mercredi 3 mai 2017

Un ami formidable

Un après-midi à Cris et Chuchotements, vu à contre-champ.


J'y suis allé à reculons. Pour lui faire plaisir. Car à peine arrivés, j'avais une envie furieuse de repartir. Rien n'allait, ni l'endroit, ni le public. Rien ! 

Alors ça m'a rendu de fort mauvaise humeur. Furieux et bougon. Elle ne pouvait que s'en rendre compte. Si je me suis gravement forcé à rester là, c'est pour elle, parce qu'elle en avait VRAIMENT envie. Amplement mérité je dois dire.

Alors on a trouvé un petit coin désert. Une sorte de boudoir anglais, assez sombre tout au fond d'un couloir et à moitié dissimulé. C'est là que je lui ai flanqué la fessée. Moi, dos à la porte. Et elle face à moi, sans atermoiements, sa culotte bien vite abaissée. Toute de suite donc, les fesses se sont retrouvées nues. Et peu importe qu'elles soient un peu meurtries de la veille. J'ai pris deux ou trois instruments ramassés à coté du bar. Elle manifestement émoustillée par mon choix. 

Et puis très vite j'ai senti des ombres dans mon dos sans en percevoir le nombre. Juste un souffle collectif, une discrète présence. Elle, le regard tourné vers l'ouverture qui donnait accès à la chambre du supplice, en apercevait parfaitement le nombre, des visages inconnus. A genoux, le buste posé sur les miens, face au public, elle a reçu la fessée sans que sa pudeur eut trop à en souffrir. Une bonne grosse fessée à l'intimité préservée, main et cravache œuvrant à tour de rôle. Ses gémissements, signe du cocktail réussi, un zeste de douleur et bien du plaisir, l'ont délivré de ce pourquoi elle avait désiré venir là. Et moi, ils m'ont délivré de ma méchante humeur. Je l'en remercie. Puis tous deux détendus on a finalement bavardé tranquillement avec les quelques personnes présentes.

9 commentaires:

  1. Il est des amis bien plus formidables que je ne pourrai jamais l'être et il en fait partie!
    J'avais refusé la veille de l'accompagner à la soirée "Dominas", je crois que c'est un peu pour cela qu'il était d'humeur bougonne ce jour-là. Mais il s'est plié au jeu avec une incontestable maîtrise ! Y-a-t'il pris du plaisir? Je ne saurais dire, mais il m'a fait infiniment plaisir, ce jour-là comme lors de chaque moments que nous partageons ensemble ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Bertrand3/5/17

    Joli texte, joli photo, jolies fesses et jolie fessée. Quels sont les "deux ou trois instruments ramassés à coté du bar" qui vous ont émoustillé chère Amandine?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'instrument que j'ai le plus aimé était une cravache à bout large. J'en ai beaucoup aimé la sensation qui me semblait comme à mi-chemin entre la main et la canne. Le seul inconvénient est qu'elle marque beaucoup. Sinon, il me semble que dans le bouquet d'instruments que nous avions empruntés, il y avait différents types de canne et une autre cravache à bouts plus étroit (celle-là, je l'aime nettement moins ! )

      Supprimer
  3. J'adore lire plusieurs versions d'une même histoire !
    Et ainsi découvrir de nouveaux détails.
    Par exemple, celui-ci :
    - fesser Amandine est une excellente thérapie contre la morosité ! Et ça ne coûte rien à la sécu! Si nos candidats à la magistrature suprême avaient pris la peine de lire ce blog avant de débattre, nul doute que cet aspect aurait été inclus dans leur programme ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ris tellement quand je suis fessée que je pourrais soigner le plus dépressif des cyclothymiques, c'est certain ! Mais de là à combler le trou de la sécu, plusieurs centaines de million d'euros si je ne me trompe, cher thérapeute, êtes vous vraiment sûr que la peau de nos fesses y résisterait ?!? :9:

      Supprimer
    2. Qu'est-ce qui ne coûte pas la peau de fesses, de nos jours ?!http://fdata.over-blog.com/smiley/smiley_0009.gif
      J'ai essayé de copier ce joli émoticône ... pas sûr que ça marche!

      Supprimer
  4. Concerné5/5/17

    Ce récit évocateur nous apporte une information de taille : ce n'est pas son émouvant popotin mais son gracieux visage qu'Amandine présentait aux spectateurs silencieux. Ils ne perdaient pas au change... J'imagine fort bien la scène dans ce petit boudoir, car émoustillé par ton précédent post, je suis retourné à Cris et chuchotements, pour la première fois depuis bien des années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu y es retourné ! Et alors, raconte nous, est-ce que tu y as passé un bon moment ? Tu ne peux pas nous laisser ainsi l'eau à la bouche ! :-D

      Supprimer
  5. Concerné6/5/17

    Dans ce petit boudoir, j'ai assisté à la prise en main psychologique puis à la fessée d'une jeune et jolie soumise par un couple. Une soumise à l'œil malicieux derrière son obéissance apparente... Un joli spectacle, mais dont je me suis quand même assez vite lassé car, en ce lieu, la position de spectateur est moins drôle que celle d'acteur. Bref, j'y ai passé un moment plutôt agréable, mais sans m'attarder.

    RépondreSupprimer

Merci de bien vouloir utiliser un pseudo pour vos commentaires (Il suffit de cocher la case nom/URL et d'y inscrire le pseudo que vous voudrez en laissant vide la case URL).
Les commentaires anonymes seront effacés.