mardi 17 mai 2016

Promesse (4)


Ils se trouvaient devant une petite porte banale que rien ne semblait distinguer des autres, si ce n'est une plaque discrète indiquant le nom du club. Paul frappa et la porte s'ouvrit. Un homme élégant en costume sombre les accueillit. Paul fit les présentations d'usage. Maxime, dont il lui avait parlé quelques mois auparavant, se tenait devant eux. Il paraissait beaucoup plus jeune qu'elle ne s'y attendait, plus avenant aussi. 

Son regard fit le tour de la pièce qui semblait servir à la fois de vestiaire et de bar. Rien ne semblait indiquer que l'on se trouvait dans un club privé. Cet endroit ressemblait plutôt à l'entrée d'un petit théâtre de quartier, mais peut-être avait-elle ce sentiment parce qu'elle en était plus familière. Une fois débarrassés de leur manteau, Maxime leur proposa de leur préparer un cocktail, ce qu'ils acceptèrent avec plaisir. Ils étaient seuls dans cette pièce et tout paraissait étrangement silencieux. Paul lui  glissa à l'oreille que le club était fermé pour deux semaines, le temps d'y faire quelques travaux, mais que Maxime avait bien voulu le leur ouvrir ce soir-là, à eux et à eux seuls... Cette nouvelle la soulagea et la combla de joie. Un club de jeu rien que pour eux! Une douce excitation commençait à l'envahir et, l'alcool aidant, toutes ses appréhensions s'évanouirent rapidement.

- On peut faire un tour ? demanda-t-elle à Maxime.

- D'ordinaire les gens ne s'adressent pas à moi de la sorte, Mademoiselle. Auriez-vous oublié vos bonnes manières en entrant dans ce lieu? répondit ce dernier, soudain beaucoup moins avenant. 

Interloquée, elle regarda Paul mais ce dernier restait impassible. Il semblait même légèrement amusé de la situation.

- Pardon Maxime, chuchota-t-elle, embarrassée.

- Ici, vous devez m'appeler Monsieur, ou Maître, c'est selon…

Ce Maître commençait à profondément l'agacer, mais il n'était pas question qu'elle gâche leur soirée, aussi se reprit-elle.

- Pardon, Monsieur.

- Voilà qui est mieux, lui répondit  un Maxime qui semblait avoir retrouvé le sourire. Vous pouvez visiter les lieux et en profiter autant qu'il vous en plaira. Si vous avez besoin d'instrument, sachez qu'il s'en trouve dans mon bureau, juste derrière vous…
Je serais très heureux qu'ils servent ce soir, ajouta-t-il, espiègle.

Elle prit Paul par la main et se hâta de l’entraîner dans la pièce adjacente. La première pièce dans laquelle ils pénétrèrent ressemblait à un immense salon. A première vue du moins. Des îlots de fauteuils et canapés étaient disposés, ici et là. Tout était noir et pourpre, jusqu'aux lampes! Des coussins gisaient sur les fauteuils, d'autres par terre. L'ensemble semblait très cosy, mais à y regarder de plus près, quelques éléments dénotaient un peu. Des bancs à fessée en bois d’acajou et cuir noir étaient disposés çà et là autour des canapés, un pupitre d’écolier meublait l'un des coins de la pièce, une alcôve accueillait ce qui ressemblait fort à un lit à barreaux.

Dans la seconde pièce, l'ambiance était beaucoup plus froide. Les murs étaient recouverts de parement de pierre grise. Une croix de Saint-André trônait au centre de la pièce, ce qui contribuait à l'atmosphère de cachot qui l'avait saisit en rentrant. Dans un coin se trouvait une sorte de grande cage à fauves. Elle se demanda ce que pouvait bien ressentir les personnes qui s'y étaient trouvées emprisonnées. Certaines étaient-elles prises de panique en contemplant le châtiment qui bientôt deviendrait le leur?  Un mur de cordes était érigé du sol jusqu'au plafond. A quoi pouvait-il bien servir? Elle décida de rebrousser chemin, cette pièce-là ne lui plaisait décidément pas du tout.

C'est à cet instant que Paul décida de reprendre les choses en main. Il n'avait rien dit jusqu'à présent, préférant lui laisser le temps de s'acclimater doucement à l'ambiance du lieu, mais ils n'étaient pas venus ici par hasard. Elle devait être punie et avec l'aide de Maxime, il avait imaginé un scénario un peu différent de ceux dont elle avait l'habitude...

(à suivre)

19 commentaires:

  1. Vincent flâneur17/5/16

    Brr, on s'y croirait... Ca va chauffer ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est sûr, elle va déguster la pauvre... :-)

      Supprimer
  2. Peter Pan17/5/16

    Bonjour Amandine,

    Cette visite s'annonce pleine de surprises pour la demoiselle.
    "Mais dans quelle galère suis-je allée me fourrer ? " semble t-elle se dire à elle-même. Et la tournure des évènements ne semble guère l'enthousiasmer... On en tremblerait presque pour elle. De plaisir ou... d'angoisse ? Seul la suite nous donnera raison ou tort. Suspense ! Suspense !
    Vite, por favor, la suite, divine Amandine !
    Peter Pan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le moment, je crois qu'elle ne se doute encore de rien. Mais elle ne va pas en ressortir indemne, c'est certain ! :-)

      Supprimer
  3. Peter Pan17/5/16

    Bonjour Amandine,

    Ce cœur qui saigne: épreuve douloureuse ? Amour qui souffre ?
    Toute une symbolique. Mais il va se renouveler puisqu'il se déverse dans ce verre. Du moins j'ose l'espérer...
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se remet toujours d'une peine de cœur, n'est-ce pas? Et puis dans cette image, peut-être est-ce son trop plein d'amour qui se déverse dans le verre ? Elle pourra ainsi l'offrir à qui voudra le boire. :-)

      Supprimer
  4. Nous voici au quatrième volet de "promesse"
    Pour l'instant, pas la moindre claque sur les fesses!
    En haleine, le lecteur est ainsi tenu!
    Impatiemment, il attend la fessée cul nu...
    Si j'osais, j'affirmerais que notre Amandine
    Mine de rien serait une fieffée coquine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce magnifique poème, Professeur Max !
      Avec un aussi joli cadeau, ma pauvre héroïne ne pourra plus couper à sa fessée déculottée ! :-D

      Supprimer
    2. Peter Pan18/5/16

      Bonjour Professeur Max,


      En effet : malicieux, ce petit poème !
      Vous m'avez devancé. Rires. Notre chère Amandine semble à présent au pied du mur. Mais nous cheminons pas à pas et la suite nous réserve certainement de bonnes surprises.
      Peter Pan

      Supprimer
  5. Panique18/5/16

    Ben, oui, la fessée s'approche. Et la belle va la sentir passer, sans doute.... Mais alors, ce brave Maxime... Se contentera-t-il d'un role de voyeur, ou bien il va s'en regaler autrement xD
    Voilá ce qui éveille en moi une vraie curiosité..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas encore quel va être le rôle de Maxime dans cette histoire. Je ne pense pas qu'il se contentera d'un rôle de voyeur et après tout, même s'il tient à ce qu'on l’appelle comme il se doit, il est plutôt sympa... mais Paul aura-t-il envie de la prêter et elle, aura-t-elle envie que quelqu'un d'autre mette la main sur ses fesses ? On verra, selon l'inspiration du moment... :-D

      Supprimer
    2. Peter Pan19/5/16

      Bonjour Amandine,


      Et si le maitre de ces lieux s'avérait être en fait un cousin éloigné de Paul ? La pilule passerait-elle mieux ? Entre membres d'une même famille, faut savoir se faire des politesses... Hum, mais pas sûr que ça plaise tant à Mademoiselle...
      Peter Pan

      Supprimer
    3. Non, non, croyez-moi, les liens du sang ne sont d'aucune utilité dans cette affaire... :-D
      Paul joue un peu avec le feu dans cette histoire. Et si elle succombait à Maxime et voulait plus jamais le revoir? Ne serait-ce pas un intéressant rebondissement? :-)

      Supprimer
    4. Mac-Miche19/5/16

      Bonjour Amandine,

      En effet, Paul joue à un jeu dangereux car si Mademoiselle se laissait séduire par Maitre Maxime , il risquerait de perdre sa Dulcinée. A moins que celle-ci ne s'amuse de cette rivalité. A chacun certes de prouver son amour mais la jalousie peut naitre de cette opposition. Le risque d'une jalousie destructrice qui anéantit un amour patiemment bâti avec temps et patience. Dommage, non ?
      Enfin, j'anticipe peut-être un peu...
      Quoiqu'il en soit, il reste un sujet en or pour la littérature vaudevillesque: une femme qui se déchire entre deux hommes. Et la réciproque est également vraie mais à proscrire. Dare-dare...
      Peter Pan

      Supprimer
  6. Panique19/5/16

    Je parie sur Maxime. Après tout, les jeux auront lieu dans son terrain à lui.

    RépondreSupprimer
  7. Peter Pan19/5/16

    Bonsoir Panique,

    Qu'est-ce qu'on parie ? Si je perd, je composerais un poème. D'accord ? Avec l'approbation de notre chère Amadine, Cela va de soi.
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Panique20/5/16

      Salut Peter Pan,
      Vos poèmes sont toujours très appréciés chez la douce Amandine, je crois.
      Mais quant á moi, qu''est-ce que je pourrais bien miser? Je maitrise á peine votre langue... en prose xD
      Plaisir de vous saluer

      Supprimer
    2. Tu parles merveilleusement bien le français, Panique, sans doute beaucoup mieux que beaucoup de français eux-même ! :-D

      Je n'ai pas encore inventé la suite de cette histoire mais je ne voudrais pas qu'elle devienne l'enjeu de quoi que ce soit si ce n'est le plaisir de partager tous ensemble un petit peu de notre fantasme. Je ne sais pas encore qui de Maxime ou de Paul fessera mon héroïne, sans doute les deux puisque je suis très gourmande. Dans les jeux d'Amandine, tout le monde gagne, toujours... :-)

      Supprimer
  8. Peter Pan20/5/16

    Bonsoir Amandine, bonsoir Panique,

    @ Amandine: oh, ne vous inquiétez pas ! Ce ne serait qu'un petit pari... littéraire ! Et tous les frais sont à ma charge ! Rires. Dont le but est bien sûr de nous faire plaisir et de vous faire plaisir avant tout !
    @ Panique: Je tiendrais mon petit pari sans prétention. Pour le plus grand plaisir de notre chère Amandine.
    Bon WE à vous. Peter Pan.

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.