mardi 7 juin 2016

Souvenir d'enfance


Quand j'étais enfant, il y avait un martinet dans le placard.

C'était avant l'aire du dressing.
Dans mon enfance, les petites pièces servaient de débarras.
On y rangeait les produits d'entretien, l'aspirateur, les vieilles chaussures hors d'usage...

Dans le placard de mon enfance, il y avait un martinet.
Je ne sais pas pourquoi. Mon frère et moi ne l'avons jamais reçu.
A chaque fois que j'ouvrais la porte du placard, je le voyais.
Il me fascinait.

A la mort de mon père, je l'ai emporté et l'ai caché sous mon lit.
Je m'en servais parfois sur moi-même.
En éprouvais-je du plaisir? Je ne saurais le dire.

Je n'aime pas le martinet.
Je pourrais le justifier en disant que je n'aime pas les sensations qu'il procure, qu'elles sont trop piquantes, ou bien que dans ma culture, cet instrument est trop lié à la punition des enfants...
Mais ce serait me mentir.

Je n'aime pas le martinet parce qu'il est trop lié à mon père et à sa mort lorsque j'étais enfant.

Que faisait ce martinet dans notre placard ?
Mes parents pratiquaient-ils la fessée au sein de leur couple ?
La passion pour la fessée est-elle inscrite dans nos gênes ?

Il y a quelques années, j'ai demandé à ma mère si mon père était soumis.
Après tout, c'est lui qui nous a élevé, mon frère et moi...
Elle m'a dit que non, bien au contraire.
Cela voulait-il dire que c'est elle qui recevait les lanières, cette femme forte et sûre d'elle qui n'avait aucune tendresse à offrir à ses enfants?

Je n'ai pas investigué plus avant.
Peu importe, au fond.
Le fantasme de la fessée est peut-être génétique, mais on s'en fiche, n'est-ce pas ?

31 commentaires:

  1. WHY NOT7/6/16

    On ne se fiche jamais de ses racines, même si on l'affiche haut et fort.
    Et puis votre teste est si humain !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, Why Not, on ne se fiche jamais de ses racines, on apprend juste à vivre avec :-)

      Supprimer
    2. WHY NOT7/6/16

      Votre "texte" bien évidemment...

      " C'est en vain que le ciel m'a fait descendre d'eux. Si j'écris leur histoire, ils descendront de moi" Vigny

      Supprimer
  2. Peter Pan7/6/16

    Bonjour amandine,

    De tous vos récits, ce texte qui, j'imagine, vous a couté certainement beaucoup d'émotions pour l'écrire, reste de loin le plus poignant.
    Il expliquerait presque votre fascination pour la fessée.
    La forme quelque peu poétique habille le texte à la façon d'un vieux film de famille. De ceux que l'on rapporte de quelques vacances et que l'on re-projette quant les souvenirs viennent toquer à la porte de notre subconscient.
    Ce martinet, qui semble avoir côtoyé votre jeunesse, reste très symbolique par la manière dont vous l'évoquez. Nous avons tous des objets de famille ou bien personnels qui nous ont marqué sans vraiment comprendre le pourquoi des choses. Parfois ils nous ramènent à une personne, un évènement, un lieu , à un parfum, Toutes ces détails qui nourrissent notre personnalité. Et notre personnalité s'affirme avec le temps et nous pousse à explorer ce qui nous entoure.
    Questionner les parents est toujours délicat pour les enfants. Et surtout poser les bonnes questions. Nous connaissons de nos parents la partie "parentale", qui s'attache essentiellement à notre éducation, familiale et scolaire. Mais on ne sait rien de leur passé, hormis ce que leur famille respective nous en dit. Alors, oui, on est en droit de se poser certaines questions. Sans essayer de juger. Ce qui est l'exercice le plus difficile en soi.
    Personnellement, je n'ai aucune compétence en matière d'explications psychanalytiques pour vous conseiller. Je vous parle de ce qu'il m'évoque. Simplement.
    Peter Pan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne saurai jamais si mes parents pratiquaient ou non la fessée. Ma mère est encore vivante mais je n'ai aucune envie de lui poser la question. Je suppose que oui, sinon je ne vois vraiment pas ce que faisait là ce martinet.
      Mon goût pour la fessée m'a-t-il été transmis par les gènes, par mon éducation, par des bruits que j'aurais entendus enfant, je ne saurai jamais, mais cela n'a guère d'importante. J'ai ce fantasme en moi et cela fait bien longtemps que j'ai dû apprendre, par moi-même, à vivre avec... :-)

      Supprimer
    2. Mac-Miche7/6/16

      Bonsoir Amandine,

      Vous avez peut-être raison de ne pas poser cette question. Votre maman connaît surement la vérité et elle pense que c'est inutile que vous sachiez le pourquoi du comment. Une sorte de sous-entendus, un de ces non-dit comme dirait certainement notre Isabelle ? Il vaut parfois mieux ne pas ouvrir la "boite à Pandore".
      Tant que cela ne nuit pas à la vie de tous les jours et à ceux que l'on aime, c'est le principal. Tout ce complique quant ce besoin de savoir vient parasiter nos relations avec notre entourage, familial et amical.
      Si vous arrivez à maitriser la situation de votre propre chef, autant en rester là. C'est de cette manière que j'agirais.
      Pour l'instant, "Carpe Diem" comme dit le poète.
      Mac-Miche.

      Supprimer
    3. Je ne compte pas en savoir plus, cela ne m'apporterait rien et je préfère le mystère, je crois. :-)

      Supprimer
  3. Pecan nutjob7/6/16

    Je me demande, s'il s'agissait d'un martinet destiné aux ébats conjugaux, pourquoi celui-ci était dans un placard connu des enfants et non dans un discret tiroir dans la chambre des parents...

    Peut-être cet ustensile avait-il été acheté en prévision de nécessités impérieuses sur les enfants?

    Une de mes tantes avait ainsi acquis un martinet dont elle ne s'était servi qu'exceptionnellement — il servait surtout à titre de menace, les fessées normales étaient données à la main.

    Vous donnait-on la fessée?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce qui est curieux. Durant mon enfance, je n'ai jamais été fessée ni même menacée de l'être, et je ne pense pas que le mot "martinet" n'ait jamais été prononcé.

      Supprimer
  4. Anonyme8/6/16

    tu pratique la fessée erotique ou erotique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pratique la fessée érotique :-)

      Supprimer
    2. Anonyme10/6/16

      je me suis tromper je voulais dire erotique ou punitive

      Supprimer
    3. Pour moi, la fessée est un jeu érotique, même si on joue à "qui va être punie ?" :-)

      Supprimer
  5. Vincent flâneur8/6/16

    N'aviez vous pas de chien ? Peut-être avait il été acheté pour cette raison sans pour autant servir sur le pauvre animal ensuite. Ou venait-il de l'enfance d'un de vos parents mais sans servir pour autant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avions effectivement un chien mais heureusement le pauvre animal n'a jamais été frappé. Peut-être avez-vous raison, mais cela m'a toujours semblé un peu hypocrite de placer les martinets au rayon animalerie des supermarchés. Je n'ai jamais vu qui que ce soit frapper un chien avec un martinet, même durant mon enfance, et l'idée me semble me semble bien incongrue. Remarquez, il me semble tout aussi répugnant que l'on puisse frapper un enfant avec, hors c'était malheureusement bien de mise autrefois.

      Supprimer
    2. Misty12/6/16

      Chez ma voisine, il y avait, il y a quelques années, un martinet dans le couloir, à ce qu'elle disait, destiné au chien (un gros toutou désobéissant tellement touffu et baraqué qu'un coup de martinet ne devait certes pas traumatiser...pour l'avoir déjà vu faire, je peux même assurer qu'il n'en avait rien à cirer ahah!) mais je me suis toujours demandée s'il ne servait pas sur elle aussi :p

      Supprimer
  6. Mystère... les questions que l'on n'ose pas poser resteront à jamais sans réponse. Mais peut-être qu'inconsciemment, on préfère qu'il en soit ainsi.
    On peut échafauder maintes hypothèses.
    Un spécialiste pourrait peut-être dire de quand date l'objet. Il peut dater de vos grand-parents, ou encore de la génération précédente, comme un vieux souvenir d'enfance que personne n'a voulu jeter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai plus en ma possession l'objet en question. Il a dû se perdre dans nos nombreux déménagements. Dans mes souvenirs, il ne me paraissait pas très ancien, mais qui sait ? :-)

      Supprimer
  7. Je suis sûr que c'est un phénomène héréditaire. Et quoi? Cela ne donne rien de grave, donc on peut vivre avec et être heureuse. La vie est belle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez tout à fait raison, Chat Vert, que la fessée soit héréditaire ou non, c'est un très beau cadeau ! :-)

      Supprimer
  8. Pecan nutjob10/6/16

    On dit que parmi les personnes qui aiment être "dominées" sexuellement, on trouve souvent des personnes dominantes et sûres d'elles dans la vie, notamment professionnelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peter Pan11/6/16

      Bonjour Mr Pecan,

      C'est juste. J'avais lu les mêmes remarques dans un magazine fétichiste il y a une quinzaine d'années.
      Il était question de professionnelles de la domination qui recevaient des clients occupant d'assez hautes responsabilités dans la finance ou l'économie dans leur "donjon" attitré sis à Londres ou dans sa proche banlieue. Le temps d'une séance, ces messieurs ne tenaient plus la baguette mais leur "nounou" de circonstance, qui allait s'amuser à les faire chanter. Ils déléguaient ainsi leurs pouvoir de domination comme s'ils éprouvaient un besoin impérieux d'"auto-flagellation" (le mot est un peu fort)pour se faire pardonner leur "tyrannie" au quotidien.
      Un moyen de libérer leurs pulsions et de relâcher la pression que leur incombait leurs lourdes fonctions au quotidien. Une sorte de "Mea Culpa".
      Peter Pan

      Supprimer
    2. Mon avis sur cette question est un peu différente de la vôtre, Pecan nutjob et Peter Pan, mais je ne prétends en rien détenir la vérité !
      Pour moi, donc, il n'existe pas de classe sociale prédéterminée pour aimer la fessée. Il y a autant de cadres dirigeants que d'ouvriers ou d'artistes qui aiment cela, nous pouvons nous en rendre compte sur les forums dédiés à ce jeu et à libre accès. La naissance de ce fantasme a lieu, de manière très prédominante, pendant l'enfance, voire la toute petite enfance. Il n'y a donc aucun lien à chercher entre fantasme de la fessée et niveau socio-culturel ou charge professionnelle !
      Par contre, ce cliché du cadre dirigeant qui va se faire fouetter chez une domina professionnelle est certainement vrai, tout comme le fait que l'on trouve une grande majorité de cadres supérieurs dans les donjons SM. Mais c'est, pour moi, pour une raison purement économique. Une domina professionnelle n'hésitera pas à demander plusieurs centaines d'euros pour une toute petite heure de ses merveilleux sévices. Qui a les moyens de se payer cela, si ce n'est les cadres dirigeants ? De même , les entrées des clubs SM sont très chères, souvent de l'ordre de 100 euros pour un homme seul. Comment voulez-vous que quelqu'un qui a déjà du mal à joindre les deux bouts puisse raisonnablement se payer cela ? Sans compter qu'il faut souvent respecter un dress-code, cuir-latex, qui représente encore un coût supplémentaire non négligeable ! Mais si ces gens ne peuvent se payer une domina ou l'entrée d'un club SM, ce n'est pas pour autant qu'ils n'existent pas ! :-)

      Supprimer
    3. Vincent flâneur11/6/16

      Le fantasme de la fessée est sans doute répandu dans toutes les classes sociales. Mais il y a sûrement une sélection culturelle chez ceux qui écrivent dans les forums ou les commentaires des blogs. Ce n'est pas si facile que ça de coucher par écrit ses fantasmes et des gens mal à l'aise avec l'écrit ne le font pas.

      Supprimer
    4. C'est tout à fait exact, Vincent !
      Il ne faut pas restreindre le monde de la fessée à celui qui est visible publiquement, que ce soit sur les blogs ou dans les clubs dédiés, où là effectivement il y a une sélection socio-culturelle ou économique. Mais dans les faits, je ne vois vraiment pas pourquoi le fantasme de la fessée ne serait pas répandu de manière homogène dans toutes les classes de notre société :-)

      Supprimer
    5. Peter Pan11/6/16

      Bonsoir Mr Vincent,

      Le fantasme, quel qu'en soit l'objet, représente ce que l'on souhaiterait vivre ou réaliser. En cela, certaines personnes en auront l'opportunité tandis que d'autres attendront leur tour. Et puis les personnes qui n'ont jamais entendu parler ou assister à une fessée doivent se compter sur les doigts. Enfin,j'exagère peut être un peu. Quoique la fessée étant liée principalement a l'éducation juvénile, elle est (malheureusement) encore usitée dans beaucoup de famille. A ce propos, il y a 2 ou 3 ans, mon quotidien local révélait dans une mini-enquête sociale que la précarité croissante d'une catégorie de la population engendrait une tension au sein des familles et une recrudescence de l'usage de la fessée.
      Ce qui rejoint en quelque sorte votre hypothèse.
      Peter Pan.

      Supprimer
    6. Vincent flaneur12/6/16

      Je parlais de la fessée entre adultes, la seule qui m'intéresse.

      Supprimer
    7. Peter Pan12/6/16

      Bonjour Vincent,

      Comme tout autre moyen artistique, l'écriture permet de libérer sa tension psychologique intérieure. Comme si l'on partageait un fardeau encombrant avec autrui. La page blanche devient un/e confident/e muet/te.
      Elle met une certaine distance avec un bouillonnement de questions parfois très difficiles à poser à soi-même
      Bien sûr, il y a aussi le recours à la médecine et à la thérapie chez un(e)psychiatre. Et je l'avoue : j'ai eu recours à l'une de ces spécialistes (car c'était une dame d'expérience, recommandée par mon médecin généraliste)il y a plus d'une dizaine d'années.
      A cette époque, le fantasme de fessée parasitait mes relations avec la gent féminine. Mais je ne souhaitais pas entrer dans un club privé branché BDSM. J'ai opté pour une voie plus neutre. Son diagnostic ne m'avait pas vraiment aidé. J'ai alors décidé de moi-même de mettre en dessin mes fantasmes. Et depuis je suis resté dans cette voie.
      Une forme de sublimation, m'a t-on dit. Pas facile de réussir sa vie privée... Un parcours du combattant pour certains d'entre nous. A nous de rechercher la meilleure façon pour y parvenir. Même si cela doit devenir la quête de toute une vie.
      Peter Pan.

      Supprimer
    8. Peter Pan, à vous lire, j'ai l'impression que vous pensez que les personnes qui pratiquent la fessée entre adultes sont ceux qui ont subi la fessée pendant leur enfance. Le syndrome des enfants battus, sans doute... Si je peux me permettre, ceci est complètement faux. Si on s'en réfère à l'étude qui avait été menée par LSF dont j'avais parlé ici, l'immense majorité (87% si on en croit cette étude!) de ceux qui ont ce fantasme en eux n'ont jamais ou quasiment jamais été fessés durant leur enfance !

      Supprimer
  9. Panique11/6/16

    Je ne peux pas croire que, á l'époque de tes parents, un couple d'âge mûre abandonne de la sorte, dans un placard entre l'aspirateur et de vieilles chaussures, un objet lié á des pratiques sexuelles. Je pense plutôt que ton imagination d'enfant a attribué á cet objet une valeur qu'il était loin d'avoir; d'autant plus que tu te l'as approprié á un moment très marquant. Et après c'est cette image idealisée que tu as gardé á travers le temps.
    Quelle serait l'explication de la présence de ce martinet oublié au placard? Impossible á savoir, bien sûr, mais je tiens á croire que la raison plutôt innocente. Dans certains pays j'ai vu des trucs pareils au martinet á la vente dans des baraques de fête foraine, avec des prénoms inscrits á leurs manches; sans doute ils sont destinés á offrir en cadeau á des familles, avec la suggestion implicite de corriger quelq'un: epouse, mari ou enfants. Mai á la façon d'une blague en principe innocente, bien entendu.
    Puisque le martinet fait partie du folklore français depuis longtemps, je me demande si cet objet n'est pas lié lui aussi á ce genre de blagues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Panique, si cet objet avait eu un lien avec la sexualité de mes parents, il n'y a aucune raison qu'il se soit retrouvé dans le placard de la maison. Un ami m'a dit qu'à cette époque, lorsqu'on achetait/adoptait un chien, il était fortement recommandé d'acheter un martinet pour l'éduquer. c'est horrible, mais malheureusement il semble bien que c'était comme ça il y a 40 ans. Alors probablement que ce martinet était à destination de notre chien, même si je ne l'ai (heureusement) jamais vu en action! :-)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.