vendredi 22 juillet 2016

Leçon de mathématiques


Nous venions de faire l'amour et reprenions notre souffle, allongés l'un contre l'autre. Sa main glissait sur ma poitrine dont les tétons durciraient sous la caresse. 

- Tu connais les suites géométriques ? 

Y avait-il un lien entre la courbe de mes seins et une quelconque formule mathématique ? 
Perplexe, je me contentais d'acquiescer vaguement. 

- Oui… peut-être.. pourquoi ?

- Tu es une scientifique et tu ne connais pas les suites géométriques ! Je vais te les apprendre.

En une fraction de seconde, il attrapa sa ceinture qui gisait au pied du lit et me retourna. Une vague de frissons m'envahit. J'eu tout juste eu le temps d'attraper l'oreiller sur lequel reposait ma tête quelques instants auparavant et de le positionner sous mes fesses lorsque le premier coup tomba. Je voulais qu'elles soient détendues, c'est important d'avoir les fesses détendues quand on reçoit la ceinture...

- Je commence par la plus facile, d'accord ?

Il n'attendit pas ma réponse pour me donner deux coups, l'un sur chacune de mes fesses. 

- Le premier nombre c'est 2. Le nombre suivant, c'est 4.

Et il distribua consciencieusement deux coups sur ma fesse gauche, puis deux coups sur ma fesse droite.
Je riais. 

- Ensuite, c'est 8.

Quatre coups sur ma fesse gauche, puis quatre sur ma fesse droite…

- Puis 16...

Huit coups sur ma fesse gauche, puis huit sur ma fesse droite…
Il ne frappait pas fort, mais comme les coups tombaient toujours au même endroit, mes fesses  devenaient sensibles.

- Ensuite, c'est 32.

Seize coups pour ma fesse gauche, seize coups pour ma fesse droite… 
Je commençais à protester.

- Mais si, je connais très bien les suites géométriques !
- Alors c'est quoi après ?
- 64 !
- Exactement !

32 coups s'abattirent sur ma fesse gauche, puis 32 coups sur ma fesse droite.
Je ne pouvais retenir quelques gémissements.

- Ensuite c'est 128.
- Ah non ! 

J'interposais mes mains mais la ceinture s'abattit impitoyablement sur mes cuisses jusqu'à ce que je les retire et que les 64 coups promis puissent être délivrés sur chacun de mes globes. 
J’avais les fesses en feu mais ne cessait de rire tant son intransigeance m'amusait, me fascinait. 

- Ensuite c'est 256…

Là, franchement, il m'épatait ! Jamais je n'aurais pensé qu'il oserait aller aussi loin…

Il asséna les 128 premiers coups à ma fesse gauche. Je m'agrippais comme je pouvais au couvre-lit pour ne pas recevoir quelques coups supplémentaires sur les cuisses, mais mes jambes ne pouvaient s'empêcher de battre frénétiquement et ce sont mes pieds qui eurent droit à un petit bonus…

Lorsqu'il attaqua la fesse droite, je tentais de le convaincre que le jeu devenait lassant, qu'il n'était guère amusant de compter ainsi de si grands nombres…

- Tu as raison, c'est toi qui est punie, c'est toi qui compte !

Jusqu'à présent c’était lui qui avait compté les coups, il savait combien j'avais horreur de cela. Mais puisque je faisais la maligne… 

Les coups commençaient à tomber mais je ne comptais pas. Il n'était pas question que je cède!

- Tant que tu ne comptes pas, ça ne compte pas…

La brûlure était difficilement supportable, je ne fût pas longue à céder.

- Un, deux, trois,..

Mais il distribuait les coups de plus en plus vite et il m'est rapidement devenu impossible de compter aussi vite! J’avais beau protester, il ne ralentissait pas le rythme. Combien ai-je reçu de coups jusqu'à ce que j'arrive enfin à prononcer ce maudit 128 ? Impossible à dire, mais beaucoup plus que je n'avais compté ! 

- Ensuite c'est 512.
- Non !!!

Je me précipitais dans ses bras pour l'embrasser et le convaincre de tout arrêter.

- Mais ce sera pour la prochaine fois...

Je l'embrassais à nouveau. Mieux valait assurer cette sage décision...

26 commentaires:

  1. Concerné22/7/16

    Exceptionnellement, j'interviens sur ce texte d'Amandine qui me concerne aussi... En bonne scientifique, Amandine a oublié que ces fessées avaient un nom et que cette suite géométrique n'était pas que mathématique... Je précise
    - 2 coups : ébauche de fessée
    - 4 coups : fessée expresse
    - 8 coups : petite fessée
    - 16 coups : bonne petite fessée
    - 32 coups : bonne fessée
    - 64 coups : grosse fessée
    - 128 coups : fessée magistrale
    - 256 coups : énorme fessée
    - 512 coups : fessée monumentale.
    Quant à la dame sur la fessée, elle est belle, certes, et dans une pose qui me rappelle Amandine, mais je préfère l'original...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concerné22/7/16

      Je voulais dire : "la dame sur la photo"

      Supprimer
    2. Ces mots me font rougirent, du rouge de l'amour qui voile toutes nos rencontres et bien au-delà... du rouge, aussi, de la honte d'avoir oublié les définitions que vous aviez tenté de m'inculquer avec tant d'audace !!! :-D

      Supprimer
    3. Il me semble qu'une petite révision s'impose... :-)

      Supprimer
    4. Concerné22/7/16

      Je crois qu'effectivement vous n'y échapperez pas. Et jusqu'à la monumentale.

      Supprimer
    5. Je suggérais une simple révision... pas une découverte !!! :-D

      Supprimer
  2. Peter Pan22/7/16

    Bonsoir Amandine,

    Un vrai marathon, cette fessée ! Pour les donner . Mais surtout pour les recevoir. Courageuse, la demoiselle.
    Tenez, ça me rappelle un passage de votre récit "Un dîner d'exception" dans lequel les deux amants se retrouvent dans la chambre où monsieur corrige madame avec sa ceinture...
    C'est un peu cette impression que je retrouve en lisant votre récit. Une chance qu'il n'ait pas démultiplier les coups à la manière des cases d'un jeu d'échec..
    Chacun de vos récits ressemble à une scène tirée d'un film ... dont vous êtes à la fois, l'actrice principale, et la réalisatrice.
    Dans le domaine du cinéma, là aussi, la place des femmes est comptée : Diane Kurys (Diabolo Menthe-1977), Nicole Garcia, Agnès Jaoui (Le Goût des autres). Le metteur en scène Pedro Almodovar a fait des femmes le sujet essentiel de ses films.
    Un bel hommage. A mon avis, bien sûr.
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un très bel hommage, j'en suis très touchée... Je n'ai pas le talent de ces actrices mythiques mais ai l'immense bonheur de croiser le chemin de metteurs en scène hors pairs ! :-)

      Supprimer
  3. WHY NOT23/7/16

    Vous n'êtes point sans rappeler les Onze mille verges, chère Amandine. Quelle avalanche ! Il n'y manque que Frère Jean des Entommeurs.
    Je crois vous avoir affirmé combien vous étiez poëtesse. Je ne me trompais pas. Mais vous voilà aujourd'hui brandissant pour la postérité la verge d'Euclide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'ayant pas lu les Onze mille verges, je ne peux répondre de manière pertinente à votre commentaire mais vous remercie pour l'éloge que vous faite de ce petit moment de complicité, de joie, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, de grande tendresse... :-)

      Supprimer
  4. Un poème en prose écrit avec passion ....

    paix et amour
    1ManView

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bel instant de joie, de complicité et de confiance... :-)

      Supprimer
  5. Ah! Les puissances de 2! Excellente didactique des mathématiques! Je vais l'adopter et passer rapidement aux puissances de 3 : 3, 9, 27, 81... Bon , c'est vrai que ça augmente déjà plus vite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En puissance de 3, cela ferait :
      - une ébauche de fessée à 3 coups : un tout petit avant goût...
      - une fessée expresse à 9 coups : rien de plus normal...
      - une petite fessée à 27 coups : soit, mais elle commence quand même à se faire sentir...
      - une bonne petite fessée à 81 coups : elle chauffe bien, votre bonne petite fessée...
      - une bonne fessée à 243 coups : définitivement, vous confondez "bonne" et "grosse", voire "très grosse"...
      - "grosse", "énorme", "magistrale", "monumentale'... oubliez, oubliez, elles n'existent pas !!! :19:

      Supprimer
    2. Peter Pan25/7/16

      Bonsoir Amandine !!

      Toute cette averse de fessées m'épouvante !! Aaaaargh !!
      Et les chiffres m'ennuient !
      Pauvre Amandine ! Ce n'est pas un partenaire associé mais... un maltraiteur de belle amoureuse !!!
      Mais n'ayez crainte, dame Amandine ! Je croiserais le fer pour lui rendre gorge ! Morbleu !!
      "On ne frappe pas une femme ! Pas même avec une rose !" disait ma mère. Grrr !!!!
      Amandine est la plus gentille, la plus attentionnée, la plus douce et comme toutes les Ladies, elle mérite tous les égards !!! Non mais !!!!
      Peter Pan.

      Supprimer
    3. Merci de venir à mon secours, preux chevalier Peter ! D'autant que ce triste sir essaie par tous les moyens de supprimer les premiers niveaux pour me pousser directement à la monumentale ! Hors de question, ni en puissance 3, ni même en puissance 2 ! :94:

      Supprimer
    4. Concerné25/7/16

      Pas triste sir (Monsieur en anglais) mais triste sire (mot médiéval). Je ne ferai pas d'autre commentaire à votre ingratitude qui justifie amplement ma sévérité

      Supprimer
    5. Mon chevalier adoré, ne prenez pas la mouche, vous n'avez rien de triste et, comme vous l'avez vous-même remarqué, mon cul est fait pour la fessée et je n'y peux rien changer... :10:

      Supprimer
  6. Je crois que je serais tout juste capable d'encaisser les 128 coups de la "fessée magistrale"... mais version racine carrée! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, je suis certaine que vous y arriveriez Vivienne, ces coups n'étaient pas douloureux mais ne visaient juste qu'à embraser les chairs... :75:

      Supprimer
    2. En tous cas c'est une leçon qui doit... marquer ! :)

      Supprimer
    3. C'est une leçon qui a marqué mon cœur mais aucunement mes fesses (à son grand désespoir...) :9:

      Supprimer
    4. C'est plus une peau, c'est du cuir tanné à ce niveau ! ;)

      Supprimer
    5. C'est drôle que vous disiez cela car c'est précisément ce qu'il a dit en me caressant les fesses, qui, il est vrai, étaient incroyablement douces... Vive le tannage, donc, bien plus efficace que le gommage ! :-D

      Supprimer
  7. 128 orgasmes ... quel qu'en soit le chemin, semé de fessées ou pas ... voilà une promesse pleine de géométrie céleste : duo exposant septième ciel ...

    Ed

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, Ed, nous étions au septième ciel et c'était réellement délicieux! Mais il semble que mes provocations aient dépassé les bornes et que notre prochaine rencontre soit extra-galactique... Pourvu que ce soit aussi bien, au-delà de la voie lactée! :-)

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.