jeudi 6 octobre 2016

Douceur d'automne


Une douce chaleur avait envahi la Normandie, comme il était rare, même en été. Cette douceur appelait à l'amour, incontestablement, mais j'étais malade, ou plutôt je l'avais été. Il s'était inquiété, peut-être même l'était-il encore un peu, et il voulait juger par lui-même de mon bon rétablissement. Il me taquinait souvent en me parlant de ses méthodes thérapeutiques, un peu particulières mais très efficaces. Je me doutais bien qu'il n'avait en tête aucune de ces obscures potions dont raffolent les adeptes de médecines douces, mais quelque chose de bien plus cuisant...

Nous nous étions retrouvés à la gare. C'était ma toute première sortie depuis des semaines, elle me faisait du bien. Il me trouva plus en forme qu'il ne s'y attendait et en fût agréablement surpris. Nous étions tellement heureux de nous revoir ! 

Comme il faisait très beau, nous décidâmes de regagner la maison par le port puis par la plage. Il aime bien regarder les chalutiers, les bateaux marchands. Je leur préfère les bateaux de loisirs. Travail ou vacances ? Dans notre bulle, la question ne se posait pas. 

Cette promenade, main dans la main, était très agréable mais avait eu raison de mes dernières forces. Arrivés chez moi, j'étais épuisée. Il me prit dans ses bras et me guida jusqu'à la chambre et m'allongea précautionneusement sur le lit. Il m'embrassa et laissa courir ses doigts sur mon dos, sur mes fesses, le long de mes jambes, avant de m'embrasser à nouveau avant de reprendre ses caresses, en instant plus longuement sur mes fesses. Mon corps se cambrait, appelant à plus, mais il ne voulait rien brusquer. Il se contentait de réchauffer mon corps, tout en douceur, distillant de petites claques avec beaucoup de prudence. Nous étions bien loin de nos jeux habituels où il commençait toujours ma fessée par une salve bien sentie à travers laquelle il reprenait possession autant de mon corps que de mon esprit ! 
Ce jour-là, la douceur de ses gestes me déstabilisait un peu. N'avait-il plus envie de moi? Ses baisers chassaient rapidement tous mes doutes. Petit à petit, une douce chaleur se propageait, de mes fesses à mon sexe, laissant jaillir cette douce moiteur qui ne lui laissait aucun doute sur l'efficacité de son traitement. Il était sur la bonne voie! Il accentua un peu la force des claques, leur fréquence, et lorsqu'il jugea qu'il était mûr à point, le fruit fût consommé, tout en douceur…

Nous passâmes la journée sous la couette, malgré le soleil, malgré la beauté du paysage qui nous tendait les bras. Pour la première fois, il me parla de lui, de sa vie, de ses goûts, de ses doutes et de ses aspirations, de ce qu'il ressentait pour moi...

Cette journée marqua un tournant dans notre relation et restera sans doute à jamais dans notre mémoire comme l'une des plus douces.

18 commentaires:

  1. Bon rétablissement, Amandine! En tous cas, vous avez opté pour la meilleure des thérapies. A renouveler régulièrement jusqu'à guérison complète, voire au delà ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Docteur Max ! Le traitement s'est révélé très efficace et, à vrai dire, je suis déjà complètement guérie. Mais chut, il ne faut pas le dire, je tiens trop à mon docteur et son traitement magique ! :-D

      Supprimer
    2. Peter Pan6/10/16

      Bonsoir Amandine,

      Je m'associe à notre bon Professeur/Docteur Max pour vous souhaiter un bon retour et un rétablissement en douceur.
      Nous connaissons tous et toutes des moments de coups de mou. Gageons que tout cela n'est que passager.
      Nous sommes un peu comme les plantes : un peu d'eau et un peu de soleil, un peu d'amour (du jardinier ou autre ,au choix...) et hop, l'on redresse la tête.
      Le mot "potions " dans la photo m'a fait penser spontanément à la potion magique d'Astérix ou à l'élixir de jeunesse qui redonne force et longévité éternelle à qui le buvait jadis. Une belle utopie...
      Mais on peut toujours rêver.
      Peter Pan

      Supprimer
    3. Concerné6/10/16

      Mais je sais adapter les traitements à l'état de ma douce patiente, et passer lorsqu'il le faut à des thérapeutiques plus énergiques. Qui se terminent aussi par de tendres conciliabules...

      Supprimer
    4. @ Peter Pan : Merci Peter Pan ! Comme je l'ai dit à Max, je suis guérie à présent, grâce à de grosses doses d'antibiotiques et de petites potions cuisantes dont seul mon docteur a le secret... :-D

      Supprimer
    5. @ Concerné : les 9 fessées cuisantes que j'ai reçue le week-end dernier en témoignent, vous savez parfaitement vous adapter à l'état de votre patiente pour lui redonner toute l'énergie dont elle avait tant besoin ! :75:

      Supprimer
    6. Peter Pan7/10/16

      Bonjour Amandine,

      Le titre sonne comme une création de mode, du style:
      "Mesdames, ce soir ,nous vous proposons en épilogue de ce défilé, et présenté par notre charmante hôtesse Amandine Ladivine, un ravissant tailleur deux pièces en drap de laine couleur fauve pour les premiers frimas de Novembre, rehaussé d'une taille cintrée et poches à l'italienne avec boutons fantaisie. Revers en suédine, Bel ensemble idéal pour une promenade à deux en forêt... ". Pourquoi pas ? Rions un peu.
      Peter Pan.

      Supprimer
    7. C'est drôle en effet! Moi, le titre me faisait plus penser à une douceur sucrée, un entremet à la vanille et au lait d'amande recouvert de feuilles de chocolat. Mais je suis trop gourmande! :-D

      Supprimer
    8. Concerné7/10/16

      Toujours flatteuse, Amandine... Ce n'est pas neuf fessées que je vous ai données mais seulement sept... Et certaines moins cuisantes que d'autres !

      Supprimer
    9. Seulement sept ??? c'est sans doute que, dans mon esprit, certaines ont compté double (celle de la nuit et celle des grands boulevards... :91: ) !

      Supprimer
  2. Peter Pan7/10/16

    Bonjour Amandine

    Sept ? chiffre amusant ! Comme le nombre des Nains qui accompagnent Blanche-Neige. Tenez, justement : imaginez vous en Blanche-Neige (les princesses font toujours rêver les filles, non ? ) en train de recevoir une fessée de chacun de ces sympathiques amis ? Et pour se réveiller de bonne humeur de votre long sommeil enchanté, une bonne fessée de la main virile de votre Prince Charmant... Sympa,non ?
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement ce week-end, mon prince charmant s'est chargé de me sortir de mon sommeil par une délicieuse mais non moins virile fessée, et c'était à proprement parlé enchantant !
      Mais l'idée de recevoir la fessée par les 7 nains ne me plairait pas du tout. J'aime l'intimité qu'il se dégage d'une fessée et les parties à plusieurs ne m’attirent absolument pas... :-)

      Supprimer
  3. Bertrand7/10/16

    Bonjour Amandine,
    Vous dites être tout à fait rétablie mais on n'est jamais trop prudent et la poursuite du traitement qui vous a si bien réussi doit être continué pendant un certain temps.
    D'ailleurs vous avez du mal a compter puisque vous confondez 9 et 7 selon une source bien renseignée, signe d'un esprit un peu confus encore en convalescence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez tout-à-fait raison, Bertrand, un traitement de fond me parait absolument nécessaire pour enrayer toute récidive naissante! :-D
      Mais n'ayez crainte, le gardien de ma santé est un aficionado des médecines préventives et tente chaque fois de me prouver leur intérêt thérapeutique, avec une puissante vigueur, reflet de sa profonde conviction en la matière. :-)

      Supprimer
  4. Panique7/10/16

    Fameuse thérapie... Dommage qu'elle soit pas connue de nos systèmes publics de Santé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Panique, d'autant plus qu'elle est entièrement gratuite. Pas un sou à reverser dans les caisses de ces maudites entreprises pharmaceutiques !
      Le premier candidat qui l'inscrit à son programme électoral pour réduire le déficit de la sécurité sociale, moi je vote pour lui!
      PS : M. Macron, si vous me lisez... :59:

      Supprimer
  5. Panique8/10/16

    Tu sais, dans mon pays les soins sont gratuits. Meme les remèdes... pour les traitements d'urgence au moins...
    Pour une affaire á long terme, il faudrait voir xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici aussi, les soins sont plus ou moins gratuits même si l'on doit parfois avancer l'argent. Mais pour ce qui est des fessées thérapeutiques, je ne sais pas. Il y a une "Maison de la fessée" qui s'est ouverte à Lille, où les fessées y sont payantes et facturées 50 euros, ce qui est à peu près le prix de la consultation d'un psychologue (qui n'est lui même pas remboursé par la sécurité sociale). Il y a peut-être une logique dans tout cela... :-D

      Supprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.