dimanche 21 mai 2017

Jeux pourpres


Le fantasme qui m'habite m'offre parfois de merveilleux moments. Celui que je vais vous conter ici fait partie des plus fous, des plus marquants et surtout des plus inattendus qu'il m'ait été donné de vivre. 

C'était il y a un mois, avant que ma vie ne prenne l'un de ces énièmes tournants qui m'amènent si souvent à changer bien des choses. Je ne sais pas si la fessée fera partie de ma nouvelle vie, si j'en aurais encore l'envie (elle se fait très discrète en ce moment), mais quand je repense à ce dernier épisode, je ne peux m'empêcher de sourire et d'en ressentir un peu du bonheur qui avait soufflé fort ce jour-là.  

Les personnages de cette histoire ont un prénom et peut-être même un pseudonyme. Comme je ne sais ce qu'il en est, du moins pour chacun d'eux, je me référerai ici à eux par une simple initiale. 

J. était l'initiateur et le chef d'orchestre de ce moment d'exception. C'est un homme vraiment épatant. Gentil, intelligent, sécurisant et bienveillant, il est de ces gens qui inspirent immédiatement la confiance. Nous nous étions connus sur le site des « Lunes Pourpres » où nous avions parfois échangé quelques mails, mais nous n'avions jamais eu l'occasion de nous rencontrer. 

Ce jour-là, il eut l'audace de me proposer quelque chose de totalement nouveau pour moi, quelque chose qui m'aurait sans doute semblé inenvisageable quelques mois auparavant, mais qui, dans l'esprit de renouveau dans lequel je me trouvais alors, ne semblait pas si dissonant : vivre la fessée à plusieurs, mais avec personne que je ne connaisse (mis à part lui, que je ne connaissais qu’à travers quelques écrits). 

Deux choses me laissaient dubitative. Qu'allais-je ressentir à être vue et touchée par de parfaits inconnus ? Et jouer à la fessée hors d'un cadre sentimental allait-il me plaire? N'allais-je pas trouver cela un peu fade et artificiel ? 

En réponse à ma première interrogation, mon aventure chez Cris et Chuchotement m'a rassurée. J’ai trouvé plutôt agréable et amusant d’être vue par de parfaits inconnus, et je crois que cela ne m’aurait pas déplu s’ils avaient voulu participer un peu à l’action, sous réserve que j'en garde contrôle, bien entendu. Je n'avais donc pas à m'inquiéter sur ce point.

Il ne restait donc plus que l'aspect humain et sentimental. Le courant allait-il passer avec mes camarades de jeu ? Allais-je réussir à dissocier la fessée de son aspect sentimental qui m'est d'ordinaire si cher ? Tout déprendrait des gens que je rencontrerai, et sur ce point J. eu à cœur de me rassurer. Il me téléphona à plusieurs reprises, pour m'expliquer un peu de ce qui était prévu mais surtout pour me rassurer sur les personnes qui allaient partager notre aventure. Et dans ces personnes, il y avait précisément C. et S., les deux femmes qui allaient être fessées avec moi et qui entreprirent elles aussi de me rassurer. C'est très rare que je puisse discuter avec des femmes qui partagent le même fantasme que moi, d'habitude ce sont plutôt des hommes qui m'écrivent, et C. et S. ont été d'une immense gentillesse, douceur et bienveillance à mon égard ! Rendez-vous fut donc pris car non seulement je n'avais plus la moindre raison d'hésiter, mais j’étais surtout très impatiente de connaître J., C. et S. dans la vraie vie !

Nous devions nous rencontrer à Montmartre, où C. et son compagnon P. avaient réservé l'appartement qui abriterait nos jeux. Je devais y retrouver J. vers 14h. S. et son compagnon W. devaient également nous y rejoindre afin que nous fassions connaissance avant notre entrée en scène. S. et son compagnon P. avaient des obligations professionnelles et devaient nous rejoindre un peu plus tard. 

Comme à mon habitude, j'arrivais en avance (jamais je ne serai fessée pour être arrivée en retard à un rendez-vous !) et en profitais pour faire un petit tour dans le quartier et m'y remémorer avec nostalgie quelques beaux souvenirs que j'en avais gardé. 
A l’heure dite, je me trouvais devant le théâtre qui jouxtait le lieu de notre rendez-vous, et attendais, de moins en moins sûre de moi. Mon téléphone se mit à vibrer alors que le Monsieur fort élégant qui se trouvait à côté de moi jouait avec son téléphone. Nous nous sommes souris, puis embrassés. C'était J., visiblement tout aussi impressionné que moi. Il portait un costume. Avait-il lu que cela faisait partie de mes fantasmes ? Peut-être pas, puisqu'il ne portait pas de cravate. Mais qui porte encore une cravate de nos jours ???
Le sentiment qui m'habitait à la découverte de J. était assez étrange. En fait, J. est exactement le type de personne que je pourrais côtoyer au travail, nous avons d’ailleurs des activités professionnelles très proches. C’était tout à la fois rassurant et un peu perturbant car je n’arrivais pas à me mettre en mode "jeu". V. avait tendance à prendre le pas sur A., ce qu’il ne fallait surtout pas ! 
Heureusement arrivèrent, quelques minutes plus tard, S. et W. ! 
S. est une femme très belle, très douce, souriante avec ce rien de timidité qui la rend vraiment craquante. Elle a un corps magnifique, absolument parfait, mais cela je le découvrirai plus tard ! 
W., c'est mon petit frère, il parle et rit tout le temps ! Il nous a mis tout de suite tous très à l’aise. Il semblait ravi de cette aventure, même s’il ne savait pas vraiment en quoi cela allait consister. Car, je l’apprenais à cet instant, le grand organisateur de l'événement, c'était P., le compagnon de S. 
D'après ce que racontaient W. et J., il leur avait posé tout un tas de question pour s’assurer de répondre aux attentes de chacun et chacune. une telle organisation m'a un peu fait peur ! J’ai toujours joué en improvisant. Serais-je capable de suivre les directives d'un metteur en scène ?
Je suppliais J. et W. de ne pas jouer trop sérieusement, mais ils me répondaient qu'ils ne savaient pas exactement comment cela allait se passer, que c’était P. qui détenait les règles du jeu et qui les brieferait avant que nous ne soyons autorisées à entrer en scène. Je n’étais pas vraiment inquiète car je savais que J. aurait à cœur de satisfaire mes goûts et mes envies, qu'il avait pris soin de connaitre en détail, et W. nous faisait tellement rire que je ne l’imaginais pas une seconde tenir dans une mise en scène sévère et austère. Mais lorsque nous primes le chemin de l'appartement, ma belle assurance s'évapora aussi vite que mon cœur battait, même si je faisais de mon mieux pour ne rien en laisser paraître.

(à suivre)

24 commentaires:

  1. Peter Pan22/5/17

    Bonjour Amandine,

    Le fantasme devient réalité. C'est du sérieux. Wahou !!!
    J'aime connaître les grandes lignes mais avec toutefois une grande part d'improvisation dans un thème précis.
    Quel suspense... On a presque hâte de pousser la porte de l'appartement et... d'attendre.
    (Gageons que le "hasard ordonné" vous a sourit favorablement.)
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le hasard est toujours heureux, sinon on l'oublie vite ! :-D

      Supprimer
  2. Concerné22/5/17

    Appétissante entrée en matière... Pour lire la suite, j'essaierai de ne pas me perdre dans les J, P, W et autres A... 😉 C'est moins évocateur que des prénoms et pseudos mais cela accentue l'ambiance "rendez vous mystérieux"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'en vénérable et honoré maître des lettres que tu es, les initiales et autres acronymes ne sont pas choses que tu manipules à longueur de journée comme moi! :-D

      Supprimer
  3. Panique22/5/17

    Amandine sait comment nous faire rever avant d'entrer en matière xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors il ne faut pas que j'écrive la suite trop tôt (dit celle qui n'a pas une minute à elle en ce moment!) parce qu'il n'y a jamais rien de plus beau que les rêves... :-D

      Supprimer
  4. Voilà un début prometteur! On entend en fond une musique un peu jazzy et les escaliers de Montmartre apparaissent soudain en plein jour...
    Que va-t-il se passer ? Le suspense est intolérable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça se passait tout près de La Cigale, mais le concert ce jour-là penchait plus vers le hard rock que je jazz, avec un rien d.influence africaine et ses tam-tams psychédéliques ! :-)

      Supprimer
  5. Bertrand23/5/17

    J'avoue qu'après une lecture rapide je me suis un peu perdu avec les J, S, C et W mais je vais le relire plus attentivement, peu importe tout cela est très alléchant, on a hâte de savoir la suite. Ayant toujours fessé en privé je ne connais pas ce genre de situation en tant que fesseur et a fortiori en tant que fessé mais si on a la fibre un peu exhibitionniste l'impersonnalité d'un public est très excitant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais peut-être changer le texte en y incluant des prénoms inventés car j'ai l'impression qu'il n'est pas très lisible ainsi!
      C'est vrai que la fessée implique nécessairement un petit côté exhibitionniste qui peut-être un peu impressionnant au départ mais que l'on oublie très vite lorsqu'on entre dans le coeur de l'action. La fessée en privé et la fessée en public sont deux choses radicalement différentes. Cette différence ressemble un peu à celle qui existe entre un dîner avec son amoureux, romantique et émouvant, et un dîner avec une bande de copains/copines avec qui on parle et on rit pendant des heures. Ce sont deux moments très différents mais que l'on aime tout autant. :-)

      Supprimer
  6. Panique23/5/17

    Je pense qu'une initiale vaut bien un prénom á condition qu'on sache d'abord de qui s'agit-il.... Par exemple ton A et ton V suffissent amplement xDD
    Par contre, les P, S, etc. sont ainsi très pauvrement garnis puisqu'ils restent, á ce point du récit, des personnages á peine esquissés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'avec les initiales, le récit n'est vraiment pas facile à lire. A était-ce Amandine, Agathe, Amélie, Aude ou Adèle ??? Heureusement que Véronique, Vanessa, Virginie et Valentine arrivent à suivre ! 😅

      Supprimer
    2. Bertrand27/5/17

      Bon bon je disais ça comme ça, mais avec un petit effort on s'y retrouve ne vous inquiétez pas! j'ai toujours eu des problèmes d'attention.

      Supprimer
  7. Ventoux25/5/17

    Hummm, encore une fois merci Amandine, vous savez nous concocter des petits plats qui sentent bon dès le début. J'ai hâte de lire la réaction de Marina.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis vraiment ravie que vous aimiez cette entrée mais espère que le plat principal ne vous décevra pas. je m'essaye ici à une cuisine un peu plus épicée que d'ordinaire ☺️

      Supprimer
  8. Mac-Miche25/5/17

    Bonsoir Mr Ventoux,

    Dame Amandine est une maitresse de maison qui sait régaler ses invité/e/s. Elle n'hésite pas à mettre les petits plats dans les grands...
    L'écriture est comparable à l'art culinaire: même avec de délicieux ingrédients , il manque toujours le savoir-faire de l'artiste. Alors.... à table !
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir attendre un peu avant le plat principal, mais vous savez, plus le plat est mijoté, meilleur il est ! 🙂

      Supprimer
    2. Peter Pan3/6/17

      Hello !
      Bonne Fête de Pentecôte à vous divine Amandine !!!
      Bonne fête aussi à tous les amis et amies d'Amandine !!!
      A mardi !
      Peter Pan

      Supprimer
  9. Panique26/5/17

    J'imagine que tu es entrée dans le terrein de jeux un peu mijotée toi aussi xDD

    RépondreSupprimer
  10. Marina28/5/17

    Quels plaisirs que les Bonheurs retrouvés d'Amandine !
    A quand leur publication ?
    La saveur y est toujours aussi intense et assaisonnée,
    moi aussi j'ai hâte d'en savoir plus, le plat principal promet d'être "gratiné",
    tu sais nous ouvrir les papilles..........

    RépondreSupprimer
  11. Panique1/7/17

    Maís où bon sang est passée Amandine
    La fière aux fesses en granit
    Sera-t-elle capable de nous dérober
    La suite de sa montmartrienne aventure...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peter Pan1/7/17

      Bonjour Panique,

      Comme vous je m'interroge... Notre divine Amandine délaisser ces fidèles ami/e/s du Blog !! Diable ! Voilà qui est inquiétant ! Gageons que son absence au pupitre ne soit que passager !
      Sinon...ben : Rendez nous Amandine !
      M'enfin ! Comme dirait Gaston!
      Peter'

      Supprimer
  12. Panique19/7/17

    Salut, Peter Pan.
    Passent les jours et passent les semaines. Ni temps passé ni Amandine reviennent...
    Je passe quelques jours á Colmar, oú je me trouve nez á nez avec une Brasserie-Salon de thé appélée "L'Amandine", juste en face de la Collégiale de Saint Martin.
    Quelle délice ne serait une aventure alsacienne de notre muse... xDD

    RépondreSupprimer
  13. Concerné3/8/17

    L'amandine est comme toutes les friandises : elle se dégustera avec d'autant plus de plaisir qu'elle se sera faite attendre...

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.