jeudi 12 mai 2016

Promesse (3)


Il était presque 19h lorsqu'elle regagna l'appartement, les bras chargés de victuailles. Elle jeta un petit coup d’œil rapide dans toute les pièces et réalisa que ses craintes étaient infondées. Il n'était pas encore rentré. Il ne lui restait plus qu'à ranger le désordre et faire la vaisselle, et tout serait parfait pour l'accueillir dignement ! 

Une heure plus tard, l'appartement avait repris son aspect habituel. Tout était propre et bien rangé. Le magnifique bouquet de fleurs rouges ornait le centre de la table à manger. Il ne lui restait plus qu'à ranger son manteau, qu'en arrivant elle avait négligemment jeté sur le dossier du canapé. Fière d'elle, elle regagna l'entrée, ouvrit le placard, lorsque son sang se glaça. La valise de Paul, rangée là, semblait la narguer. Le cœur battant, elle se précipita dans la salle de bain pour faire le même constat. Ses affaires de toilette avaient rejoint les siennes sur la tablette ! 

Triste et dépitée, elle regagna la chambre et s'assis sur le rebord du lit. Elle savait qu'elle avait mérité une bonne correction, mais ce qui la rendait profondément triste n'était pas là. Elle l'avait déçu, encore une fois elle ne s'était pas montrée à la hauteur de ce qu'il attendait d'elle. Sa punition à venir n'avait guère d'importance. Elle la souhaitait à présent, sans doute encore plus ardemment que lui. 

Paul arriva à l'appartement quelques instants plus tard. Elle l'entendit entrer mais ne bougea pas. Elle ne se sentait pas encore prête à affronter son regard et lorsqu'il pénétra dans la chambre, c'est tête baissée qu'il la trouva. Sans dire un mot, il s'assit à côté d'elle et souleva légèrement son menton pour déposer un baiser sur ses lèvres. Elle lui sourit, enfin.

- Je suis vraiment désolée, tu sais.

- On verra cela plus tard, si tu le veux bien, ce soir j’ai d’autres projets.

- Mais… 

- Dépêche-toi de te préparer, nous sommes attendus. Mets ta petite robe noire.

- Ma robe à fessée ???

- Oui !

Elle n'y comprenait décidément rien. Pourquoi voulait-il qu'elle revête sa robe à fessée s'il ne souhaitait pas la fesser sur le champ ? 

Ne voulant pas le contrarier davantage, elle se dépêcha d’enfiler cette petite robe noire qui mettait si bien en relief la cambrure de son dos et s’empressa de le rejoindre dans le salon. 

- Où doit-on aller ?

- C'est une surprise !

- S’il-te-plait… 

- Tu te souviens de Maxime ?

- Ton copain qui possède un donjon ?

- Un club privé, oui. Tu m'avais fait promettre de t'y emmener un jour…

Elle blêmit. Elle avait dit ça, c'est vrai, mais c'était un jour où elle se sentait l'âme bravache et avait envie de l'impressionner. En vérité, elle n'était pas du tout à l'aise avec cette idée, et même complètement terrifiée. Elle méritait une bonne correction, mais être exhibée publiquement, fouettée ou elle ne savait quoi encore. Non, tout cela était bien au-dessus de ses forces ! 

- Allez viens, lui dit-il en la prenant par la main. 

(à suivre)

11 commentaires:

  1. Vincent flaneur12/5/16

    La robe à fessée... Quelle belle pièce du vestiaire féminin! Mais voilà qu'Amandine nous emmène dans des chemins de traverse auxquels elle ne nous avait pas habitués : un club privé pour une fessée publique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un bon sujet pour un prochain post, les robes à fessée... la miennes du moins ! :-)
      Je ne connais rien du tout aux clubs privés, il faudra savoir me pardonner si je raconte n'importe quoi pour la suite de cette histoire... :-D

      Supprimer
    2. Pardonner ? Oh non ...

      Supprimer
    3. Peter Pan12/5/16

      Amandine,

      Vous me pardonnerez également quant à mon petit récit du moi de mai de l'année dernière. Je l'avais suspendu faute d'idées pour prolonger le récit. Sorry !
      Donc : match nul. Rires.
      Peter...

      Supprimer
    4. Oh non, je me suis encore mise dans de beaux draps ! :1:

      Supprimer
    5. Peter Pan12/5/16

      Bonsoir Professeur,

      Et pourtant dans "pardonner", il y a "donner".
      Comme donner de l'espoir, de la force...
      Une infinité de bonnes choses. Et parfois de moins bonnes.
      Peter...

      Supprimer
    6. Peter Pan12/5/16

      Que nenni ! Ne craignez rien , Dame Amandine !
      Nous croiserons le fer pour vous !!! Vos chevaliers servants s'empresseront de vous tirer de ce mauvais pas ! Morbleu !! Montjoie !
      Sire Peter...

      Supprimer
    7. De nobles chevaliers venant me secourir dans ce sombre donjon, me voici complètement rassurée ! :10:

      Supprimer
  2. Peter Pan12/5/16

    Bonsoir Amandine,

    Houlà la ! Son ami semble lui réserver une soirée de taille ! Elle s'en mord déjà les doigts, j'imagine, de cette vieille promesse oubliée. Mais peut-être veulent-ils resserrer les liens entre eux ?
    Entre la morsure du fouet et la force de leur amour, lequel sera le plus fort... ! Souffrir pour mieux se retrouver ?
    La suite, divine Amandine...
    Peter Pan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, Peter Pan, je crois que la morsure du fouet empoisonnerait à jamais leur amour! Mais Paul la connait bien, gageons que jamais il n'usera de telles pratiques. :-D

      Supprimer
    2. Peter Pan12/5/16

      Bonsoir Amandine,

      Ce serait fâcheux ? Et pourtant, cette invitation dans ce donjon privé...
      A moins que mettre leur amour à l'épreuve renforce leur sentiments. Souffrir pour l'autre. Beaucoup, beaucoup d'abnégation. A suivre...
      Peter Pan

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.