là où elle veut aller. Cela implique qu'il la connaisse très bien (attention aux rendez-vous fixés à peines quelques mails échangés, cette histoire est forcément très mal engagée !) et qu'il éprouve suffisamment d'empathie envers elle pour résister à la tentation de se servir de ce pouvoir pour sa propre et unique satisfaction...ce qui malheureusement arrive beaucoup trop souvent
      Les dégâts psychologiques qui s'en suivent sont ceux communément observés chez les personnes ayant fait l'objet d'une manipulation : perte de ses repères, de l'estime de soi, etc...

      La puissance créatrice est une chimère, je pense. Le dominant que j'avais rencontré m'avait dit qu'à travers la soumission je pourrais "libérer toute ma puissance créatrice". Je ne comprenais pas cela, ça me semblait plus une incantation magique qu'autre chose, mais c'est un fait que je ne suis pas de nature soumise. En tout cas, ça n'a pas marché.... :-D
      Mais il ne m'a pas dit cela de manière malhonnête, j'en suis persuadée. Sa précédente partenaire était artiste et peut-être qu'elle libérait effectivement tout son génie créatif à travers la soumission. La seule chose que je pourrais réellement lui reprocher là-dedans, c'est son trop plein d'assurance. :-)

      Supprimer
    2. WHY NOT25/6/15

      La libération de la puissance créatrice, c'est un pour cent d'inspiration et quatre-vingt-dix neuf pour cent de transpiration.
      Dixit Bach, Newton et tant d'autres à qui on a attribué la phrase, qui tous en étaient, en sont et en seront d'accord.
      Le reste est charlatanisme.

      Supprimer
    3. Vous avez tout à fait raison ! :-)
      D'une manière plus large, ce n'est pas au dominant de décréter ce que pourra apporter la soumission à sa partenaire. C'est à elle d'apprendre à se connaître et estimer ce qu'elle pourra en retirer. Je crois qu'il faut se méfier de ceux qui prétendent mieux nous connaitre que nous-même, ce ne peut être vrai. Et surtout, ne jamais faire une confiance aveugle à l'autre, même si on la pense rationnellement justifiée. :-)

      Supprimer
  13. Bertrand26/6/15

    Why not : il y a aussi attribué à Nietzsche qui avait le sens de la formule : "Sans le travail le talent n'est qu'une sale manie".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WHY NOT29/6/15

      Merci Bertrand.
      Je pense à la merveilleuse réplique d'Egisthe dans l'Electre de Giraudoux : Je veillerai à ce qu'aucun des Théocathoclès ne se distingue par le talent et le courage. Pour ce qui est de l'audace et du génie, je leur remets sans appréhension ce soin à eux-mêmes.

      Supprimer
  14. Bertrand1/7/15

    Oui c'est assez juste.
    Je n'ai pas lu Giraudoux depuis le siècle dernier. Mais il me semble qu'il est question de fessée dans deux de ses pièces. Electre d'abord où il part d'une mère de 7 enfants qui fesse toujours le même et dans Tessa, je n'ai pas le texte sous la main mais ces passages me troublait déjà. Décidément on n'en sort pas!

    RépondreSupprimer
  15. Lolie15/8/15

    Tous mes voeux pour votre nouvelle vie Amandine !
    Et merci pour votre petite histoire de fessée que j'ai trouvé pour ma part très mignonne. J'y ai vu un joli moment de complicité :-)

    RépondreSupprimer
  16. Anonyme12/11/15

    salut amandine tu laisse ce blog a l'abandon?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, le blog n'est pas à l'abandon, mais disons juste en stand-by. Ces derniers mois ont été très riches, un nouveau travail, un nouveau mode de vie, de nouveaux amis... et beaucoup de bonheur dans tous ces bouleversements. Mais trop peu de temps ! Chaque jour, je me dis que je reprendrai l'écriture dès le lendemain et puis, et puis... me manquerait peut-être une fessée, qui sait ?
      :-D

      Supprimer
  17. Anonyme18/11/15

    reprend le blog stp

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.